Atelier Zotero le 14 décembre

Formation Zotero animée par Bénédicte MacGrégor (Service ingénierie documentaire et réseaux pour l’archéologie).
Le service d’information et de documentation, SIDRA, propose un atelier afin de former les doctorants et les chercheurs de la MAE à  l’outil de gestion bibliographique Zotero vendredi 14 décembre 2012 en salle 2 (rez-de-jardin).

Inscrivez- vous!

Pourquoi Zotero ?

  • Car c’est un outil gratuit.
  • Car il est difficile d’effectuer un travail d’écriture long, comme une thèse, sans un outil dédié pour gérer sa documentation. Le billet de Franziska Heimburger, sur le blog de la Boîte à Outils des Historiens, explique comment cette doctorante gère sa documentation de recherche avec Zotero et pourquoi  elle a choisi d’utiliser cet outil.
  • Car Zotero permet de récupérer ses données de recherche dans un format  standard qui sera reconnu par d’autres outils.
  • Car c’est un outil intuitif, facile d’installation, facile à utiliser.
  • Car Zotero est un outil doté de fonctionnalités avancées, et permet notamment d’automatiser l’écriture de bibliographies selon les normes des revues archéologiques (ce qui fera l’objet d’un prochain billet)…

Pour tout complément d’information, adressez vos questions à documentation@mae.u-paris10.fr.

Retour sur le colloque « Wool Economy in the Ancient Near East and the Aegean »

Les chercheurs participant au colloque testent différentes qualités de laines.

Par Cécile Michel, directrice de recherche au laboratoire ArScAn, équipe Histoire et Archéologie de l’Orient cunéiforme et Catherine Breniquet, Professeur à l’Université Blaise-Pascal Clermont-Ferrand 2.

 

Du 8 au 10 novembre 2012 s’est tenu à la MAE/salle des Conférences (UPO/bât. B), un colloque international dans le cadre des European Science Foundation Exploratory Workshops intitulé “Wool Economy in the Ancient Near East and the Aegean: From the Beginnings of Sheep Husbandry to Institutional Textile Industry”, organisé par Cécile Michel (DR CNRS, ArScAn) et Catherine Breniquet (PU Clermont-Ferrand II). Il a réuni 25 participants de 11 pays européens (France, Italie, Espagne, Allemagne, Autriche, Suisse, Danemark, Belgique, Grande-Bretagne, Pologne, République Tchèque) et des États-Unis.

Différentes qualités de laines (brebis, bélier, agneau) et de poils de chèvre (noirs ou blancs).

La Mésopotamie des IIIe et IImillénaires av. J.-C. fut désignée dans l’Antiquité comme le « pays de la laine ». Développements socio-économiques locaux, accroissement de la production, progrès techniques pour la production de fils et tissus en laine sont tant les causes que les conséquences de cette appellation. Dans cette région, de grandes manufactures ont en effet commencé très tôt à produire des textiles et des vêtements en quantités importantes. Une situation proche affecte également la Méditerranée égéenne.

Marie-Louise Nosch, directrice du Centre for Textile Research

Ce colloque avait pour but d’analyser de façon comparée l’impact de ces transformations qui ont radicalement modifié l’environnement naturel, le paysage politique et les réseaux d’échanges internationaux à travers le Proche-Orient et l’Est de la Méditerranée. L’accent a été mis sur les aspects économiques de la production de laine, via une approche interdisciplinaire. Les échanges entre archéologues, archéo-zoologues, archéologues expérimentaux, historiens et philologues furent extrêmement fructueux et se sont concrétisés dans une session expérimentale où chacun a pu apprécier la qualité de différentes laines et s’essayer au filage avec fuseau et fusaïole.

Résumé du contenu des interventions

Les premiers textiles étaient faits de fibres végétales, la mieux documentée étant le lin, cultivé depuis les débuts de l’agriculture (vers 9000 av. J.-C.). L’exploitation de la laine est une conséquence de la domestication et de la sélection des animaux d’élevage. Dans le Sud de la Mésopotamie, avec les débuts de l’urbanisme dès la fin des Ve et IVmillénaires av. J.-C., les restes archéo-zoologiques semblent indiquer un effacement de l’élevage des suidés et des bovins au profit de celui des chèvres et des ovins. Ce développement doit être compris dans le contexte de l’économie des chefferies obédiennes, dans lesquelles le mouton pourrait bien être l’animal de prestige. L’usage croissant des fibres de laine impliqua de nouvelles techniques : filer avec le fuseau, la fusaïole et la quenouille ; tisser en utilisant le métier vertical à poids ; fabriquer du feutre. De nouvelles formes de gestion virent le jour, comme les quotas de rendement et de production.

Reconstitution de fuseaux et fusaïoles employés dans l’Antiquité. Lot de fuseaux utilisés en Auvergne au XVIIIe siècle.

À la fin du IIIe millénaire av. J.-C., la laine devint le principal matériau de tissage et était distribuée aux travailleurs comme ration de subsistance. Selon la documentation cunéiforme, c’est à cette époque que débute la production textile à grande échelle. Bien sûr, la production domestique continue, sans doute féminine ; fusaïoles et fuseaux deviennent un marqueur du genre féminin parmi les objets déposés dans les tombes. Cette « révolution de la laine » eut moins d’impact en Égée à l’Âge du Bronze, où le lin a gardé son importance à côté de la laine, mais là aussi, la laine était produite en grandes quantités, comme le montrent les tablettes en linéaire A et B. Dans les institutions mésopotamiennes et les palais égéens, les scribes enregistrent les objectifs à atteindre pour la production de laine du palais mais aussi pour celle des fils et des textiles dans les manufactures. Des milliers de travailleurs spécialisés, principalement des femmes et des enfants, étaient encadrés et entretenus dans ces manufactures par les autorités centrales.

Peignes à carder. Le cardage n’est pas attesté dans le Proche-Orient ancien.
Cécile Michel, DR CNRS, et Brigitte Lion, PU Tours 

Au début du IIe millénaire, le commerce international des textiles se développe, dépendant de la qualité des toisons à partir desquelles les textiles étaient produits. Des analyses isotopiques permettent de suivre la progression de certains troupeaux, selon leur localisation ; elles permettent aussi de déceler la diversification des élevages de moutons à laine. Dans le Sud de la Mésopotamie, les palais employaient les marchands pour commercialiser la laine produite par leurs troupeaux ; des entrepreneurs privés étaient aussi engagés dans ce commerce à titre privé. Au Ier millénaire, la laine et les produits tinctoriaux représentaient des produits recherchés dans les réseaux d’échanges, et la laine servait à financer le commerce international.

Les participants au colloque
Les actes de ce colloque seront publiés en 2013 dans la collection Ancient Textiles (Oxbow Books, Oxford), du Centre for Textile Research (Copenhague, dir. M.-L. Nosch) qui partage le programme PICS TexOrMed avec ArScAn (coord. C. Michel).

 

Collecter et transmettre le savoir anthropologique

Collecter et transmettre le savoir anthropologique. Les archives ethnographiques en question

Journée d’étude organisée par la BnF et le Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative – mardi 4 décembre de 9 h 30 à 17 h

BnF, Petit auditorium – hall Est, Quai François-Mauriac – Paris 13e 
Entrée libre

Le programme

Les notes et documents rapportés de leurs terrains par les anthropologues entrent aujourd’hui massivement dans les collections des bibliothèques et constituent l’un des enjeux majeurs de la diffusion du savoir anthropologique, notamment à travers leur reproduction numérique. Cette journée d’étude offrira la possibilité à des responsables de fonds documentaires de présenter les collections dont ils ont la charge, ainsi que les transformations contemporaines en matière de collecte et de diffusion du savoir anthropologique.
De leur côté, les chercheurs en anthropologie pourront dire comment ils ont construit leurs archives, comment ils envisagent leur communication à l’ère de la numérisation de masse et quelle place occupe la question de la production de sources dans leurs stratégies de recherche.

Exposition « Du sel et des hommes : approches ethnoarchéologiques » par Olivier Weller

Inauguration de l’exposition le mardi 27 septembre à 12 h

Hall de la MAE

Suivie d’une conférence d’Olivier Weller (laboratoire Trajectoires) à 12 h 30 – MAE, rez-de-jardin, salle 2

A mi-chemin entre archéologie et ethnologie, cette exposition photographique retrace le parcours d’un chercheur à la poursuite d’un objet de recherche éminemment soluble, le sel.

Si le sel représente aujourd’hui un bien courant, une substance quasi inépuisable, aussi bien alimentaire qu’industrielle, il n’en a pas été de même dans de nombreuses sociétés préindustrielles. En privilégiant une approche ethnoarchéologique autour d’un objet de recherche à jamais disparu, il a été possible à la fois de construire un référentiel général des techniques de fabrication du sel, mais également, directement sur le terrain ethnographique, de documenter des formes d’exploitation (et de déchets) insoupçonnées et ainsi rechercher, sur le terrain archéologique, de nouveaux témoins d’exploitation ou revenir sur la fonction de certains vestiges. Plus encore, cette approche nous a permis d’avancer de nouvelles hypothèses sur la place de cette substance irremplaçable aussi bien dans la sphère domestique, technique que socio-économique.

A travers deux terrains ethnographiques, l’un en Nouvelle-Guinée (Indonésie et Papouasie Nouvelle-Guinée, Océanie) et l’autre en Moldavie (Roumanie, Europe), le sel produit, utilisé et manipulé revêt des fonctions bien diverses depuis le pain de sel standardisé utilisé dans les paiements, les échanges cérémoniels, voir comme monnaie primitive, et capable de circuler sur de longues distances à côté d’autres biens fortement valorisés, à un bien domestique et technique abondant sur place (sous forme de saumure) intensément exploité aussi bien pour la conservation alimentaire, l’alimentation animale, les usages thérapeutiques ou symboliques et, il y a encore peu de temps, pour la production de sel en bloc destiné à l’échange.

Exposition réalisée par le service « Arts graphiques et multimédia » de la MAE.

Congrès national du Réseau national des MSH – Caen 6-7 déc. 2012

Le 1er congrès du GIS Réseau National des MSH, co-organisé avec la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de Caense déroulera les 6 et 7 Décembre 2012 à Caen.

Quelles sciences humaines et sociales pour le 21e siècle ?

La recherche en sciences humaines a connu dans le dernier demi-siècle des évolutions considérables. Presque tout en fait a bougé : la réalité des sociétés a considérablement changé, les constructions théoriques, les méthodes, les façons de travailler, l’organisation de la recherche, les institutions qui portent et structurent la recherche ont connu de grandes modifications.

Dans ce vaste mouvement, la connaissance s’est élargie, approfondie, en même temps que grandissait la perception que les terrae incognitae demeuraient nombreuses, les connexions et les interactions plus importantes et essentielles.

Des limites de compréhension ont été repoussées, de nouvelles lignes d’horizon sont apparues. Dans ce processus de connaissance par agrégations, bonds, et ruptures, les échanges entre disciplines de la première moitié du XXe siècle se sont multipliés, ils ont suscité des évolutions internes aux disciplines mais également des approches pluridisciplinaires sous les formes les plus variées.

Le réseau de MSH est né dans ce mouvement et de ce mouvement. C’est pourquoi il organise un congrès national pour inviter toute la communauté de recherche en sciences humaines et sociales à un moment de réflexion. Quelles sciences humaines et sociales se fabriquent dans nos laboratoires, à nos tables de travail,dans nos échanges et nos maisons de la recherche ? Quelles grandes traces, en particulier pluridisciplinaires, les cinquante dernières années ont-elles laissées ? Quelles directions prennent-elles pour le siècle qui s’ouvre ?

Télécharger le programme (pdf)

La MAE reçoit… Jean-Pierre Warnier (Centre d’études africaines)

« D’un royaume africain aux cultures matérielles et corporelles »

Mardi 20 novembre à 17 h

MAE, 4e étage, salle du conseil

Le royaume Mankon, au Cameroun, présente un cas ethnographique pleinement actuel. Le roi Ngwa’fo est né en 1926. Il est ingénieur agricole, politicien de stature nationale (1er vice président du parti au pouvoir) et businessman. Mais avant tout, roi. Il illustre le fonctionnement de la royauté sacrée africaine identifiée par Frazer. Celui-ci est centré sur le corps du roi comme réceptacle des substances ancestrales à distribuer à son peuple pour son bien-être, sa prospérité, sa santé, sa reproduction. Le corps du roi est en prise sur des réceptacles et des substances matérielles incorporées à ce que Paul Schilder nommait le Körperschema.

L’analyse politique de la royauté sacrée requiert donc l’élaboration d’une théorie de la culture matérielle. Celle-ci ne se laisse à son tour analyser que par rapport à des techniques du corps étayées sur les matérialités. C’est la raison pour laquelle, plutôt que de parler de culture matérielle, il me semble préférable de parler de « cultures matérielles et corporelles » ou de « cultures matérielles et motrices ».

L’exposé présentera le fonctionnement de la royauté sacrée illustrée par le royaume en question et, dans un deuxième temps, le travail théorique accompli au cours des vingt dernières années par des chercheurs réunis dans le groupe (devenu réseau) « Matière à Penser » – dont Jean-Pierre Warnier fait partie.

Bibliographie succincte :

BAYART, J.-F. & WARNIER, J.-P. (éds.),

2004             Matière à politique. Le pouvoir, les corps et les choses, Paris, CERI-Karthala, coll. « Recherches internationales ».

 NAJI, M. & DOUNY, L.

2009             « Editorial », spécial issue : ‘Making’ and ‘Doing’ the Material World :    Anthropology of Techniques Revisited, dans : Journal of Material Culture, 14 (4) : 411-432 (une sorte de survey général avec environ 200 références bibliographiques, à la manière de la Annual Review of Anthropology.

 JULIEN, M.-P. & ROSSELIN, C. (éds.)

2009             Le sujet contre les objets… tout contre. Ethnographies de cultures matérielles, Paris, CTHS.

 WARNIER, J.-P.,

   2007             The Pot-King. The Body and Technologies of Power. Boston, Leyden : Brill.

   2009a           Régner au Cameroun. Le Roi-Pot, Paris, CERI-Karthala, coll. « Recherches internationales ».

   2009b           « Technology as Efficacious Action on Objects… and Subjects », Journal of Material Culture, 14 (4) : 459-470.