Archives de catégorie : Infodoc

Academia.edu et ResearchGate : quelles conditions d’utilisation?

3372054940_b8a02a073c_z« Pressés d’accéder aux PDF d’articles qu’une recherche sur Google a fait miroiter, on procède en quelques clics à l’inscription [à Academia et à ResearchGate] qui donne alors accès à une incroyable base de donnée constituée par les documents scientifiques déposés par les inscrits sur leur profil. Mais, lors de cette inscription simple et rapide, qui prête vraiment attention aux conditions générales d’utilisation que l’on s’empresse d’approuver en cochant la case requise ? « 

Telle est la question à laquelle l’archéologue Christophe Benech (UMR 5133-Archéorient) tente de répondre dans un article fort intéressant dont nous vous recommandons la lecture : « Protection et propriété des données sur Academia.edu et ResearchGate » (qui complète son précédent billet « Academia.edu : le réseau social scientifique préféré des SHS« ).

Dans le cadre d’une journée d’étude sur l’« Identité numérique et [la] visibilité du chercheur » organisée par nos collègues bibliothécaires de la MOM, il a décortiqué les conditions d’utilisation de ces deux sites de réseautage scientifique en plein essor.

On peut y apprendre notamment que :

« Academia n’est pas avare d’adjectifs et de verbes pour détailler ces droits que vous leur concédez : vous leur accordez donc une licence mondiale, irrévocable, perpétuelle, non exclusive, transférable et sans « royalties » avec le droit de donner licence, utiliser, voir, copier, adapter, modifier, distribuer, autoriser, vendre, transférer, diffuser publiquement, utiliser à des fins publicitaires, transmettre, ce que vous mettrez sur votre profil. Vous êtes par contre responsable de ce que vous mettez en ligne et Academia ne peut avoir à répondre de ce que vous auriez diffusé sans bénéficier de toutes les autorisations nécessaires. »

Notez qu’Academia.edu est géré par l’entreprise américaine Academia (régie par le droit américain) et Researchgate une société allemande (régie par le droit européen).
Academia.edu a prévu, selon son PDG Richard Price, de  générer des profits en vendant aux entreprises les tendances à suivre en R&D, tendances dégagées grâce à l’analyse des stockées dans Academia.edu (Source : Scientic American : « Interview with Richard Price, Academia.edu CEO » )

Pour en savoir plus sur le modèle économique de Researchgate, Academia.edu et Mendeley, voir l’article de Peters Helge : « A quick glance at business models of academic social networking services » .

Crédit photo : clocker. « Focal length of my 3.5 power loupe« . 20 mars 2009. Ressource en ligne. Flikr. 21 mars 2014. CC BY-NC-SA 2.0

Nathalie Le Tellier-Becquart

Responsable de ressources documentaires (SIDRA)

More Posts - Website

L’archéologie sous-marine dans Frantiq

Le catalogue Frantiq s’enrichit de plus de 10 000 références en archéologie subaquatique et sous-marine.

Le fonds de la bibliothèque scientifique du DRASSM, le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines, est désormais signalé dans le catalogue collectif du GDS Frantiq, la Fédération de bibliothèques et de centres de documentation en archéologie.

L’importation des 11 387 références de la bibliothèque Bernard Liou du DRASSM a été pilotée par le service d’ingénierie documentaire et réseaux pour l’archéologie de la MAE (SIDRA), en tant que cellule documentaire du GDS Frantiq.

En 2013, le catalogue Frantiq s’était déjà enrichi des fonds de la bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée – Jean Pouilloux et du fonds d’égyptologie de l’équipe Egypte Nilotique et Méditerranéenne du laboratoire Archéologie des Sociétés Méditerranéennes.

Le catalogue collectif de Frantiq signale actuellement 445 327 documents et 219 832 références d’articles et de chapitres d’ouvrages dans le domaine de l’archéologie et des sciences de l’Antiquité, de la préhistoire aux époques contemporaines.

Feuilles de styles Zotero pour les revues françaises en archéologie

Zotero (logo de F. Heimburger)

Zotero est un formidable outil de gestion de références bibliographiques conçu par les chercheurs et pour les chercheurs, il évolue donc grâce au travail de toute la communauté d’utilisateurs.  Ainsi plusieurs bibliothécaires, documentalistes, enseignants-chercheurs ou doctorants ont élaboré plusieurs feuilles de style pour les sciences humaines en France : la feuille de style France (rédigée par Stéphanie Bouvier ou Julien Sicot),  la feuille de style ISO690 (de Laure Mellifluo , Raphael Grolimund, Michel Hardegger de l’HESGE) ou  Turabian style (d’Elena  Razlogova) par exemple.  Ainsi, une fois ces feuilles installées dans Zotero, l’outil mettra en forme une bibliographie  qui respectera les recommandations aux auteurs de chaque revue. Par exemple : American Antiquity :
Puckett, Jason
2011 Zotero: A Guide for Librarians, Researchers and Educators. Amer Library Assn, June 20.

Zotero propose déjà plus de 2 800 feuilles de styles pour rédiger des articles dans une revue scientifique. En archéologie, on peut notamment citer les feuilles de style pour :

  • American Antiquity
  • American Journal of Archaeology
  • Journal of Archaeological Research
  • Journal of Archaeological Science

toutes anglophones… Afin de  d’aider les chercheurs en archéologie à élaborer des bibliographies grâce à Zotero dans des revues françaises, le service Sidra a  rédigé quelques feuilles de style en français.

Vous trouverez  sur le site du Centre Camille Jullian la feuille de style pour le Bulletin  de correspondance hellénistique élaborée en collaboration avec Blandine Nouvel. Disponible aussi, la feuille de style du DAM (Document d’Archéologie Française) élaborée par R. Orgeolet. Nous avons aussi travaillé à la rédaction de la feuille de style du Bulletin de la Société préhistorique française.

Toutes ces feuilles ne  reproduisent pas parfaitement les recommandations faites aux auteurs mais sont néanmoins exploitables.

Pour les installer dans sa base Zotero, il faut glisser le fichier csl sur une page web ouverte sur firefox.

installer une feuille de style dans Zotero
Voici donc deux feuilles de style disponibles ici. Nous verrons dans un prochain billet comment écrire une feuille de style, qu’est-ce-que le  format csl, comment contribuer à enrichir le répertoire de styles  Zotero.
Pour tout renseignement concernant les formations Zotero ou la rédaction de feuilles de style : Bénédicte MacGrégor (benedicte.macgregor@mae.u-paris10.fr), SIDRA (207D)

Bénédicte MacGrégor

Assistante de ressources documentaires (SIDRA)

More Posts - Website

Visite du musée archéologique Archéa

Illustration des collections du musée ArchéaLe Musée Archéa de Louvres (95) a accueilli, le jeudi 20 décembre, les membres du réseau Archéologie Ile-de-France, dont il est l’un des membres. 15 personnes ont ainsi pu découvrir les expositions permanente et temporaire, les réserves et le centre de documentation de ce musée dédié à l’archéologie qui a ouvert ses portes au public en septembre 2010.

Né de la volonté de la communauté d’agglomération Roissy Porte-de-France  (qui regroupe 19 communes) de conserver et de présenter les collections issues du territoire du Pays-de-France, le musée Archéa s’est fixé pour objectif d’en montrer l’évolution à travers les résultats de 30 années de recherches archéologiques.

Des espaces adaptés à un public diversifié

Outre ses salles d’exposition, le musée dispose d’une salle de projection, d’un centre de documentation, de réserves (220 m2 de réserves sur 1 300m2 de musée), de salles d’études de collections (ouvertes aux chercheurs sur réservation) et d’un espace pédagogique proposant des animations principalement à destination du public scolaire. Bien qu’il s’adresse principalement aux familles, aux scolaires et à un public surtout local, ce musée accueille également des chercheurs et étudiants. Une attention particulière est apportée à l’accueil du public handicapé : entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite, le musée a été labellisé Tourisme et handicap en mars 2012  (les textes et activités interactives des expositions sont situées  à hauteur d’enfant et de fauteuil roulant).

L’exposition permanente

L’exposition permanente présente les collections du musée, soit 750 objets issus de 87 sites. Elle débute par une présentation chronologique et se poursuit par l’exploration de plusieurs espaces thématiques. Les collections du musée sont issues notamment des sites archéologiques de :

  • Saint-Rieul (nécropole mérovingienne), à l’origine de la création du musée,
  • La Fosse-Cotheret à Roissy-en-France (sépultures aristocratiques gauloises),
  • Villiers-le-Sec (site rural carolingien),
  • Roissy-en-France (château du XVIIIe siècle ),
  • Fosses – vallée de l’Ysieux (ateliers de potiers du début du Moyen Âge à l’époque moderne),
  • Orville (château fort et village médiéval).

Le musée a par ailleurs pour mission de valoriser ces deux derniers sites. Du mobilier issu de fouilles archéologiques préventives relatives aux grands projets d’aménagement qui ont transformé ce territoire depuis les années 70 (l’aéroport de Roissy, la francilienne, la ligne TGV Nord, la carrière Véolia…) enrichit considérablement ces collections.

Les vidéos diffusées dans le cadre de l’exposition permanente sont consultables en ligne.

Les expositions temporaires

L’exposition temporaire “Silence on fouille, l’archéologie entre science et fiction” que nous avons visitée s’est terminée le  23/12/2012.

Articulée en 3 parties, l’exposition « Silence, on fouille ! » présente de façon ludique et interactive les représentations nombreuses et antinomiques de l’archéologue, tour à tour aventurier, découvreur ou scientifique (1re et 2e partie de l’exposition) et montre, à travers ces personnages de fiction, comment la société occidentale considère les archéologues (3e partie). L’intérêt inaltérable porté à la figure de l’archéologue transcende les genres cinématographiques et les époques. Sont notamment présentés des extraits de La Momie (1932), Les Mines du roi Salomon (dont sont présentés des extraits ainsi que les dessins remarquables du décorateur Alfred Junge), de Belphégor (2002), de Roma de Fellini  (1972), de L’exorciste (1973), de la série Archaeology Today des Monty Python (années 70), de l’incontournable Indiana Jones (à partir de 1981) et de Pars vite et reviens tard (2007), adaptation du polar éponyme de Fred Vargas. Cette exposition, qui a nécessité un gros travail juridique pour négocier les droits de diffusion avec les studios et ayant-droits, se termine par un quizz interactif. Le catalogue de l’exposition est disponible au musée.

Les expositions temporaires sont renouvelées une à deux fois par an. La prochaine exposition temporaire, qui débutera en avril 2013, traitera de l’exploitation céréalière en Pays de France et sera intitulée « Les meules et les moulins, le grain et la farine ».

Le centre de documentation

Le fonds du centre de documentation traite de l’archéologie en lien avec les collections et les expositions temporaires et détient également un petit fonds local. Son catalogue est consultable en ligne via le métacalogue RéVOdoc.
Son plan de classement, identique à celui utilisé par le Service d’archéologie du Val-d’Oise, utilise le système des MACLES, initié par Jean-Claude GARDIN.


Archéo-IdF remercie pour leur accueil :

  • Antoinette HUBERT, directrice-intérimaire du Musée qui nous a accueillis et nous a présenté l’exposition permanente
  • Rémi ANCEL, organisateur de la visite et responsable du centre de documentation, qui nous a présenté notamment l’exposition temporaire et le centre de documentation
  • Anne-Laure RAMEAU, régisseuse des collections (visite des deux réserves du Musée)

Le réseau Archéo-IdF est coordonné par le SIDRA. Les compte rendus de la visite du centre de documentation de l’INRAP à La Courneuve (10/11/2011) et de l’Institut de Paléontologie Humaine et du Muséum d’Histoire Naturelle (28/04/2009) sont téléchargeables sur le site du réseau.

Nathalie Le Tellier-Becquart

Responsable de ressources documentaires (SIDRA)

More Posts - Website

Retour sur l’atelier Zotero du 14 décembre

L’atelier Zotero proposé à la MAE le 14 décembre a été l’occasion pour un groupe de 15 personnes composé de chercheurs, de doctorants en archéologie et en ethnologie, ainsi que des professionnels de l’IST de se réunir autour de l’intérêt commun de découvrir le logiciel Zotero.

L’atelier s’est déroulé en 3 temps : présentation du logiciel, son installation, puis une série de cas pratiques pour permettre à chacun de manipuler le logiciel et de faire émerger les questions autour de son utilisation.

Pendant l’atelier ont été abordé l’ajout automatique de références dans la base Zotero, l’organisation des références collectées, la citation d’auteurs dans un article, puis la création d’une bibliographie en fin d’article. Nous avons terminé la session sur comment choisir une feuille de style et en télécharger de nouvelles.

Cette séance de découverte pour certains participants a permis de mettre en lumière les difficultés que rencontre un premier utilisateur : l’installation selon son système d’exploitation, son navigateur ou son traitement de texte peut se révéler complexe. De même, faire des citations dans un article est plus difficile qu’il n’y paraît. La barre d’outils “citation” est d’un maniement intuitif mais le fait d’appeler l’auteur de sa base Zotero puis de choisir une feuille de style et enfin de créer une bibliographie demande plusieurs manipulations pour comprendre le cheminement.

Le groupe a été conquis par la facilité d’ajout de références, par la récupération des données de pdf. Ils ont été aussi agréablement surpris par plus de 2 500 feuilles de style disponibles sur le site Zotero. Ces feuilles étant principalement conçues pour les revues anglophones de médecine ou de biologie, plusieurs professionnels de l’IST dont les documentalistes du service Sidra ont commencé à rédiger des feuilles de style pour les revues françaises en archéologie. A suivre dans un prochain billet…

Bénédicte MacGrégor

Assistante de ressources documentaires (SIDRA)

More Posts - Website

Consortium Mémoire des archéologues et des sites archéologiques (MASA)

Les 26 et 27 novembre 2012 s’est tenue la réunion de lancement du consortium Mémoire des archéologues et des sites archéologiques (MASA, labellisé par le TGIR Corpus).

Le consortium MASA a pour mission de travailler à l’accessibilité des données de la recherche en archéologie, de proposer des guides de bonnes pratiques à destination des chercheurs et ingénieurs du domaine et, par la mise à disposition de corpus numériques, de susciter de nouveaux usages.

Pendant 4 années (2012-2016), il permettra de financer les actions de  numérisation et  de documentation des corpus ainsi que  la coordination du consortium (assurée par la Maison Archéologie & Ethnologie, porteuse du projet).

6 partenaires participent à MASA :

Ils mettent en commun leurs domaines d’expertise, complémentaires, tels que l’archivistique, les techniques de numérisation, l’élaboration de référentiels documentaires, la spatialisation et le géoréférencement, la structuration et la re-documentarisation des données de la recherche…

Cette réunion a été l’occasion de discuter des problématiques rencontrées par chaque partenaire, de faire l’inventaire des apports et besoins de chacun et d’organiser les premiers projets communs.

Le service ingénierie documentaire et réseaux pour l’archéologie (SIDRA) participe au bureau exécutif ainsi qu’à la coordination du consortium.

Nathalie Le Tellier-Becquart

Responsable de ressources documentaires (SIDRA)

More Posts - Website