Archives de catégorie : Soutenances de thèse

« Quand Kumbhakār libère les eaux »

Avis de soutenance de thèse de doctorat en ethnologie, spécialité ethnomusicologie.

Stéphane Khoury (Centre de Recherche en ethnomusicologie du Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative /UMR 7186 – CNRS)

Titre de la thèse : « Quand Kumbhakār libère les eaux. Théâtre, musique de biṇ bādy et expression rituelle dans le lkhon khol au Cambodge »

La soutenance aura lieu le le jeudi 16 janvier, à 14h

à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès (MAE) en salle 308 du LESC (3ème étage).

En présence d’un jury composé de :
– Michel ANTELME (Professeur, INALCO, pré-rapporteur)
– Jean-Michel BEAUDET (Professeur, Université de Paris Ouest Nanterre-La Défense)
– Hélène BOUVIER (Chargée de Recherche, CASE, CNRS)
– Giovanni GIURIATI (Professeur, Università di Roma « La Sapienza », pré-rapporteur)
– Anne GUILLOU (Chargée de Recherche, CASE, CNRS)
– Gilles TARABOUT (Directeur de Recherche, LESC, CNRS)

– Sabine TREBINJAC (Chargée de Recherche HDR, LESC, CNRS)

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement conviés. Afin de faciliter l’organisation de celui-ci, je vous serais reconnaissant de bien vouloir m’indiquer votre présence (stephanie.khoury@gmail.com).

Résumé :

Cette thèse de doctorat porte sur la pratique du lkhon khol attachée au monastère bouddhique de Svāy Aṇtaet, lequel se situe dans un village proche de la capitale Phnom Penh. Ce théâtre d’hommes masqués met en scène des épisodes guerriers du Rāmakerti, version khmère du Rāmāyaṇa indien, soutenu par un orchestre de biṇ bādy. Les danseurs sont dissimulés sous des masques de papier mâché ou un maquillage. Leurs chorégraphies miment la trame de l’épopée que déroulent des narrateurs assis en marge de l’espace scénique tandis que des bouffons viennent ponctuellement perturber la mise en scène. Le lkhon khol est un rituel saisonnier se tenant au début d’un nouveau cycle annuel, mi-avril. La représentation est encadrée par des cérémonies d’ouverture et de clôture du rite qui relient le jeu aux expressions religieuses locales, notamment à travers l’usage des répertoires musicaux du biṇ bādy. Ce théâtre est alors une offrande aux esprits tutélaires du sol sur lequel se trouve le monastère et permet à la population de renouveler les liens qui la lient à ces entités.
Cette étude monographique présente un rite complexe dont l’analyse croise différentes approches complémentaires afin de mettre en valeur les contributions à l’expression rituelle des différentes composantes de la mise en scène. L’acte théâtral est induit par l’expérience collective que partagent les danseurs, bouffons, narrateurs et musiciens. Il se construit ainsi sur la base d’associations entre des référents sonores (musique, parole) et corporels (danse, présence scénique). L’analyse des représentations théâtrales met en avant une construction particulière de la mise en scène qui préfigure l’ordre cosmique et la fertilité agraire. La pertinence sociale du rite est examinée à travers la façon dont se prépare et se tient le théâtre, par la mémoire sociale qui se crée autour de sa pratique et par l’expression religieuse collective qu’il constitue. Enfin, considérer le lkhon khol et le biṇ bādy dans une perspective régionale et historique permet de replacer l’expression rurale au sein de la sphère socioreligieuse khmère.

Soutenance publique de Vasso Fotou : « Architecture néopalatiale en Crète. Les Bâtiments en dehors des palais et leurs fonctions »

Vasso FOTOU a le plaisir de vous convier à la soutenance publique de sa thèse de doctorat d’État, le mardi 17 décembre 2013, à 14h, à  l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne,

dans la salle J.-B. Duroselle (galerie J.-B. Dumas), à la Sorbonne, 1, rue Victor Cousin, 75005 PARIS,

devant le jury composé de :
Directeur de recherche :
M. René TREUIL, Professeur émérite à l’Université de Paris I
Membres du jury :
M. Pascal BUTTERLIN, Professeur à l’Université de Paris I
M. Gerald CADOGAN, Vice-président du comité de l’École britannique d’Athènes
M. Olivier CALLOT, Directeur de recherche au CNRS
M. Pascal DARCQUE, Directeur de recherche au CNRS
M. Jean-Claude MARGUERON, Directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études.
Vous êtes cordialement invités au pot qui suivra la soutenance.

« L’outillage du Premier Mésolithique dans le Nord de la France et en Belgique. Eclairages fonctionnels. »

Avis de soutenance de thèse

Colas GUERET (Université Paris I/UMR 7041-Eq. Ethnologie Préhistorique).

Titre de la thèse :  » L’outillage du Premier Mésolithique dans le Nord de la France et en Belgique. Eclairages fonctionnels. »

La soutenance  aura lieu vendredi 20 décembre à 14h30

à l’Institut d’Art et d’Archéologie de Michelet (Paris I Panthéon-Sorbonne, 3 rue Michelet, 75006, Paris) en salle 106 au 1er étage du bâtiment.

Le jury sera composé de Boris Valentin (dir.), Sylvie Beyries, Gregor Marchand, Philippe Crombé, Nicolas Valdeyron et Annelou Van Gijn.

Pour accéder aux pièces jointes cliquer sur : Soutenance these C GUERET 20 decembre

« Fonctionnement des sociétés de la fin du Néolithique au début de l’Âge du Cuivre en Sardaigne. Une approche inédite à partir de l’étude des productions en matières dures animales. »

Avis de soutenance de thèse de doctorat en Archéologie

Laura MANCA (Université d’Aix-en-Provence).

Titre de la thèse : « Fonctionnement des sociétés de la fin du Néolithique au début de l’Âge du Cuivre en Sardaigne. Une approche inédite à partir de l’étude des productions en matières dures animales. »

La soutenance aura lieu le mercredi 4 décembre à 14 heures

à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence

(MMSH – UMR 7269 – LAMPEA BP647- 5 rue du Château de l’Horloge 13094 AIX-EN-PROVENCE) en salle Paul-Albert Février.

Résumé du mémoire en pièce jointe

« L’appropriation de la nature par l’homme au Sahara égyptien (Gilf el-Kebir) au cours de l’optimum holocène ».

Avis de soutenance de thèse :

Emmanuelle HONORE (UMR 7041 – ArScAn)

Titre de la thèse : « L’appropriation de la nature par l’homme au Sahara égyptien (Gilf el-Kebir) au cours de l’optimum holocène ».

La soutenance aura lieu le mardi 10 décembre, à 14 h, Amphithéâtre Louis Liard, Université de la Sorbonne.

Directeur de recherche : Sylvie AMBLARD-PISON

Membres du jury :
– Graeme BARKER (pré-rapporteur), Professeur University of Cambridge – Fekri HASSAN (pré-rapporteur), Professeur émérite de l’University College London
– Sylvie AMBLARD-PISON, Chargée de recherche CNRS
– Alain PERSON, Maître de Conférence Université Pierre et Marie Curie Paris VI
– François VILLENEUVE, Professeur Université Paris I

Symboles de pouvoir au temps de Stonehenge : les productions d’armatures de prestige de la Bretagne au Danemark (2500-1700 av. J.-C.)

Soutenance de thèse de Clément Nicolas (UMR 8215 Trajectoires – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Jeudi 12 décembre à 13h30 (MAE, salle 1)

Jury composé de François Giligny (dir.), Laurence Manolakakis, Marie Besse, Jacques Pelegrin, Annelou van Gijn, Alison Sheridan

Cette thèse porte sur les pointes de flèches découvertes dans les tombes de la fin du Néolithique et de l’âge du Bronze ancien (2500-1700 av. n. è.) dans le Massif armoricain, dans le sud des îles Britanniques et au Danemark. Ces armatures sont envisagées sous l’angle de la typologie, des matières premières, de la technologie, de l’expérimentation et de la tracéologie. L’objectif de ces différentes approches est de caractériser les modes de production et les fonctions des flèches en pierre durant une période, qui voit successivement l’introduction de la métallurgie du cuivre puis du bronze. Plusieurs interprétations sont proposées du guerrier renouvelant son carquois aux artisans fabriquant des biens de prestige destinés à l’élite. En Bretagne, les flèches sont replacées dans leur contexte culturel et social, marqué par une individualisation des pratiques funéraires puis l’émergence de chefs à la tête de communautés fortement hiérarchisées et de territoires géographiquement cohérents. Leur pouvoir paraît moins fondé sur le contrôle d’une métallurgie naissante qu’une réorganisation dans l’occupation du sol et l’exploitation des ressources agricoles.
Enfin, les flèches sont mises en perspective avec les grands mouvements qui traversent l’Europe atlantique. L’origine des armatures à pédoncule et ailerons équarris de la culture campaniforme paraît ancrée dans le Néolithique final du Centre-Ouest de la France, tandis qu’à l’âge du Bronze ancien les flèches aux ailerons obliques semblent signer l’appartenance au complexe culturel atlantique.

Pour accéder aux pièces jointes cliquer ici