Archives de catégorie : Publications

De la maison à la ville dans l’Orient ancien : la ville et les débuts de l’urbanisation

NiniveLes contributions au Séminaire d’Histoire et Archéologie des Mondes Orientaux (SHAMO) 2011 sur

 De la maison à la ville dans l’Orient ancien : La ville et les débuts de l’urbanisation

viennent de paraître dans les Cahiers des thèmes transversaux d’ArScAn, vol. XI, 2011-2012, Nanterre 2013, et sont téléchargeables ici.

Introduction par Cécile Michel, ArScAn

Les premières villes auraient vu le jour au Proche-Orient ancien, région également réputée par la Bible et les auteurs grecs pour avoir abrité de véritables mégapoles entre le Tigre et l’Euphrate, connues sous les noms de Ninive et Babylone. Les débuts de l’urbanisation ont donné lieu à de très nombreux écrits, depuis l’invention par G. Childe (1950), d’une véritable « révolution urbaine » qui aurait eu lieu au IVe millénaire av. J.-C. ; les définitions de la ville ont beaucoup varié selon la zone géographique considérée ou les critères pris en compte. Dans le cadre du Séminaire d’Histoire et d’Archéologie des Mondes Orientaux (SHAMO), archéologues, épigraphistes, historiens et spécialistes des images se sont réunis au cours de six séances au premier semestre 2011 pour analyser le phénomène d’urbanisation dans le Proche-Orient ancien, définir de la ville, ses composantes (ville haute, ville basse) et ses limites, en donner une typologie et préciser la place qu’y tenaient les vivants et les morts.
La plupart des définitions de la ville se sont d’abord appuyées sur la taille de l’agglomération, fixant un seuil à partir duquel il est possible de parler d’une « ville ». Toutefois des analyses récentes modèrent l’importance de cette caractéristique chiffrée et préfèrent définir la ville comme un « centre peuplé de manière substantielle offrant des services spécialisés à une société plus vaste » (Renfrew, 2008, The City through Time and Space, Transformations of Centrality. In Liverani M. 2011. Stadt (City). Reallexikon der Assyriologie 13 1/2 : 50-74. Voir également Cowgill, 2004, Origins and Development of Urbanism; Archaeological Perspectives, Annual Review of Anthropology 33 : 525-549). D’autres caractéristiques de la ville sont régulièrement mises en avant ; on doit y trouver des fortifications défensives, un secteur résidentiel, des temples dont celui de la divinité poliade, le palais royal pour l’élite, des zones d’artisanat pour une production spécialisée (céramique, métal, tissage, travail lapidaire…), une ou des places publiques, des principes axiaux liés à la cosmologie, et éventuellement des tombes avec du mobilier (Liverani, 2011). Habuba Kabira serait le résultat d’une opération d’urbanisme réalisée à partir d’un projet préconçu : son plan fait figure de plus ancien plan de ville connu.

Ces éléments, s’ils participent à la constitution d’une ville, n’en expliquent pas pour autant sa formation ; la ville serait le résultat du développement de réseaux de relations, via des échanges et une économie de plus en plus diversifiée et spécialisée (Butterlin, 2003, Les temps proto-urbains de Mésopotamie. Contacts et acculturation à l’époque d’Uruk au Moyen-Orient. Paris : CNRS éditions). La présence de nombreux textes découverts dans la ville d’Uruk témoigne de la concentration de scribes attachés à des activités politiques ou religieuses. La ville, centre économique, était lié à un arrière-pays avec lequel il entretenait diverses relations. L’examen de la documentation textuelle des IVe et IIIe millénaires indiquerait même l’existence en réseau des villes sumériennes (J.-J. Glassner). Au Bronze Moyen, on assiste à une série de fondations nouvelles fortifiées dans la région d’Ešnunna et plus tard en Babylonie ; harrādum, sur le Moyen Euphrate irakien, avec son plan quadrangulaire, en serait l’un des principaux témoins (C. Kepinski). La documentation écrite qui y a été exhumée permet de situer la ville dans son contexte géopolitique aux périodes paléo-babylonienne et médio-assyrienne, et d’en définir ses fonctions administrative, militaire, commerciale et culturelle.

Alors que les séances du séminaire SHAMO se tenaient, paraissaient les premiers résultats de l’étude de J. Pournelle qui, à partir de l’étude combinée des relevés archéologiques et de photos prises par des satellites, s’est attachée à reconstruire les paysages de l’ancienne basse Mésopotamie et des marais (Pournelle/Lawler, 2011, Did the First Cities Grow From Marshes ?, Science 331, 14 January: 141). Selon cet auteur, les premiers gros villages et petites villes, telle Eridu, seraient apparus d’abord sur des buttes dans les marais, le long d’étroits passages pour bateaux, vers 4 000 av. J.-C., période coïncidant avec un pic de la montée des eaux dans le Golfe. Dans cet espace, plantes et animaux abondaient, et la nourriture et les matériaux de construction y étaient facilement accessibles. Vers 3 500 av. J.-C., on assiste à la naissance des premières villes sur les petits deltas en bordure nord du marais, telle Uruk. La retraite des eaux dans le Golfe au IIIe millénaire aurait alors provoqué l’émergence d’une irrigation intensive, celle-ci n’étant donc pas à l’origine du processus d’urbanisation.
Le vocabulaire permettant aujourd’hui de définir les premiers centres urbains doit être choisi avec précaution : « cité », « ville » et « village », correspondant respectivement aux termes anglais « city », « town » et « village ». Selon A. Westenholz (2002, The Sumerian city-state. In : Hansen M. H. (ed.) A comparative study of six city-state cultures: an investigation conducted by the Copenhagen Polis Center. Historisk-filosofiske Skrifter 27: 23-42. Copenhagen), le village n’a pas de mur défensif, ni de divinité poliade ; un texte paléo-babylonien précise en outre : « il n’y a pas de devin dans un village (kaprum) ». Cet auteur propose d’utiliser le mot « town » pour une ville dépendante d’une cité-État ; chez les Sumériens, elle en aurait presque toutes les caractéristiques, mais serait dépourvue d’un palais royal. En effet, son dirigeant porte le titre de « sanga », chef du temple, et serait responsable envers le souverain de la capitale pour lequel Westenholz utilise le vocable « city ». Cette dernière renferme un palais. En français, le terme cité-État, créé au milieu du XIXe siècle pour la Rome du Ier siècle av. J.-C., est employé pour la Mésopotamie ; en revanche, il semble préférable de ne pas utiliser le mot « cité », trop connoté par la « cité grecque ».

Le développement de réseaux d’échanges par les Sumériens au IVe millénaire a dépassé le strict cadre mésopotamien pour s’étendre en Syrie où l’urbanisation se développe à son tour au IIIe millénaire (« deuxième révolution urbaine »), et l’influence de la culture d’Uruk est même perceptible en Anatolie du sud-est où l’on a mis au jour d’importants centres proto-urbains, tel Arslan Tepe (Butterlin, 2003). Dans le reste de la péninsule anatolienne, on relève différents processus d’urbanisation indépendants au Bronze ancien, avec des établissements de taille modeste et d’organisation binaire qui se développe dans une région dépourvue d’écriture et au pouvoir politique morcelé (B. Perello). Au Bronze moyen, le plateau anatolien vit le développement de villes fortifiées constituées d’une citadelle, avec palais et temples, et d’une ville basse construite de maisons à deux niveaux en briques sur fondations en pierres, sur le modèle de Kültepe, au nord-est de Kayseri, dont la stratigraphie a servi d’échelle chronologique de référence pour le plateau anatolien pour la première moitié du IIe millénaire av. J.-C. La ville basse, habitée par des Anatoliens, des étrangers et une importante communauté de marchands assyriens, a été définie, à tort, selon les modèles de colonie, puis de diaspora marchande, et désignée par le terme kārum (comptoir de commerce) ; toutefois, les contours de la ville basse, encore inconnus, ne coïncidaient vraisemblablement pas avec le kārum (C. Michel).
Au Levant méridional, on relève un processus d’urbanisation original aux âges du Bronze et du Fer où l’on assiste au développement de plusieurs centres de taille plus réduite, indépendants les uns des autres, qui interagissent avec des groupes tribaux ; on observe un phénomène similaire en Syrie du Nord ou en Iran (P. de Miroschedji). Les fortifications figurent parmi les principaux éléments des villes du Proche-Orient ancien, elles en dessinent les limites et sont représentées avec force détails sur les bas-reliefs néo-assyriens (L. Bachelot). Il s’agit d’une série d’éléments identifiés par l’archéologie et significatifs du fait urbain dans la documentation textuelle. L a répartition des sites fortifiés par types prédéfinis, intégrés à l’évolution géopolitique du Proche-Orient ancien permettent, entre autres, d’appréhender les différentes étapes de l’évolution urbaine (S. Rey). À  Mari, la mise en place d’une ligne-double de défense construite pendant la ville II coïncide avec la deuxième révolution urbaine ; à la fin du IIIe millénaire, une défense échelonnée est transformée en défense active pour accompagner les progrès de la poliorcétique (P. Butterlin). Au Ier millénaire, la complexité et la taille des remparts atteignent des niveaux alors inégalés afin de faire face à la multiplication des sièges issus des imposantes stratégies militaires des empires assyriens et babyloniens (A.-R. Castex et B. Gombert).

Lieu de résidence pour les vivants, la ville pouvait également héberger les morts, ceux-ci étant enterrés sous les maisons comme à Ur, Ugarit ou Emar. Mais à l’Âge du Fer, en Syrie de l’Ouest, d’importants cimetières à crémation se situent hors de la ville comme à Karkemiš et à Hama. À l’inverse, à tell Banat, le site funéraire est à l’origine et a même structuré l’établissement urbain (A. Tenu). En Nabatéenne, à Pétra et Madâ’in Sâlih, l’espace des morts est distinct de celui des vivants, mais visible depuis l’agglomération urbaine grâce à d’imposants tombaux monumentaux où des groupes familiaux étaient ensevelis (N. Delhopital).

Sommaire

  •  MICHEL C. Introduction au séminaire “ De la maison à la ville dans l’Orient ancien : la ville et les débuts de l’urbanisation ”. Cahier XI, 2011-2012, Thème 8 – De la maison à la ville dans l’Orient ancien : La ville et les débuts de l’urbanisation , p. 179-181.

 1. Définition et typologie de la ville

  • MIROSCHEDJI, P. de, La ville au Proche-Orient ancien : approches archéologiques, Cahier XI, 2011-2012, Thème 9 – De la maison à la ville dans l’Orient ancien : La ville et les débuts de l’urbanisation , p. 185-198.
  • GLASSNER, J.-J. Réflexions sur la ville en Mésopotamie à partir des sources écrites des IVe et IIIe millénaires et des sources divinatoires, Cahier XI, 2011-2012, Thème 9 – De la maison à la ville dans l’Orient ancien : La ville et les débuts de l’urbanisation , p. 199-207.

 2. Ville et urbanisme en Anatolie

  • PERELLO, B. Les premiers pas du processus d’urbanisation en Anatolie occidentale dans la seconde moitié du IIIe millénaire, Cahier XI, 2011-2012, Thème 9 – De la maison à la ville dans l’Orient ancien : La ville et les débuts de l’urbanisation , p. 211-217.
  • MICHEL, C. Peut-on parler de « colonies » ou « diasporas » assyriennes en Anatolie ? Réflexions sur la ville basse de Kültepe/Kaniš, Cahier XI, 2011-2012, Thème 9 – De la maison à la ville dans l’Orient ancien : La ville et les débuts de l’urbanisation , p. 219-228.

 3. Ville haute, ville basse, la ville et ses environs

  • REY, S. Eléments de classification des villes fortifiées du Proche-Orient à l’âge du Bronze, Cahier XI, 2011-2012, Thème 9 – De la maison à la ville dans l’Orient ancien : La ville et les débuts de l’urbanisation , p. 231-251.

 4. La ville et ses limites

  • BUTTERLIN, P. Limites urbaines et enceintes fortifiées, éléments de topologie urbaine au Proche-Orient ancien au IIIe millénaire avant notre ère, Cahier XI, 2011-2012, Thème 9 – De la maison à la ville dans l’Orient ancien : La ville et les débuts de l’urbanisation , p. 255-262.
  • CASTEX, A.-R. et GOMBERT, B. Les sièges au Proche-Orient à l’époque néo-assyrienne. Sources textuelles et iconographiques, Cahier XI, 2011-2012, Thème 9 – De la maison à la ville dans l’Orient ancien : La ville et les débuts de l’urbanisation , p. 263-272.

 5. La ville et ses morts

  • TENU, A. Ville des vivants et ville des morts. L’espace funéraire en Syrie et Mésopotamie (IIIe-Ier millénaires), Cahier XI, 2011-2012, Thème 9 – De la maison à la ville dans l’Orient ancien : La ville et les débuts de l’urbanisation , p. 275-285.
  • DELHOPITAL, N. Des morts et des vivants en Nabatène, Cahier XI, 2011-2012, Thème 9 – De la maison à la ville dans l’Orient ancien : La ville et les débuts de l’urbanisation , p. 287-293.

 6. Naissance, vie et mort d’une ville

  • KEPINSKI, C. Harradum ou la cas d’une ville nouvelle (XIXe au XVIIe s. av. J.-C.). Appropriation territoriale d’une zone frontière, Cahier XI, 2011-2012, Thème 9 – De la maison à la ville dans l’Orient ancien : La ville et les débuts de l’urbanisation , p. 297-299.

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

« Les néo-Indiens. Une religion du IIIe millénaire » traduit en espagnol

LOS-NEO-INDIOS-web

Publié en 2006 chez Odile Jacob, l’ouvrage de Jacques Galinier et Antoinette Molinié, chercheurs au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, « Les Néo-Indiens. Une religion du IIIe millénaire » avait déjà donné lieu à une traduction en anglais éditée par les University Press of Colorado & Utah State University Press, dont on soulignera le commentaire de Stanley Brandes, professeur d’anthropologie à l’Université de Californie à Berkeley :

“This excellent translation will give English readers access to one of the most innovative and important anthropological publications of the past decade.”

A présent traduit en espagnol, l’ouvrage, dans sa version française, avait donné lieu aux compte rendus critiques de Jacques Gutwirth, fondateur du Laboratoire d’anthropologie urbaine, dans les Archives de sciences sociales des religions, disponible en ligne,  ainsi que d’Edilene Coffaci de Lima, dans le Journal de la Société des Américanistes, visible également en texte intégral.

 

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Nouvel ouvrage d’Albert Piette sur « L’origine de la croyance »

Piettecouva

Résumé :

Au commencement, les Homo sapiens ne croyaient pas. Un jour, certains ont commencé à croire à des choses incroyables, en tout cas difficilement croyables, par exemple que des morts vivent.

À partir de là, c’est l’hypothèse de ce livre, une manière humaine d’exister s’est progressivement façonnée. Celle que nous connaissons et qui est marquée par l’inférence permanente de la présence et de l’absence, de l’engagement et du dégagement, du majeur et du mineur, les uns et les autres si caractéristiques des humains.
Comment l’Homme moderne va-t-il continuer à évoluer ? En augmentant ses facultés d’activité ou ses facultés de passivité ?
Pour poser ces questions, pour tenter d’y répondre, ce livre met en résonnance les sépultures de la préhistoire, des autoportraits de l’auteur en train de croire, une réflexion anthropologique et une interrogation éthique.

Albert Piette est anthropologue, professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Prix 12 €€ – 104 pages  – 2013 – 978-2-917191-57-6

Présentation des Cahiers d’Asie centrale consacré aux recherches archéologiques.

Le volume des Cahiers d’Asie centrale consacré aux recherches archéologiques est sorti des presses le mois dernier.

Afin de donner un peu de visibilité à cet ouvrage qui représente un travail scientifique considérable, une présentation sera organisée

le mardi 12 novembre 2013, de 15h à 18h à l’auditorium de la Bulac

(65 rue des Grands-Moulins, Paris 13ème, métro Bibliothèque François-Mitterand).

Avec, au programme :

1- Introduction:  Francis Richard «  Présentation de l’ouvrage « État des lieux sur la coopération scientifique entre la France et l’Asie centrale »

2- Jean-François Jarrige : « Le soutien financier de la France à l’archéologie et à la coopération patrimoniale en Asie centrale »

3- Henri-Paul Francfort : « Perspectives et stratégies pour l’avenir des nouvelles générations d’archéologues en Asie centrale ? »

Conclusion: Olivier Ferrando et Julio Bendezu-Sarmiento « La place de l’archéologie à l’IFEAC et la DAFA »

Accès libre et gratuit, dans la limite des places disponibles.

Les organisateurs : Olivier FERRANDO (directeur de l’IFEAC), Julio BENDEZU SARMIENTO (Directeur-adjoint de la DAFA et responsable scientifique du volume), Francis RICHARD (directeur éditorial du volume).

Ateliers d’anthropologie n°38

visuel_carnetsMAE2

Pratiques religieuses (afro-)cubaines: logiques rituelles, logiques sociales
sous la direction d’Emma Gobin et Géraldine Morel

Du triomphe de la Révolution castriste (1959) jusqu’au début de la « Période spéciale en temps de paix » (état de crise nationale consécutif à l’effondrement de l’URSS), les recherches empiriques sur Cuba ont surtout été conduites par des chercheurs de l’île. Les réorientations idéologiques et socio-économiques de la Période spéciale ont toutefois changé la donne en permettant à des recherches étrangères de terrain de se développer, en particulier sur la question des religions dites « afro-cubaines ». Manifestations socioreligieuses protéiformes, celles-ci se sont en effet érigées en un objet d’étude privilégié tant parce qu’elles jouent un rôle primordial dans l’organisation, au quotidien, de l’expérience et des représentations du monde de leurs nombreux adeptes, que parce qu’elles jouissent d’une visibilité singulière dans la Cuba contemporaine.

Rassemblant des articles fondés sur des ethnographies récentes et approfondies, ce numéro témoigne de la diversité et du dynamisme de cet univers religieux ainsi que des recherches qu’il suscite actuellement. Il vise notamment à contribuer à une meilleure appréhension anthropologique des logiques rituelles et sociales qui sous-tendent les pratiques envisagées et, ce faisant, insiste sur les processus complexes de construction et de négociation des identités personnelles et collectives qui s’y développent, en marge ou au cœur des enjeux les plus forts qui traversent la société cubaine d’aujourd’hui.

Emma Gobin et Géraldine Morel, L’ethnographie et l’anthropologie religieuses de Cuba : repères historiques et bibliographiques / Ethnography and Religious Anthropology of Cuba: Historical and Bibliographical Landmarks

Katerina Kerestetzi, Pénétrer le monde des morts: la constitution du sujet initiatique du palo monte (Cienfuegos, Cuba)

Diana Espirito Santo, Observaciones sobre la relación entre la “cosmo-lógica” y la construcción de la persona en el espiritismo cubano

Emma Gobin, L’intégration d’étrangers dans la santería et le culte d’Ifá à La Havane: enjeux sociaux et micro-politiques, dynamiques rituelles

Géraldine Morel, Masculinité et relations de genre dans la société secrète abakuá

Alain Konen, « Ilé Tuntun » à La Havane: une réinterprétation de l’ancestralité africaine et de la divination Ifá

Ana Stela de Almeida Cunha, Muerte, muertos y “llanto” palero: Los funerales como reveladores de la diversidad religiosa cubana