Archives de catégorie : Manifestations

14e Rencontre égéenne internationale : PHYSIS

14e Rencontre égéenne internationale PHYSIS. L’environnement naturel et la relation homme-milieu dans le monde égéen protohistorique.

Paris, 11-14 décembre 2012

Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), Auditorium
2, rue Vivienne, 75002 Paris

L’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne étant la seule en France à proposer un cursus complet en Protohistoire égéenne, elle s’est naturellement proposée pour coorganiser l’un des congrès internationaux qui, tous les deux ans, réunissent tous les spécialistes du monde égéen autour d’un thème commun : les Rencontres Égéennes Internationales, créées en 1986 par l’Université de Liège, qui en assure depuis lors le pilotage et en publie régulièrement les actes dans la série Aegaeum, Annales Liégeoises et PASPiennes d’archéologie égéenne. La 14e Rencontre Égéenne Internationale, qui aura lieu à Paris du 11 au 14 décembre 2012, à l’auditorium de l’INHA (2, rue Vivienne 75002), aura pour thème PHYSIS. L’environnement naturel et la relation homme-milieu dans le monde égéen protohistorique.

Au cours des dernières décennies, en effet, la recherche archéologique a manifesté un intérêt croissant pour les études paléoenvironnementales. L’archéologie égéenne n’a pas échappé à cette évolution et l’on a vu se multiplier, de la Thrace à la Crète en passant par les Cyclades, les programmes de recherche pluridisciplinaires associant à des opérations de fouille ou de prospection des études sur le milieu naturel, la faune, la flore, le climat, l’évolution des paysages, l’interaction entre les sociétés anciennes et leur milieu. Des disciplines nouvelles se sont développées à l’interface entre archéologie et sciences de la terre ou du vivant (géoarchéologie, bioarchéologie…) et des enseignements spécifiques se sont mis en place dans de nombreuses universités, comme celle de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, par exemple, où fut créé en 1990 un master « Archéologie et environnement ». C’est ainsi qu’est née l’idée d’organiser à Paris la 14Rencontre Égéenne Internationale. Elle réunira plus de 150 savants venus 19 de pays qui présenteront, à travers une cinquantaine de communications orales et une trentaine de posters (exposés dans le hall de l’INHA pendant toute la durée de la rencontre), les résultats de leurs travaux sur des questions qui s’organisent autour des thèmes suivants : le cadre naturel (géomorphologie, géologie), la gestion de l’eau et des ressources minérales, l’évolution des paysages et du climat, les représentations du milieu naturel, l’agriculture, l’élevage et la gestion des ressources animales, les dynamiques de peuplement.

Cette rencontre devrait permettre de dresser un premier bilan des acquis de l’archéologie égéenne dans un domaine qui mobilise un nombre grandissant de chercheurs, et de tracer des perspectives de recherches futures. Elle devrait aussi fournir à tous ceux qui travaillent sur l’interaction entre les sociétés anciennes et leur milieu, l’occasion d’apprécier les avancées de la recherche sur ces questions dans le monde égéen et de les confronter à leur propre expérience.

Retrouvez le programme détaillé, l’affiche de la rencontre ainsi qu’un certain nombre d’informations pratiques.

Françoise Rougemont

Chargée de recherche au CNRS UMR 7041 - Archéologie du monde grec - Protohistoire égéenne

More Posts

Les premiers pas en ethnographie

Colloque « Ethnographies plurielles # 3 » de la Société d’ethnologie française

 17-18 décembre 2012

MAE, 4e étage, salle du conseil

Organisation : Philippe Combessie, Anne Monjaret, Lucie Nayak, Gilles Raveneau

Programme

Après un premier volet consacré aux relations entre disciplines et pratiques ethnographiques (2010 à Nantes), un deuxième volet sur les « carrières » d’ethnographes (2011 à Besançon), nous consacrons le troisième volet aux premiers pas sur un terrain ethnographique. Ce colloque entend poursuivre la réflexion entamée précédemment en se focalisant cette fois- ci sur un temps particulier de la carrière : celui des prémisses, de l’apprentissage du métier et de l’initiation à la recherche de terrain aujourd’hui. En effet, l’effondrement des empires coloniaux, la globalisation et les critiques portées contre l’anthropologie, le renouvellement des totalités (culture, ethnie, aire culturelle), des méthodes (terrains multi-situés) et des objets, comme la plus grande ouverture aux concepts et aux méthodes des sciences sociales et à ceux des sciences naturelles, ont conduit à un profond renouvellement. Sous quelles formes se présentent les premiers pas de l’ethnographe aujourd’hui comme les manières d’engager un nouveau terrain pour un chercheur déjà confirmé ou encore sous quelles modalités se présentent un premier terrain ethnographique pour un chercheur utilisant d’autres méthodes ? Comment fait-on ses premiers pas d’ethnographe ? Est-on formé à l’ethnographie et de quelle manière ? Quelles en sont les modalités : stage de terrain encadré, cours, lectures, formation sur le tas, tutorat, etc. ? Comment entre-t-on sur le terrain ? Quels en sont les modes d’engagement ? Quels types de découverte, de surprise, d’apprentissage, de déconvenues et d’arrangements, de ratés, de désillusion et d’assignation rencontre-t-on ? Quelles sont les formes d’initiation rencontrées lors des premiers pas ethnographiques ?

Contact et inscription : soc.ethno.fr@gmail.com

Colloque organisé en partenariat avec :
Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative – LESC [UMR7186]
Sociologie, Philosophie et Anthropologie Politiques – Sophiapol [EA3932]

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Retour sur le colloque « Wool Economy in the Ancient Near East and the Aegean »

Les chercheurs participant au colloque testent différentes qualités de laines.

Par Cécile Michel, directrice de recherche au laboratoire ArScAn, équipe Histoire et Archéologie de l’Orient cunéiforme et Catherine Breniquet, Professeur à l’Université Blaise-Pascal Clermont-Ferrand 2.

 

Du 8 au 10 novembre 2012 s’est tenu à la MAE/salle des Conférences (UPO/bât. B), un colloque international dans le cadre des European Science Foundation Exploratory Workshops intitulé “Wool Economy in the Ancient Near East and the Aegean: From the Beginnings of Sheep Husbandry to Institutional Textile Industry”, organisé par Cécile Michel (DR CNRS, ArScAn) et Catherine Breniquet (PU Clermont-Ferrand II). Il a réuni 25 participants de 11 pays européens (France, Italie, Espagne, Allemagne, Autriche, Suisse, Danemark, Belgique, Grande-Bretagne, Pologne, République Tchèque) et des États-Unis.

Différentes qualités de laines (brebis, bélier, agneau) et de poils de chèvre (noirs ou blancs).

La Mésopotamie des IIIe et IImillénaires av. J.-C. fut désignée dans l’Antiquité comme le « pays de la laine ». Développements socio-économiques locaux, accroissement de la production, progrès techniques pour la production de fils et tissus en laine sont tant les causes que les conséquences de cette appellation. Dans cette région, de grandes manufactures ont en effet commencé très tôt à produire des textiles et des vêtements en quantités importantes. Une situation proche affecte également la Méditerranée égéenne.

Marie-Louise Nosch, directrice du Centre for Textile Research

Ce colloque avait pour but d’analyser de façon comparée l’impact de ces transformations qui ont radicalement modifié l’environnement naturel, le paysage politique et les réseaux d’échanges internationaux à travers le Proche-Orient et l’Est de la Méditerranée. L’accent a été mis sur les aspects économiques de la production de laine, via une approche interdisciplinaire. Les échanges entre archéologues, archéo-zoologues, archéologues expérimentaux, historiens et philologues furent extrêmement fructueux et se sont concrétisés dans une session expérimentale où chacun a pu apprécier la qualité de différentes laines et s’essayer au filage avec fuseau et fusaïole.

Résumé du contenu des interventions

Les premiers textiles étaient faits de fibres végétales, la mieux documentée étant le lin, cultivé depuis les débuts de l’agriculture (vers 9000 av. J.-C.). L’exploitation de la laine est une conséquence de la domestication et de la sélection des animaux d’élevage. Dans le Sud de la Mésopotamie, avec les débuts de l’urbanisme dès la fin des Ve et IVmillénaires av. J.-C., les restes archéo-zoologiques semblent indiquer un effacement de l’élevage des suidés et des bovins au profit de celui des chèvres et des ovins. Ce développement doit être compris dans le contexte de l’économie des chefferies obédiennes, dans lesquelles le mouton pourrait bien être l’animal de prestige. L’usage croissant des fibres de laine impliqua de nouvelles techniques : filer avec le fuseau, la fusaïole et la quenouille ; tisser en utilisant le métier vertical à poids ; fabriquer du feutre. De nouvelles formes de gestion virent le jour, comme les quotas de rendement et de production.

Reconstitution de fuseaux et fusaïoles employés dans l’Antiquité. Lot de fuseaux utilisés en Auvergne au XVIIIe siècle.

À la fin du IIIe millénaire av. J.-C., la laine devint le principal matériau de tissage et était distribuée aux travailleurs comme ration de subsistance. Selon la documentation cunéiforme, c’est à cette époque que débute la production textile à grande échelle. Bien sûr, la production domestique continue, sans doute féminine ; fusaïoles et fuseaux deviennent un marqueur du genre féminin parmi les objets déposés dans les tombes. Cette « révolution de la laine » eut moins d’impact en Égée à l’Âge du Bronze, où le lin a gardé son importance à côté de la laine, mais là aussi, la laine était produite en grandes quantités, comme le montrent les tablettes en linéaire A et B. Dans les institutions mésopotamiennes et les palais égéens, les scribes enregistrent les objectifs à atteindre pour la production de laine du palais mais aussi pour celle des fils et des textiles dans les manufactures. Des milliers de travailleurs spécialisés, principalement des femmes et des enfants, étaient encadrés et entretenus dans ces manufactures par les autorités centrales.

Peignes à carder. Le cardage n’est pas attesté dans le Proche-Orient ancien.
Cécile Michel, DR CNRS, et Brigitte Lion, PU Tours 

Au début du IIe millénaire, le commerce international des textiles se développe, dépendant de la qualité des toisons à partir desquelles les textiles étaient produits. Des analyses isotopiques permettent de suivre la progression de certains troupeaux, selon leur localisation ; elles permettent aussi de déceler la diversification des élevages de moutons à laine. Dans le Sud de la Mésopotamie, les palais employaient les marchands pour commercialiser la laine produite par leurs troupeaux ; des entrepreneurs privés étaient aussi engagés dans ce commerce à titre privé. Au Ier millénaire, la laine et les produits tinctoriaux représentaient des produits recherchés dans les réseaux d’échanges, et la laine servait à financer le commerce international.

Les participants au colloque
Les actes de ce colloque seront publiés en 2013 dans la collection Ancient Textiles (Oxbow Books, Oxford), du Centre for Textile Research (Copenhague, dir. M.-L. Nosch) qui partage le programme PICS TexOrMed avec ArScAn (coord. C. Michel).

 

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Congrès national du Réseau national des MSH – Caen 6-7 déc. 2012

Le 1er congrès du GIS Réseau National des MSH, co-organisé avec la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de Caense déroulera les 6 et 7 Décembre 2012 à Caen.

Quelles sciences humaines et sociales pour le 21e siècle ?

La recherche en sciences humaines a connu dans le dernier demi-siècle des évolutions considérables. Presque tout en fait a bougé : la réalité des sociétés a considérablement changé, les constructions théoriques, les méthodes, les façons de travailler, l’organisation de la recherche, les institutions qui portent et structurent la recherche ont connu de grandes modifications.

Dans ce vaste mouvement, la connaissance s’est élargie, approfondie, en même temps que grandissait la perception que les terrae incognitae demeuraient nombreuses, les connexions et les interactions plus importantes et essentielles.

Des limites de compréhension ont été repoussées, de nouvelles lignes d’horizon sont apparues. Dans ce processus de connaissance par agrégations, bonds, et ruptures, les échanges entre disciplines de la première moitié du XXe siècle se sont multipliés, ils ont suscité des évolutions internes aux disciplines mais également des approches pluridisciplinaires sous les formes les plus variées.

Le réseau de MSH est né dans ce mouvement et de ce mouvement. C’est pourquoi il organise un congrès national pour inviter toute la communauté de recherche en sciences humaines et sociales à un moment de réflexion. Quelles sciences humaines et sociales se fabriquent dans nos laboratoires, à nos tables de travail,dans nos échanges et nos maisons de la recherche ? Quelles grandes traces, en particulier pluridisciplinaires, les cinquante dernières années ont-elles laissées ? Quelles directions prennent-elles pour le siècle qui s’ouvre ?

Télécharger le programme (pdf)

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

La MAE reçoit… Jean-Pierre Warnier (Centre d’études africaines)

« D’un royaume africain aux cultures matérielles et corporelles »

Mardi 20 novembre à 17 h

MAE, 4e étage, salle du conseil

Le royaume Mankon, au Cameroun, présente un cas ethnographique pleinement actuel. Le roi Ngwa’fo est né en 1926. Il est ingénieur agricole, politicien de stature nationale (1er vice président du parti au pouvoir) et businessman. Mais avant tout, roi. Il illustre le fonctionnement de la royauté sacrée africaine identifiée par Frazer. Celui-ci est centré sur le corps du roi comme réceptacle des substances ancestrales à distribuer à son peuple pour son bien-être, sa prospérité, sa santé, sa reproduction. Le corps du roi est en prise sur des réceptacles et des substances matérielles incorporées à ce que Paul Schilder nommait le Körperschema.

L’analyse politique de la royauté sacrée requiert donc l’élaboration d’une théorie de la culture matérielle. Celle-ci ne se laisse à son tour analyser que par rapport à des techniques du corps étayées sur les matérialités. C’est la raison pour laquelle, plutôt que de parler de culture matérielle, il me semble préférable de parler de « cultures matérielles et corporelles » ou de « cultures matérielles et motrices ».

L’exposé présentera le fonctionnement de la royauté sacrée illustrée par le royaume en question et, dans un deuxième temps, le travail théorique accompli au cours des vingt dernières années par des chercheurs réunis dans le groupe (devenu réseau) « Matière à Penser » – dont Jean-Pierre Warnier fait partie.

Bibliographie succincte :

BAYART, J.-F. & WARNIER, J.-P. (éds.),

2004             Matière à politique. Le pouvoir, les corps et les choses, Paris, CERI-Karthala, coll. « Recherches internationales ».

 NAJI, M. & DOUNY, L.

2009             « Editorial », spécial issue : ‘Making’ and ‘Doing’ the Material World :    Anthropology of Techniques Revisited, dans : Journal of Material Culture, 14 (4) : 411-432 (une sorte de survey général avec environ 200 références bibliographiques, à la manière de la Annual Review of Anthropology.

 JULIEN, M.-P. & ROSSELIN, C. (éds.)

2009             Le sujet contre les objets… tout contre. Ethnographies de cultures matérielles, Paris, CTHS.

 WARNIER, J.-P.,

   2007             The Pot-King. The Body and Technologies of Power. Boston, Leyden : Brill.

   2009a           Régner au Cameroun. Le Roi-Pot, Paris, CERI-Karthala, coll. « Recherches internationales ».

   2009b           « Technology as Efficacious Action on Objects… and Subjects », Journal of Material Culture, 14 (4) : 459-470.

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Stuff & Things. Disintegrating into Immateriality?

Journée d’étude organisée dans le cadre du Partner University Fund Nanterre-Chicago

Organisateurs : Isabelle Rivoal (Lesc) & Rémi Hadad (Préhistoire et Technologies)

Mardi 4 décembre 2012, 9h30 – 17h

MAE, salle du Conseil (4e étage)

Voir le programme

The PUF program, organized between the University of Chicago and Université Paris-Ouest Nanterre, has dedicated its third and final year to an ongoing discussion of material culture. Both Anglophone approaches to “materiality” and Francophone approaches to “techniques” have in recent years expanded their discussions to include an increasingly wide range of topics. Danny Miller’s “Stuff” and Birgit Meyer’s “Things” are but two examples of the productive expansion of the concept of materiality into previously ignored domains. In the same manner, the return to a Maussian conception of technique permits its extension into domains in which it is not commonly applied, such as ritual or the construction of the subject.  In these works we see concretely what can be gained from an ethnography of material broadly defined and including the unexpected.  Yet what do we stand to lose from a dilution of this category?

As more and more disciplines join this discussion, what are the limits to materiality conceptually and across disciplines?  Do these terms retain any boundedness or theoretical heft as the discourse framing them expands almost infinitely? How much utility as categories of analysis do terms like “materiality,” “material culture,” or “techniques” still possess? What is lost by expanding the study of material culture into disciplines once unconcerned with “stuff and things” (such as Religious Studies, Literary Theory, History, Philosophy).  What is lost when the existing discussion of material culture is expanded to include “stuff and things” no longer part of the material world?

 Les communications se dérouleront en français. Les discussions en français et anglais

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts