Archives de catégorie : Manifestations

La MAE reçoit… Lorenzo Calvelli (Université de Venise)

« Cola di Rienzo et la Lex de imperio Vespasiani. Anciens et nouveaux problèmes »

Jeudi 15 novembre à 13 h 30

MAE, 2e étage, salle 211G
 
La Lex de imperio Vespasiani constitue l’un des documents les plus importants pour la reconstruction de l’histoire de la Rome antique et, en particulier, de la période marquée par le passage de la République à l’empire. Le principat de Vespasien représente en effet la conclusion d’un long processus de transition, qui voit l’abandon définitif d’un système politique de nature oligarchique, au profit d’un nouveau régime autocratique. L’importance de ce document, connu uniquement par l’épigraphie, sous la forme d’une monumentale inscription de bronze, dont la première partie est aujourd’hui mutilée, fut perçue dès l’époque médiévale. L’attention de la critique s’est récemment portée, en particulier, sur l’utilisation idéologique dont furent l’objet aussi bien le texte de la loi que son support épigraphique, à partir du pontificat de Boniface VIII, à la fin du XIIIe et au début du XIVe siècles.
Le premier objet de cette conférence sera d’examiner le contenu de la Lex de imperio Vespasiani à la lumière des sources contemporaines et postérieures, qui témoignent de la concentration des pouvoirs institutionnels dans la personne de l’empereur. Dans la seconde partie, il s’agira d’analyser l’épisode le plus fameux de la fortune de ce document. La scène se déroule à Rome vers 1346 et a pour protagoniste Cola di Rienzo. Ce dernier prépare dans la basilique Saint-Jean-de-Latran une mise en scène complexe, destinée à mettre en exergue son interprétation du document juridique, qu’il expose à un public vaste et hétérogène.

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

10e colloque de la MAE – Appel à communications

Le prestige. Autour des formes de la différenciation sociale

10e colloque annuel de la MAE – du 12 au 14 juin 2013

Envoi des soumissions avant le 20 décembre 2012 à isabelle.sidera[at]mae.u-paris10[point]fr

Appel à communication (pdf)

Le prestige est défini comme le caractère de ce qui suscite de l’attrait, est admirable ou impose le respect. D’une manière générale, il s’entend comme une qualité que l’on attribue à quelqu’un ou quelque chose et qui le distingue. Il est à ce titre une forme sociale impliquant à la fois relation et différenciation : il faut qu’il soit reconnu pour exister et quand il est reconnu, il opère une distinction orientée. Faisant partie de ces notions d’usage courant dans le domaine des sciences humaines et sociales, le prestige est une valeur centrale dont l’étude permet de nous interroger sur le fonctionnement des sociétés actuelles et passées.
La réflexion collective à laquelle nous invitons, autour des disciplines représentées au sein de la MAE, s’inscrit dans le prolongement du cycle de réflexion inauguré en 2010 par le colloque La monnaie et ses hybridations (dir. Patrick Pion et Bernard Formoso) et poursuivi en 2011 par le colloque Richesse et sociétés (dir. Catherine Baroin et Cécile Michel). Autant la richesse peut être matérielle, concrète et mesurable tout en ayant une acception variable selon les sociétés, voire les groupes sociaux à l’intérieur de celle-ci, autant le prestige est plutôt abstrait et plus difficilement quantifiable. La question de son identification est donc essentielle si l’on cherche à déterminer dans quelle mesure cette émanation de la structure sociale en constitue une composante à part entière.

Trois axes de réflexion seront proposés :

  • Affichage et traces du prestige

Inséparable des formes d’autorité qui reposent sur la visibilité des élites et, de façon plus générale, de l’exercice du pouvoir, le prestige doit être affiché, représenté, incarné, modélisé s’il veut être un instrument de domination sociale. Il participe étroitement à l’établissement des réputations, ce surplus d’importance accordé à un individu, comme un tribut payé par certains à d’autres, leur conférant avantage, préséance et légitimité. On cherchera donc à identifier les marqueurs du prestige et à comprendre comment ils se manifestent. Cette recherche est attachée à la dimension matérielle d’expression de cette notion, mais ne se limitera pas à celle-ci. Elle prendra en compte les pratiques familiales comme individuelles, ainsi que les rituels collectifs.

  • Relation entre le prestige, le luxe et la richesse

Avec la référence au prestige, c’est surtout la question de la visibilité et du caractère ostentatoire de la richesse ou de la valeur symbolique ainsi acquise qui sera posée : faut-il cacher sa richesse ou au contraire en faire étalage pour gagner du prestige ? Ce sont également les logiques relatives au don, à la largesse et à l’évergétisme que nous invitons à explorer. On se demandera enfin quelles sont la place et la fonction du luxe et comment définir ce dernier terme. Le prestige s’attache-t-il plus à la possession d’objets, d’insignes, de titres ou est-il fonction de parcours sociaux spécifiques ? Toute démarche visant à comparer les sociétés qui placent le prestige au cœur de leurs pratiques avec celles qui valorisent au contraire l’absence d’ostentation sera la bienvenue.

  • La place du prestige dans la fabrique du social

On songera bien sûr à l’utilisation de la notion de « capital symbolique », qui est développée dans plusieurs approches compréhensives des formes de pouvoir social et qui indique la relation sémantique implicite liant prestige et symboles. Mais au-delà de la référence, il conviendra de spécifier comment ce lien s’opère et de s’interroger sur les modes d’acquisition du prestige. Il faudra en particulier poser la question de la valeur heuristique de l’articulation et de la tension structurante entre prestige, richesse et statuts sociaux : ne s’agit-il pas d’une forme de « production du social » pour reprendre le concept de M. Godelier ou, selon le principe de hiérarchisation de M. Weber, le centre de toute construction sociale ?
Les questions que soulève la notion de prestige sont multiples et complexes. Existe-t-il un sens différentiel selon le contexte culturel considéré. Existe-t-il des variables contextuelles ou structurelles de l’utilisation d’un tel concept ? Peut-on en faire un objet de recherche pertinent pour intégrer la compréhension de contextes proches et lointains dans le passé et le présent ? On le voit, l’enjeu de ce colloque est de soumettre cette notion à une analyse qui se veut résolument interdisciplinaire.

Les contributions proposées permettront de croiser les approches de l’archéologie, l’histoire, la philologie, l’ethnologie et l’anthropologie, disciplines représentées à la MAE. Les approches interdisciplinaires et les collaborations entre chercheurs seront bien entendu privilégiées.

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

La MAE reçoit… Hamudi Khalaily (Israel Antiquities Authority)

« Recent Discoveries from the Pre-Pottery Neolithic B of Yiftahel, Lower Galilee, Israel »

Jeudi 29 novembre à 15 h

MAE, 4e étage, salle du conseil

Extensive salvage excavations were conducted at the site of Yiftahel, Lower Galilee, during 2007-2008. These excavations exposed remains of the mid-late Pre-Pottery Neolithic B period (8000-7000 BCE cal.) site covering an estimated area of ca. 4 hectares. Four excavation areas were opened: Area I in the northern part of the site, Areas F and H in the center, and Area G along the southern fringe. In Area I, an impressive building complex with plastered floors, including several phases were exposed. This complex consisted of two superimposed buildings with a rectangular plan, covering an area of 100 m2. The walls were built of stone and brick, with several installations integrated and dug into the plaster floors. The buildings, labeled 500 and 501, also include various human burials beneath the floors, as well as cultic interments of aurochs. Notably, a cache of three plastered skulls was recovered adjacent to Building 501. One of the striking phenomena, aside from plentiful lithic assemblages related to the “naviform” industry, is the caching and depositing of lithics in various locations above and beneath the floors and a hoard of eight votive green axes was found above the floor of Building 501.
On the basis of the recent discoveries, the estimated size of site during the PPNB is over than 4 hectares. Yiftahel must considered as a central site in the Lower Galilee located in one of the PPNB core areas in the Southern Levant
It is also suggested that building complex in Area I at PPNB Yiftahel was functioned as communal locales and not residential ones. Their discovery at the PPNB site of Yiftahel indicates an intricate social and economic system at the community level.

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

« Les Politiques de l’écriture »

Mercredi 24 octobre de 10 h à 12 h 30

MAE, 3e étage, salle 308F
 

La place de l’écriture chez les Amérindiens de l’Amazonie ne cesse de s’accroître. L’une des raisons principales en est le taux de scolarisation de plus en plus élevé des enfants. Toutefois, les logiques politiques servent aussi cet accroissement. D’abord, les organisations indigènes sont constituées légalement et administrativement, à travers une série de documents qui transitent d’un ministère à l’autre, à coups de tampons. La reconnaissance même de l’existence des peuples indigènes passe par la présentation de documents certifiés : pour chaque demande ou chaque projet, il faut produire des papiers, des documents, des signatures. Si cette prolifération de l’écrit est particulièrement visible dans les bureaux des organisations indigènes, elle est aussi remarquable dans les demeures.
Par ailleurs, les promulgations de l’UNESCO de la Recommandation sur la sauvegarde de la culture traditionnelle et populaire (1989), la Proclamation des chefs-d’oeuvre du Patrimoine oral et immatériel de l’humanité (2001, 2003 et 2005), la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (2003) et la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité tendent encore à accroître la volonté de se montrer et de montrer son patrimoine pour les peuples en recherche de reconnaissance internationale. Ainsi, la candidature pour la Proclamation des chefs-d’oeuvre du Patrimoine oral et immatériel de l’humanité, présentée par plusieurs peuples du bassin amazonien, comprend la production d’une vaste documentation écrite portant sur leurs traditions ainsi que la proposition d’un plan d’action de sauvegarde. Or, curieusement, l’écriture est le mode d’expression choisi et fondamental pour les actions de sauvegarde des traditions orales, faisant usage de l’écrit comme mode de registre et de transmission de ces traditions.
Dans cette demi-journée d’étude, nous discuterons de ces actions de sauvegarde culturelle et leurs relations avec les pratiques d’écriture. Nous questionnerons la manière dont les indigènes produisent des écrits, les sollicitent ou les utilisent, en présentant des exemples de processus de patrimonialisation des traditions orales, en examinant les relations avec le registre écrit, et les transformations qui découlent de l’usage de la forme écrite comme moyen de valorisation et de transmission des cultures orales.

Programme

10h00-10h10 Ouverture par Anne-Gael Bilhaut (Univ. de Liège, EREA-LESC)

10h10-10h30 Silvia Macedo (EREA) – L’écriture amérindienne et les processus de patrimonialisation


10h30-10h50 Chiara Bortolotto (Marie Curie fellow, Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains, Univ. Libre de Bruxelles) – Experts ou communautés ? La rédaction des dossiers de candidature selon l’Unesco


10h50-11h10 Bruna Franchetto (Univ. fédérale de Rio de Janeiro) – « Je suis venue tous vous épier » : du vol au patrimoine

11h10-11h45 Eliane Camargo (EREA-LESC) – Ecrire ensemble. Réflexion autour de l’expérience de la co-écriture, et les réactions de Mataliwa Kulijaman (chercheur visitant LAS) et Pierre Déléage (CNRS)

11h45-12h05 Modération de Stephen Hugh-Jones (Kings College, Cambridge University)

12h05-12h20 Echanges avec la salle

12h20 Conclusion par Valentina Vapnarsky (CNRS/EREA-LESC)

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

José M. Lopez Mazz (Universidad de la Republica de Uruguay)

« La Préhistoire dans les basses terres de l´Uruguay et le Sud du Brésil »

Vendredi 26 octobre à 11 h

MAE, 4e étage, salle du conseil

Conférence ouverte à tous

Les basses terres de l´est de l´Uruguay et du Sud du Brésil ont été occupées très tôt, vers 9000 av. J.-C., par des chas­seurs-cueilleurs nomades évoluant dans un milieu aux niches écologiques diverses. Le processus adaptatif s’est progressivement orienté vers le contrôle de zones de plus grande productivité. Le contrôle des ressources des terres basses a entraîné peu à peu une maîtrise du milieu, autour d´une activité de chasse et de collecte spécialisée.

Dès ca. 3500 av. J.-C., l´apparition de la culture des constructeurs de cerritos (tumulus) a été associée à des change­ments climatiques, à un processus d´intensification économique et à de nouvelles techniques. L´organisation économi­que et le processus social ont contribué à la production d´un nouveau paysage, à des réseaux d´échanges, et à la création d´une sphère d´interaction sociale très étendue. Par ailleurs, les pratiques funéraires dès 500 av. J.-C. montrent des changements dans l´organisation politique, avec notamment l´apparition de chefferies indigènes, peut-être similaires à celles rencontrées par les Portugais et les Espagnols au XVIe siècle.

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts