Le prix d’archéologie 2012 attribué à la mission archéologique franco-turkmène d’Ulug Dépé dirigée par Olivier Lecomte (Centre de recherches archéologiques Indus-Baluchistan-Asie centrale et orientale) et Julio Bendezu-Sarmiento (ArScAn)

Le Prix d’archéologie de la Fondation Simone et Cino del Duca, d’un montant de 200 000 euros, est décerné chaque année sur proposition de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Il est destiné à récompenser une mission archéologique française dont les travaux constituent un apport fondamental à la préservation du patrimoine mondial.
Le Jury a décidé de remettre le Prix d’archéologie 2012 à la mission archéologique franco-turkmène d’Ulug Dépé pour ses travaux de recherche, de restauration et de mise en valeur du site d’Ulug Dépé au Turkménistan. Impressionnés par l’importance de ce patrimoine méconnu, les membres de la commission ont estimé que ces travaux méritaient un réel soutien pour la poursuite de leurs activités de terrain.

Les Passés dans le présent : histoire, patrimoine, mémoire // Pasts in Present, Laboratoire d’excellence (Labex) retenu par le jury du Grand Emprunt

Comment se réapproprier le passé ? Quels sont les impacts des politiques mémorielles et patrimoniales ? Comment proposer une pratique active de la transmission ? … telles sont quelques-unes des questions que le Labex Les passés dans le présent : histoire, patrimoine, mémoire / Pasts in Present se propose d’aborder.
Dirigé par Pierre Rouillard, ce Labex associe plusieurs laboratoires de recherche de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense de différentes disciplines (Institut des sciences sociales du politique, laboratoire Archéologies et sciences de l’Antiquité, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, laboratoire Préhistoire et technologie et laboratoire Modèles, Dynamiques, Corpus), Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), et de nombreux partenaires français (BNF, MAN Saint-Germain, musée du Quai Branly, académie de Versailles, Cap Digital…) et étrangers (University of Cambridge, excellence cluster Topoï…).

Le Labex porte sur les enjeux d’une médiation dynamique du passé, à partir d’objets complexes (textes, images, sons…) et des conditions de leur intelligibilité auprès du public dans le contexte des technologies numériques. Il s’appuie notamment sur les importantes ressources patrimoniales de la BDIC et de la MAE. Constatant qu’un objet antique soulève des questions du même ordre qu’une photographie d’événements contemporains, le Labex entend étayer la réflexion théorique basée sur des enquêtes, sur des référentiels et des corpus de sources en ligne ayant pour vocation d’évaluer l’impact public des politiques mémorielles et patrimoniales qui se sont développées récemment. Ce projet a un champ volontairement large suscitant tout à la fois des comparaisons entre les différentes époques et la recherche de problématiques communes.
La réflexion commune et interdisciplinaire est organisée autour de deux axes :
Relations au passé : relations et évaluations : constitution de la mémoire collective, enquêtes de réception des publics à partir des pratiques contemporaines ;
Connaissance active du passé : pratiques et outils de transmissions : analyse de divers corpus constitutifs des traces mémorielles aujourd’hui essentielles à la compréhension de l’histoire des disciplines et des interactions entre les différentes composantes de la société.
Un des points forts de ce projet est la réflexion sur les politiques mémorielles, avec la mise en avant d’une compréhension du passé par une analyse globale des représentations du passé à toute époque. Le Labex s’impliquera ainsi dans le débat public (commémorations, formations, manifestations culturelles) et diffusera des informations auprès d’un large public.
Il mettra en place de nouvelles formations pour une meilleure insertion dans les entreprises des étudiants en sciences humaines et sociales (community managers, journaliste culturel…).