Archives de catégorie : Billets

Lancement d’une recherche sur les pratiques cynégétiques préhistoriques dans les Alpes françaises

La Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès (MAE) a lancé fin 2013 son premier appel à projets autour de trois axes thématiques – migrations et mouvements de population, phénomènes de transition historique, anthropologie funéraire et l’homme face à la mort – pour soutenir une recherche renforçant les collaborations scientifiques entre les laboratoires de la MAE et permettant à des équipes de disposer de moyens d’action pour, soit poser les bases d’une nouvelle recherche, soit porter un projet à maturation en vue de répondre à un appel d’offres de niveau national ou international.

Image-Projet-GOMEZ-COUTOULY
© B. C. Tørrissen 2011

A l’issue du processus d’évaluation, le Conseil scientifique de la MAE a distingué le projet intitulé : «  Des rennes dans les névés, des armes de chasse dans la glace : des pratiques cynégétiques préhistoriques dévoilées par la fonte des neiges » présenté par Yan Axel Gómez Coutouly (Préhistoire et Technologie-UMR 7055), « pour son caractère exploratoire, son inscription dans un champ de recherche actuellement en pleine redéfinition – l’étude dans le temps long de l’occupation de la haute montagne – et très dynamique sur les plans national et international, sa faisabilité et ses développements potentiels« .

Le projet s’intéresse aux pratiques cynégétiques de la fin du Paléolithique et, en particulier, à l’investissement des zones de névé alpines par les chasseurs nomades.

Les névés offrent un contexte de conservation exceptionnelle des vestiges organiques (bois végétal, bois de cervidés, écorce, tendons, plumes, os, etc.) et donnent la possibilité de reconstituer les pratiques de chasse en haute montagne pour ces périodes très anciennes.

L’originalité de ce projet réside dans la mise en œuvre de méthodes élaborées en Amérique du Nord dans des contextes environnementaux similaires.

Leur application dans le contexte des Alpes françaises constitue un projet pilote susceptible d’ouvrir des perspectives totalement nouvelles sur la mobilité des groupes paléolithiques et leurs territoires d’exploitation.

Des travaux de terrain (prospection) et d’analyse des objets sont programmés en 2014 et en 2015, conduits par des spécialistes issus de quatre institutions dont trois UMR de la MAE (Préhistoire et Technologie-UMR 7055, Archam-UMR 8096, ArScAn-Ethnologie préhistorique-UMR 7041) et  l’INSTAAR (Institute of Arctic and Alpine Research) de l’université du Colorado aux États-Unis.

Vidéo de présentation du projet:

Laurence Quinty

Chargée de partenariats et valorisation à la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

More Posts

Musica : un consortium musical pour les humanités numériques

Musica est un nouveau consortium labellisé par la TGIR Huma-Num dont l’objectif est  la valorisation et l’exploitation des données musicales numériques par l’utilisation de référentiels communs, la diffusion de bonnes pratiques d’encodage et des opérations de numérisation de données. Le Consortium est constitué autour de trois grands axes thématiques principaux :
– La musique notée : MEI – OCRisation des sources
– La musique enregistrée : numérisation, indexation, analyse de son
– Les instruments : outils de classification actualisée, statut de l’objet

Les membres partenaires de ce projet sont :
– le Centre d’études supérieures de la Renaissance de Tours, porteur du projet (UMR 7323)
– le Centre de recherche en Ethnomusicologie (UMR 7186, LESC)
– Lutherie Acoustique Musique de l’Institut Jean le Rond d’Alembert (UMR 7190, LAM)
– Sciences et Technologies de la Musique et du Son (UMR 9912)
–  L’Institut de Recherche en Musicologie (UMR 8223, IReMus)

Plus d’informations sur: http://humanum.hypotheses.org/503

Laurence Quinty

Chargée de partenariats et valorisation à la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

More Posts

Ce que l’anthropologie fait à l’entreprise. Table ronde entre décideurs et anthropologues

Ce que l’anthropologie fait à l’entreprise.

Table ronde entre décideurs et anthropologues


mercredi 25 juin 2014, 16h-18h
Salle Manhattan, La Défense

Animée par Guillaume Cairou, président du Club des entrepreneurs

Affiche-FINAL-diffusion

Organisée par le Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (CNRS/Université Paris Ouest), en partenariat avec Nutriset, Onyx Développement, Defacto et Le Club des Entrepreneurs, cette table ronde sera suivie d’un cocktail.

Avec des anthropologues doctorants actuellement en contrat Cifre, des docteurs travaillant pour la R&D d’entreprises, des décideurs du monde économique et des acteurs de la recherche publique, elle abordera en deux heures les questions suivantes : qu’est-ce que l’anthropologie apporte à l’entreprise et comment ? Comment l’anthropologue peut-il être source d’innovations ? Quelles sont les attentes des entreprises vis-à-vis des chercheurs en SHS ? Une articulation entre recherche fondamentale et insertion professionnelle dans le secteur privé est-elle possible ?

Inscription gratuite via ce formulaire.

Contact : Anne-Gaël Bilhaut, AnthropoLab, agbilhaut@didaxis.fr

La table ronde « Ce que l’anthropologie fait à l’entreprise » est soutenue par le CVT Athena.

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

11e colloque de la MAE « Le Funéraire. Mémoire, protocoles, monuments »

Du 18 au 20 juin 2014

Colloque annuel de la MAE organisé par Grégory Delaplace (LESC) et Frédérique Valentin (ArScAn)

Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Salle des conférences – bât. B
Entrée libre
 

CONSULTER LE PROGRAMME

affiche-coll-MAE-BLOG

À plus d’un titre, la question du funéraire est un lieu commun de l’archéologie, de l’histoire et de l’anthropologie. À plus d’un titre car, dans un premier sens du terme, l’étude des pratiques, idées et artefacts mobilisés par une société donnée à la mort de l’un de ses membres est un sujet classique – un topos – de ces disciplines. Les sépultures données à leurs défunts par les sociétés du passé sont parfois les seules traces à travers lesquelles il nous est possible aujourd’hui de les étudier : miroir des activités économiques et de la vie quotidienne, indice de l’organisation sociale, le funéraire a constitué de fait le lieu par excellence de la recherche archéologique depuis ses débuts. Les historiens et les anthropologues, pour leur part, ont mis à profit l’accès simultané aux vestiges et aux témoignages dont ils bénéficiaient pour étudier dans une perspective comparative « l’idéologie funéraire » (Vernant 1989) des sociétés du passé et du présent ; la forme donnée à la sépulture ainsi que les discours sur la mort et l’au-delà traduisent dans ce cas la place donnée au mort dans une société donnée.

De fait, dans un autre sens du terme, le funéraire est un « lieu commun » de ces disciplines en tant qu’il est simultanément envisagé dans des perspectives théoriques et méthodologiques différentes par l’archéologie, l’histoire et l’anthropologie. Si chacune de ces disciplines bénéficie pour ses propres recherches des résultats obtenus par les autres, ce « lieu commun » du funéraire a rarement donné lieu à des discussions partagées. Lorsque celles-ci ont eu lieu, elles ont généralement pris la forme de dialogues rapprochant ces disciplines par paires : entre archéologues et historiens (Gnoli et Vernant 1982), entre historiens et anthropologues (Gordon et Marshall 2000), ou entre archéologues et anthropologues (Humphreys 1981 ; Valentin, Rivoal, Thévenet, Sellier 2014).

À l’occasion de son colloque annuel, la Maison Archéologie & Ethnologie propose de relever le défi d’une discussion inédite entre archéologues, historiens et anthropologues autour des enjeux du funéraire à travers les sociétés humaines. Ce colloque proposera un nouvel état des lieux de la recherche sur cette question croisant les approches des disciplines représentées dans la Maison, tout en servant de point de départ à de nouvelles perspectives comparatives entre celles-ci.

Contacts
frederique.valentin@mae.u-paris10.fr
gdelaplace@u-paris10.fr

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Clovis, le roman des origines (4/4)

A découvrir 4 épisodes sur Clovis, rédigés par Bruno Dumézil, enseignant-chercheur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défenselaboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité.

 

Clovis, le roman des origines

Clovis_1er
Gisant de Clovis Ier à Saint-Denis. Photo : Arnaud 25.

Clovis semble avoir été assez peu apprécié de ses contemporains. L’évêque Avit de Vienne, pourtant enthousiaste à la nouvelle de son baptême, écrivit au roi des Francs qu’il serait bon de mener ses affaires par l’entremise d’ambassadeurs, plutôt que de faire la guerre. De même, Théodoric le Grand ne semble accorder aucune confiance à son homologue franc, alors qu’il est pourtant son beau-frère. Au moment de lui faire un cadeau, le roi des Ostrogoths lui envoie un joueur de cithare. Le sous-entendu est clair : la musique adoucit les mœurs… Même les clercs gaulois restent circonspects. Pour eux, Clovis est un roi « très victorieux » (ce qui est indiscutable) ou « très astucieux » (ce qui est tout aussi vrai, mais n’est que rarement vu comme une qualité dans les sources du temps).

Quant aux Francs, ils ne semblent pas avoir eu un amour particulier pour leur souverain. Dans les mémoires, les bons rois restent plutôt Childebert Ier (511-558) le vieux lion généreux, ou Théodebert Ier (534-548) le conquérant sublime. Seul Grégoire de Tours, à la fin du VIe siècle, entend établir Clovis comme une figure majeure de l’histoire des Gaules, ce qui lui permet d’associer la réception du baptême avec la naissance de la dynastie. Et encore l’évêque de Tours est-il assez gêné face à la duplicité et à la violence de son héros. Il s’en tire en l’assimilant aux rois de l’Ancien Testament : lorsqu’il s’agit de faire avancer le cours de l’Histoire, Dieu a recours à des hommes terribles, symboles de la toute-puissance divine que l’on ne saurait juger selon les standards de la morale habituelle.

Le règne de Clovis n’occupait qu’une courte partie du livre II dans cette chronique universelle qu’étaient les Histoires de Grégoire de Tours. Toutefois, dès le VIIe siècle, les copistes eurent tendance à amputer les Histoires de leur premier volume, ce qui contribua à faire de Clovis le roi des origines. Paradoxalement, ce choix contribua à faire rechercher — ou à inventer — des ancêtres prestigieux à ce fondateur. Dès les années 660, le chroniqueur Frédégaire développe ainsi la légende de l’origine troyenne des Francs, ce qui leur permet aux Mérovingiens d’apparaître comme les héritiers des héros de la mythologie grecque. L’important semble alors de démontrer que chaque porteur du sang de Clovis est, comme l’empereur romain, un lointain descendant de Priam, digne de la même admiration, promis à la même puissance.

Clovis_recevant_la_fleur_de_lys_-_XVe_siècle
Clovis recevant la fleur de lys (XVe siècle). Crédits : British Library

Peu à peu, l’histoire par trop sèche du règne de Clovis s’enrichit d’anecdotes destinées à répondre aux exigences du public médiéval. Au VIIIe siècle, le mariage avec Clotilde fait l’objet de développements permettant d’expliquer comment un païen a pu épouser une catholique sans que les règles canoniques aient été enfreintes. Au IXe siècle, on commence à raconter qu’une colombe serait venue apporter une fiole d’huile pour le baptême du roi ; connu sous le nom de Sainte Ampoule, ce mystérieux contenant commence à servir pour le sacre des rois de France à partir du XIIe siècle. Dans un même temps, certains monastères composent de faux diplômes attribuant leur fondation ou leur dotation foncière à Clovis ou à ses fils. Au XIVe siècle se développe enfin la légende selon laquelle Clovis aurait été le premier roi à arborer les armes de France (les lys sur fond d’azur) pour remplacer le blason orné de crapauds verts qu’il portait quand il était encore païen.

Au cours des siècles, les souverains successifs se montrent généralement attentifs à inscrire leur règne à la suite du fondateur et la figure originelle sert notamment à lisser la trame dynastique. Charlemagne, fils de l’usurpateur qui a renversé les Mérovingiens, donne à son fils de le nom de Hlodoueus, c’est-à-dire « Clovis », même si l’on a tendance à franciser ce nom en « Louis ». C’est ce même nom que les Capétiens vont utiliser régulièrement, arguant qu’il n’y a qu’une seule race royale et qu’ils sont donc les descendants à la fois des Carolingiens et des Mérovingiens. Quant à Napoléon, il arbore sur son manteau les abeilles d’or trouvées dans la tombe du père de Clovis, et qu’il prend pour un symbole mérovingien. En 1996, la célébration du prétendu quinzième centenaire du baptême suscite encore la polémique, tant on soupçonne des tentatives de récupération des uns ou des autres.

Dans cette affaire, les restes de Clovis sont curieusement oubliés. Le corps, qui avait été déposé aux Saints-Apôtres, ne fut pas transféré à Saint-Denis lors des grands réagencements de l’époque de Saint Louis. La localisation de la tombe semble d’ailleurs être devenue incertaine. Fouillés sommairement en 1807 au moment de leur destruction, les Saints-Apôtres n’ont livré aucune trace d’une sépulture royale. Certains archéologues pensent qu’elle se trouvait dans une annexe liturgique du sanctuaire, le sacrarium. Clovis dort donc peut-être encore aujourd’hui sous la rue Clovis, à deux pas du Panthéon.

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Clovis, « Courbe-toi, Sicambre ! » (3/4)

A découvrir 4 épisodes sur Clovis, rédigés par Bruno Dumézil, enseignant-chercheur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défenselaboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité.

 

Clovis, « Courbe-toi, Sicambre ! »

Au cours de son règne, Clovis abandonna le paganisme et se fit baptiser dans la religion catholique. Curieusement, le fait ne passionna pas ses contemporains. Il est vrai que Clovis n’était certainement pas le souverain le plus prestigieux de la scène occidentale ; en outre, les rois des petits peuples barbares avaient dès le Ve siècle l’habitude de changer fréquemment de religion, jusqu’à fatiguer l’attention des chroniqueurs. Les souverains suèves avaient modifié au moins cinq fois leur affichage confessionnel ! Dans ce cadre, aucun observateur ne nous laissa un compte-rendu du baptême de Clovis : la date, le lieu et les motivations demeurent objet de spéculation pour les historiens.

Si l’on a parfois avancé l’hypothèse d’une influence de l’épiscopat catholique, celle-ci fut sans doute secondaire. Les prélats gallo-romains luttaient alors contre l’hérésie plutôt que contre le paganisme. Plus importante fut sans doute l’influence de deux femmes proches de Clovis.

Sainte-Geneviève. Chapelle Sainte-Geneviève, église Saint-Germain-des-Prés. Photo : Clio20. Licence CC-BY https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/legalcode

Geneviève, d’abord, assurait la direction spirituelle et quelque peu politique de Paris. Depuis les années 470, elle était en relation d’amitié avec les rois des Francs et semble avoir contribué au passage pacifique de sa ville sous la domination de Clovis. Ce dernier eut assurément une forte dévotion envers la mémoire de Geneviève après que celle-ci soit morte en réputation de sainteté en 502. Sur sa tombe, le roi fit construire l’église des Saints-Apôtres et il installa sa capitale à Paris alors que la ville ne présentait aucun intérêt stratégique notable. Il demanda pour finir à être inhumé à côté de Geneviève.

La conversion du roi des Francs fut peut-être aussi obtenue par son épouse, Clotilde. Princesse catholique, elle avait obtenu que les enfants nés de son mariage avec Clovis soient baptisés à la naissance. Ceci n’engageait certes pas la dynastie. D’une épouse antérieure, Clovis conservait un fils, Thierry Ier, qui était son principal lieutenant et dont rien ne prouve qu’il soit devenu chrétien avant sa montée sur le trône en 511. En disposant d’une descendance pour partie catholique et pour partie païenne, le roi ménageait simplement l’avenir, laissant les options ouvertes.

Quant à la date du baptême de Clovis, elle a fait l’objet de violentes controverses historiographiques et demeure âprement discutée. Le seul document évoquant un peu précisément l’événement est une lettre très mal conservée de l’évêque Avit de Vienne. Récemment, ce texte a été daté après 500 et probablement après 502 sur la base d’éléments difficilement contestables. C’est donc dans la première décennie du VIe siècle qu’eut sans doute lieu le baptême. Tout laisse penser que la scène se déroula à Reims, même si le sacrement fut administré par plusieurs évêques et non par le seul Remi comme le voudrait la légende. Il reste possible que la phrase « Courbe doucement le cou, Sicambre ; brûle ce que tu as adoré, adore ce que tu as brûlé » ait été réellement prononcée, dans la mesure où l’on connaît des formules similaires chez les auteurs du début du VIe siècle.

Vers 590, le chroniqueur Grégoire de Tours fut le premier à magnifier le baptême de Clovis comme événement fondateur pour le royaume des Francs. Pour ce faire, il dressa un parallèle explicite avec la conversion de l’empereur Constantin, telle qu’elle était rapporté par Eusèbe de Césarée et par les Actes du pape Sylvestre. Pour appuyer son propos, Grégoire insista sur le lien entre baptême et victoire militaire, en affirmant que le succès contre les Alamans avait été obtenu par la promesse de conversion, et le triomphe sur les Wisigoths mérité par le baptême et la défense de l’orthodoxie. Dans son récit, il en découle une chronologie relative des événements dont le sens est surtout spirituel, mais à laquelle les historiens ont souvent accordé une confiance excessive.

Le Clovis historique resta d’ailleurs un chrétien discret. Il intervint certes pour choisir les nouveaux évêques de son royaume, mais il l’avait fait aussi aux temps où il était païen. Aucune fondation religieuse majeure ne lui est attribuée, sauf celle des Saints-Apôtres-de-Paris, dont la construction ne fut entreprise que très tardivement. Quelques mois avant sa mort, en 511, le roi réunit un concile national à Orléans, mais les canons qui y furent produits n’intéressaient que la discipline ecclésiastique et n’envisageaient pas une conversion générale des Gaules sous protection royale. En somme, la christianisation du royaume ne fut pas son œuvre, mais celle de ses fils, notamment Childebert Ier (511-558) qui émit le premier édit royal ordonnant la destruction des symboles païens.

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts