Archives de catégorie : Journées d’études

Journée d’hommage à Michel Izard (1931-2012)

Vendredi 7 février 2014
Collège de France
52, rue du Cardinal Lemoine – 75005 PARIS
Salle Claude Lévi-Strauss
10h-18h

Matinée

INTRODUCTION : Dominique Casajus et Fabio Viti

TÉMOIGNAGES
Olivier Herrenschmidt : « Les commencements… et après »
Alfred Adler : « Nos premiers pas dans la recherche africaniste »
Charles-Henry Pradelles de Latour : « Souvenirs d’une heureuse collaboration au sein du Laboratoire d’anthropologie sociale »
Emmanuel Terray : « Michel Izard historien et philosophe »
Gérard Lenclud : « Une figure de l’anthropologie »
Dominique Casajus : « Michel Izard vu par un de ses cadets »
Fabio Viti : « D’égal à égal »

Après-midi

INTERVENTIONS – À PROPOS DE L’ŒUVRE
Jean-Bernard Ouedraogo : « Et l’un devint deux : Michel Izard enquête au Yatenga »
Benoit Beucher : « Les Mossi, une société politique à l’épreuve de l’Histoire »
Éric Jolly : « Errance et inscription spatiale du pouvoir »
Klaus Hamberger : « La maison voltaïque et ses transformations »
Paul Pandolfi : « Conquérants et autochtones dans les récits d’origine des Touaregs Kel-Ahaggar »
Émile Tsekenis : « Hiérarchie et pouvoir dans la constitution de la royauté mossi : une perspective dumontienne »

L’anthropologue Michel Izard, directeur de recherche honoraire au CNRS, s’est éteint le 1er février 2012. Il avait commencé ses recherches ethnographiques en 1957. Durant près de vingt ans, il a parcouru le Yatenga, l’un des royaumes Moose du Burkina-Faso – la Haute-Volta d’alors. Ses enquêtes ont porté principalement sur l’organisation politique de ces anciens royaumes. Il a détaillé comment les « Gens du pouvoir », conquérants venus du sud au XVIe siècle, se voyaient contraints de s’en remettre à leurs sujets autochtones, les « Gens de la terre », du soin de propitier une terre nourricière sur laquelle la conquête ne leur a donné aucun pouvoir. La mise au jour à jour de cette configuration politique et religieuse spécifiquement africaine est un apport majeur à l’anthropologie du politique. Ses travaux ont donné lieu à plusieurs ouvrages : en 1985, Gens du pouvoir, gens de la terre. Les institutions politiques de l’ancien royaume du Yatenga (Bassin de la Volta Blanche) et Le Yatenga précolonial. Un ancien royaume du Burkina ; en 1992, L’Odyssée du pouvoir. Un royaume africain : État, société, destin individuel ; en 2003, Moogo. L’émergence d’un espace étatique ouest-africain au XVIe siècle. Étude d’anthropologie historique.
Il a également dirigé ou codirigé une série d’ouvrages d’une portée plus générale : La Fonction symbolique. Essais d’anthropologie en 1979, avec Pierre Smith ; Antropologia delle tradizioni intellettuali : Francia e Italia en 2000, avec Fabio Viti ; en 1991, le Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, dont il fut le principal maître d’œuvre ; en 2004, un cahier de L’Herne consacré à Claude Lévi-Strauss. À quoi s’ajoutent toutes sortes d’articles, notes ou recensions qui ont porté aussi bien sur les sociétés africaines que sur la parenté bretonne, l’ethnologie nord-américaine, la figure de Volney ou le parcours de Walter Benjamin.
Il a animé plusieurs revues, dirigé et coordonné des séminaires à l’EHESS, à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense ou à l’Université de Ouagadougou. En particulier, le séminaire d’anthropologie générale qu’il a dirigé à l’EHESS du début des années 1980 au milieu des années 1990 a joué un rôle central dans la vie de la cité anthropologique. Il a aussi présidé de 1983 à 1986 la section 33 (« Anthropologie, ethnologie, préhistoire ») du Comité national de la recherche scientifique.

Lire aussi l’article du Monde « Michel Izard, anthropologue »

Pour aller plus loin : Conversation avec Michel Izard sur le structuralisme par Dominique Casajus  (source HAL-SHS http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00751259)

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

« Les portails documentaires : un atout pour les archives ? » le 14 février à la MSH d’Angers

Programme de la journée sur le blog Archives, livres, manuscrits et autres supports de l’information

THÈME 1

Portails documentaires et web sémantique, quels outils ?

10h00 : Archives ouvertes, la communication scientifique pérenne, Christine Berthaud, Centre pour la communication scientifique directe, CNRS.

10h20 : Omeka, une plate-forme pour les humanités numériques, Pierre Couchet, laboratoire d’histoire des sciences et de philosophie, Archives Henri Poincaré, Université de Lorraine.

10h40 : Portails documentaires et référentiels du Web sémantique : exemples et enjeux à venir à partir de HDA-Lab et DBpedia, Alexandre Monnin, Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne.

11h00 : Débats

THÈME 2

Acteurs et stratégies

11h40 : Vers un éco-système de valorisation numérique pour les archives,Lucile Grand, service interministériel des Archives de France.

12h00-14h00 : Repas

14h00 : Le dynamisme local : l’exemple de « Mémoires de la Somme », Olivier de Solan, archives départementales de la Somme.

14h20 : Le portail « Sauvegarde de la parole sarthoise » : un exemple de collaboration, Franck Pohu, Fréquence Sillé.

14h40 : Débats

15h00 : Pause

THÈME 3

À l’épreuve des usagers

15h20 : Appropriations du patrimoine numérisé et communautés apprenantes sur le web, Philippe Chevallier, Bibliothèque nationale de France.

15h40 : Heurs et malheurs d’un portail : l’exemple du Rize, Xavier de la Selle, Le Rize, Villeurbanne.

16h00 : « Mémoires de la Somme », qu’en font les usagers ? Les étudiants du master Métiers des archives de l’université d’Angers (Raïane Bas, Alexandre Béranger, Clémentine Dumas, Sandy Guibert, Pierre Hamel, Adélaïde Laloux, Fransceska Malle, Romain Simonneau, Marine Vautier, Anaïs Berger, Thomas Blanchy, Clémence Chauveau).

16h20 : Débats

16h40 : Conclusions, Christophe Jacobs, Université d’Angers.

17h00 : Fin de la journée

17h30-19h : Visite commentée de l’exposition Trésors enluminés des musées de France, Pays de la Loire et Centre au musée des Beaux-Arts d’Angers (14, rue du musée).

La visite sera assurée par Ariane James-Sarazin, directrice des musées d’Angers.

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Journée d’études « L’approche formulaire des corpus spécialisés »

Le 17 avril 2014 à la MSH Dijon, Journée d’étude organisée par le LLC – ELLIADD, Université de Franche-Comté [EA 4661]et Maison des Sciences de l’Homme Dijon [USR CNRS-uB 3516]

Le discours spécialisé des divers domaines (droit, économie, médecine, politique, sciences, etc.) est le produit de pratiques langagières de communautés ou de milieux spécialisés, tant académiques que professionnels (Michel Petit); il est déterminé par une interdisciplinarité intrinsèque qui fait de l’analyse de ces pratiques la parente pauvre des recherches en linguistique alors même que le développement des corpus, tant écrits qu’oraux, y invite expressément.

[En savoir plus]

La journée du 17 avril se veut ainsi un espace de discussion entre jeunes chercheurs et chercheurs confirmés autour des enjeux de la notion et de son application à des corpus numériques spécialisés comme ceux constitués au sein de la MSH de Dijon à travers son Centre de Ressources Numériques Thématique. Elle s’inscrit donc dans une perspective plus générale d’exploitation interdisciplinaire de ressources pas forcément constituées, au départ, en vue de problématiques strictement micro-linguistiques.

Les personnes intéressées pour intervenir à cette journée d’études sont priées d’envoyer leur proposition (titre + résumé de 400-500 mots présentant le type de discours spécialisé, la problématique et le corpus d’étude) avant le 15 février 2014 à arthur.joyeux@univ-fcomte.fr et laurent.gautier@u-bourgogne.fr.

Organisation et coordination scientifique :

Laurent Gautier (MSH Dijon [USR CNRS-uB 3516] & Centre Interlangues TIL [EA4182])

Arthur Joyeux (ELLIADD-LLC [EA4661], UFC)

Matthew Pires (ELLIADD-LLC [EA4661], UFC)

La MSH de Dijon prendra en charge le déjeuner pour toutes les personnes présentant une communication.

« Le numérique pour le jeune chercheur et enseignant en humanités: Environnement, enjeux, outils documentaires

Le 16 janvier prochain à la maison de la recherche (Paris) se tiendra une journée

sur le thème :

« Le numérique pour le jeune chercheur et enseignant en humanités :  Environnement, enjeux, outils documentaires

The digital age for young researchers and lecturers in the humanities : Environment, stakes and documentary tools ».

Pour plus d’informations, cliquer ici

« Peut-on étudier les appropriations sociales du passé à partir des enquêtes de public ? »

Jeudi 12 décembre 2013, de 9h30 à 17h30

Bâtiment T – Maison Max Weber, salle 237 
Université Paris Ouest Nanterre la Défense 

Premier volet : les pratiques in situ 

L’un des objectifs du labex Les passés dans le présent est de comprendre les appropriations sociales du passé et de l’histoire aujourd’hui, autour de trois pistes de recherche : mieux connaître, en amont des interactions avec la médiation de l’histoire, l’intérêt pour le passé et l’histoire, trop souvent donné pour acquis ; mieux connaître, en aval, les divers usages du passé et de l’histoire par des publics socialement différenciés ; analyser les origines des formes d’appropriation du passé et leur évolution dans le temps.

Resserrant la focale au regard de ces enjeux, ce troisième Atelier labex se propose de questionner l’outil «  enquêtes de public(s) » et son apport potentiel à une compréhension des « appropriations sociales des expositions historiques », titre de l’un des projets du labex. Comment les enquêtes de public(s), souvent plus proches de l’enquête de satisfaction et du dispositif d’autoévaluation d’un d’établissement que d’une réelle rencontre avec le public, peuvent-elles être mobilisées pour les recherches en cours ? À quelles conditions, selon quelles méthodes et depuis quelle position ?

La question n’est pas aisée, pour trois raisons. Histoire et passé, comme l’a montré l’Atelier labex n°2, ne s’équivalent pas et sont en tension. Ensuite, l’histoire est un objet complexe, dont la « médiation », la « transmission », peuvent être pensées depuis différentes perspectives : pédagogie d’une culture scientifique, pratique citoyenne, matériau d’une mémoire culturelle, notamment. Enfin, il existe un écart installé entre la notion de public, au sens civique du terme, et celle des publics, au sens des groupes de consommateurs d’un dispositif institutionnel de médiation (Le Marec).

Appuyé sur les travaux en cours au sein du labex, l’Atelier ouvrira amplement l’indispensable réflexion collective grâce à la présentation de pratiques d’enquêtes de public(s) et de pratiques de recherche en étroite résonance avec ces interrogations.

 Inscriptions auprès d’Hélène de Foucaud : hdefouca@u-paris10.fr

Pour obtenir le programme, cliquer Ici

Les archives des chercheurs. De la propriété au data-management

ISH_MOM_20131113_RencontreArchivesChercheurs_Affiche

Rencontre organisée par les deux Maisons des Sciences de l’Homme de Lyon,l’Institut des Sciences de l’Homme et la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, avec le soutien de l’Université Lumière Lyon 2

Mercredi 13 novembre 2013, de 9h à 16h30
à l’Institut des Sciences de l’Homme
14 avenue Berthelot, Lyon 7e (espace Marc Bloch, rdc)

image003Programme complet

L’activité scientifique, administrative et technique repose sur l’acquisition, la production, la gestion, l’échange et l’archivage de données, documents, sources, matériaux, etc.

A l’ère du numérique, de l’informatique dans le cloud, et de l’open data, la question des documents, des données et plus largement des archives reste entière dans les laboratoires SHS comme au sein de leurs institutions de tutelle.

De nombreuses initiatives témoignent de l’intérêt du sujet et des multiples questionnements induits : enquête de la MSH de Dijon en collaboration avec la Direction des Archives de France ; programme d’action du RTP ArchiSHS ; activité du réseau AURORE (Archivistes d’Universités, des Rectorats et d’Organismes de REcherche) ; objectifs du groupe PIN (Pérennisation des Informations Numériques).

Compte tenu de l’évolution des technologies de l’information et de l’essor de la recherche partenariale dans le contexte international, les flux s’intensifient et se complexifient. Toutes les données produites et véhiculées sont appelées à devenir des archives ; elles constituent le patrimoine scientifique de la recherche publique en SHS.

Diffuser, échanger, archiver, c’est d’abord penser, et non subir, la gestion des documents et des données. C’est aussi être acteur d’un dispositif, quels que soient son rôle et sa fonction, depuis la production jusqu’à la diffusion. Au-delà de tout aspect technique, la question des droits et des usages ainsi que l’impératif de conservation restent au coeur des préoccupations.

Cette rencontre a pour objectif de sensibiliser la communauté scientifique aux nombreuses questions relatives aux données et aux documents. Elle permettra d’expliciter les questions de propriété « d’archives de chercheurs », de poser la notion sous ses différents registres – juridiques, épistémologiques, institutionnels –  et de donner, à partir d’apports théoriques et d’expérimentations, des clés pour se saisir concrètement de la question de leur gestion : archiver des données ou des documents ? avec quels outils ? sur quelle planification ?

Au programme

Matin : 9h-12h30

Contexte de la recherche en SHS et sa traduction dans le domaine des archives
Illustrations de terrain
Cadre théorique, institutionnel, réglementaire et juridique

Après-midi : 14h-16h30

Principes, méthodes, modèles, outils
Retours d’expérience de services d’archives
Synthèse et discussion

Inscription gratuite mais obligatoire avant le 12 novembre 2013

Contacts

communication@mom.fr

communication@ish-lyon.cnrs.fr