Archives de catégorie : Journées d’études

«VILLES NOUVELLES : de l’idéal rêvé à l’usage quotidien », journée d’étude organisée par le Lesc le 12 avril 2013.

Journée d’étude organisée par Sylvaine Camelin & Stefan Le Courant
Équipe « Anthropologie de la ville : espaces publics, mobilités, urbanités » du LESC (UMR 7186)

Vendredi 12 avril 2013
en F 308 (MAE, LESC troisième étage, station Nanterre Université)

 

Villes_nouvelles

Dans le cadre de cette journée d’étude nous envisageons d’interroger les processus mis en oeuvre lors de la création de villes nouvelles. Dans cette perspective, plusieurs dimensions sont à prendre en compte ; d’une part la nécessité à laquelle répond la volonté de créer ex nihilo une ville nouvelle dans un espace donné et d’autre part l’organisation et la réalisation du projet urbain. Comment sont pensées ces villes nouvelles par les commanditaires, les architectes et les urbanistes chargés de leur réalisation ? Quelles sont les formes urbaines privilégiées pour ces créations? A quel moment du processus l’écart se creuse entre la matérialité d’une ville rêvée et l’urbanité d’une ville vécue? Comment les habitants s’approprient-ils ensuite les espaces ainsi conçus ? Dans quelle mesure leur usage quotidien les amène-t-il à en détourner ou modifier le plan initial ?

 

Programme de la journée : 

 

9h30-10h Accueil café & introduction 

10h-10h40 Kevin Limonier (Institut Français de Géopolitique, Université Paris VIII)
La cité des sciences de Doubna : De la ville idéale soviétique à la vitrine du renouveau de la Russie contemporaine, étude des processus de territorialisation d’un récit de puissance. 

11h-11h40 Jean-François Perouse (Université de Galatasaray, Istanbul)
Le concours international d’urbanisme de 1927-28 pour planifier la nouvelle capitale turque, Ankara : contexte, attendus, propositions et réception 

12h-12h30 Discussion générale 

12h30-14h Repas sur place

14h-14h40 Anna Dewaele (EHESS-CEIAS)
« Ici nous ne sommes pas vraiment en Inde ». Fondation et transformation de Gurgaon entre projets urbains et appropriations citadines. 

15h-15h40 Caroline de Saint Pierre (ENSA-IRIS)
Retour sur des terrains de ville nouvelle en région parisienne : Cergy-Pontoise et Saint-Quentin-en-Yvelines 

16h-16h30 Discussion générale

20 mars « La nouvelle fabrique du doctorat »

Affiche-Nouvelle-fabrique-doctorat_def

Journée d’étude organisée par l’Association française d’ethnologie et d’anthropologie

Mercredi 20 mars 2013, 10 h – 15 h

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, bât. B, salle des conférences

Programme

9h30 Café, accueil des participants à la journée d’étude
9h45 Introduction : Charlotte Arnauld (CNRS ArchAm – Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Gilles Raveneau (Université de Paris Ouest Nanterre la Défense, LESC)

Session 1 : Encadrement et dispositif institutionnel du doctorat aujourd’hui
Modérateur : Charlotte ARNAULD (CNRS – Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

10h– Aubépine DAHAN, chercheur associée au LATTS (Laboratoire Technique, Territoires, Sociétés) UMR 8134, Université Paris-Est
Historique de la politique de la formation doctorale et des ED depuis 1990 en France
D’où vient la réforme des Ecoles Doctorales ? Quelles ont été ses inspirations, sa trajectoire ? Cette communication cherche à rendre compte de la construction et de l’évolution des enjeux ayant suscité cette politique, ainsi que des solutions qui ont été successivement proposées. A la préoccupation, ancienne comme on le verra, concernant la qualité et la durée de la thèse, s’ajoute l’enjeu organisationnel d’éviter le « saupoudrage » des ressources. Cette préoccupation prendra le pas sur la première, et fera des Ecoles Doctorales un levier pour la mise en place des PRES, ainsi qu’un moteur de la polarisation du paysage universitaire français, calquée sur l’exemple américain, entre un petit nombre d’universités de recherche (allant jusqu’au doctorat) et un grand nombre d’universités d’enseignement (proposant la licence seulement).

10h15– Adrien BOUZARD, LESC/CEIAS –Université de Paris Ouest Nanterre La Défense)
LRU et Loi-cadre 2013, les « nouvelles » conditions du doctorat
À la veille de la mise en place d’une énième réforme des universités ouvertement dirigée vers les mondes « socio-économiques », nous questionnerons ici les nouvelles priorités de la stratégie nationale de recherche et leurs implications sur les conditions pratiques et académiques du doctorat. À l’heure de l’instauration des Fondations de Coopération Scientifique, de la fusion du CNESER et du CSRT mais aussi de l’établissement des Conseils Académiques (CEVU+CS), nous reviendrons sur le fonctionnement de ces instances démocratiques de la « communauté universitaire » et sur les espaces de parole et de décision qu’elles réservent aux étudiants et aux doctorants. Ce cadre global permettra de mettre en exergue les récidives d’une institution qui met à mal l’accomplissement d’études supérieures longues dans des conditions de décence (restriction des postes de moniteurs et des allocations doctorales, généralisation de l’enseignement numérique…), et qui réinstaure de fait des mécanismes forts de sélection sociale.

10h30– Jean FRANCES, Doctorant au GSPR/EHESS, ATER au CREAD, Université Rennes2
Initier les doctorants à l’entrepreneuriat pour réformer le doctorat
Au long de cette communication, il s’agira de montrer comment les Doctoriales – ce dispositif de formation à l’entrepreneuriat à destination des apprentis-chercheurs – forment un réseau technico-scientifique simulé, à l’intérieur duquel, les doctorants sont placés en position de main d’oeuvre première de l’innovation. En proposant une description ethnographique de ces serious-games, je montrerai en quoi, le fait de permettre aux étudiants de 3e Cycle « d’innover et d’entreprendre » les amène à reconsidérer la thèse et le travail de recherche, au prisme de schèmes de perception utilitaristes.

11h– Philippe ERIKSON, Professeur, Directeur de l’Ecole doctorale 395 (MCSPP), Université Paris Ouest Nanterre La Défense, LESC
Réflexions sur la durée des thèses en ethnologie
A partir d’une enquête orale informelle et d’un examen des archives du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative et de l’Ecole Doctorale 395 de Nanterre, il s’agira de comparer la durée des thèses préparées au LESC dans les années 80 et aujourd’hui, et de s’interroger sur les différences.

11h15-12h Discussion et débat avec la salle
12h-13h Déjeuner
Session 2 : Expériences des nouvelles contraintes de formation et de professionnalisation
Modérateur : Gilles RAVENEAU (Université de Paris Ouest Nanterre la Défense, LESC)

13h Maïa GUILLOT, doctorante, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, LESC
Être Thésé(e) en trois ans ou comment vaincre le Minotaure
Nous mettrons en évidence les décalages auxquels sont confrontés les doctorants soumis à une pression croissante pour la finalisation d’un travail de thèse en 3 ans, et ce avec des perspectives d’insertion académique « post-doctorale » de plus en plus incertaines.

  • Un temps de thèse raccourci et la production d’un travail de qualité ?
  • Un temps de thèse raccourci dans un contexte institutionnel et financier plus précaire (réduction des bourses et contrats doctoraux ; des postes de vacataires, moniteurs et d’Ater)  ?
  • Un temps de thèse raccourci, avec un dossier de production scientifique solide et une expérience d’enseignement conséquente ?
  • Pour quel avenir ? Des concours de plus en plus compétitifs, des post-docs à répétition, une privatisation des métiers de chercheurs.

13h15– Sabine KRADOLFER, post-doctorante du Fonds National Suisse pour la Recherche Scientifique
Trois ans… et quel « calibre » pour les thèses en anthropologie ?
L’harmonisation des filières d’enseignement supérieur (réforme LMD ; Accords de Bologne) ainsi que les nouvelles conditions de production des doctorats nous semblent devenir particulièrement problématiques dans le domaine des sciences humaines et sociales. Contrairement à d’autres disciplines, ces doctorats ne peuvent pas toujours être considérés comme l’aboutissement d’une formation pointue dont les compétences seraient aisément transférables dans les mondes professionnels extra-universitaires. Or, force est de constater que la rapidité d’exécution de la thèse, conjuguée à d’autres critères, comme par exemple, l’obligation de publier dans des revues prestigieuses et essentiellement en anglais sont des éléments d’évaluation des dossiers qui s’imposent de plus en plus aux sciences humaines et sociales à partir d’autres disciplines (« sciences dures » ; « data based sciences »). Dès lors, comment concilier les nouveaux critères, ou standards, de « l’excellence académique » avec les pratiques de l’anthropologie, basées sur la réalisation de terrains de longue durée, souvent dans des régions non-anglophones. Ces différentes questions seront abordées à partir de l’exemple helvétique que nous avons étudié dans le cadre de différentes recherches réalisées depuis 2006 dans les Universités de Lausanne et de Genève.

13h30– Irène BELLIER, directrice de recherches, directrice de l’IIAC/LAIOS, EHESS CNRS
Faire un doctorat en anthropologie aujourd’hui. Comment concilier impératifs du terrain, recherche de financement et projet de professionnalisation
Alors que l’EHESS permet d’inscrire tout candidat à un doctorat, sous réserve de la qualité de son dossier et de sa motivation, encadrant et doctorant se trouvent confrontés à la nécessité de disposer des moyens nécessaires à l’accomplissement du projet doctoral. A travers l’exposé de plusieurs sources possibles de financement, nous explorerons quelques-unes des arcanes qui pèsent sur (ou dépendent de ) la nature de la relation entre encadrant.e et encadré.e et qui laissent augurer d’une politique de ciblage dont on examinera avantages et inconvénients.

13h45– Marie ROUE, Directrice de recherche s, UMR Eco-anthropologie et Ethnobiologie, CNRS/MNHN
Anthropologie de l’environnement ou slow versus fast : terrains longs, analyse de la complexité et doctorat court
Comment concilier un temps plus court pour la réalisation du doctorat, en principe de trois ans, en vérité un peu plus long après moult négociations, tout en répondant aux injonctions de plus en nombreuses de l’université ? Un terrain long semble toujours de mise, dans une langue généralement inconnue au début du doctorat, l’interdisciplinarité est la loi du genre, et si l’on en croit de nombreuses déclarations institutionnelles, bien considérée.
Pourtant il faut aussi que l’impétrant suive les cours de l’école doctorale, écrive un ou plusieurs articles pendant sa thèse, qu’il suive les doctoriales également, car en situation tendue il faut se préparer à l’emploi avant d’avoir fini. En résumé il faut faire plus en moins de temps. Comment faire face ?

14h Marion FOREST, ArchAm-Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’Etudes Mexicaines et Centre-Américaines, Mexico
Une expérience de mobilité doctorale internationale : contraintes et apports dans la professionnalisation du doctorant
La mobilité des doctorants français en Europe et à l’international est soutenue par de nombreux dispositifs financiers. Les travaux menés sur des terrains à l’étranger sont évidemment les premiers servis, ce qui entraine des mobilités à plus ou moins long terme du doctorant (voire son expatriation définitive lorsque ces dispositifs d’aide ponctuelle à la mobilité se révèlent être les sources uniques de son financement doctoral). La durée, la finalité et la destination de ces mobilités ont sans nul doute des répercussions, à la fois positives et négatives sur la trajectoire doctorale et la professionnalisation du doctorant.
Il semble intéressant de présenter brièvement, au travers d’expériences personnelles, les apports très positifs, mais aussi plus problématiques, que de telles trajectoires impliquent en
termes d’intégration professionnelle et de développement de la recherche. Si ce type de parcours est, pour les étudiants français, lié à des thématiques extranationales, de telles
expériences doctorales et non plus postdoctorales , pourraient être encouragées et mises en place – dans la mesure du temps désormais imparti aux thèses – dans chaque parcours doctoral en sciences humaines, et cela, quelle que soit la thématique envisagée.

14h15-14h55 : Discussion et débat avec la salle
14h55-15h : Conclusion : Charlotte Arnauld (CNRS – Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Gilles Raveneau (Université de Paris Ouest Nanterre la Défense, LESC)

15h-18h Assemblée Générale de l’Association Française d’Ethnologie Anthropologie (AFEA)

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Journée d’étude « Avec ou sans ailes : l’imaginaire du vol et ses représentations »

Vendredi 1er mars

Paris, musée du quai Branly, salle de cinéma

Le programme

Élaboré au sein du laboratoire ArScAn (Archéologie et Sciences de l’Antiquité), qui regroupe des équipes travaillant sur des aires géographiques et chronologiques allant de l’Extrême-Orient à l’extrême Occident, de la préhistoire au Moyen Âge, le nouveau programme TransImage fait aussi partie du Labex « Les passés dans le présent » de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Les responsables en sont Henri-Paul Francfort, Pascale Linant de Bellefonds et Agnès Rouveret.
Deux thèmes d’étude ont été retenus pour les quatre premières années du programme TransImage : les hybrides d’une part, et les représentations et utilisations de l’espace d’autre part. Les actions envisagées relèvent de la recherche et de la formation à la recherche et se concrétiseront par l’organisation de deux séminaires annuels qui se tiendront au musée du quai Branly, partenaire du Labex.
Cette journée d’étude prendra la forme de bilans introductifs portant chacun sur une aire chrono-culturelle particulière, de façon à mieux cerner la suite du programme en fonction des deux thèmes retenus. Elle sera axée sur les hybrides, thème des années 2013-2014, cette fois-ci autour du vol afin d’introduire simultanément nos travaux futurs sur la représentation de l’espace.

Programme

9h45 Accueil
10h00 Ouverture et introduction
10h30 Pascale BINANT (UMR 7041 ArScAn, équipe AnTET) : Les ailes de l’absence. Aperçu des peintures rupestres de la Serra da Capivara – Piaui, Brésil
11h00 Béatrice MULLER-MARGUERON (CNRS, UMR 7041 ArScAn, équipe VEPMO) et Luc BACHELOT (CNRS, UMR 7041 ArScAn, équipe HAROC) : Entre ciel et terre : paradoxes des êtres composites au Proche-Orient ancien
11h30 Henri-Paul FRANCFORT (CNRS, UMR 7041 ArScAn, équipe Asie centrale) : L’aigle qui marche et le cerf qui vole : images d’hybrides ornithologiques en Asie centrale ancienne
12h00 Corinne DEBAINE-FRANCFORT (CNRS, UMR 7041 ArScAn, équipe Asie centrale) : D’un monde à l’autre. Hybridations et randonnées célestes dans le monde chinois, de l’Âge du bronze au début de notre ère

Déjeuner

14h30 Claude BAUDEZ (CNRS, UMR 8096 ArchAm) : Cosmologies mésoaméricaines : les volants, les rampants, et leurs unions
15h00 Pascale LINANT DE BELLEFONDS (CNRS, UMR 7041 ArScAn, équipe LIMC) et Agnès ROUVERET (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, UMR 7041 ArScAn, équipe ESPRI) : Des ailes pour voler ? Figures ailées et voyages aériens dans l’antiquité grecque et romaine
15h30 Pause
16h00 Jean-Pierre CAILLET (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, UMR 7041 ArScAn, équipe THEMAM) : Les représentations du vol des anges dans l’iconographie médiévale : la mutation du XIIIe siècle et ses implications
16h30 Anna CAIOZZO-ROUSSEL (Université Paris Diderot) : Hybrides ailés de l’Orient médiéval
17h00 Discussion générale

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Journée d’étude « Altepetl et quartiers »

« Altepetl et quartiers. La composition des capitales urbaines en Mésoamérique préhispanique »

Journée d’étude organisée par le laboratoire ArchAm, avec le Groupe d’enseignement et de recherche maya (GERM) et le GDRE « Past Crises in the Americas »

Mercredi 30 janvier, 9 h 30 – 17 h

MAE, salle du conseil, 4e étage
 

Voir le programme

A l’occasion de la parution de l’ouvrage collectif The Neighborhood as a Social and Spatial Unit in Mesoamerican Cities (M-C. Arnauld, L.R. Manzanilla et M.E. Smith eds., University of Arizona Press, Tucson), on se propose de réfléchir au modèle de l’altepetl (défini, entre autres chercheurs, par P. Carrasco, L. Reyes, H. Mártinez, J. Lockhart), qui articule en un lieu urbanisé des parties constituantes dont la nature et la dynamique complexes dépassent la notion de “quartiers”, eux-mêmes déjà si difficiles à repérer dans les sites par l’archéologie.

Historiens, anthropologues et archéologues, tentons de comprendre ensemble l’altepetl, dans sa théorie mésoaméricaine préhispanique plutôt que dans ses avatars de l’époque coloniale. En archéologie on tend à considérer que l’altepetl était l’unité politique de base, à la population dispersée sur un espace peu différencié à la fois urbain et rural, centré sur le palais du roi.

Les points de vue sur l’altepetl étant multiples, nous souhaitons adopter au mieux celui des Mésoaméricains. L’altepetl semble bien être une entité non territoriale, structurée par les liens entre personnes. Ce n’est pas un domaine foncier, même si des lignages dominants ont pu s’approprier gens et terres dans leur patrimoine, ni un terroir agraire, même si les dimensions écologiques qu’évoque le diphrasisme “eau-montagne” furent fondamentales dans la théorie et la pratique de l’altepetl. Produit peut-être par un Droit des statuts et des personnes (plus que de la terre), l’altepetl serait-il une configuration politique originale de parties constituantes sociales, “groupes”, “Maisons” (selon Lévi-Strauss) que ni la parenté, ni l’ethnie, ni la langue ne définissent vraiment ? Aurait-on là, alliant les Maisons, un dispositif politique bien différent de l’Etat centralisé? Structuré par emboîtements en abîme? Rythmé par un calendrier festif? Fondé sur une agriculture irriguée (ou d’autres formes d’intensification) et des marchés d’échanges?

Dans sa dimension urbaine, l’altepetl présente des traits originaux. Dont celui-ci peut-être: les villes mésoaméricaines, grandes et moyennes, se peuplaient et se dépeuplaient selon des cycles particulièrement courts. Quel rôle a joué l’altepetl dans ces ruptures, qui nous apparaissent comme de graves crises, voire même des collapses?

Programme

9h30 Introduction: altepetl, quartiers et urbanisation en Mésoamérique

M-Charlotte Arnauld (ArchAm, CNRS, Université de Paris 1 P-S)

En quoi l’ouvrage collectif The Neighborhood as a Social and Spatial Unit in Mesoamerican Cities (M-C. Arnauld, L.R. Manzanilla et M.E. Smith eds., University of Arizona Press, Tucson) conduit à dépasser la notion de quartiers et à s’intéresser au concept d’altepetl.

 9h45 – Altepetl, le lieu du pouvoir

Danièle Dehouve (LESC, CNRS, Nanterre)

Altepetl est un lieu, comme le montre le sens du difrasismo en nahuatl, composé de atl (eau) et tepetl (montagne), ces éléments qui permettent la culture du maïs et assurent donc la survie du groupe social. Mais une analyse des textes montre que ce qui définit altepetl est la présence d’un roi tecuhtli, de grands guerriers et de rituels, c’est-à-dire du pouvoir politico-religieux propre à la « royauté sacrée ». A partir de là se pose la question : Y a-t-il altepetl à chaque fois qu’il y a un tecuhtli ? L’échelle de subordination dans laquelle prennent place les personnages royaux se reflète-t-elle dans une échelle d’altepetl ? On interrogera à ce sujet divers documents en nahuatl du XVIe siècle, ainsi que des études contemporaines.

 10h15 – Image de l’altepetl

Anne Marie Wohrer

L’auteur se propose de présenter le glyphe de l’altepetl identifié dans des manuscrits pictographiques du XVIème siècle. Ces manuscrits, dont le thème est généralement cartographique, proviennent de la Vallée de Mexico ainsi que de l’aire culturelle Puebla-Tlaxcala. L’accent sera mis sur l’un des meilleurs exemples de ce glyphe, tel qu’il apparaît au centre et aux commandes de l’entité politico-administrative représentée dans la Mapa de Coatlichan. L’expression graphique des entités soumises subordonnées à des degrés divers à ce pouvoir central sera aussi présentée.

 10h45 – 11h: Pause

 11h00 – Tlalloc-Tlallocan, l’altepetl archétypique

José Contel (Université de Toulouse-Le Mirail)

Il y a plus d’un siècle, Georges Raynaud écrivait avec une extrême clairvoyance dans un opuscule consacré à Tlalloc « Mais de tous les dieux en rapport avec le Cipactli un seul se rattache comme lui à la terre et aux eaux, c’est le dieu que l’on pourrait qualifier lui aussi d’altepetl, Tlaloc. C’est donc lui qui empruntera à la terre primordiale, à la terre mêlée à l’eau, sa gueule caractéristique de dragon ». Sahagun va dans le même sens lorsqu’il décrit Tlallocan comme étant l’altepetl originel, dont tous les autres ne sont des répliques. Comme cela se sait, le culte de Tlalloc est intiment lié à celui des montagnes, et par voie de conséquence au culte de l’altepetl comme dans Tepeilhuitl ou Huey Tozoztli. Ce sont précisément ces liens multiples qui unissent le dieu de la pluie à l’altepetl que je propose d’étudier dans ce travail à partir des sources alphabétiques en nahuatl et en espagnol,  des manuscrits pictographiques et des résultats de l’archéologie.

 11h30 – Les altepetl préhispaniques de la vallée de Mexico : du mythe de fondation stéréotype aux schémas d’implantation variés et complexes du terrain.

Maëlle Sergheraert (ArchAm, Agence Nationale pour la Recherche)

L’étude diachronique de plusieurs altepetl de la vallée de Mexico permet de montrer qu’ils subissaient de profondes transformations entre le moment de leur fondation et la conquête espagnole. On observe en effet au départ un mode d’organisation plutôt simple où, suite à une étape migratoire, la population de l’altepetl sous l’autorité d’un même tlatoani, s’installait en secteurs séparés en fonction de ses affiliations diverses. Mais de multiples facteurs viennent complexifier la situation au fil du temps : accroissement de la population, arrivée de migrants, conquêtes régionales, spécialisation des activités professionnelles, disparité sociale, acquisition de propriétés privées… Dans cette mesure, l’organisation initiale est-elle préservée tout au long de l’évolution des altepetl ou se voit-elle remplacée par de nouvelles formes de regroupements (par catégorie sociales, professionnelles…) ? C’est cette question que je souhaite explorer à travers l’étude combinée des données écrites et archéologiques.

 12h: Discutant : Brigitte Faugère (Université de Paris 1, Panthéon-Sorbonne)

 Questions, débat, bilans.

 12h30: déjeuner – buffet sur place

14h00 – La seigneurie matlatzinca, une manière d’aborder l’altepetl

Nadine Béligand (Université Lumière Lyon 2 / CNRS UMR 5190 LARHRA)

Je propose de mener une réflexion sur la seigneurie matlatzinca et plus particulièrement l’altepetl de Toluca, entre la période mexica, la période aztèque et la période cortésienne. Les approches « ethno-historiques » ont mis en relief deux éléments qui à mon sens pourraient contribuer à cette évaluation de la notion d’altepetl. La discussion repose sur deux termes, celui de tlatocayotl (territoire où s’exerce le pouvoir) qui implique l’exercice du pouvoir par les « seigneurs naturels » avec son corollaire, le cacicazgo (complexe lui aussi dans sa nature duale, un compromis entre terres héréditaires et terres liées à la charge) et celui de « maison seigneuriale »  (lieu d’exercice du pouvoir). La « gestion » du territoire (la « juridiction » seigneuriale) est en grande partie indissociable du « statut des personnes ». Les vice-rois ont affronté là un régime inconnu et leurs décisions de faire des « mayeque » des paysans libres (de type macehuales) a mis fin aux maisons seigneuriales (affaiblies par le manque de main-d’œuvre servile), sauf dans la région de Oaxaca où l’emprise de l’encomienda et de la colonisation a été très restreinte (voir supra).

 14h30 – Altepetl Tezcocanos : les cas de Tezcoco et Coatlichan

Patrick Lesbre (Université de Toulouse-Le Mirail)

Si l’archéologie n’apporte pour l’instant pas grand-chose dans la connaissance des altepetl du Postclassique en zone acolhua, les manuscrits pictographiques sont en revanche riches en données. On peut ainsi, grâce au Codex Xolotl, comprendre la répartition en quartiers qui semble basée sur des aspects ethniques (incorporation de différentes migrations). Le Mapa de Coatlichan, quant à lui, permet de saisir l’incroyable complexité territoriale d’une ville certes importante culturellement mais qui avait cessé d’être capitale politique depuis plus d’un siècle.

 15h00 – Unidades sociales y administrativas en la composición de la ciudad maya clásica

Jesús Adánez, Andrés Ciudad, Alfonso Lacadena et Mª Josefa Iglesias

El análisis formal y espacial de los grupos de estructuras que rodean a los centros monumentales de las ciudades mayas clásicas permite discriminar sectores en áreas que, de otro modo, aparecen como una agregación indiferenciada de grupos domésticos. Se presentará y evaluará el resultado de la aplicación de ese tipo de análisis en algunos centros de las tierras bajas mayas, realizada sobre la base de dos supuestos principales: (1) la existencia de unidades sociales que se manifiestan a través de grupos caracterizados por un culto a los antepasados, y (2) la existencia de funcionarios menores –como el lakam, un título recientemente identificado– encargados de la administración de las unidades sociales anteriores, cuyas sedes se materializan en grupos elevados sobre plataformas basales.

 15h30 – Altepetl, quartiers et urbanisation en Mésoamérique

M-Charlotte Arnauld et Eva Lemonnier(ArchAm, CNRS, Université de Paris 1 P-S)

En tant que formation politique non-territoriale, inscrite dans un certain rapport de la société à l’environnement, l’altepetl va au-delà de la question de l’urbanisation. Cependant, l’archéologue ne peut plus aborder les processus d’agglomération urbaine en Mésoamérique sans tenir compte de l’altepetl: outre que la notion de quartier urbain est insuffisante, notre traditionnel contraste entre l’urbain et le rural est inadapté. On proposera un cas d’étude impliquant des formations politiques tardives dans les hautes terres mayas du Guatemala. On tentera de mettre en relief le caractère d’urbanisation composite qui permettrait peut-être de remonter jusqu’au cités mayas classiques

 16h00 – Discutant: Gilles Tarabout (directeur du LESC)

              Débat, bilan.

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Journée d’études « Anthropologie de la Lose »

« Anthropologie de la Lose ». Journée d’études organisée par Isabelle Rivoal & Anne de Sales (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative)

Jeudi 13 décembre – de 9 h 30 à 18 h

MAE, 4e étage, salle du conseil 

Inscrites dans le contexte plus large d’une réflexion sur les transformations sociales, ces journées d’études sur « la lose » veulent être un espace théorique et méthodologique pour appréhender diverses formes et manifestations du changement. Le « ratage », tel qu’on l’envisagera ici, se définit en effet d’abord dans sa dimension de « désynchronisation » temporelle avec ce qu’il convient de faire ou d’être à un moment donné et dans sa dimension de « désassociation » avec un collectif par rapport auquel on le considère. Le loser est ainsi perçu comme qui rate le coche, celui qui décroche. Nous invitons dans ce séminaire à comparer des ethnographies fines de la manière dont se manifeste la « désynchronisation », le ralentissement en quelque sorte qui semble laisser le loser « en arrière, à côté, en-deçà ». Nous voulons considérer l’hypothèse méthodologique que « la lose » ne soit considérée comme un « état » résultant d’un ensemble de causalités plus ou moins déterministes – tels que de nombreux travaux sur le déclassement ou la pauvreté ont tendance à le faire – mais qu’il s’agit d’un mouvement caractérisé par le retrait, le ralentissement, la désynchronisation. Ce mouvement peut concerner aussi bien des individus que des collectifs ou des ensembles sociaux particuliers.
Ainsi, la « lose », comme nous voulons l’envisager, est également une posture esthétique qui peut être valorisée et valorisante. Le ringard des campagnes dans des publicités récentes a supplanté le fanfaron, qui jouait encore à imiter le grand même pour s’en moquer. De ce point de vue, la « lose » comme « art de vivre » est un moyen de considérer les logiques de compétition, d’adaptation, de performance par une focale « en négatif », que nous pensons être heuristique.

Voir le programme

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Stuff & Things. Disintegrating into Immateriality?

Journée d’étude organisée dans le cadre du Partner University Fund Nanterre-Chicago

Organisateurs : Isabelle Rivoal (Lesc) & Rémi Hadad (Préhistoire et Technologies)

Mardi 4 décembre 2012, 9h30 – 17h

MAE, salle du Conseil (4e étage)

Voir le programme

The PUF program, organized between the University of Chicago and Université Paris-Ouest Nanterre, has dedicated its third and final year to an ongoing discussion of material culture. Both Anglophone approaches to “materiality” and Francophone approaches to “techniques” have in recent years expanded their discussions to include an increasingly wide range of topics. Danny Miller’s “Stuff” and Birgit Meyer’s “Things” are but two examples of the productive expansion of the concept of materiality into previously ignored domains. In the same manner, the return to a Maussian conception of technique permits its extension into domains in which it is not commonly applied, such as ritual or the construction of the subject.  In these works we see concretely what can be gained from an ethnography of material broadly defined and including the unexpected.  Yet what do we stand to lose from a dilution of this category?

As more and more disciplines join this discussion, what are the limits to materiality conceptually and across disciplines?  Do these terms retain any boundedness or theoretical heft as the discourse framing them expands almost infinitely? How much utility as categories of analysis do terms like “materiality,” “material culture,” or “techniques” still possess? What is lost by expanding the study of material culture into disciplines once unconcerned with “stuff and things” (such as Religious Studies, Literary Theory, History, Philosophy).  What is lost when the existing discussion of material culture is expanded to include “stuff and things” no longer part of the material world?

 Les communications se dérouleront en français. Les discussions en français et anglais

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts