Diffusion du film « Salers d’antan et vaches d’aujourd’hui »

« Salers d’antan et vaches d’aujourd’hui. La mécanisation des pratiques d’élevage : une menace pour le métier ? »

Un film de Baptiste Buob, Julie Cayla, Boris Charcossey, Angela Cuellar, Arnaud Figari, Brett Le Saint et Chloé Violon

Une réalisation du « Cinéma des ethnologues », sous la direction de Baptiste Buob et d’Emmanuel Grimaud, diffusée dans le cadre du Club sandwich, organisé par Christiane Grin (Lesc)

Mardi 4 décembre, 12 h 30

MAE, salle 308F (3e étage)
 

« Maintenant les vaches, c’est plus que des numéros ! » confiait Rode attristé devant ce qu’est devenue la pratique de l’élevage dans son pays, berceau de la vache de Salers.

Partant de l’hypothèse du passage brutal d’une ancienne forme d’élevage de vaches de salers basé sur la production fromagère, à un élevage mécanisé des diverses races souvent plus productives en lait ou encore spécialisé dans la production de viande, nous sommes allés à la rencontre de ces nouveaux acteurs dans la commune du Falgoux (Cantal).

Des montées dans les estives aux traites quotidiennes, nous avons suivi deux temps forts de l’élevage d’antan pour en chercher les lignes de rupture face aux pratiques contemporaines, moins évidentes qu’attendues. Certes, le métier a changé, notamment du fait de la mécanisation grandissante. Pour autant, les différents portraits d’éleveurs montrent des hommes réunis autour d’une même passion. Seul le rapport des vaches elles-mêmes à leurs éleveurs semblent avoir été affecté.

C’est à travers le regard de Paul Lapeyre, éleveur ayant vécu au fil de ces changements, que l’on est amené à saisir les enjeux actuels de cette région.

Durée : 55’ –  année : 2012

Stuff & Things. Disintegrating into Immateriality?

Journée d’étude organisée dans le cadre du Partner University Fund Nanterre-Chicago

Organisateurs : Isabelle Rivoal (Lesc) & Rémi Hadad (Préhistoire et Technologies)

Mardi 4 décembre 2012, 9h30 – 17h

MAE, salle du Conseil (4e étage)

Voir le programme

The PUF program, organized between the University of Chicago and Université Paris-Ouest Nanterre, has dedicated its third and final year to an ongoing discussion of material culture. Both Anglophone approaches to “materiality” and Francophone approaches to “techniques” have in recent years expanded their discussions to include an increasingly wide range of topics. Danny Miller’s “Stuff” and Birgit Meyer’s “Things” are but two examples of the productive expansion of the concept of materiality into previously ignored domains. In the same manner, the return to a Maussian conception of technique permits its extension into domains in which it is not commonly applied, such as ritual or the construction of the subject.  In these works we see concretely what can be gained from an ethnography of material broadly defined and including the unexpected.  Yet what do we stand to lose from a dilution of this category?

As more and more disciplines join this discussion, what are the limits to materiality conceptually and across disciplines?  Do these terms retain any boundedness or theoretical heft as the discourse framing them expands almost infinitely? How much utility as categories of analysis do terms like “materiality,” “material culture,” or “techniques” still possess? What is lost by expanding the study of material culture into disciplines once unconcerned with “stuff and things” (such as Religious Studies, Literary Theory, History, Philosophy).  What is lost when the existing discussion of material culture is expanded to include “stuff and things” no longer part of the material world?

 Les communications se dérouleront en français. Les discussions en français et anglais

La MAE reçoit… Lorenzo Calvelli (Université de Venise)

« Cola di Rienzo et la Lex de imperio Vespasiani. Anciens et nouveaux problèmes »

Jeudi 15 novembre à 13 h 30

MAE, 2e étage, salle 211G
 
La Lex de imperio Vespasiani constitue l’un des documents les plus importants pour la reconstruction de l’histoire de la Rome antique et, en particulier, de la période marquée par le passage de la République à l’empire. Le principat de Vespasien représente en effet la conclusion d’un long processus de transition, qui voit l’abandon définitif d’un système politique de nature oligarchique, au profit d’un nouveau régime autocratique. L’importance de ce document, connu uniquement par l’épigraphie, sous la forme d’une monumentale inscription de bronze, dont la première partie est aujourd’hui mutilée, fut perçue dès l’époque médiévale. L’attention de la critique s’est récemment portée, en particulier, sur l’utilisation idéologique dont furent l’objet aussi bien le texte de la loi que son support épigraphique, à partir du pontificat de Boniface VIII, à la fin du XIIIe et au début du XIVe siècles.
Le premier objet de cette conférence sera d’examiner le contenu de la Lex de imperio Vespasiani à la lumière des sources contemporaines et postérieures, qui témoignent de la concentration des pouvoirs institutionnels dans la personne de l’empereur. Dans la seconde partie, il s’agira d’analyser l’épisode le plus fameux de la fortune de ce document. La scène se déroule à Rome vers 1346 et a pour protagoniste Cola di Rienzo. Ce dernier prépare dans la basilique Saint-Jean-de-Latran une mise en scène complexe, destinée à mettre en exergue son interprétation du document juridique, qu’il expose à un public vaste et hétérogène.

Exposé sur la Grotte de Cussac (Dordogne)

Vendredi 16 novembre à 11 h

MAE, rez-de-jardin, salle 2

L’équipe d’Ethnologie préhistorique du laboratoire ArScAn, dans le cadre de ses réunions mensuelles, vous convie à une présentation des travaux d’un PCR réalisés dans la grotte de Cussac (Dordogne) sous la direction de Jacques Jaubert (Pacea, université Bordeaux I). Avec les exposés de Dominique Henry-Gambier (Pacea, A3P, université Bordeaux I), Valérie Feruglio (équipe d’Ethnologie préhistorique, ArScAn) et Nejma Goutas (équipe d’Ethnologie préhistorique,ArScAn).

10e colloque de la MAE – Appel à communications

Le prestige. Autour des formes de la différenciation sociale

10e colloque annuel de la MAE – du 12 au 14 juin 2013

Envoi des soumissions avant le 20 décembre 2012 à isabelle.sidera[at]mae.u-paris10[point]fr

Appel à communication (pdf)

Le prestige est défini comme le caractère de ce qui suscite de l’attrait, est admirable ou impose le respect. D’une manière générale, il s’entend comme une qualité que l’on attribue à quelqu’un ou quelque chose et qui le distingue. Il est à ce titre une forme sociale impliquant à la fois relation et différenciation : il faut qu’il soit reconnu pour exister et quand il est reconnu, il opère une distinction orientée. Faisant partie de ces notions d’usage courant dans le domaine des sciences humaines et sociales, le prestige est une valeur centrale dont l’étude permet de nous interroger sur le fonctionnement des sociétés actuelles et passées.
La réflexion collective à laquelle nous invitons, autour des disciplines représentées au sein de la MAE, s’inscrit dans le prolongement du cycle de réflexion inauguré en 2010 par le colloque La monnaie et ses hybridations (dir. Patrick Pion et Bernard Formoso) et poursuivi en 2011 par le colloque Richesse et sociétés (dir. Catherine Baroin et Cécile Michel). Autant la richesse peut être matérielle, concrète et mesurable tout en ayant une acception variable selon les sociétés, voire les groupes sociaux à l’intérieur de celle-ci, autant le prestige est plutôt abstrait et plus difficilement quantifiable. La question de son identification est donc essentielle si l’on cherche à déterminer dans quelle mesure cette émanation de la structure sociale en constitue une composante à part entière.

Trois axes de réflexion seront proposés :

  • Affichage et traces du prestige

Inséparable des formes d’autorité qui reposent sur la visibilité des élites et, de façon plus générale, de l’exercice du pouvoir, le prestige doit être affiché, représenté, incarné, modélisé s’il veut être un instrument de domination sociale. Il participe étroitement à l’établissement des réputations, ce surplus d’importance accordé à un individu, comme un tribut payé par certains à d’autres, leur conférant avantage, préséance et légitimité. On cherchera donc à identifier les marqueurs du prestige et à comprendre comment ils se manifestent. Cette recherche est attachée à la dimension matérielle d’expression de cette notion, mais ne se limitera pas à celle-ci. Elle prendra en compte les pratiques familiales comme individuelles, ainsi que les rituels collectifs.

  • Relation entre le prestige, le luxe et la richesse

Avec la référence au prestige, c’est surtout la question de la visibilité et du caractère ostentatoire de la richesse ou de la valeur symbolique ainsi acquise qui sera posée : faut-il cacher sa richesse ou au contraire en faire étalage pour gagner du prestige ? Ce sont également les logiques relatives au don, à la largesse et à l’évergétisme que nous invitons à explorer. On se demandera enfin quelles sont la place et la fonction du luxe et comment définir ce dernier terme. Le prestige s’attache-t-il plus à la possession d’objets, d’insignes, de titres ou est-il fonction de parcours sociaux spécifiques ? Toute démarche visant à comparer les sociétés qui placent le prestige au cœur de leurs pratiques avec celles qui valorisent au contraire l’absence d’ostentation sera la bienvenue.

  • La place du prestige dans la fabrique du social

On songera bien sûr à l’utilisation de la notion de « capital symbolique », qui est développée dans plusieurs approches compréhensives des formes de pouvoir social et qui indique la relation sémantique implicite liant prestige et symboles. Mais au-delà de la référence, il conviendra de spécifier comment ce lien s’opère et de s’interroger sur les modes d’acquisition du prestige. Il faudra en particulier poser la question de la valeur heuristique de l’articulation et de la tension structurante entre prestige, richesse et statuts sociaux : ne s’agit-il pas d’une forme de « production du social » pour reprendre le concept de M. Godelier ou, selon le principe de hiérarchisation de M. Weber, le centre de toute construction sociale ?
Les questions que soulève la notion de prestige sont multiples et complexes. Existe-t-il un sens différentiel selon le contexte culturel considéré. Existe-t-il des variables contextuelles ou structurelles de l’utilisation d’un tel concept ? Peut-on en faire un objet de recherche pertinent pour intégrer la compréhension de contextes proches et lointains dans le passé et le présent ? On le voit, l’enjeu de ce colloque est de soumettre cette notion à une analyse qui se veut résolument interdisciplinaire.

Les contributions proposées permettront de croiser les approches de l’archéologie, l’histoire, la philologie, l’ethnologie et l’anthropologie, disciplines représentées à la MAE. Les approches interdisciplinaires et les collaborations entre chercheurs seront bien entendu privilégiées.

La MAE reçoit… Hamudi Khalaily (Israel Antiquities Authority)

« Recent Discoveries from the Pre-Pottery Neolithic B of Yiftahel, Lower Galilee, Israel »

Jeudi 29 novembre à 15 h

MAE, 4e étage, salle du conseil

Extensive salvage excavations were conducted at the site of Yiftahel, Lower Galilee, during 2007-2008. These excavations exposed remains of the mid-late Pre-Pottery Neolithic B period (8000-7000 BCE cal.) site covering an estimated area of ca. 4 hectares. Four excavation areas were opened: Area I in the northern part of the site, Areas F and H in the center, and Area G along the southern fringe. In Area I, an impressive building complex with plastered floors, including several phases were exposed. This complex consisted of two superimposed buildings with a rectangular plan, covering an area of 100 m2. The walls were built of stone and brick, with several installations integrated and dug into the plaster floors. The buildings, labeled 500 and 501, also include various human burials beneath the floors, as well as cultic interments of aurochs. Notably, a cache of three plastered skulls was recovered adjacent to Building 501. One of the striking phenomena, aside from plentiful lithic assemblages related to the “naviform” industry, is the caching and depositing of lithics in various locations above and beneath the floors and a hoard of eight votive green axes was found above the floor of Building 501.
On the basis of the recent discoveries, the estimated size of site during the PPNB is over than 4 hectares. Yiftahel must considered as a central site in the Lower Galilee located in one of the PPNB core areas in the Southern Levant
It is also suggested that building complex in Area I at PPNB Yiftahel was functioned as communal locales and not residential ones. Their discovery at the PPNB site of Yiftahel indicates an intricate social and economic system at the community level.