Vers un au-delà bienheureux. Les peintures des tombes d’Anfouchi et de Kôm el-Chougafa à Alexandrie

Professeur à l’Université Paris Ouest, Anne-Marie Guimier-Sorbets a développé de nouvelles recherches sur les programmes iconographiques de la peinture funéraire alexandrine, comme reflet des croyances eschatologiques dans un contexte multiculturel. Elle reprend l’étude des tombes d’Anfouchi et de Kôm el-Chougafa, dans cette perspective.

Elle présentera l’état actuel de ses recherches, dans la Maison de l’Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès, dans le cadre du séminaire de master 2 d’archéologie d’A. Rouveret et d’A.-M. Guimier-Sorbets, le jeudi 12 mars, 14h-16h, MAE, salle 2 du rez-de-jardin.

Alexandrie, Nécropole d’Anfouchi, chambre 2 de la tombe 2 Cl. A.-M. Guimier-Sorbets
Alexandrie, Nécropole d’Anfouchi, chambre 2 de la tombe 2
Cl. A.-M. Guimier-Sorbets

La tombe 2 de la nécropole d’Anfouchi à Alexandrie, d’époque lagide, a connu deux états, correspondant à deux commanditaires différents, l’un d’origine grecque, l’autre d’origine égyptienne. Dans chacun des deux états, des peintures figurent le voyage du défunt après la mort jusqu’à son immortalité bienheureuse. Le commanditaire grec a montré, sur les quatre côtés du plafond de la chambre funéraire, les étapes du parcours que les dévots de Perséphone devaient suivre pour accéder au monde des Bienheureux. Le commanditaire égyptien a placé, dans l’escalier d’accès à la tombe, les étapes de l’accueil du mort dans le monde d’Osiris.

Au contraire, dans les deux tombes peintes de la nécropole de Kôm el-Chougafa, les peintures présentent deux registres superposés, appartenant au même état daté de la fin du Ier ou du début du IIe s. après J. – Ch.. Le registre supérieur, de style égyptien, présente la scène traditionnelle de l’embaumement d’Osiris, ainsi que les deux formes de survie que le mort va connaître outre-tombe : avec Osiris dans le royaume des morts, sur terre grâce à sa descendance.

A Anfouchi comme à Kôm el-Chougafa, il s’agit d’exprimer une forte croyance en une immortalité bienheureuse, et d’aider le mort à y parvenir.

A l’époque impériale, les commanditaires des deux tombes peintes de Kôm el-Chougafa ont choisi d’exprimer un même espoir par deux représentations, placées côte à côte mais sans mélange, dans des styles qui correspondent aux deux systèmes religieux en vigueur dans l’Egypte gréco-romaine, dont ils connaissent les équivalences et qu’ils considèrent comme également « efficients ». Dans un monde polythéiste et profondément multiculturel, les pouvoirs divins peuvent s’exprimer sous diverses formes et cette double iconographie des mythes d’Osiris et de Perséphone cumule ainsi leurs effets.

Pour en savoir plus sur la prochaine publication de Kôm el-Chougafa, Renaître avec Osiris et Perséphone, des auteurs, A.-M. Guimier-Sorbets, A . Pelle et Mervat Seif el-Din, par les éditions du Centre d’Etudes Alexandrines  (lien vers le site du CEAlex)

 Mots clefs : Egypte gréco-romaine, Alexandrie, peinture funéraire, croyances eschatologiques, iconographie multiculturelle


Virginie Fromageot-Lanièpce

Ingénieur d'études - CNRS Equipe ArScAn-Archéologie du Monde grec et systèmes d'information UMR 7041 Archéologies et Sciences de l'Antiquité CNRS - Université de Paris I - Université de Paris Ouest - Ministère de la Culture Maison René Ginouvès, Nanterre

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *