Archives de catégorie : Formations

Penser / classer les collections techniques – Séminaire de recherche 2014-2015

Ce séminaire de recherche propose de réfléchir à la manière dont ont été ou sont aujourd’hui pensées les collections techniques – objets, vestiges archéologiques, textes, ouvrages – par les conservateurs et concepteurs d’exposition ou par les chercheurs. La réflexion portera d’une part, sur les modes de constitution de ces collections, d’autre part sur la méthodologie de la recherche développée en vue de leur étude.

Le séminaire se tiendra sous forme de 6 demi-journées de 14 à 18 h, aux dates suivantes :  3 octobre, 21 novembre, 12 décembre, 23 janvier, 13 février et 20 mars.

La première séance du séminaire se tiendra le vendredi 3 octobre, de 14h à 18h, au Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris, autour de la question des échantillons, en présence de :

– Nadine Besse et Sylvain Besson, Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne : « La collection d’échantillons textiles du Musée d’Art et d’Industrie : état des lieux »
– Isabelle Laboulais, Université de Strasbourg – EA 3400 : « Exposer les collections de minéraux : les choix de l’École des mines entre la fin de l’Ancien Régime et la Restauration »

Les séances suivantes auront lieu à l’université Paris-Diderot – Paris 7 dans le 13e arrondissement.

Présentation et programme du séminaire 2014-2015

Laurence Quinty

Chargée de partenariats et valorisation à la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

More Posts

Des peintures rupestres d’Afrique australe (2/4)

L’art rupestre, peintures, gravures et sculptures sur des parois rocheuses, est présent sur la presque totalité du continent africain. Nous avons choisi parmi cette grande diversité, quatre pays d’Afrique, au Sud de l’Equateur, pour présenter à travers une série de billets quelques images. Ces pays sont : Afrique du Sud, Angola, Botswana et Namibie. La création artistique africaine est ancienne et pour certains auteurs, il faudrait voir dans les bifaces et dans la taille de la pierre les premiers vestiges des capacités artistiques des hommes. Pour d’autres, des traces d’ocre trouvées dans des niveaux pré-acheuléens seraient une indication du goût pour les couleurs, voire de l’utilisation des pigments picturaux à des fins artistiques. Toutefois, la chronologie de l’art rupestre d’Afrique n’est pas encore définitive bien que des tentatives variées aient été entreprises pour placer cette création artistique dans le temps. Elles vont de la subjectivité, « très haute ancienneté », jusqu’à des mesures isotopiques des pigments picturaux en laboratoire. En ce qui concerne les motivations des artistes, les avis sont aussi variés que les auteurs qui cherchent à l’extérieur du continent les « influences », tandis que pour d’autres c’est du Nord, de l’Egypte, voire de Crête que l’influence se serait diffusée vers le sud du continent. Aujourd’hui, la plupart des chercheurs est néanmoins d’accord pour considérer l’art rupestre du continent comme une production locale. Par rapport aux interprétations, la diversité d’avis est aussi très grande, elle va de la magie de la chasse pour interpréter certaines scènes jusqu’à la pratique chamanique pour comprendre certains personnages hybrides. Pour cette dernière hypothèse, les influences se sont fait sentir jusqu’en Europe ! Enfin, la conservation et la mise en valeur des sites d’art rupestre est également très inégale sur l’ensemble du continent. Au nord par exemple, de vastes zones ont été classées Parc national et, dans certains cas, ils sont inscrits sur la liste du patrimoine de l’humanité de l’UNESCO. Dans d’autres cas, on constate un grand oubli des sites dont les dégradations sont importantes voire irréversibles. L’étude et la protection de ce patrimoine unique sont donc des priorités.

Chaque vendredi, retrouvez cette série sur les peintures rupestres d’Afrique australe en 4 épisodes : Afrique du Sud, Angola, Botswana et Namibie.

Angola

Les recherches actuelles en Angola montrent l’existence d’une cinquantaine de sites d’art rupestre sur l’ensemble du territoire. La diversité de peuples qui habitent le pays et l’extension du territoire, 1 248 000 km2, sont sans doute à l’origine de la diversité de l’art rupestre du pays. De la même manière que dans d’autres régions du continent, il est très probable que les motivations des artistes et donc les significations des figures soient très variées. Il faut donc tenir compte de ces données pour aborder l’interprétation de l’art de cette partie de l’Afrique.

Les publications sur l’art rupestre d’Angola sont relativement anciennes et c’est en 1818 que J. Tuckey signale l’existence d’un site d’art rupestre sur la rive gauche du fleuve Zaïre/Congo. Depuis cette date, d’autres sites ont été découverts, en particulier au sud du pays. Il est fort probable que des campagnes de prospection sur des zones peu connues du point de vue artistique rendraient l’actuelle carte des sites beaucoup plus fournie.

Textes et photos : Manuel GUTIERREZ, laboratoire Archéologies et sciences de l’Antiquité

(Hiver 2011-2012)

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Quelques places encore disponibles pour un séminaire de formation à Dikili Tash (Grèce) en juin 2014

L’équipe de Dikili Tash (Grèce du Nord) participe à l’organisation d’un séminaire de formation dans le cadre du Programme pour l’Education et la formation tout au long de la vie (EFTLV) de la Commission Européenne (programme Grundtvig), qui s’adresse à des personnes venant des pays-membres de l’UE impliquées dans l’éducation d’adultes (conservateurs de musées, animateurs, etc.). Le séminaire, qui durera 6 jours (23-28 juin 2014), est piloté par le Centre d’Education Environnementale de Philippi.

Le séminaire présentera aux participants les principaux aspects de l’histoire du peuplement dans la région, en insistant sur les rapports avec l’environnement naturel, les techniques de construction des maisons et de manufacture préhistoriques, ainsi que sur les leçons à en tirer pour les sociétés contemporaines. Les participants auront l’occasion d’apprendre comment se déroule une fouille, d’expérimenter eux-mêmes avec des matériaux anciens, et d’élaborer leurs propres outils de transmission à destination d’autres adultes. Les frais de participation sont entièrement couverts par l’Union Européenne. Cliquer ici pour consulter le programme détaillé.

Pour plus d’informations et soumissions de candidatures, contacter l’Agence nationale de votre pays en charge des programmes de formation continue ( cliquer ici pour consulter la liste disponible).

Les dossiers de candidature sont à envoyer avant le 16 janvier 2014.

Journée d’études « Les usages de la photo en Lettres et Sciences Humaines et Sociales »

Mercredi 6 novembre 2013, 10h-17h,

MSH Ange-Guépin,
Amphithéâtre,
5 allée Jacques Berque, Nantes

Cette journée est organisée par l’équipe IconoRéseau à destination des chercheurs, ingénieurs et doctorants ayant une pratique de la photographie dans le cadre de leur travail. Elle permettra de faire la synthèse du questionnaire ouvert sur le blog IconoRéseau sur la manière dont les chercheurs et ingénieurs utilisent la photo numérique dans le cadre de leurs recherches en Lettres et SHS. Cette journée n’est pas conçue comme une journée de formation mais de questionnement et de réflexions communes autour des usages, avec des retours d’expériences et des cas concrets.

Programme provisoire (programme complet à venir sur le blog IconoRéseau)

Cécile Boulaire, Les usages de la photo en SHS, synthèse du questionnaire Stéphane Loret, De l’image à l’outil documentaire : réflexions autour de l’image comme donnée de recherche en LSHS
Romeo Carabelli, Retour sur une expérience réelle : la gestion des images dans un projet de géographie urbaine
Gilles Kagan, Photo numérique: nommage, description, indexation des fichiers
Richard Walter, Trucs & astuces pour le stockage & archivage des photos numériques
Table ronde: Les besoins et les perspectives

Inscription obligatoire (nombre de places limité) : icono-reseau@univ-tours.fr

Equipe IconoReseau (MSH-Val de Loire) : Cécile Boulaire (Tours, INTRU), Sébastien Busson (Tours, CESR), Romeo Carabelli (Tours, CITERES), Gilles Kagan (Orléans, IRHT), Stéphane Loret (Nantes, MSH Ange-Guépin), Laurence Rageot (Tours, MSH Val de Loire), Richard Walter (Paris, ITEM).

À vos blogs ! Publier un carnet de recherche en archéologie et en ethnologie

Dans le cadre du programme « ArcheoNum. L’archéologie dans les Humanités Numériques » (ArScAn) et en partenariat avec l’équipe d’Hypothèses, une journée consacrée aux carnets de recherche (blogs académiques) est organisée le 4 octobre à la MAE.

Elle se déroulera en trois temps : une table-ronde suivie de deux ateliers pratiques de formation réalisés par l’équipe d’Hypothèses.org

-10h00 – 12h00 : table-ronde « Usages et écritures des carnets de recherche ».
Présentation de plusieurs carnets de recherche aux finalités différentes par leurs créateurs ou gestionnaires. Ces exemples visent à susciter la discussion sur diverses appropriations, par le monde de la recherche en SHS, de l’outil en ligne, collaboratif et mutualisé proposé par Hypothèses et à réfléchir aux stratégies de communication associées à ces carnets, à l’adaptation et à l’évolution de l’écriture scientifique à ce mode d’échange et de diffusion sur le web.
Les carnets de recherche présentés traiteront, pour la plupart, de thématiques en rapport avec les domaines de travail d’ArScAn et de la MAE, l’archéologie et l’ethnologie, mais la séance s’adresse également à des spécialistes d’autres champs de recherche en SHS.

-13h30 – 15h30 : Atelier 1 « Créer son carnet sur Hypothèses » (niveau débutant : création et prise en main de l’outil d’édition de contenu.).

-16h – 18h : Atelier 2 « Tirer le meilleur parti de son carnet sur Hypothèses » (paramétrages et fonctionnalités avancés.) (Il est nécessaire d’avoir un carnet sur Hypothèses ou sous WordPress pour suivre cet atelier).

Le nombre de places étant limité, une inscription à chaque module est nécessaire.
Les participants pourront s’inscrire à un ou plusieurs modules.
Pour les ateliers, ils devront se munir d’un ordinateur portable (une connexion à Internet sera disponible).

Le formulaire d’inscription, le programme détaillé, les horaires et la liste des interventions sont disponibles sur : http://archeonum.hypotheses.org/163

Contacts :
virginie.fromageot-laniepce@mae.u-paris10.fr
anne-violaine.szabados@mae.u-paris10.fr