Archives par mot-clé : archéologie

Nordoc’Archéo : un portail documentaire collaboratif de l’archéologie régionale

Pièce-jointeNordoc’archéo est un réseau documentaire en archéologie septentrionale.

Il a pour but de mieux connaître les ressources documentaires en archéologie réparties sur le territoire Nord-Pas-de-Calais et d’en faciliter la recherche et l’accès.

Il est destiné plus particulièrement aux archéologues, chercheurs et étudiants.

Il regroupe à ce jour sept centres de documentation et bibliothèques d’institutions variées :
– Bibliothèque des Sciences de l’Antiquité (Université Lille 3)
– Centre départemental d’archéologie du Pas-de-Calais (CG62)
– Direction de l’archéologie préventive du Douaisis
– Forum antique de Bavay, musée archéologique du département du Nord (CG59)
– Institut de Recherches Historiques du Septentrion (IRHiS UMR 8529, CNRS – Université Lille 3)
– Service archéologique départemental du Nord (CG59)
– Service régional de l’archéologie Nord-Pas-de-Calais (DRAC)

Dans le cadre du réseau Nordoc’Archéo, un portail documentaire a été réalisé à l’aide de l’outil Netvibes.

Il a pour buts de signaler les ressources documentaires en archéologie sur un outil commun ; fournir un outil collaboratif documentaire aux archéologues et faciliter leurs recherches documentaires ; valoriser l’archéologie septentrionale.

Le portail documentaire propose :
– une présentation du réseau Nordoc’Archéo, des membres du projet, du cadre géographique délimité ;
– un état des collections des publications en série des membres du réseau sous la forme d’un wiki ;
– une sélection des dernières publications en archéologie septentrionale sous la forme d’un blog.

Pour plus d’informations, vous pouvez cliquez ici

Plaquette d’informations, cliquez ici

Visite du musée archéologique Archéa

Illustration des collections du musée ArchéaLe Musée Archéa de Louvres (95) a accueilli, le jeudi 20 décembre, les membres du réseau Archéologie Ile-de-France, dont il est l’un des membres. 15 personnes ont ainsi pu découvrir les expositions permanente et temporaire, les réserves et le centre de documentation de ce musée dédié à l’archéologie qui a ouvert ses portes au public en septembre 2010.

Né de la volonté de la communauté d’agglomération Roissy Porte-de-France  (qui regroupe 19 communes) de conserver et de présenter les collections issues du territoire du Pays-de-France, le musée Archéa s’est fixé pour objectif d’en montrer l’évolution à travers les résultats de 30 années de recherches archéologiques.

Des espaces adaptés à un public diversifié

Outre ses salles d’exposition, le musée dispose d’une salle de projection, d’un centre de documentation, de réserves (220 m2 de réserves sur 1 300m2 de musée), de salles d’études de collections (ouvertes aux chercheurs sur réservation) et d’un espace pédagogique proposant des animations principalement à destination du public scolaire. Bien qu’il s’adresse principalement aux familles, aux scolaires et à un public surtout local, ce musée accueille également des chercheurs et étudiants. Une attention particulière est apportée à l’accueil du public handicapé : entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite, le musée a été labellisé Tourisme et handicap en mars 2012  (les textes et activités interactives des expositions sont situées  à hauteur d’enfant et de fauteuil roulant).

L’exposition permanente

L’exposition permanente présente les collections du musée, soit 750 objets issus de 87 sites. Elle débute par une présentation chronologique et se poursuit par l’exploration de plusieurs espaces thématiques. Les collections du musée sont issues notamment des sites archéologiques de :

  • Saint-Rieul (nécropole mérovingienne), à l’origine de la création du musée,
  • La Fosse-Cotheret à Roissy-en-France (sépultures aristocratiques gauloises),
  • Villiers-le-Sec (site rural carolingien),
  • Roissy-en-France (château du XVIIIe siècle ),
  • Fosses – vallée de l’Ysieux (ateliers de potiers du début du Moyen Âge à l’époque moderne),
  • Orville (château fort et village médiéval).

Le musée a par ailleurs pour mission de valoriser ces deux derniers sites. Du mobilier issu de fouilles archéologiques préventives relatives aux grands projets d’aménagement qui ont transformé ce territoire depuis les années 70 (l’aéroport de Roissy, la francilienne, la ligne TGV Nord, la carrière Véolia…) enrichit considérablement ces collections.

Les vidéos diffusées dans le cadre de l’exposition permanente sont consultables en ligne.

Les expositions temporaires

L’exposition temporaire “Silence on fouille, l’archéologie entre science et fiction” que nous avons visitée s’est terminée le  23/12/2012.

Articulée en 3 parties, l’exposition « Silence, on fouille ! » présente de façon ludique et interactive les représentations nombreuses et antinomiques de l’archéologue, tour à tour aventurier, découvreur ou scientifique (1re et 2e partie de l’exposition) et montre, à travers ces personnages de fiction, comment la société occidentale considère les archéologues (3e partie). L’intérêt inaltérable porté à la figure de l’archéologue transcende les genres cinématographiques et les époques. Sont notamment présentés des extraits de La Momie (1932), Les Mines du roi Salomon (dont sont présentés des extraits ainsi que les dessins remarquables du décorateur Alfred Junge), de Belphégor (2002), de Roma de Fellini  (1972), de L’exorciste (1973), de la série Archaeology Today des Monty Python (années 70), de l’incontournable Indiana Jones (à partir de 1981) et de Pars vite et reviens tard (2007), adaptation du polar éponyme de Fred Vargas. Cette exposition, qui a nécessité un gros travail juridique pour négocier les droits de diffusion avec les studios et ayant-droits, se termine par un quizz interactif. Le catalogue de l’exposition est disponible au musée.

Les expositions temporaires sont renouvelées une à deux fois par an. La prochaine exposition temporaire, qui débutera en avril 2013, traitera de l’exploitation céréalière en Pays de France et sera intitulée « Les meules et les moulins, le grain et la farine ».

Le centre de documentation

Le fonds du centre de documentation traite de l’archéologie en lien avec les collections et les expositions temporaires et détient également un petit fonds local. Son catalogue est consultable en ligne via le métacalogue RéVOdoc.
Son plan de classement, identique à celui utilisé par le Service d’archéologie du Val-d’Oise, utilise le système des MACLES, initié par Jean-Claude GARDIN.


Archéo-IdF remercie pour leur accueil :

  • Antoinette HUBERT, directrice-intérimaire du Musée qui nous a accueillis et nous a présenté l’exposition permanente
  • Rémi ANCEL, organisateur de la visite et responsable du centre de documentation, qui nous a présenté notamment l’exposition temporaire et le centre de documentation
  • Anne-Laure RAMEAU, régisseuse des collections (visite des deux réserves du Musée)

Le réseau Archéo-IdF est coordonné par le SIDRA. Les compte rendus de la visite du centre de documentation de l’INRAP à La Courneuve (10/11/2011) et de l’Institut de Paléontologie Humaine et du Muséum d’Histoire Naturelle (28/04/2009) sont téléchargeables sur le site du réseau.

Nathalie Le Tellier-Becquart

Responsable de ressources documentaires (SIDRA)

More Posts - Website

Nouveautés de la Bibliothèque d’archéologie

Le Catalogue Collectif Indexé (CCI) du réseau FRANTIQ auquel votre bibliothèque participe permet de créer des listes (ou bibliographies) en ligne, publiques ou privées.

N’hésitez pas à créer vos propres listes, à usage privé bien entendu, mais également à l’usage de vos collègues ou de vos étudiants par exemple.

Besoin d’une démonstration pratique ? Le personnel de la bibliothèque se tient à votre disposition !

Trois listes de nouveautés acquises par votre bibliothèque en 2012 sont actuellement consultables : utilisez le bouton « Listes » en haut à droite de la page d’accueil du CCI ou cliquez sur ces liens pour y accéder :

Nouveautés Archéologie nationale MAE-2012

Nouveautés Orient… 2012

Nouveautés Bassin méditerranéen… 2012

Nous vous proposons aussi des listes à la demande.

Contact : bibarcheo[at]mae.u-paris10[point]fr

La MAE reçoit… Lorenzo Calvelli (Université de Venise)

« Cola di Rienzo et la Lex de imperio Vespasiani. Anciens et nouveaux problèmes »

Jeudi 15 novembre à 13 h 30

MAE, 2e étage, salle 211G
 
La Lex de imperio Vespasiani constitue l’un des documents les plus importants pour la reconstruction de l’histoire de la Rome antique et, en particulier, de la période marquée par le passage de la République à l’empire. Le principat de Vespasien représente en effet la conclusion d’un long processus de transition, qui voit l’abandon définitif d’un système politique de nature oligarchique, au profit d’un nouveau régime autocratique. L’importance de ce document, connu uniquement par l’épigraphie, sous la forme d’une monumentale inscription de bronze, dont la première partie est aujourd’hui mutilée, fut perçue dès l’époque médiévale. L’attention de la critique s’est récemment portée, en particulier, sur l’utilisation idéologique dont furent l’objet aussi bien le texte de la loi que son support épigraphique, à partir du pontificat de Boniface VIII, à la fin du XIIIe et au début du XIVe siècles.
Le premier objet de cette conférence sera d’examiner le contenu de la Lex de imperio Vespasiani à la lumière des sources contemporaines et postérieures, qui témoignent de la concentration des pouvoirs institutionnels dans la personne de l’empereur. Dans la seconde partie, il s’agira d’analyser l’épisode le plus fameux de la fortune de ce document. La scène se déroule à Rome vers 1346 et a pour protagoniste Cola di Rienzo. Ce dernier prépare dans la basilique Saint-Jean-de-Latran une mise en scène complexe, destinée à mettre en exergue son interprétation du document juridique, qu’il expose à un public vaste et hétérogène.

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts