« Les Politiques de l’écriture »

Mercredi 24 octobre de 10 h à 12 h 30

MAE, 3e étage, salle 308F
 

La place de l’écriture chez les Amérindiens de l’Amazonie ne cesse de s’accroître. L’une des raisons principales en est le taux de scolarisation de plus en plus élevé des enfants. Toutefois, les logiques politiques servent aussi cet accroissement. D’abord, les organisations indigènes sont constituées légalement et administrativement, à travers une série de documents qui transitent d’un ministère à l’autre, à coups de tampons. La reconnaissance même de l’existence des peuples indigènes passe par la présentation de documents certifiés : pour chaque demande ou chaque projet, il faut produire des papiers, des documents, des signatures. Si cette prolifération de l’écrit est particulièrement visible dans les bureaux des organisations indigènes, elle est aussi remarquable dans les demeures.
Par ailleurs, les promulgations de l’UNESCO de la Recommandation sur la sauvegarde de la culture traditionnelle et populaire (1989), la Proclamation des chefs-d’oeuvre du Patrimoine oral et immatériel de l’humanité (2001, 2003 et 2005), la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (2003) et la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité tendent encore à accroître la volonté de se montrer et de montrer son patrimoine pour les peuples en recherche de reconnaissance internationale. Ainsi, la candidature pour la Proclamation des chefs-d’oeuvre du Patrimoine oral et immatériel de l’humanité, présentée par plusieurs peuples du bassin amazonien, comprend la production d’une vaste documentation écrite portant sur leurs traditions ainsi que la proposition d’un plan d’action de sauvegarde. Or, curieusement, l’écriture est le mode d’expression choisi et fondamental pour les actions de sauvegarde des traditions orales, faisant usage de l’écrit comme mode de registre et de transmission de ces traditions.
Dans cette demi-journée d’étude, nous discuterons de ces actions de sauvegarde culturelle et leurs relations avec les pratiques d’écriture. Nous questionnerons la manière dont les indigènes produisent des écrits, les sollicitent ou les utilisent, en présentant des exemples de processus de patrimonialisation des traditions orales, en examinant les relations avec le registre écrit, et les transformations qui découlent de l’usage de la forme écrite comme moyen de valorisation et de transmission des cultures orales.

Programme

10h00-10h10 Ouverture par Anne-Gael Bilhaut (Univ. de Liège, EREA-LESC)

10h10-10h30 Silvia Macedo (EREA) – L’écriture amérindienne et les processus de patrimonialisation


10h30-10h50 Chiara Bortolotto (Marie Curie fellow, Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains, Univ. Libre de Bruxelles) – Experts ou communautés ? La rédaction des dossiers de candidature selon l’Unesco


10h50-11h10 Bruna Franchetto (Univ. fédérale de Rio de Janeiro) – « Je suis venue tous vous épier » : du vol au patrimoine

11h10-11h45 Eliane Camargo (EREA-LESC) – Ecrire ensemble. Réflexion autour de l’expérience de la co-écriture, et les réactions de Mataliwa Kulijaman (chercheur visitant LAS) et Pierre Déléage (CNRS)

11h45-12h05 Modération de Stephen Hugh-Jones (Kings College, Cambridge University)

12h05-12h20 Echanges avec la salle

12h20 Conclusion par Valentina Vapnarsky (CNRS/EREA-LESC)

José M. Lopez Mazz (Universidad de la Republica de Uruguay)

« La Préhistoire dans les basses terres de l´Uruguay et le Sud du Brésil »

Vendredi 26 octobre à 11 h

MAE, 4e étage, salle du conseil

Conférence ouverte à tous

Les basses terres de l´est de l´Uruguay et du Sud du Brésil ont été occupées très tôt, vers 9000 av. J.-C., par des chas­seurs-cueilleurs nomades évoluant dans un milieu aux niches écologiques diverses. Le processus adaptatif s’est progressivement orienté vers le contrôle de zones de plus grande productivité. Le contrôle des ressources des terres basses a entraîné peu à peu une maîtrise du milieu, autour d´une activité de chasse et de collecte spécialisée.

Dès ca. 3500 av. J.-C., l´apparition de la culture des constructeurs de cerritos (tumulus) a été associée à des change­ments climatiques, à un processus d´intensification économique et à de nouvelles techniques. L´organisation économi­que et le processus social ont contribué à la production d´un nouveau paysage, à des réseaux d´échanges, et à la création d´une sphère d´interaction sociale très étendue. Par ailleurs, les pratiques funéraires dès 500 av. J.-C. montrent des changements dans l´organisation politique, avec notamment l´apparition de chefferies indigènes, peut-être similaires à celles rencontrées par les Portugais et les Espagnols au XVIe siècle.

Archéo-IdF

 

Le réseau Archéo-IdF, né en mars 2000, a pour objectifs de :

  • mettre en lumière les fonds archéologiques des établissements, quelle qu’en soit l’institution d’origine (universités, CNRS, ministère de la Culture et Communication, INRAP, etc.),
  • créer une dynamique collaborative entre les acteurs de l’archéologie en Île-de-France (liste de diffusion, visites de bibliothèques et centres de documentation…)
  • aborder les problématiques spécifiques à la documentation archéologique.

Le réseau compte aujourd’hui 21 bibliothèques et centres de documentations franciliens, dont la Bibliothèque nationale de France, l’Institut national d’histoire de l’art, le museum natio- nal d’histoire naturelle, la bibliothèque du musée d’Archéologie nationale, etc.

Depuis 2006, le portail Archéo-IdF présente les fonds documentaires et l’actualité de l’archéologie en Île-de-France. Il est enrichi d’une liste de diffusion rassemblant plus d’une cinquantaine de membres qui échangent informations, documents, services…

Portail des revues d’archéologie

Portail A to Z de revues d’archéologie et de sciences de l’Antiquité

Ce portail, créé en 2010, a pour vocation de recenser et de centraliser l’accès aux revues d’archéologie, de sciences de l’Antiquité et de disciplines connexes, disponibles sous formes papier ou électronique, à travers :
– les collections de la Bibliothèque d’archéologie et de sciences de l’Antiquité (1 425 titres dont 450 vivants),
– les abonnements de la Bibliothèque universitaire de Paris Ouest Nanterre La Défense,
– les grands portails français et étrangers : Revues.orgCAIRNPerséeBiblio-SHSGallicaDIALNETRACOBiASA,
– les revues ayant une politique d’accessibilité libre en ligne,
– les e-revues.
Riche de 3 000 entrées, ce portail regroupe alphabétiquement en un guichet unique tous les titres accessibles en texte intégral que la bibliothèque les possède ou non.
Pour les titres uniquement disponibles en version papier un lien renvoie au catalogue FRANTIQ et à l’état de collection de la Bibliothèque.
Un lien avec le SUDOC permet également de localiser la collection dans une autre bibliothèque et, le cas échéant, de faire une demande de prêt entre bibliothèques (PEB).