Archives de catégorie : Conférences La MAE reçoit…

La MAE reçoit… Clive Bonsall (University of Edinburgh)

« Holding back the Tide? The Neolithic Transition in the Danube’s Iron Gates »

Vendredi 21 décembre, 10 h – 12 h

MAE, salle 2, rez-de-jardin

In the 1960s, Romanian and Serbian archaeologists established an impressive sequence of Mesolithic sites in the Iron Gates section of the Danube Valley dating from 12,000 to 6000 cal BC. From this work emerged a compelling picture of a society that was initially reliant on nomadic hunting, but over millennia became sedentary and more socially and technologically sophisticated. The findings suggested that the Mesolithic inhabitants had developed an advanced culture based on riverine resources, which survived long after agriculture was established in the surrounding areas.

The past 15 years have witnessed a quantum leap in our understanding of the early post-glacial settlement of the Iron Gates. New excavations at Schela Cladovei (Romania) and Vlasac (Serbia), together with scientific analyses of finds from the 1960s have provided evidence that challenges previous interpretations.

This lecture will review the advances in our knowledge of Mesolithic settlement in the Iron Gates region, which have provided a clearer insight into what appears to have been a stable cultural tradition lasting more than five millennia, followed by a period of rapid cultural change between 6300 and 6000 BC, the causes of which are still hotly debated.

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

La MAE reçoit… Jean-Pierre Warnier (Centre d’études africaines)

« D’un royaume africain aux cultures matérielles et corporelles »

Mardi 20 novembre à 17 h

MAE, 4e étage, salle du conseil

Le royaume Mankon, au Cameroun, présente un cas ethnographique pleinement actuel. Le roi Ngwa’fo est né en 1926. Il est ingénieur agricole, politicien de stature nationale (1er vice président du parti au pouvoir) et businessman. Mais avant tout, roi. Il illustre le fonctionnement de la royauté sacrée africaine identifiée par Frazer. Celui-ci est centré sur le corps du roi comme réceptacle des substances ancestrales à distribuer à son peuple pour son bien-être, sa prospérité, sa santé, sa reproduction. Le corps du roi est en prise sur des réceptacles et des substances matérielles incorporées à ce que Paul Schilder nommait le Körperschema.

L’analyse politique de la royauté sacrée requiert donc l’élaboration d’une théorie de la culture matérielle. Celle-ci ne se laisse à son tour analyser que par rapport à des techniques du corps étayées sur les matérialités. C’est la raison pour laquelle, plutôt que de parler de culture matérielle, il me semble préférable de parler de « cultures matérielles et corporelles » ou de « cultures matérielles et motrices ».

L’exposé présentera le fonctionnement de la royauté sacrée illustrée par le royaume en question et, dans un deuxième temps, le travail théorique accompli au cours des vingt dernières années par des chercheurs réunis dans le groupe (devenu réseau) « Matière à Penser » – dont Jean-Pierre Warnier fait partie.

Bibliographie succincte :

BAYART, J.-F. & WARNIER, J.-P. (éds.),

2004             Matière à politique. Le pouvoir, les corps et les choses, Paris, CERI-Karthala, coll. « Recherches internationales ».

 NAJI, M. & DOUNY, L.

2009             « Editorial », spécial issue : ‘Making’ and ‘Doing’ the Material World :    Anthropology of Techniques Revisited, dans : Journal of Material Culture, 14 (4) : 411-432 (une sorte de survey général avec environ 200 références bibliographiques, à la manière de la Annual Review of Anthropology.

 JULIEN, M.-P. & ROSSELIN, C. (éds.)

2009             Le sujet contre les objets… tout contre. Ethnographies de cultures matérielles, Paris, CTHS.

 WARNIER, J.-P.,

   2007             The Pot-King. The Body and Technologies of Power. Boston, Leyden : Brill.

   2009a           Régner au Cameroun. Le Roi-Pot, Paris, CERI-Karthala, coll. « Recherches internationales ».

   2009b           « Technology as Efficacious Action on Objects… and Subjects », Journal of Material Culture, 14 (4) : 459-470.

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

La MAE reçoit… Lorenzo Calvelli (Université de Venise)

« Cola di Rienzo et la Lex de imperio Vespasiani. Anciens et nouveaux problèmes »

Jeudi 15 novembre à 13 h 30

MAE, 2e étage, salle 211G
 
La Lex de imperio Vespasiani constitue l’un des documents les plus importants pour la reconstruction de l’histoire de la Rome antique et, en particulier, de la période marquée par le passage de la République à l’empire. Le principat de Vespasien représente en effet la conclusion d’un long processus de transition, qui voit l’abandon définitif d’un système politique de nature oligarchique, au profit d’un nouveau régime autocratique. L’importance de ce document, connu uniquement par l’épigraphie, sous la forme d’une monumentale inscription de bronze, dont la première partie est aujourd’hui mutilée, fut perçue dès l’époque médiévale. L’attention de la critique s’est récemment portée, en particulier, sur l’utilisation idéologique dont furent l’objet aussi bien le texte de la loi que son support épigraphique, à partir du pontificat de Boniface VIII, à la fin du XIIIe et au début du XIVe siècles.
Le premier objet de cette conférence sera d’examiner le contenu de la Lex de imperio Vespasiani à la lumière des sources contemporaines et postérieures, qui témoignent de la concentration des pouvoirs institutionnels dans la personne de l’empereur. Dans la seconde partie, il s’agira d’analyser l’épisode le plus fameux de la fortune de ce document. La scène se déroule à Rome vers 1346 et a pour protagoniste Cola di Rienzo. Ce dernier prépare dans la basilique Saint-Jean-de-Latran une mise en scène complexe, destinée à mettre en exergue son interprétation du document juridique, qu’il expose à un public vaste et hétérogène.

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

La MAE reçoit… Hamudi Khalaily (Israel Antiquities Authority)

« Recent Discoveries from the Pre-Pottery Neolithic B of Yiftahel, Lower Galilee, Israel »

Jeudi 29 novembre à 15 h

MAE, 4e étage, salle du conseil

Extensive salvage excavations were conducted at the site of Yiftahel, Lower Galilee, during 2007-2008. These excavations exposed remains of the mid-late Pre-Pottery Neolithic B period (8000-7000 BCE cal.) site covering an estimated area of ca. 4 hectares. Four excavation areas were opened: Area I in the northern part of the site, Areas F and H in the center, and Area G along the southern fringe. In Area I, an impressive building complex with plastered floors, including several phases were exposed. This complex consisted of two superimposed buildings with a rectangular plan, covering an area of 100 m2. The walls were built of stone and brick, with several installations integrated and dug into the plaster floors. The buildings, labeled 500 and 501, also include various human burials beneath the floors, as well as cultic interments of aurochs. Notably, a cache of three plastered skulls was recovered adjacent to Building 501. One of the striking phenomena, aside from plentiful lithic assemblages related to the “naviform” industry, is the caching and depositing of lithics in various locations above and beneath the floors and a hoard of eight votive green axes was found above the floor of Building 501.
On the basis of the recent discoveries, the estimated size of site during the PPNB is over than 4 hectares. Yiftahel must considered as a central site in the Lower Galilee located in one of the PPNB core areas in the Southern Levant
It is also suggested that building complex in Area I at PPNB Yiftahel was functioned as communal locales and not residential ones. Their discovery at the PPNB site of Yiftahel indicates an intricate social and economic system at the community level.

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

José M. Lopez Mazz (Universidad de la Republica de Uruguay)

« La Préhistoire dans les basses terres de l´Uruguay et le Sud du Brésil »

Vendredi 26 octobre à 11 h

MAE, 4e étage, salle du conseil

Conférence ouverte à tous

Les basses terres de l´est de l´Uruguay et du Sud du Brésil ont été occupées très tôt, vers 9000 av. J.-C., par des chas­seurs-cueilleurs nomades évoluant dans un milieu aux niches écologiques diverses. Le processus adaptatif s’est progressivement orienté vers le contrôle de zones de plus grande productivité. Le contrôle des ressources des terres basses a entraîné peu à peu une maîtrise du milieu, autour d´une activité de chasse et de collecte spécialisée.

Dès ca. 3500 av. J.-C., l´apparition de la culture des constructeurs de cerritos (tumulus) a été associée à des change­ments climatiques, à un processus d´intensification économique et à de nouvelles techniques. L´organisation économi­que et le processus social ont contribué à la production d´un nouveau paysage, à des réseaux d´échanges, et à la création d´une sphère d´interaction sociale très étendue. Par ailleurs, les pratiques funéraires dès 500 av. J.-C. montrent des changements dans l´organisation politique, avec notamment l´apparition de chefferies indigènes, peut-être similaires à celles rencontrées par les Portugais et les Espagnols au XVIe siècle.

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts