Archives de catégorie : Ressources documentaires

Nordoc’Archéo : un portail documentaire collaboratif de l’archéologie régionale

Pièce-jointeNordoc’archéo est un réseau documentaire en archéologie septentrionale.

Il a pour but de mieux connaître les ressources documentaires en archéologie réparties sur le territoire Nord-Pas-de-Calais et d’en faciliter la recherche et l’accès.

Il est destiné plus particulièrement aux archéologues, chercheurs et étudiants.

Il regroupe à ce jour sept centres de documentation et bibliothèques d’institutions variées :
– Bibliothèque des Sciences de l’Antiquité (Université Lille 3)
– Centre départemental d’archéologie du Pas-de-Calais (CG62)
– Direction de l’archéologie préventive du Douaisis
– Forum antique de Bavay, musée archéologique du département du Nord (CG59)
– Institut de Recherches Historiques du Septentrion (IRHiS UMR 8529, CNRS – Université Lille 3)
– Service archéologique départemental du Nord (CG59)
– Service régional de l’archéologie Nord-Pas-de-Calais (DRAC)

Dans le cadre du réseau Nordoc’Archéo, un portail documentaire a été réalisé à l’aide de l’outil Netvibes.

Il a pour buts de signaler les ressources documentaires en archéologie sur un outil commun ; fournir un outil collaboratif documentaire aux archéologues et faciliter leurs recherches documentaires ; valoriser l’archéologie septentrionale.

Le portail documentaire propose :
– une présentation du réseau Nordoc’Archéo, des membres du projet, du cadre géographique délimité ;
– un état des collections des publications en série des membres du réseau sous la forme d’un wiki ;
– une sélection des dernières publications en archéologie septentrionale sous la forme d’un blog.

Pour plus d’informations, vous pouvez cliquez ici

Plaquette d’informations, cliquez ici

Feuilles de styles Zotero pour les revues françaises en archéologie

Zotero (logo de F. Heimburger)

Zotero est un formidable outil de gestion de références bibliographiques conçu par les chercheurs et pour les chercheurs, il évolue donc grâce au travail de toute la communauté d’utilisateurs.  Ainsi plusieurs bibliothécaires, documentalistes, enseignants-chercheurs ou doctorants ont élaboré plusieurs feuilles de style pour les sciences humaines en France : la feuille de style France (rédigée par Stéphanie Bouvier ou Julien Sicot),  la feuille de style ISO690 (de Laure Mellifluo , Raphael Grolimund, Michel Hardegger de l’HESGE) ou  Turabian style (d’Elena  Razlogova) par exemple.  Ainsi, une fois ces feuilles installées dans Zotero, l’outil mettra en forme une bibliographie  qui respectera les recommandations aux auteurs de chaque revue. Par exemple : American Antiquity :
Puckett, Jason
2011 Zotero: A Guide for Librarians, Researchers and Educators. Amer Library Assn, June 20.

Zotero propose déjà plus de 2 800 feuilles de styles pour rédiger des articles dans une revue scientifique. En archéologie, on peut notamment citer les feuilles de style pour :

  • American Antiquity
  • American Journal of Archaeology
  • Journal of Archaeological Research
  • Journal of Archaeological Science

toutes anglophones… Afin de  d’aider les chercheurs en archéologie à élaborer des bibliographies grâce à Zotero dans des revues françaises, le service Sidra a  rédigé quelques feuilles de style en français.

Vous trouverez  sur le site du Centre Camille Jullian la feuille de style pour le Bulletin  de correspondance hellénistique élaborée en collaboration avec Blandine Nouvel. Disponible aussi, la feuille de style du DAM (Document d’Archéologie Française) élaborée par R. Orgeolet. Nous avons aussi travaillé à la rédaction de la feuille de style du Bulletin de la Société préhistorique française.

Toutes ces feuilles ne  reproduisent pas parfaitement les recommandations faites aux auteurs mais sont néanmoins exploitables.

Pour les installer dans sa base Zotero, il faut glisser le fichier csl sur une page web ouverte sur firefox.

installer une feuille de style dans Zotero
Voici donc deux feuilles de style disponibles ici. Nous verrons dans un prochain billet comment écrire une feuille de style, qu’est-ce-que le  format csl, comment contribuer à enrichir le répertoire de styles  Zotero.
Pour tout renseignement concernant les formations Zotero ou la rédaction de feuilles de style : Bénédicte MacGrégor (benedicte.macgregor@mae.u-paris10.fr), SIDRA (207D)

Bénédicte MacGrégor

Assistante de ressources documentaires (SIDRA)

More Posts - Website

Visite du musée archéologique Archéa

Illustration des collections du musée ArchéaLe Musée Archéa de Louvres (95) a accueilli, le jeudi 20 décembre, les membres du réseau Archéologie Ile-de-France, dont il est l’un des membres. 15 personnes ont ainsi pu découvrir les expositions permanente et temporaire, les réserves et le centre de documentation de ce musée dédié à l’archéologie qui a ouvert ses portes au public en septembre 2010.

Né de la volonté de la communauté d’agglomération Roissy Porte-de-France  (qui regroupe 19 communes) de conserver et de présenter les collections issues du territoire du Pays-de-France, le musée Archéa s’est fixé pour objectif d’en montrer l’évolution à travers les résultats de 30 années de recherches archéologiques.

Des espaces adaptés à un public diversifié

Outre ses salles d’exposition, le musée dispose d’une salle de projection, d’un centre de documentation, de réserves (220 m2 de réserves sur 1 300m2 de musée), de salles d’études de collections (ouvertes aux chercheurs sur réservation) et d’un espace pédagogique proposant des animations principalement à destination du public scolaire. Bien qu’il s’adresse principalement aux familles, aux scolaires et à un public surtout local, ce musée accueille également des chercheurs et étudiants. Une attention particulière est apportée à l’accueil du public handicapé : entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite, le musée a été labellisé Tourisme et handicap en mars 2012  (les textes et activités interactives des expositions sont situées  à hauteur d’enfant et de fauteuil roulant).

L’exposition permanente

L’exposition permanente présente les collections du musée, soit 750 objets issus de 87 sites. Elle débute par une présentation chronologique et se poursuit par l’exploration de plusieurs espaces thématiques. Les collections du musée sont issues notamment des sites archéologiques de :

  • Saint-Rieul (nécropole mérovingienne), à l’origine de la création du musée,
  • La Fosse-Cotheret à Roissy-en-France (sépultures aristocratiques gauloises),
  • Villiers-le-Sec (site rural carolingien),
  • Roissy-en-France (château du XVIIIe siècle ),
  • Fosses – vallée de l’Ysieux (ateliers de potiers du début du Moyen Âge à l’époque moderne),
  • Orville (château fort et village médiéval).

Le musée a par ailleurs pour mission de valoriser ces deux derniers sites. Du mobilier issu de fouilles archéologiques préventives relatives aux grands projets d’aménagement qui ont transformé ce territoire depuis les années 70 (l’aéroport de Roissy, la francilienne, la ligne TGV Nord, la carrière Véolia…) enrichit considérablement ces collections.

Les vidéos diffusées dans le cadre de l’exposition permanente sont consultables en ligne.

Les expositions temporaires

L’exposition temporaire “Silence on fouille, l’archéologie entre science et fiction” que nous avons visitée s’est terminée le  23/12/2012.

Articulée en 3 parties, l’exposition « Silence, on fouille ! » présente de façon ludique et interactive les représentations nombreuses et antinomiques de l’archéologue, tour à tour aventurier, découvreur ou scientifique (1re et 2e partie de l’exposition) et montre, à travers ces personnages de fiction, comment la société occidentale considère les archéologues (3e partie). L’intérêt inaltérable porté à la figure de l’archéologue transcende les genres cinématographiques et les époques. Sont notamment présentés des extraits de La Momie (1932), Les Mines du roi Salomon (dont sont présentés des extraits ainsi que les dessins remarquables du décorateur Alfred Junge), de Belphégor (2002), de Roma de Fellini  (1972), de L’exorciste (1973), de la série Archaeology Today des Monty Python (années 70), de l’incontournable Indiana Jones (à partir de 1981) et de Pars vite et reviens tard (2007), adaptation du polar éponyme de Fred Vargas. Cette exposition, qui a nécessité un gros travail juridique pour négocier les droits de diffusion avec les studios et ayant-droits, se termine par un quizz interactif. Le catalogue de l’exposition est disponible au musée.

Les expositions temporaires sont renouvelées une à deux fois par an. La prochaine exposition temporaire, qui débutera en avril 2013, traitera de l’exploitation céréalière en Pays de France et sera intitulée « Les meules et les moulins, le grain et la farine ».

Le centre de documentation

Le fonds du centre de documentation traite de l’archéologie en lien avec les collections et les expositions temporaires et détient également un petit fonds local. Son catalogue est consultable en ligne via le métacalogue RéVOdoc.
Son plan de classement, identique à celui utilisé par le Service d’archéologie du Val-d’Oise, utilise le système des MACLES, initié par Jean-Claude GARDIN.


Archéo-IdF remercie pour leur accueil :

  • Antoinette HUBERT, directrice-intérimaire du Musée qui nous a accueillis et nous a présenté l’exposition permanente
  • Rémi ANCEL, organisateur de la visite et responsable du centre de documentation, qui nous a présenté notamment l’exposition temporaire et le centre de documentation
  • Anne-Laure RAMEAU, régisseuse des collections (visite des deux réserves du Musée)

Le réseau Archéo-IdF est coordonné par le SIDRA. Les compte rendus de la visite du centre de documentation de l’INRAP à La Courneuve (10/11/2011) et de l’Institut de Paléontologie Humaine et du Muséum d’Histoire Naturelle (28/04/2009) sont téléchargeables sur le site du réseau.

Nathalie Le Tellier-Becquart

Responsable de ressources documentaires (SIDRA)

More Posts - Website

Colloque « Les matériaux de terrain des ethnologues en Europe »

Jeudi 24 janvier, 9 h 30 – 17 h 30 & vendredi 25 janvier, 9 h 30 – 16 h

MAE, salle du conseil (4e étage) (le jeudi 24 janvier la session de l’après-midi se déroulera à la MAE, salle 308, 3e étage)

Quelles sont aujourd’hui les réalisations et réflexions menées dans les différents pays européens autour des matériaux de terrain d’ethnologue ? Ces deux journées voudraient tenter un état des lieux sur les thématiques suivantes : la politique de collecte ; les projets de numérisation, les réalisations en matière de structuration et documentation des données (métadonnées, normes et standards, archivage à long terme) ; la diffusion et la valorisation ; les usages scientifiques ou non scientifiques des archives (histoire de l’anthropologie, ré-analyse des données, revisite de terrain, artiste en résidence) ; les questions éthiques associées à ces différentes thématiques.
Plus qu’un recensement de réalisations et projets divers, ces journées, organisées par le Consortium Archives des ethnologues (TGIR Corpus), voudraient être l’occasion de construire, à l’échelle du continent européen, un groupe de travail autour des questions d’archivage et de valorisation des matériaux de terrain des ethnologues.

Entrée libre sur inscription

Renseignements et inscriptions : marie-dominique.mouton@mae.u-paris10.fr

PROGRAMME

Jeudi 24 janvier

9 h 30 – 10 h Accueil – Café
10 h – 10 h 15 Présentation de la journée
Par Gilles Tarabout et Marie-Dominique Mouton (LESC)
10 h 15 – 11 h Des archives aux données de la recherche : projets internationaux
Par Francis André (DIST, CNRS)
11 h – 11 h 45 Getting off the verandah: managing the archives of anthropologists and anthropology at LSE
Par Sue Donnelly (London School of Economics and Political Science, Great Britain)
11 h 45 – 12 h Pause
12 h – 12 h 45 Les archives ethnologiques de Leo Frobenius : à la recherche de nouveaux usages
Par Richard Kuba (Institut Frobenius, Frankfurt, Germany)

12 h 45 – 14 h Déjeuner

Salle 308 – 3ème étage
14 h – 14 h 45 Cartographier les archives de la recherche : les enjeux du catalogage pour le partage et la valorisation
Par Véronique Ginouvès (Phonothèque de la MMSH), Marie-Dominique Mouton (Bibliothèque Eric-de-Dampierre, MAE, Nanterre)
14 h 45 – 15 h 30 KITLV Leiden = where the twain meet. Research and collections between east and west’
Par Reinder Storm (Royal Netherlands Institute of Southeast Asian and Caribbean Studies, Netherland)
15 h 30 – 15 h 45 Pause
15 h 45 – 16 h 30 Le tournant immatériel du patrimoine : nature des données et expériences en Espagne et en Galice
Par Anxo Fernández Ocampo (Université de Vigo, Spain)
16 h 30 – 17 h 15 « Consortium géographie » « Images des géographes » : archiver des données cartographiques et photographiques
Par Caroline Abela (Centre de documentation Regards, Bordeaux)

17 h 30 Cocktail

Vendredi 25 janvier

9 h 30 – 10 h Accueil – Café
10 h – 10 h 45 Archives ethnologiques et minorités nationales: quelques jalons
Par Maria Couroucli (IFA, Greece) »
10 h 45 – 11 h 30 Le pouvoir des archives : les ontologies numériques sont-elles un danger pour la recherche ? L’exemple d’ODSAS
Par Laurent Dousset (CREDO, Marseille, France)
11 h 30 – 11 h 45 Pause
11 h 45 – 12 h 30 Reflections on ethnographic archiving from UK
Par David Zeitlyn (Département d’anthropologie, Université d’Oxford, Great Britain)

12 h 30 – 14 h Déjeuner

14 h – 16 h Round Table: About an European cooperation around anthropological records
Animé par Stéphane Pouyllau (Directeur de Corpus IR) avec tous les intervenants

Consortium « Archives des ethnologues » : http://ethnologues.corpus-ir.fr/

Le ThesCRA : un ouvrage de référence

Tous les volumes du ThesCRA (Thesaurus Cultus et Rituum Antiquorum) publiés entre 2004 et 2012 par  le J. Paul Getty Museum en association avec la Fondation pour le LIMC sont désormais disponibles à la bibliothèque.

Rappelons que l’équipe du LIMC du laboratoire ArScAn a collaboré à la rédaction des 8 volumes et de l’index de cet ouvrage de référence, unique en son genre, dans le domaine des cultes et des rites de l’Antiquité.

Cote : E.010/040 TCRA