Tous les articles par Admin

« Les conférences de Jan Turek » par Laure Salanova (Préhistoire et Technologie – UMR 7055)

Dr. Jan Turek, enseignant à l’Université de Hradec Kralové (République Tchèque), est un invité régulier de la Maison Archéologie & Ethnologie depuis 2012, année où nous avons engagé avec le service des relations internationales de l’Université de Paris Ouest Nanterre un programme bilatéral d’échange Teaching Erasmus.

Spécialiste du Chalcolithique d’Europe centrale (cultures Cordé et Campaniforme, 3e millénaire avant J.-C.), en particulier des pratiques funéraires, Jan Turek était déjà venu présenter en juin 2012 deux conférences en lien avec le 9e colloque de la MAE Richesse et sociétés. Cette année, les deux conférences présentées le vendredi 18 octobre 2013 ont porté d’une part sur l’utilisation politique des vestiges archéologiques et l’évolution des législations de protection du patrimoine à travers l’histoire, et d’autre part sur les phénomènes de diffusion à large échelle de nouvelles pratiques sociales durant la Préhistoire.

Conférence 1 : politiques de sauvegarde du patrimoine

Jusque récemment, Jan Turek a occupé un poste à l’Institute of Archaeological Heritage of Central Bohemia. La protection du patrimoine est donc un domaine qu’il connaît bien. La conférence qu’il a présentée a exploré deux volets : la situation du patrimoine archéologique lors des différents conflits armés qui ont ponctué l’histoire ; la législation et son évolution ces dernières décennies en République Tchèque.

Les monuments et les musées sont menacés en temps de guerre. Les exemples de vols et de destructions de biens culturels sont légion depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Les motifs idéologiques, politiques ou religieux ont souvent été mis en avant pour justifier ces dégradations. Un bon nombre aboutit malgré tout à enrichir les collections privées. La convention de La Haye, ratifiée par de nombreux pays en mai 1954, marque une rupture dans cette histoire, puisqu’elle représente le premier traité relatif à la protection des biens culturels en cas de conflits armés. Des évènements récents en Asie et en Afrique montrent néanmoins toute la difficulté de faire respecter cette convention, d’autant que plusieurs pays, et non les moindre, ne l’ont toujours pas ratifiée. C’est de cette inquiétude pour l’avenir du patrimoine archéologique qu’est née l’organisation Blue Schield (http://www.ancbs.org/cms/), qui coordonne différentes activités à l’échelle internationale pour prévenir et dénoncer les vols et dégradations de biens patrimoniaux.

En Europe centrale, la protection du patrimoine n’a été prise en compte que tardivement par les gouvernements. La première législation tchécoslovaque ne date par exemple que de 1982. Auparavant, le régime soviétique n’a pas hésité à raser des villes entières, comme celle de Most, une des plus anciennes cités de Bohême, pour faire place à de grands complexes miniers.

Les années 1990 voient un peu partout en Europe le développement de l’archéologie préventive. La République tchèque se dote alors de structures institutionnelles pour faire face à cet essor. Dans ce pays, l’effectif des archéologues a été multiplié par trois en 20 ans. Des 666 archéologues actuellement professionnels, 80% sont employés par les différentes structures qui gèrent la sauvegarde du patrimoine. Si on ne peut que se féliciter de la professionnalisation de la discipline, les dérives du système sont aujourd’hui connues : des fouilles à la chaîne, ce que Jan Turek nomme « la routine », prescrites sans autre alternative, comme la protection des sites in situ par exemple ; une absence de programmation et de réflexions collectives sur les problématiques scientifiques liées à ces fouilles.

Les questions que soulève Jan Turek à travers cette conférence sur l’avenir de l’archéologie dans son pays font échos aux interrogations de nombreux collègues à l’échelle de l’Europe, et en France tout particulièrement : comment coordonner les différentes structures qui gèrent actuellement les fouilles archéologiques au quotidien (instituts nationaux, entreprises privées, organisations à but non lucratif) ? Quelle cohérence, notamment scientifique, donner à ces opérations de sauvegarde du patrimoine ? Comment orienter ces opérations en amont pour qu’elles tiennent compte des acquis de ces dernières décennies et des recherches fondamentales en cours ? Quel avenir pour les salariés de l’archéologie préventive avec la baisse notable des activités d’aménagement depuis la crise financière de 2008 ? Autant de questions partagées qui mériteraient sans aucun doute des débats à une échelle plus large que celle des traditionnels cadres nationaux.


Conférence 2 : migration ou acculturation ? Le phénomène campaniforme

La deuxième conférence présentée par Jan Turek constitue le cœur même de ses recherches et des projets que nous menons ensemble sur le Campaniforme en Europe.

Vers 2500 avant J.-C., des pratiques funéraires très codifiées, assorties d’un mobilier standardisé, apparaissent dans toute l’Europe et en Afrique du Nord. Longtemps perçu comme le témoignage de la migration d’un peuple guerrier à l’échelle de l’Europe, le Campaniforme, nommé ainsi en raison des vases en forme de cloche caractéristiques de cette culture, ne semble pourtant pas être l’apanage d’un groupe ethnique particulier. Les résultats des analyses technologiques et archéométriques réalisées depuis 20 ans sur le mobilier, et notamment sur la céramique, ont bien montré l’existence de différentes traditions techniques malgré l’homogénéité stylistique des productions. Ces traditions sont d’ailleurs, dans certaines régions, en totale continuité avec les périodes précédentes, voire suivantes. Les analyses bioanthropologiques ont confirmé ces résultats. Il n’y a pas de ruptures majeures dans les populations.

Le Campaniforme semble donc devoir davantage être interprété comme l’avènement de nouvelles normes sociales, acceptées par des communautés qui formaient auparavant des entités culturelles clairement distinguables sur la base des vestiges archéologiques. Jan Turek compare ce phénomène à l’architecture gothique, dont la diffusion en Europe à partir du XIIe siècle transmettra non seulement de nouvelles techniques de construction, mais également de nouvelles normes esthétiques, un nouveau mode de représentation de l’espace, avec des développements régionaux très contrastés.

Ce qui reste étonnant pour un phénomène aussi ancien que le Campaniforme, c’est son extraordinaire extension géographique. Les sites les plus caractéristiques sont concentrés de la façade atlantique de l’Europe à la Bohême-Moravie et les Pays-Bas. Les régions en périphérie de cette zone ont malgré tout adopté quelques éléments. Style céramique d’obédience campaniforme ou objets d’armement se retrouvent en effet au Maghreb, dans les îles de Méditerranée centrale, sur les côtés de l’Adriatique et de la Baltique, en Serbie et en Pologne. Même si le mobilier attribuable au Campaniforme y est moins fréquent, Jan Turek propose de rattacher ces régions à la même sphère idéologique que celle alors en vigueur en Europe atlantique et continentale. Cette idée est intéressante, car elle montre combien il est important, surtout pour les périodes qui n’ont laissé aucune trace écrite, de dissocier normes idéologiques et sociales de leur transcription matérielle et de rechercher, au-delà des variations typologiques et techniques, les systèmes qui régissent les sociétés du passé.

Les normes véhiculées par le Campaniforme ont été rattachées dans les années 1980 aux rituels de boisson par des chercheurs allemands (E. Sangmeister) et anglais (A. Sherratt), en raison de gobelets déposés dans les tombes et des services céramiques connus plus particulièrement dans les cimetières d’Europe centrale. Jan Turek revient sur les plus anciennes représentations connues sur les bas-reliefs égyptiens, montrant les procédés de fabrication et de consommation de bières lors d’événements sociaux et religieux. Bien que les techniques d’analyse chimique des vases soient actuellement inopérantes pour prouver l’existence de boissons alcoolisées au temps de la Préhistoire, les assemblages céramiques du Chalcolithique d’Europe centrale comportent des gobelets de toutes les tailles que l’on peut facilement imaginer avoir servi à cet effet. Les exemples les plus convaincants remontent à la culture de Baden au IVe millénaire avant J.-C. Souvent associées à des productions parfaitement réalisées sur le plan technique, surfaces polies ou soigneusement décorées, ces catégories de vases à boire pourraient témoigner selon Jan Turek de l’apparition de fêtes cérémonielles liées à la boisson, sorte de standard social qui marquerait l’émergence d’une identité collective.


Laure SALANOVA est directrice de recherche au CNRS (UMR 7055 – Préhistoire et Technologie)

Prix La Recherche 2013 décerné à Corinne Debaine-Francfort et à son équipe (ArScAn)

Le Prix La Recherche 2013, mention ‘Archéologie’ a été décerné à Corinne Debaine-Francfort (ArScAn) et à son équipe pour le programme « Bio-Archéologie » de la Mission archéologique franco-chinoise au Xinjiang (Chine).

Prix La Recherche 2103Le palmarès de la 10e édition du Prix La Recherche  a été dévoilé mardi 22 octobre dernier.

Corinne Debaine-Francfort est directrice de recherche au laboratoire ArScAn et chef de la Mission archéologique franco-chinoise au Xinjiang (Chine).
L’équipe est composée de J. Suire, S. Desrosiers, D. Cardon, W. Nowik, P. Walter, S. Lepetz, J. Vasquez.

 

En savoir plus sur la Mission archéologique franco-chinoise au Xinjiang (Chine) :

http://asiecentrale.revues.org/643

http://www.mae.u-paris10.fr/site-expo/accueil/accueil-momies-chine.htm

 

Appel à communication pour le colloque international « Ethnographies plurielles. Restitution et diffusion des données d’enquête »

COLLOQUE INTERNATIONAL
Ethnographies plurielles IV.
Restitution et diffusion des données d’enquête

Université de Bourgogne, Dijon, 27-29 janvier 2014

Détail de l’appel à communication

Calendrier

– Appel à communications jusqu’au 13 septembre 2013
– Réponses aux propositions de communication : 14 octobre 2013
– Clôture des inscriptions : 6 janvier 2014
– Colloque du 27 au 29 janvier 2014 à Dijon.
– Remise des textes définitifs (30 000 signes) pour publication 5 mai 2014

Argumentaire

Ce colloque s’inscrit dans la poursuite de la réflexion engagée à la Société d’Ethnologie Française sur les ethnographies plurielles pratiquées dans les sciences sociales aujourd’hui. Après avoir exploré les diverses manières de pratiquer l’ethnographie dans les disciplines, puis avoir suivi le fil des différentes « carrières » d’ethnographes et des premiers pas, nous souhaiterions maintenant aborder la question de la restitution des données d’enquête. Les vertus heuristiques de la réception ne sont plus à démontrer : le chercheur attentif y trouve nécessairement matière à valider ses analyses, à s’ouvrir à de nouvelles perspectives ou à reformuler ses interrogations. En amont, la restitution n’est pas moins productive, même si a priori les questions qu’elle pose sont de l’ordre de la traduction. Il s’agit avant tout de traduire sans trahir le savoir à restituer. De ce point de vue, la restitution renvoie aussi bien à une forme de réflexivité que l’activité scientifique génère elle-même difficilement1, au « retour » des données d’enquête auprès des interlocuteurs sur le terrain qu’à la diffusion des connaissances produites auprès du grand public. Le contexte actuel de la recherche en ethnographie s’avère propice à la conduite d’une réflexion sur la restitution : la reprise de terrains anciens, la numérisation des archives d’une grande enquête comme celle conduite à Minot, le développement d’une ethnologie de commande avec ce que l’exercice suppose d’action culturelle par exemple, les ethnographies multi-situées ou les comparaisons internationales sont autant d’occurrences qui démontrent la pertinence et l’ancrage du sujet tant au niveau local que dans un cadre plus général.

À l’échelle du terrain, on peut considérer que la restitution est une manière de prolonger l’enquête et l’interaction au fondement de la relation ethnographique. La captation d’images vient renforcer ce processus lorsqu’elle est placée au centre des interactions et qu’il y a don des images produites aux sujets photographiés/filmés par exemple. De ce point de vue, restitution et réception appellent une attention particulière et semblent revêtir en anthropologie un caractère décisif. Elles posent la question de la relation ethnographique entre enquêteur et enquêté, de l’engagement du chercheur et de sa responsabilité sur le terrain, des conséquences que peuvent avoir la réception des connaissances produites auprès des enquêtés comme sur l’enquête elle-même. Ces questions prennent un relief singulier, en même temps qu’elles demandent à être reformulées, à l’heure où s’imposent, sur un certain nombre de terrains, des figures d’ « intellectuels praticiens » qui partagent avec l’anthropologue une certaine capacité d’objectivation et d’expression2. Le changement qui préside à l’apparition de ces « informateurs » d’un genre inédit, suppose une redéfinition de l’implication de l’anthropologue sur son terrain3. Plus que jamais engagé par le dialogue qu’il noue avec ses interlocuteurs, celui-ci est amené à partager leur posture de « passeur » et à oeuvrer à l’élaboration de projets communs. Pareille reconfiguration de l’implication inscrit la restitution dans un nouvel ordre de nécessité en même temps qu’elle induit sa réinvention, sous le signe de la collaboration.

La restitution à l’échelle du grand public interroge tout autrement l’anthropologue. Autant le retour auprès des enquêtés peut être une légitime préoccupation, autant la restitution à une plus large échelle peut sembler superflue. De ce point de vue, l’attitude de l’anthropologue n’a rien d’original. Elle est conforme à celle qui prévaut dans les autres disciplines scientifiques4. Le phénomène, du reste, contraste étonnamment avec les mots d’ordre de diffusion de la recherche affichés par les pouvoirs publics qui, depuis les États généraux de la recherche en 1982, ne cessent d’asséner cette injonction. Le peu de reconnaissance, sinon la déconsidération, qui s’attache à la restitution, ne justifie pas seule l’inaction des chercheurs en matière de médiation. À leur décharge, ceux-ci invoquent le plus souvent le caractère fondamentalement antinomique des logiques scientifiques et médiatiques. Quand la science exige problématisation, patience, curiosité et effort, la communication n’a d’autre souci que de simplifier, résumer, séduire, distraire5.

Il est par ailleurs des difficultés, à commencer par celles qu’inspirent les risques de récupération, d’instrumentalisation, voire de collaboration du savoir dont témoigne l’histoire, notamment celle de la colonisation et de l’Occupation par exemple. Deux attitudes antinomiques en résultent : l’une se garde de toutes formes d’engagement tandis que l’autre prône au contraire une implication et une aide au changement. La relative brièveté de la parenthèse écomuséologique, au cours de laquelle ont été expérimentées certaines formes de restitution et de participation de l’ethnographe à la vie des territoires, ressortit à bien des égards de cette attitude. Comme le montrent Serge Chaumier et d’autres, le musée d’ethnographie adopte aujourd’hui un parti-pris esthétisant et/ou scientifique pour se couler dans le moule du musée classique contre lequel il s’était élevé6. Du reste, la traduction muséographique ou expographique ne pose pas problème seulement parce qu’elle suppose une implication sujette à caution. Le musée et l’exposition, modalités quasi « naturelles » de la restitution du savoir, n’apparaissent pas moins suspects de dérapages aux yeux de l’ethnographe conscient des effets patrimonialisants, voire sclérosants, qu’induit toute entreprise de muséification. Enfin, la négligence envers la vulgarisation est sans doute à imputer aux difficultés que peut présenter la réception, difficultés accrues dès lors que l’anthropologue s’adresse à la société dont il a étudié l’une des composantes. Démythifiantes, les déconstructions qu’opère le chercheur suscitent « un dédoublement de la conscience de soi »7 et ne sont pas aisées à exposer.

La défiance à l’égard de la restitution est loin de constituer un invariant, il est même des traditions nationales qui l’inscrivent dans l’ordre « normal » de la pratique scientifique. L’anthropologie et les sciences sociales brésiliennes par exemple se prêtent particulièrement bien à ce type de comparaison. Leurs intérêts sont prioritairement dirigés vers la société brésilienne qu’elles n’envisagent pas de manière purement scientifique, mêlant à ses interrogations des considérations plus proprement politiques. Il ne s’agit pas seulement de se donner alors les questions nationale, indigène et noire pour objets, mais aussi d’œuvrer à la défense des minorités et de fournir les arguments d’une conception plus intégrée de la nation (cf Gilberto Freyre, Darcy Ribeiro). Cette plus grande porosité des sciences sociales au monde social dans lequel elle prend corps génère fatalement un autre rapport à la restitution. Ainsi dépaysée, la question de la restitution perd du caractère accessoire que nos habitudes professionnelles lui reconnaissent sous nos latitudes. Ne reste plus qu’à interroger nos expériences de retour et à enrichir nos réponses du dialogue avec nos collègues étrangers.

Quels acteurs, aux côtés de l’ethnologue auteur de sa recherche, ces pratiques mobilisent-elles de part et d’autre de l’Atlantique et de l’équateur ? Quelles formes empruntent-elles ? Jusqu’à quel point le discours anthropologique est-il traductible ? En quoi la restitution peut-elle affecter les données de l’enquête de terrain comme les relations entre enquêteur et enquêté ? Quels sont les malentendus possibles provoqués par la réception dans les processus de restitution ? Qu’est-ce que les résultats de l’enquête font aux enquêtés ? Quelles conséquences peuvent avoir la réception sur l’enquête elle-même comme sur les enquêtés ? À quel type d’engagement et de responsabilité doit faire face le chercheur vis-à-vis des populations qu’il étudie comme à celui du grand public auxquels ses travaux peuvent aussi s’adresser ? Un film-recherche fait-il double emploi avec l’enquête elle-même ? Quelles finalités poursuit cette ambition de restitution ? Quels enjeux la motivent-elles ?

Les communicants seront invités à répondre à ces questions et à illustrer les thèmes suivants, tant dans leur dimension historique que sociologique et anthropologique :

–    les formes classiques de la restitution (forme de réflexivité de l’activité scientifique, retour des connaissances produites auprès des enquêtés, diffusion au grand public) et les nouvelles formes de restitution (notamment le recours à la fiction).

–    les contextes de la restitution (histoire, évolutions récentes, etc.)

–    la restitution par l’image (photographie, audiovisuel, multimédia)

–    restitution et valorisation du patrimoine (muséologie, patrimoine culturel immatériel, etc.)


1. Jurdant Baudouin, 2006, « Parler la science ? », Alliage , 59.

2.  Voir par exemple le séminaire Production culturelle du patrimoine et du territoire en Languedoc-Roussillon (MSH Montpellier / CERCE, Montpellier, 2008 et 2009), sous la direction de Gaetano Ciarcia, qui prenait acte de ces nouvelles formes de dialogues, tandis qu’il donnait la parole, dans chacune de ses séances, à un anthropologue et à une « personne-ressource » issue du terrain étudié, l’un et l’autre étant invité au même exercice d’objectivation et d’analyse.

3.  Ciarcia Gaetano, (sous la direction de), 2011, Ethnologues et passeurs de mémoire , MSH Montpellier, Karthala, Montpellier, Paris.

4.  Jensen Pablo, Croissant Yves, 2007, « Activité de vulgarisation des chercheurs CNRS : un état des lieux », Journal of Science communication , 6 (3).

5.  Chevigné Suzanne de, 1997, « La science médiatisée : les contradictions des scientifiques », Hermès , 21, pp121-133.

6.  Chaumier Serge, 2000, « Les ambivalences du devenir d’un écomusée », Publics et musées , 17-18, pp 83-113 ; 2003, Des musées en quête d’identité , Paris, L’Harmattan.

7.  Paul Rabinow, 1988 (éd. originale, 1977), Un ethnologue au Maroc : réflexions sur une enquête de terrain , Paris, Hachette.

 

3e Encuentro Internacional de Arqueología Amazónica (EIAA)

Le 3e Encuentro Internacional de Arqueología Amazónica (EIAA) se déroulera à Quito en Équateur du 8 au 14 septembre 2013.

Il est organisé par l’IFEA, la Facultad Latinoamericana de Ciencias Sociales et le Ministère de Coordinación de Conocimiento y Talento Humano.

Cet événement rassemblera les plus éminents chercheurs mondiaux sur l’anthropologie, l’archéologie et autres disciplines :

– William Balée, etnólogo, Universidad de Tulane, Estados Unidos
– Philippe Descola, etnólogo, Collège de France, Francia
– Carlos Espinosa, historiador, FLACSO, Ecuador
– Michael Heckenberger, arqueólogo, Universidad de Florida, Estados Unidos
– Dimitri Karadimas, etnólogo, Collège de France, Francia
– Doyle McKey, ecólogo, Universidad de Montpellier, Francia
– Eduardo G. Neves, arqueólogo, Universidad de São Paulo, Brasil
– Heiko Prümers, arqueólogo, Instituto Arqueológico Alemán, Alemania
– Denise Schaan, arqueóloga, Universidad Federal do Pará, Brasil
– Nigel Smith, botánico, Universidad de Florida, Estados Unidos
– Francisco Valdez, arqueólogo, IRD, Ecuador

Consulter le programme

EIAA_2013

Club Sandwich le 21 mai 2013 à 12h45 : « Luthiers, de la main à la main », un film de Baptiste Buob

Luthiers, de la main à la main
Un film de Baptiste Buob
80’, 2013

Club_Sandwich_Luthiers

« Luthiers, de la main à la main » propose une plongée dans l’univers de l’apprentissage de la fabrication d’instruments à cordes au sein de la petite ville vosgienne de Mirecourt, le « berceau » de la lutherie française. Actes de fabrication, situations d’apprentissage, images d’archives, entretiens et échanges entre luthiers viennent éclairer les conceptions actuelles de la transmission et ses évolutions les plus marquantes. Refusant de cantonner le processus d’apprentissage à un mutisme inconscient, certains luthiers contemporains contribuent à déplacer les frontières d’une discrétion qui imposait autrefois aux apprentis d’apprendre dans une forme de silence intérieur. Signe d’un bouleversement des anciennes modalités de transmission et des rapports autoritaires qui les étayaient, la volonté de révéler à la clarté de la conscience un processus autrefois cantonné à la sphère instinctive témoigne du désir de certains luthiers de donner les moyens aux apprentis d’épouser une conception du savoir reliant le corps et l’esprit dès les premiers coups de rabots.

Mardi 21 mai 2013, à 12h45, salle 308 F
Avec la participation de Baptiste Buob

CLUB SANDWICH, responsable : Christiane Grin

«VILLES NOUVELLES : de l’idéal rêvé à l’usage quotidien », journée d’étude organisée par le Lesc le 12 avril 2013.

Journée d’étude organisée par Sylvaine Camelin & Stefan Le Courant
Équipe « Anthropologie de la ville : espaces publics, mobilités, urbanités » du LESC (UMR 7186)

Vendredi 12 avril 2013
en F 308 (MAE, LESC troisième étage, station Nanterre Université)

 

Villes_nouvelles

Dans le cadre de cette journée d’étude nous envisageons d’interroger les processus mis en oeuvre lors de la création de villes nouvelles. Dans cette perspective, plusieurs dimensions sont à prendre en compte ; d’une part la nécessité à laquelle répond la volonté de créer ex nihilo une ville nouvelle dans un espace donné et d’autre part l’organisation et la réalisation du projet urbain. Comment sont pensées ces villes nouvelles par les commanditaires, les architectes et les urbanistes chargés de leur réalisation ? Quelles sont les formes urbaines privilégiées pour ces créations? A quel moment du processus l’écart se creuse entre la matérialité d’une ville rêvée et l’urbanité d’une ville vécue? Comment les habitants s’approprient-ils ensuite les espaces ainsi conçus ? Dans quelle mesure leur usage quotidien les amène-t-il à en détourner ou modifier le plan initial ?

 

Programme de la journée : 

 

9h30-10h Accueil café & introduction 

10h-10h40 Kevin Limonier (Institut Français de Géopolitique, Université Paris VIII)
La cité des sciences de Doubna : De la ville idéale soviétique à la vitrine du renouveau de la Russie contemporaine, étude des processus de territorialisation d’un récit de puissance. 

11h-11h40 Jean-François Perouse (Université de Galatasaray, Istanbul)
Le concours international d’urbanisme de 1927-28 pour planifier la nouvelle capitale turque, Ankara : contexte, attendus, propositions et réception 

12h-12h30 Discussion générale 

12h30-14h Repas sur place

14h-14h40 Anna Dewaele (EHESS-CEIAS)
« Ici nous ne sommes pas vraiment en Inde ». Fondation et transformation de Gurgaon entre projets urbains et appropriations citadines. 

15h-15h40 Caroline de Saint Pierre (ENSA-IRIS)
Retour sur des terrains de ville nouvelle en région parisienne : Cergy-Pontoise et Saint-Quentin-en-Yvelines 

16h-16h30 Discussion générale