Archives de catégorie : Ressources documentaires

Nouveau site web du service des archives de la MAE

Le service des archives de la MAE est heureux de vous annoncer la nouvelle version de son site Web.

Vous y découvrirez notamment :

Extrait de la page d’accueil du site web. Tous droits réservés. Reproduction strictement réservée à un usage privé.
Extrait de la page d’accueil du site web. Tous droits réservés. Reproduction strictement réservée à un usage privé.
  • une présentation du service et de ses missions,
  • les conditions pour accéder aux archives,
  • une rubrique d’aide à l’archivage (archives physiques et électroniques) à destination des personnels de la MAE.

 

Le nouvel outil que nous avons choisi, le logiciel AtoM, développé à l’origine par le Conseil international des archives, permet de réaliser des instruments de recherche en XML utilisant les DTD EAD et EAC conformes aux normes archivistiques internationales ISAD(G), ISAAR(CPF) et ISDIAH. Les instruments de recherche sont ainsi parfaitement interopérables.

Actuellement, vous pouvez consulter les inventaires de 95 fonds et plus de 22 000 documents numérisés.

Continuer la lecture de Nouveau site web du service des archives de la MAE

Premier numéro des dossiers thématiques de la MAE : Ecriture cunéiforme et civilisation mésopotamienne

La MAE inaugure ce mois-ci sur son site web une nouvelle rubrique intitulée « Dossiers thématiques« . Il s’agit de mettre à la disposition d’un large public un certain nombre de ressources élaborées par les scientifiques et utilisables à des fins de connaissance ou de transmission, notamment par les enseignants du primaire et du secondaire.

Le premier dossier est consacré à l’écriture cunéiforme et à la civilisation mésopotamienne et a été constitué par Cécile Michel, archéologue, assyriologue,  directrice de recherche au CNRS dans le laboratoire Archéologie et sciences de l’Antiquité (ArScAn) et actuelle présidente de l’International Association for Assyriology.

Le dossier comprend : – un film de 17 min consacré à l’écriture cunéiforme, à son fonctionnement, à l’éducation des scribes, et des explications pour reproduire les gestes des scribes et apprendre à écrire en cunéiforme sur de l’argile fraîche – des documents à télécharger : un petit syllabaire paléo-babylonien, des cartes, un dossier pour collégiens, etc. – une bibliographie concernant l’histoire de la Mésopotamie, les écritures cunéiformes, la redécouverte du Proche-Orient antique, l’archéologie et l’histoire de l’art et des corpus de textes cunéiformes traduits en français – les ressources web sur le Proche-Orient ancien et les sources cunéiformes – une rubrique « actualités ».

Laurence Quinty

Chargée de partenariats et valorisation à la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

More Posts

Les rapports de fouilles de l’Inrap signalés dans Frantiq

Fouille de la cour du Grand Commun du château de Versailles (Yvelines), 2007. Archéologue responsable d'opération : Jean-Yves Dufour
Fouille de la cour du Grand Commun du château de Versailles (Yvelines), 2007. Archéologue responsable d’opération : Jean-Yves Dufour. © Denis Glicksman, Inrap

Près de 19000 rapports de fouilles de l’Inrap sont désormais référencés dans le catalogue du réseau Frantiq. Ils s’ajoutent aux 4 400 rapports déjà signalés dans la base. La recherche est facilitée par les résumés et l’indexation avec le thésaurus PACTOLS (Peuples, Anthroponymes, Chronologie, Toponymes, Oeuvres, Lieux et Sujets), thésaurus géré également par le réseau, ainsi que par les liens vers le catalogue de l’Inrap où certains de ces rapports sont accessibles en texte intégral.

Academia.edu et ResearchGate : quelles conditions d’utilisation?

3372054940_b8a02a073c_z« Pressés d’accéder aux PDF d’articles qu’une recherche sur Google a fait miroiter, on procède en quelques clics à l’inscription [à Academia et à ResearchGate] qui donne alors accès à une incroyable base de donnée constituée par les documents scientifiques déposés par les inscrits sur leur profil. Mais, lors de cette inscription simple et rapide, qui prête vraiment attention aux conditions générales d’utilisation que l’on s’empresse d’approuver en cochant la case requise ? « 

Telle est la question à laquelle l’archéologue Christophe Benech (UMR 5133-Archéorient) tente de répondre dans un article fort intéressant dont nous vous recommandons la lecture : « Protection et propriété des données sur Academia.edu et ResearchGate » (qui complète son précédent billet « Academia.edu : le réseau social scientifique préféré des SHS« ).

Dans le cadre d’une journée d’étude sur l’« Identité numérique et [la] visibilité du chercheur » organisée par nos collègues bibliothécaires de la MOM, il a décortiqué les conditions d’utilisation de ces deux sites de réseautage scientifique en plein essor.

On peut y apprendre notamment que :

« Academia n’est pas avare d’adjectifs et de verbes pour détailler ces droits que vous leur concédez : vous leur accordez donc une licence mondiale, irrévocable, perpétuelle, non exclusive, transférable et sans « royalties » avec le droit de donner licence, utiliser, voir, copier, adapter, modifier, distribuer, autoriser, vendre, transférer, diffuser publiquement, utiliser à des fins publicitaires, transmettre, ce que vous mettrez sur votre profil. Vous êtes par contre responsable de ce que vous mettez en ligne et Academia ne peut avoir à répondre de ce que vous auriez diffusé sans bénéficier de toutes les autorisations nécessaires. »

Notez qu’Academia.edu est géré par l’entreprise américaine Academia (régie par le droit américain) et Researchgate une société allemande (régie par le droit européen).
Academia.edu a prévu, selon son PDG Richard Price, de  générer des profits en vendant aux entreprises les tendances à suivre en R&D, tendances dégagées grâce à l’analyse des stockées dans Academia.edu (Source : Scientic American : « Interview with Richard Price, Academia.edu CEO » )

Pour en savoir plus sur le modèle économique de Researchgate, Academia.edu et Mendeley, voir l’article de Peters Helge : « A quick glance at business models of academic social networking services » .

Crédit photo : clocker. « Focal length of my 3.5 power loupe« . 20 mars 2009. Ressource en ligne. Flikr. 21 mars 2014. CC BY-NC-SA 2.0

Nathalie Le Tellier-Becquart

Responsable de ressources documentaires (SIDRA)

More Posts - Website

L’archéologie sous-marine dans Frantiq

Le catalogue Frantiq s’enrichit de plus de 10 000 références en archéologie subaquatique et sous-marine.

Le fonds de la bibliothèque scientifique du DRASSM, le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines, est désormais signalé dans le catalogue collectif du GDS Frantiq, la Fédération de bibliothèques et de centres de documentation en archéologie.

L’importation des 11 387 références de la bibliothèque Bernard Liou du DRASSM a été pilotée par le service d’ingénierie documentaire et réseaux pour l’archéologie de la MAE (SIDRA), en tant que cellule documentaire du GDS Frantiq.

En 2013, le catalogue Frantiq s’était déjà enrichi des fonds de la bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée – Jean Pouilloux et du fonds d’égyptologie de l’équipe Egypte Nilotique et Méditerranéenne du laboratoire Archéologie des Sociétés Méditerranéennes.

Le catalogue collectif de Frantiq signale actuellement 445 327 documents et 219 832 références d’articles et de chapitres d’ouvrages dans le domaine de l’archéologie et des sciences de l’Antiquité, de la préhistoire aux époques contemporaines.

Artefacts, l’Encyclopédie en ligne des petits mobiliers archéologiques

Connaissez-vous Artefacts , l’autre encyclopédie à laquelle vous pouvez vous aussi contribuer ? Artefacts est un projet participatif d’Encyclopédie en ligne des petits mobiliers archéologiques, couvrant une chronologie et une aire géographique étendues (Europe et Méditerranée, de la fin de la préhistoire à l’époque moderne), dont l’ambition est de fournir à terme un site de référence pour les différentes catégories d’objets, leur typologie et leur chronologie, le tout étayé par une bibliographie scientifique.

Le site présente d’ores et déjà à ses utilisateurs plus de 5 000 fiches typologiques, regroupant 265 000 objets, classés en catégories chronologiques, fonctionnelles et typologiques. Chacun, en fonction de ses besoins, peut y retrouver les objets d’une catégorie, d’une région ou d’une époque, extraire des catalogues ou des cartes de répartition. Des outils de cartographie automatique permettent, à chaque étape de la navigation, de visualiser la répartition d’un type ou d’un ensemble d’objets.

Artefacts est un projet participatif : nous vous proposons de prendre part à l’élaboration de cet outil. Toute personne intéressée par l’étude des petits objets peut contribuer en ligne, que ce soit pour compléter la bibliographie , ou, pour les plus chevronnés, en intervenant sur le contenu de la base de donnée. Pour collaborer à Artefacts, la première étape consiste à s’inscrire sur le site ensuite les personnes intéressées peuvent demander le statut d’auteur. Découvrez Artefacts et commencez à créer votre espace personnel !

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts