Archives de catégorie : Conférences

« Bataille à Lascaux. Comment l’art préhistorique apparut aux enfants » (École du Louvre)

 

sera donnée par Daniel Fabre (directeur d’études à l’EHESS et directeur de l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain)

le Mardi 14 janvier 2014, de 18h à 20h

Amphithéâtre Dürer

Palais du Louvre, Place du Carrousel, Porte Jaujard

L’entrée est libre en fonction des places disponibles.

Annonce de deux sessions du prochain Congrès Mondial de l’UISPP concernant la préhistoire américaine

readcontentsa

Dans le cadre de la commission de l’UISPP nouvellement crée : « Peuplements américains durant la préhistoire » nous organisons durant le prochain Congrès Mondial, à Burgos, du 1er au 7 septembre 2014  (http://www.burgos2014uispp.com) les deux sessions suivantes :

Session 1 – La contribution de l’anthropologie biologique à la compréhension des mouvements humains entre l’Asie et les Amériques.

Session 2 – Emergences et conséquences des innovations techniques en Amérique.

Nous serions heureux de vous accueillir pour participer à ces sessions.

Comité organisateur : Boëda Eric, Franco Nora et Viana Sibeli

Commission : peuplements américains durant la préhistoire

Dans le cadre de cette commission UISPP consacrée aux « Peuplements américains durant la préhistoire », nous voulons aborder deux thèmes de débats. L’un concerne l’anthropologie biologique et le second la culture matérielle. Ces sessions sont les premières dans le cadre de l’UISPP à être spécialement consacrées aux Amériques. Bien évidemment cette limitation géographique est artificielle et il est impossible de raisonner sans y intégrer ses marges actuellement immergées ainsi que ses autres territoires limitrophes asiatiques.

– Session 1

Le premier thème que nous voudrions voir aborder est du domaine de l’anthropologie biologique. Il a pour intitulé : La contribution de l’anthropologie biologique à la compréhension des mouvements humains entre l’Asie et les Amériques. Si durant de nombreuses années, les débats reposaient sur un minimum de données modélisées de part et d’autre de la Béringie, depuis une vingtaine d’années les découvertes de nombreux vestiges humains et l’avancée des données génétiques ont vu relancer cette thématique et enrichir le débat. La réalité, si nous pouvons l’aborder un tant soit peu, est, comme l’avaient déjà préconisé certains chercheurs, bien plus complexe que ce qui est classiquement proposé. Les peuplements ont très certainement été multiples avec un devenir pour chacun d’entre eux très certainement spécifique. Nous voudrions ainsi pouvoir envisager dans ce thème des communications, s’appuyant sur de nouvelles données et sur différents aspects de cette discipline anthropologique en donnant une dimension la plus heuristique possible débouchant sur de nouvelles hypothèses. Nous utilisons le mot hypothèse et non celui de modèle volontairement, car il nous semble que dans l’état actuel des données toute modélisation ne pourra que déboucher sur des confrontations. Toute la difficulté, réside aussi dans le fait de dissocier le biologique du culturel, qui ne peuvent se recouper. Une idée, pour diffuser, n’a pas forcément besoin d’être liée à un phénomène migratoire massif. Cela signifie que chacun de ses aspects fait appel à des dynamismes différents. Si, l’anthropologie biologique est la seule à pouvoir répondre à la question du QUI ?,  elle ne l’est pas sur les modalités de diffusion. En revanche, elle permet d’en apporter le constat. Ces quelques propos ont pour objectif de vouloir recentrer sur chaque discipline ce qu’elle peut apporter et ainsi l’enrichir.

– Session 2

Le second thème est tourné vers le fait culturel et a pour intitulé : Emergences et conséquences des innovations techniques en Amérique.  Le fait technique est marqueur d’une connaissance et d’un savoir-faire qui sont eux-mêmes les témoins d’une mémoire individuelle, partagée par un collectif. Mais un fait technique n’est jamais isolé. Il fait partie d’un système technique plus vaste, cohérent, dans lequel chaque groupe s’identifie. Percevoir ces faits, leur(s) lieu(x) d’émergence(s) –invention- et leur(s) ancrage(s) régional(aux) -innovation- peut nous amener à mieux cerner une réalité anthropologique complexe. D’une vision simplifiée attachée à un artefact unique nous devrions percevoir, par la prise en compte de l’ensemble des aspects techniques donnés par un ensemble archéologique, une altérité qui est le reflet de chaque devenir. Bien évidemment, ce thème doit être abordé à des échelles de perceptions différentes au risque d’une modélisation simplificatrice et donc réductrice. L’environnement en tant que facteur de résilience possible peut influencer sur le comportement humain par le biais d’une adaptation culturelle, et, ancrer ces changements dans l’espace. Il est alors un facteur de l’altérité. Mais là encore, nous devons manier des échelles d’analyses spatiales différentes en distinguant le local, le régional et le continental, ainsi que des échelles d’analyse temporelles distinguant le cours et le long terme. Cette notion temporelle est elle-même un élément essentiel dans la réflexion sur l’émergence des techniques et de leurs conséquences. Le temps court nous donne accès à l’histoire d’un groupe de par les connaissances qu’il utilise. Le temps long est quant à lui porteur d’une information marqueuse de tendances qui touche l’histoire des techniques transcendant ainsi chaque groupe. En résumé, nous voudrions que cette session s’enrichisse de propositions méthodologiques novatrices capables de mettre en lumière tout à la fois les spécificités spatiales et temporelles des Amériques et son appartenance à une histoire commune.

« LE FUNÉRAIRE. Mémoire, protocoles, monuments »

Prolongation de la limite de soumission jusqu’au 10 Janvier 2014

« LE FUNÉRAIRE. Mémoire, protocoles, monuments », 11e colloque annuel de la MAE organisé par Grégory Delaplace (LESC) et Frédérique Valentin (ArScAn) du 18 au 20 juin 2014 Université Paris Ouest Nanterre La Défense

cliquer ici pour accéder au texte d’appel

Conférence de Maurice GODELIER : « Systèmes de parenté, formes de famille et évolutions contemporaines »

L’AEEAN présente « Les rencontres du 3ème type »

Conférence de Maurice GODELIER, « Systèmes de parenté, formes de famille et évolutions contemporaines »

Vendredi 13 décembre à 16 heures, salle A2 (bâtiment A, rdc)

Qui mieux que lui pour nous parler des enjeux liés aux nouveaux systèmes matrimoniaux ?

La Rencontre se déroulera exceptionnellement dans l’amphi A2 (au rez-de-chaussée du bâtiment A), le vendredi 13 Décembre de 16h à 18h et sera suivie d’un anthro-pot qui réchauffera vos mains glacées.

Conférence ouverte à tous.

affiche conférence

Conférences d’anthropologues lundi 9 décembre et mardi 10 décembre 2013

2 conférences d’anthropologues de l’université de Sun Yat-sen

Lundi 9 décembre, 10h-12h, MAE, salle du conseil, 4e étage

Conférence de Guoqing MA : « Hunters as Social Label: Modern Elunchun (Oroqen) under Multiple Domination »

Lundi 9 décembre, 15h-17h, MAE, salle 1, rez-de-jardin

Conférence de Tiequan ZHU : « Chinese Ancient Porcelain: Production Center and its Global Trade »

1 conférence d’anthropologue de l’université de Montréal

(dans le cadre de l’atelier « Existence et expérience : approches anthropologiques » organisé par A. Piette, I. Rivoal et A. de Salles – LESC)

Lundi 9 décembre, 17h30-19h30, MAE, salle du conseil, 4e étage

Conférence de François COOREN: « Exister plus ou moins. Comment saisir les modes d’existence des êtres convoqués par la parole »

Résumés en pièces jointes (Cliquez sur les liens ci-dessus pour accéder aux pièces jointes).

Sans oublier…

Mardi 10 décembre, 10h-12h, MAE, salle du conseil, 4e étage

Conférence de Ma GUOQING :

« Minority on the Move: Cases from Guangzhou and Other Chinese Cities »

Conférence de K. Anne Pyburn « Beyond Polanyi: What We Really Know about Ancient Maya Production »

« Beyond Polanyi: What We Really Know about Ancient Maya Production »

Conférence de K. Anne Pyburn (Provost’s Professor of Anthropology, Indiana University Vice President-elect, World Archaeological Congress)

organisée par la Société des Américanistes

jeudi 21 novembre, à 18h
musée du quai Branly
salle de cours 3 

Des générations d’archéologues ont étudié la distribution des biens précieux dans les enregistrements archéologiques dans le but de comprendre l’organisation de la production et l’essor des élites politiques. En ce qui concerne les systèmes économiques mayas, la thèse dominante tend à écarter un controle effectif par l’élite et met en question l’existence de spécialistes à plein temps, pointant un degré de complexité sociale quelque peu inférieur à ce que supposent bien des idées reçues concernant les anciens Etats et les cités-Etats. Je suggère que la distribution des biens documentée par l’archéologie des communautés mayas reflètent la consommation, et non pas la production, et que l’existence de spécialistes à plein temps n’est guère pertinente en ce qui concerne l’essor des élites dans les économies politiques du passé. Je présente des données provenant du site de Chau Hiix, Belize, afin d’illustrer mes arguments.

Charlotte Arnauld, Dimitri Karadimas et Fabienne de Pierrebourg (Vice-présidents)

Se présenter directement à l’entrée du musée (37 quai Branly), sans passer par les caisses

Société des Américanistes (Musée du Quai Branly – 222, rue de l’université – 75343 Paris Cedex 07 ; societedesamericanistes@yahoo.fr)
Pour lire le Journal de la Société des Américanistes en ligne:  de 1895 à 2000de 2001 à 2007.

Invitation : One Pyburn 21nov