Tous les articles par Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

Congrès CAA2014 « 21st Century Archaeology Concepts, Methods, Tools » (22-25 avril 2014)

 

CAA2014 Computers Applications & Quantitative Methods  in Archaeology

« 21st Century Archaeology Concepts, Methods, Tools »

22-25 Avril 2014
Centre Panthéon (12 Place du Panthéon),  Institut d’Art et d’archéologie, EHESS et université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
 

Voir le site du congrès 

 
Le CAA (Computers Applications & Quantitative Methods  in Archaeology) est un congrès international qui a lieu tous les ans depuis plus de 40 ans, piloté par le CAA international qui en confie l’organisation au pays d’accueil (http://caaconference.org/). Il se tient depuis quelque temps une année sur deux seulement en Europe. Les dernières conférences se sont tenues en Chine, aux Etats-Unis, en Espagne, en Angleterre et en Australie pour le CAA 2013. Le principe de cette manifestation est de présenter les nouvelles méthodes ainsi que les innovations technologiques dans les domaines de l’informatique, les statistiques et les modélisations mathématiques appliquées à l’archéologie et au-delà car il concerne aussi l’histoire et  la valorisation du patrimoine. Le public est donc hautement spécialisé et associe à la fois chercheurs juniors et seniors, les étudiants représentant au moins un quart du public. La langue officielle est l’anglais, toutes les interventions et communications orales ou écrites sont réalisées dans cette langue.Cette manifestation réunit habituellement entre 200 et 300 chercheurs et se déroule selon le principe de sessions parallèles et d’ateliers (jusqu’à 8 sessions regroupant de 15 à 80 personnes). Nous attendons à Paris 400 à 600 personnes, étant donné la centralité du lieu et la forte présence d’archéologues et d’étudiants français à Paris, dont 300 collègues étrangers. Le CAA 2014 comprend un comité d’Honneur, un comité scientifique et un comité d’organisation. Le comité d’organisation est aidé par des relais dans les institutions partenaires : UFR d’Histoire de l’art et d’archéologie de Paris 1, Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès (Nanterre), UMR et EA d’archéologie et d’histoire, ED d’archéologie de Paris 1,  l’INRAP, INHA, CNRS, INSHS CNRS, les collectivités territoriales conventionnées.  Les actes seront publiés sous la forme d’un volume contenant les meilleures communications sélectionnées selon le processus du CAA-international.

 

Le comité d’organisation

François Djindjian (Professeur associé université Paris 1 et UMR ArScAn), François Giligny (Professeur université Paris 1 et UMR Trajectoires), Laurent Costa (Ingénieur de Recherches CNRS, UMR ArScAn), Hélène Noizet (Maître de Conférences université Paris1, LAMOP), Sandrine Robert (Maître de Conférences EHESS, UMR ArScAn), Paola Moscati (Directeur de recherches,  Italian National Research Council-Istituto di Studi sul Mediterraneo Antico, Rome).

Les partenaires

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, EHESS, CNRS INSHS, PRES Hésam, FMSH, UISPP commission 4, CNRS UMR 7041 Arscan, CNRS UMR 8215 Trajectoires, LAMOP, PIREH, INRAP, Maison Archéologie &Ethnologie, René-Ginouvès, musée du Louvre, musée d’Archéologie nationale (Saint-Germain en Laye), Revues : « archeologia e calcolatori », « Nouvelles de l’archéologie ». 

 

Programme scientifique

Les thèmes abordés durant les sessions et table-rondes ou ateliers sont au nombre de 13 :

  1. Field and laboratory data recording
  2. Historiography
  3. Ontologies and standards
  4. Internet and archaeology
  5. 3D Archaeology
  6. SIA (Archaeological Information Systems)
  7. GIS & spatial analysis
  8. Mathematics and Statistics in Archaeology
  9. Open source
  10. Computing in Epigraphy and History
  11. Multi-agent systems and complex system modelling
  12. Virtual Archaeology
  13. Cultural heritage management

Six à sept sessions parallèles au plus sont organisées durant les trois jours, ainsi que  douze ateliers lors de la première journée.

La conférence débute le mardi 22 avril par les ateliers se déroulant sur une demi à une journée complète. Ces ateliers sont basés sur des travaux pratiques ou d’une participation active avec des équipements informatiques ad hoc.

26 sessions sont organisées du mercredi 22 au vendredi 25 avril. Le format de session conventionnel est de 20 mn de présentation orale avec 5 mn de questions. Certaines communications peuvent être présentées sous la forme de posters. Cinq tables-rondes concernent un thème précis et sont coordonnées par un ou plusieurs personnes. Les présentations orales sont suivies par l’intervention d’un discutant et d’une discussion générale. 276 communications et 51 posters seront présentés durant le CAA2014.

Agenda

  • Mardi 22 Avril : Workshops
  • Mercredi 23 Avril : Conférence inaugurale (matin) CAA sessions, (soir) cocktail de bienvenue
  • Jeudi  24 Avril : CAA sessions & dîner
  • Vendredi  25 Avril : CAA sessions, assemble générale (CAA International Annual General Meeting)
  • Samedi 26- Dimanche 27 Avril : Excursion 1 (Normandie)

 

Evènements sociaux

Les évènements sociaux prévus lors du congrès s’organiseront autour de trois temps forts : la réception de bienvenue (Mercredi 23), le dîner sur un bateau-mouche (Jeudi 24) et l’assemblée générale annuelle du CAA International (AGM) qui a lieu le dernier jour et adopte les résolutions sur la vie du CAA et décide des futures destinations.

 

 

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

« Le prince de la République » – Episode 3/4 : Auguste remodèle le monde

Tous les lundis, sur Les Carnets de la MAE, découvrez le portrait d’un personnage de l’histoire, en plusieurs épisodes. Pour lancer la série, et à l’occasion du bimillénaire de sa mort, nous retraçons la vie d’Auguste, en 4 parties :

Inspirés du dossier coordonné par Frédéric Hurlet dans le magazine L’Histoire (janvier 2014), ces billets, rédigés par Francine Ramelet, décrivent l’ascension d’Auguste (né Octave et devenu Octavien ou César le Jeune) jusqu’au sommet de l’Empire romain. Ils exposent comment il a pu se maintenir au pouvoir pendant 40 ans, transmettre celui-ci à des héritiers légitimés et, enfin, fonder et consolider un régime qui dura cinq siècles, le Principat (monarchie s’appuyant sur les institutions républicaines). Ils mettent plus particulièrement l’accent sur une intelligence stratégique exceptionnelle. D’abord un sens politique aigu qui conduit Auguste, à force d’alliances et contre-alliances, à éliminer ses rivaux, co-héritiers politiques de Jules César (Lépide et Antoine), à faire ratifier par le Sénat et le peuple le droit de cumuler des pouvoirs étendus (pouvoirs civil et militaire sur l’ensemble de l’Empire et à Rome) et à recourir aux membres d’une dynastie créée de toutes pièces pour garantir la stabilité et la continuité du régime sur plusieurs générations. Sont également soulignés le charisme et la communication politique sur lesquels Auguste s’est appuyé pour exercer son autorité (auctoritas) sur l’ensemble de ses contemporains, les membres du Sénat inclus, et se faire diviniser. L’orchestration de ses propres funérailles, qui l’élèvent au rang de dieu, est à ce titre un exemple éclairant. Il ne faut pas oublier qu’il utilise aussi la violence pour accéder au pouvoir et pacifier son empire, les alliances politiques et « familiales » pour  consolider le Principat et le pérenniser, le divin pour marquer l’Histoire.

Auguste remodèle le monde

Auguste et l’Orient

Après sa victoire sur Antoine, Auguste doit gérer son héritage politique avec subtilité pour garantir la pérennité de l’Orient au sein de l’Empire romain. Il s’agit là d’un enjeu sensible pour la tranquillité et l’approvisionnement en blé de  Rome. Mais la tâche est ardue car il ne dispose pas de réseaux personnels dans cette moitié de l’Empire. Quatre provinces sont administrées par un (pro) magistrat romain, les autres se trouvent sous l’administration de princes alliés de Rome, d’importance variable, pour faire face à la diversité géographique et religieuse des peuples (montagnards ou habitants de la Judée par exemple) et éviter le dispersement des hommes et moyens romains.

Auguste prend le parti de la patience et de la sagesse en ne remettant pas en cause l’organisation existante, fruit de la politique d’Antoine, Pompée et César. Il ne procède pas davantage à l’épuration des amis d’Antoine et ne tient pas rigueur aux princes locaux qui se sont battus aux côtés de son rival. Enfin, pour l’essentiel, il confirme les rois importants dans leurs fonctions. C’est ainsi qu’il peut conserver presque intégralement l’héritage d’Antoine en transférant sur lui-même leur loyauté, qu’il resserre par la suite grâce à plusieurs voyages. Par l’intégration des fidèles d’Antoine à son cercle d’amis, il constitue le réseau de relais nécessaire au gouvernement de l’Empire et par l’intermédiaire de ses amis philosophes grecs, il se rallie d’autres intellectuels (dont des rhéteurs, philosophes et poètes orientaux), auxquels il confie l’éducation de ses héritiers potentiels.

Grâce à son habileté, il parvient à recoudre deux moitiés d’Empire, de traditions très différentes. Il attend, en particulier, la mort des princes pour décider du devenir de leur État, les annexant ou les renforçant en cas de nécessité (en chassant aussi les brigands). Il se montre capable de réviser ses choix quand ceux-ci ne sont plus pertinents. Il sait également faire preuve de compréhension pour l’Orient, en prenant en compte la souffrance résultant des guerres civiles romaines qui ont ruiné plusieurs provinces locales. Par exemple, en cas de catastrophes naturelles, il suspend le prélèvement de tributs et contribue au redressement de la Cité. Il édicte encore des règles strictes en matière d’élections des magistrats civiques, d’emprunts publics ou de remboursement de dettes, afin d’éviter les erreurs du passé. Bien qu’il soit le premier à faire sortir des obélisques d’Egypte et à les transporter à Rome, il a aussi la générosité de restituer des œuvres d’art arrachées à leurs temples ou places publiques.

En matière de culte, il respecte les traditions grecques de célébration des souverains, malgré leur rejet à Rome. C’est ainsi qu’il accepte la célébration d’un culte en son honneur à Pergame (Asie) et à Nicomédie (Bithynie). Il exige toutefois que son nom soit associé à la déesse Roma dans les sanctuaires ainsi que la création parallèle, à Ephèse et à Nicée, de lieux de culte à destination des citoyens romains, pour la célébration de Roma et du divin Jules (César). Il fait donc des concessions aux populations pérégrines (ne possédant ni la citoyenneté romaine ni la citoyenneté latine), tout en préservant la spécificité romaine en vertu de laquelle un homme n’est jamais divinisé de son vivant. Cette initiative met en place l’une des institutions les plus symboliques du Principat : le culte impérial. Rapidement, le culte de Roma et Auguste se limitent au culte d’Auguste et le modèle se diffuse en Orient avant de gagner l’Occident.

À sa mort, malgré une nette tendance à accroître la part de l’administration directe des territoires par des gouverneurs romains, l’Orient reste largement partagée entre les princes-amis, auxquels il a majoritairement accordé la citoyenneté et, pour certains, leur intégration dans les ordres équestre et sénatorial, leur donnant de ce fait l’opportunité d’une carrière prestigieuse. Les provinces de Méditerranée orientale ont retrouvé une paix relative et les conditions d’un retour à la prospérité. Le processus d’intégration des élites provinciales d’Orient aux élites de l’Empire est entamé pour consolider l’ensemble impérial.

Copyright Andy Hay (licence CC-BY)

AUGUSTE ET UN MONDE REFAÇONNÉ

Non seulement Auguste fonde un nouveau régime, mais il remodèle aussi le monde à travers un nouvel ordre architectural généralisé dans les villes occidentales. Ces transformations ont pour finalité idéologique d’exalter le retour de l’âge d’or sous la royauté céleste d’Apollon (la bataille d’Actium et le suicide, l’année suivante, d’Antoine et Cléopâtre étant considérés comme l’achèvement de l’Histoire).

Un nouveau temple est édifié en l’honneur d’Apollon à Rome dès 28 avant J.-C. afin de symboliser l’avènement de la nouvelle ère. Il superpose l’image du dieu et du Prince, régnant sur un monde pacifié où la piété, la justice et la prospérité apportent le bonheur aux hommes. Cette prospérité est garantie par le développement des réseaux routiers, la tranquillité sur les mers et une sécurité assurée par les légions et les flottes.

À sa mort, les hommages au prince et aux membres de sa famille se multiplient sous diverses formes : inscriptions latines et grecques, lettres gravées en capitale (origine de nos majuscules d’imprimerie)… Rome est transformée : ses services de sécurité et de lutte contre les incendies sont rationnalisés par le développement des adductions d’eau courante et l’ouverture d’espaces publics (bains, places, édifices de spectacles).

Les dieux locaux des contrées annexées sont honorés sous des noms romains et représentés selon les normes gréco-romaines. Dans les théâtres, les manifestations de culte impérial se joignent aux divertissements et, sur les places publiques, la justice est rendue par des magistrats locaux ou des gouverneurs de province dans le cadre d’assises judiciaires.

Une profusion de gravures, sculptures ou monuments témoignent des concepts mis en œuvre par Auguste. L’autel de la paix, édifié à Rome le jour anniversaire de Livie (seconde épouse), commémore la pacification de la Gaule et de l’Espagne. Il symbolise le retour à  l’âge d’orLes villes occidentales sont dotées d’institutions politiques romaines et de temples qui, tout en respectant les normes indigènes, s’inspirent des modèles élaborés à Rome.

 

La poste romaine, un instrument de gouvernance

Inventée par Auguste, la poste ne transporte alors aucun courrier à destination des particuliers. Elle a un objectif militaire et politique : il s’agit d’être informé au plus vite des événements survenus dans les provinces parfois très éloignées, et de transmettre les directives émanant de Rome aux populations des territoires conquis ou annexés. Le service de transport mis en place ne concerne que les messagers (gouverneurs, sénateurs, ambassadeurs ou soldats) et ses biens. Il remplace l’usage antérieur par l’État d’esclaves (tabellarii ou porteurs de lettres), jugé incontrôlable et insuffisant. Il est autorisé exclusivement par Auguste. Ce nouveau service (uehiculatio, devenue plus tard cursus publicus) se caractérise par l’emploi de véhicules en complément des animaux, une organisation en relais et le recours à des réquisitions auprès des populations locales. Il constitue un instrument de gouvernement.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

POUR ALLER PLUS LOIN

En ce moment, à ne pas manquer :

l’exposition « Moi, Auguste, empereur de Rome » au Grand Palais jusqu’au 13 juillet 2014

 

La semaine prochaine, le 4e épisode : « Auguste ou l’aura du pacificateur »

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Du sel et des hommes : approches ethnoarchéologiques (1/3)

Textes et photos : © O. Weller, CNRS (laboratoire Trajectoires) – Look at Sciences (reproduction interdite)

A mi-chemin entre archéologie et ethnologie, ces photographies retracent le parcours d’un chercheur à la poursuite d’un objet de recherche éminemment soluble, le sel. Elles seront présentées en 3 épisodes, tous les vendredis :

Si le sel représente aujourd’hui un bien courant, une substance quasi inépuisable, aussi bien alimentaire qu’industrielle, il n’en a pas été de même dans de nombreuses sociétés préindustrielles. C’est au moins dès le Néolithique que les sociétés d’agriculteurs éleveurs en Europe ont cherché à l’extraire de ses divers supports naturels, soit dès le VIe millénaire avant J.-C. Actuellement, on associe plus volontiers l’exploitation du sel aux marais salants littoraux. Pourtant une grande majorité de la production a été et est encore réalisée par la chauffe artificielle d’une saumure ou bien par l’extraction de sel gemme.

Face à la disparité des salinités et des supports salés naturels (solide : roches, efflorescences, terres, sables, plantes ; liquide : eaux de mer, sources minérales, liquides physiologiques), les populations ont eu recours à une large gamme de techniques d’extraction. Toutefois, hormis l’exploitation du sel gemme, l’extraction du sel revient le plus souvent, parfois après lixiviation d’un produit salé, à traiter un liquide en le soumettant à une évaporation naturelle (sel solaire) ou bien artificielle (sel ignigène) jusqu’à cristallisation. Le sel en grain obtenu peut alors être utilisé tel quel ou bien emballé sous forme de pains durs de forme et de poids standardisés. Sous cette forme, il pourra être conservé et facilement transporté puis échangé sur de longues distances. La diversité de méthodes observables à travers le monde paraît alors intimement liée à celle des contextes environnementaux et au type de ressource salifère exploitée ; elle répond aussi à la qualité du produit recherché (type de sels, cendres salées, sel en grains ou blocs de sel) et aux spécificités de la demande et du contexte social.

En privilégiant une approche ethnoarchéologique autour d’un objet de recherche à jamais disparu, il a été possible à la fois de construire un référentiel général des techniques de fabrication du sel, mais également, directement sur le terrain ethnographique, de documenter des formes d’exploitation (et de déchets) insoupçonnées et ainsi rechercher, sur le terrain archéologique, de nouveaux témoins d’exploitation ou revenir sur la fonction de certains vestiges. Plus encore, cette approche nous a permis d’avancer de nouvelles hypothèses sur la place de cette substance irremplaçable aussi bien dans la sphère domestique, technique que socio-économique.

A travers deux terrains ethnographiques, l’un en Nouvelle-Guinée (Indonésie et Papouasie Nouvelle-Guinée, Océanie) et l’autre en Moldavie (Roumanie, Europe), le sel produit, utilisé et manipulé revêt des fonctions bien diverses depuis le pain de sel standardisé utilisé dans les paiements, les échanges cérémoniels, voire comme monnaie primitive, et capable de circuler sur de longues distances à côté d’autres biens fortement valorisés, à un bien domestique et technique abondant sur place (sous forme de saumure) intensément exploité aussi bien pour la conservation alimentaire, l’alimentation animale, les usages thérapeutiques ou symboliques et, il y a encore peu de temps, pour la production de sel en bloc destiné à l’échange. Dans les deux cas, l’observation participante de l’archéologue, voire la fouille de structure ethnographique, a permis de préciser les réalités ethnographiques, mais surtout de construire plusieurs modèles prédictifs qui ont été testés sur le terrain archéologique. Ces derniers, même s’ils demeurent limités, ont permis de mettre à jour des situations passées inattendues pour le Néolithique et de mieux caractériser les fonctionnements sociaux des groupes qui l’ont manipulé et des processus historiques qu’il a accompagnés. 

Remerciements
Ces recherches en Papouasie (Indonésie), Papouasie Nouvelle-Guinée et Roumanie ont été financées à travers plusieurs missions archéologiques du ministère des Affaires étrangères français (resp. P. Pétrequin, A. Coudart et O. Weller) ainsi qu’un projet CNRS-SHS (resp. O. Weller) et un projet roumain ID-CNCS (resp. M. Alexianu).

 

 

La Nouvelle-Guinée – 1. Chez les Dani de l’Ouest (Papua)

carte_nouvelleguinee_monde

Dans le Jura français, des regroupements de villages fortifiés préhistoriques ont été observés autour de sources salées, suggérant un intérêt particulier pour le sel dès le Néolithique. Mais, en toute rigueur, il n’était pas possible de démontrer une véritable production de sel, en l’absence totale de structures ou de déchets d’évaporation en terre cuite. Avec Pierre et Anne-Marie Pétrequin (laboratoire Chrono-Environnement), nous nous sommes alors tournés vers les populations des Hautes Terres de Nouvelle-Guinée (Papua, Indonésie), cultivateurs de tubercules et éleveurs de porc, pour construire un modèle ethnoarchéologique (missions du MAEE 1994-1996). Il a été enrichi par une mission chez les Baruya, producteurs de grandes barres de sel très réputées chez les Anga (Papouasie Nouvelle-Guinée, 1995, resp. A. Coudart, laboratoire Trajectoires).

Chez les Dani de l’Ouest (Papua), l’exploitation collective des sources salées, loin de leur territoire, est assurée par des expéditions de jeunes guerriers qui vont récolter des plantes sauvages spongieuses, les tremper dans l’eau de la source salée aménagée en bassin, puis les brûler et enfin conditionner le sel cendreux obtenu en pains agglomérés.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

POUR ALLER PLUS LOIN

 

 

La semaine prochaine, le 2e épisode : « Nouvelle Guinée – Chez les Baruya (Papouasie Nouvelle-Guinée) »

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

« Le prince de la République » – Episode 2/4 : Prince et dieu

Tous les lundis, sur Les Carnets de la MAE, découvrez le portrait d’un personnage de l’histoire, en plusieurs épisodes. Pour lancer la série, et à l’occasion du bimillénaire de sa mort, nous retraçons la vie d’Auguste, en 4 parties :

Inspirés du dossier coordonné par Frédéric Hurlet dans le magazine L’Histoire (janvier 2014), ces billets, rédigés par Francine Ramelet, décrivent l’ascension d’Auguste (né Octave et devenu Octavien ou César le Jeune) jusqu’au sommet de l’Empire romain. Ils exposent comment il a pu se maintenir au pouvoir pendant 40 ans, transmettre celui-ci à des héritiers légitimés et, enfin, fonder et consolider un régime qui dura cinq siècles, le Principat (monarchie s’appuyant sur les institutions républicaines). Ils mettent plus particulièrement l’accent sur une intelligence stratégique exceptionnelle. D’abord un sens politique aigu qui conduit Auguste, à force d’alliances et contre-alliances, à éliminer ses rivaux, co-héritiers politiques de Jules César (Lépide et Antoine), à faire ratifier par le Sénat et le peuple le droit de cumuler des pouvoirs étendus (pouvoirs civil et militaire sur l’ensemble de l’Empire et à Rome) et à recourir aux membres d’une dynastie créée de toutes pièces pour garantir la stabilité et la continuité du régime sur plusieurs générations. Sont également soulignés le charisme et la communication politique sur lesquels Auguste s’est appuyé pour exercer son autorité (auctoritas) sur l’ensemble de ses contemporains, les membres du Sénat inclus, et se faire diviniser. L’orchestration de ses propres funérailles, qui l’élèvent au rang de dieu, est à ce titre un exemple éclairant. Il ne faut pas oublier qu’il utilise aussi la violence pour accéder au pouvoir et pacifier son empire, les alliances politiques et « familiales » pour  consolider le Principat et le pérenniser, le divin pour marquer l’Histoire.

 

Prince et dieu

 

Un nouveau régime : le Principat

Ce régime, où Auguste apparaît comme le princeps (premier des citoyens), est marqué par une reprise du fonctionnement des institutions républicaines. Auguste ne revendique pas les pouvoirs perpétuels et use avec parcimonie de son autorité. Il prend soin de faire voter par le Sénat et les comices (assemblée des citoyens) la prolongation de ses pouvoirs pour une durée limitée à cinq ou dix ans. Il fait présenter ses lois par des consuls régulièrement élus et intervient peu de manière formelle pour appuyer ses candidats dans les élections aux magistratures.

Copyright Jean-Louis Zimmermann. Licence CC-BY.

 Les réformes et le contrôle des institutions

Auguste accentue le caractère aristocratique de la société en introduisant des réformes donnant une importance accrue au vote des catégories supérieures. Il favorise également le développement d’une vie politique à l’échelon local. Tout en veillant à ne jamais en perdre le contrôle, il réactive les rouages de l’État et gouverne avec le Sénat, auquel il donne les moyens d’améliorer la gestion des affaires publiques. Il ouvre par ailleurs des possibilités de carrière politique aux chevaliers, devenu le deuxième ordre de Rome en fortune et notoriété.

Les évolutions intervenues dans les trois institutions républicaines (comices, magistrats et Sénat) renforcent son autorité : les candidats magistrats doivent être présentés par lui ; les nouvelles fonctions confiées aux sénateurs et chevaliers contrebalancent les pouvoirs des magistrats ; le Sénat, qu’il s’est allié par l’attribution de nouveaux pouvoirs judiciaires et le gouvernement de dix provinces, peut être convoqué à sa convenance et dans le respect de l’ordre du jour qu’il a lui-même établi. Ainsi affirme-t-il avec fierté, notamment dans les Res Gestae (son bilan politique), que s’il n’a pas plus de pouvoir que chacun de ses collègues, il l’emporte sur tous par son autorité (auctoritas).

Valeurs morales

Auguste s’attache à la restauration des valeurs traditionnelles de la République et à  la renaissance de la religion du passé. Il propose lui-même l’essentiel des lois réglementant la conduite privée des ordres supérieurs de la société et condamne l’étalage de luxe ou la vie dissolue. Il fait procéder à la restauration des édifices sacrés et de certains collèges religieux. C’est ainsi qu’il célèbre le début d’une ère nouvelle à l’occasion des jeux séculaires en 17 avant J.-C. Cette manifestation donnant lieu à des chants poétiques et des sacrifices, il rattache ainsi la renaissance de Rome à ses origines mythiques.

Il accepte encore, par respect des traditions locales, qu’un culte lui soit rendu dans les provinces orientales où sa famille est considérée comme descendante de Vénus. Cependant, il impose l’association du nom d’Auguste à celui de la déesse Rome et ne tolère aucune forme de culte à son égard dans toute l’Italie, où il convient d’honorer Rome. Auguste se présente comme le fondateur de la « meilleure forme de gouvernement ».

Du Principat à sa mort

En 14, à sa mort, le Principat est l’aboutissement d’une évolution amorcée avec l’extension des conquêtes romaines et une construction politique qui permet à Rome d’assurer sa domination sur un empire de taille mondiale. Auguste concentre entre ses mains le pouvoir militaire étendu à l’Empire et à Rome : il dispose de la puissance tribunicienne (pouvoir civil des tribuns de la plèbe qui permet de proposer des lois et de contrôler l’ordre du jour du Sénat). Il est également grand pontife, prêtre suprême de la religion. Sa famille ayant été très tôt associée au pouvoir, il garantit la pérennité de son régime par la désignation implicite de ses successeurs. Il laisse à la postérité la marque d’un homme visionnaire et d’une exceptionnelle intelligence politique qui, sous couvert des institutions républicaines, a su imposer la réalité d’un pouvoir personnel et dynastique.

La nature du régime politique d’Auguste

Auguste prend en compte la haine des Romains à l’égard de la royauté et il fonde sa légitimité sur la restauration des institutions. Toutefois, la République du Principat n’a plus beaucoup en commun avec celle de Cicéron. Les historiens s’accordent aujourd’hui à considérer qu’il s’agit d’un pouvoir monarchique et dynastique, dans la mesure où les principales décisions ont été prises par un seul homme et ses proches. De plus, les valeurs, images et rituels adoptés exaltaient la figure d’Auguste, premier des citoyens, comme un monarque ou une divinité. Enfin, son Principat contient les germes d’une évolution possible vers la monarchie que connaît Rome par la suite.

 

La scénarisation de sa mort pour servir son prestige

Auguste avait déjà utilisé la mort, à travers l’assassinat de César, pour se projeter sur le devant de la scène politique. Il avait déjà façonné l’image à transmettre à l’Histoire par de multiples formes de propagande, que ce soit par l’interprétation donnée à ses actions ou par ses liens avec un entourage intellectuel chantant ses louanges (Virgile, Properce, Ovide, etc.).

Copyright Mr Paille (licence CC-BY)

Pour sa propre mort, il consolide le portrait d’un homme d’exception de stature divine, à travers la diffusion de divers documents, dont son auto-bilan, mais aussi grâce à des funérailles savamment orchestrées, facilitant ainsi la transmission des pouvoirs à Tibère. La procession sur 200 km, entre Nole (près de Naples) et Rome, dura deux semaines. Elle prend des proportions inégalées, avec multiplication de ses effigies et des rituels funéraires extraordinaires, dont l’introduction de nouveaux visant à signifier que les hommages sont rendus non à un sénateur mais à un souverain en passe de devenir un dieu.

Puis, sur le forum, deux discours d’éloges sont prononcés par des membres de sa famille. La procession passe sous la porte triomphale afin que son corps quitte Rome par l’endroit où les triomphateurs entrent. Ensuite, le corps est incinéré par un rituel où les principaux groupes constitués de la société romaine sont amenés à faire le tour du bûcher. Enfin, ce n’est que cinq jours plus tard que Livie, son épouse, et les membres éminents de l’ordre équestre recueillent ses cendres pour les déposer dans le Mausolée. Pour orchestrer ses funérailles, il avait fait transmettre au Sénat un livre de consignes précises, dont celles d’y associer les principaux acteurs de la société romaine, afin de renforcer la dimension surhumaine de sa personne.

Copyright indy_catholic (licence CC-BY)

 

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

POUR ALLER PLUS LOIN

En ce moment, à ne pas manquer :

l’exposition « Moi, Auguste, empereur de Rome » au Grand Palais jusqu’au 13 juillet 2014

 

La semaine prochaine, le 3e épisode : « Auguste remodèle le monde »

 

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Des peintures rupestres d’Afrique australe (4/4)

L’art rupestre, peintures, gravures et sculptures sur des parois rocheuses, est présent sur la presque totalité du continent africain. Nous avons choisi parmi cette grande diversité, quatre pays d’Afrique, au Sud de l’Equateur, pour présenter à travers une série de billets quelques images. Ces pays sont : Afrique du Sud, Angola, Botswana et Namibie. La création artistique africaine est ancienne et pour certains auteurs, il faudrait voir dans les bifaces et dans la taille de la pierre les premiers vestiges des capacités artistiques des hommes. Pour d’autres, des traces d’ocre trouvées dans des niveaux pré-acheuléens seraient une indication du goût pour les couleurs, voire de l’utilisation des pigments picturaux à des fins artistiques. Toutefois, la chronologie de l’art rupestre d’Afrique n’est pas encore définitive bien que des tentatives variées aient été entreprises pour placer cette création artistique dans le temps. Elles vont de la subjectivité, « très haute ancienneté », jusqu’à des mesures isotopiques des pigments picturaux en laboratoire. En ce qui concerne les motivations des artistes, les avis sont aussi variés que les auteurs qui cherchent à l’extérieur du continent les « influences », tandis que pour d’autres c’est du Nord, de l’Egypte, voire de Crête que l’influence se serait diffusée vers le sud du continent. Aujourd’hui, la plupart des chercheurs est néanmoins d’accord pour considérer l’art rupestre du continent comme une production locale. Par rapport aux interprétations, la diversité d’avis est aussi très grande, elle va de la magie de la chasse pour interpréter certaines scènes jusqu’à la pratique chamanique pour comprendre certains personnages hybrides. Pour cette dernière hypothèse, les influences se sont fait sentir jusqu’en Europe ! Enfin, la conservation et la mise en valeur des sites d’art rupestre est également très inégale sur l’ensemble du continent. Au nord par exemple, de vastes zones ont été classées Parc national et, dans certains cas, ils sont inscrits sur la liste du patrimoine de l’humanité de l’UNESCO. Dans d’autres cas, on constate un grand oubli des sites dont les dégradations sont importantes voire irréversibles. L’étude et la protection de ce patrimoine unique sont donc des priorités.

Chaque vendredi, retrouvez cette série sur les peintures rupestres d’Afrique australe en 4 épisodes : Afrique du Sud, Angola, Botswana et Namibie.

Namibie

Bien que la Namibie soit un pays semi-désertique, il compte des massifs rocheux riches en sites d’art rupestre. Ils se trouvent aussi bien au nord qu’au sud de son vaste territoire qui représente 825 000 km2. Au nord, c’est notamment dans le massif du Drakensberg que l’on trouve de très nombreux sites de peintures rupestres. Les gravures rupestres sont également très nombreuses et l’on trouve une forte concentration dans l’ensemble de Twyfelfontein, au nord du pays.

A l’autre extrémité du pays, le site d’Apollo 11, dans les montagnes Huns, a livré des plaques en pierre couvertes de peintures représentant des animaux et qui, à l’époque de leur découverte, au milieu des années 1970, étaient considérées comme le plus ancien témoignage de la création artistique africaine (26 000 BP).

L’interprétation de l’art rupestre de la Namibie a fait l’objet de nombreuses approches et l’un des sites emblématiques des difficultés qui entourent cette partie de l’étude de l’art rupestre est sans doute la Grotte Maack devenue, par un concours de circonstances, la « Grotte de la Dame Blanche ».

Textes et photos : Manuel GUTIERREZ, laboratoire Archéologies et sciences de l’Antiquité

(Hiver 2011-2012)

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

POUR ALLER PLUS LOIN

Le site de l’équipe Afrique, société et environnement (laboratoire Archéologies et sciences de l’Antiquité)

 

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

« Le prince de la République » – Episode 1/4 : Auguste sort de l’ombre : une jeunesse violente (63-30 av. J.-C.)

Tous les lundis, sur Les Carnets de la MAE, découvrez le portrait d’un personnage de l’histoire, en plusieurs épisodes. Pour lancer la série, et à l’occasion du bimillénaire de sa mort, nous retraçons la vie d’Auguste, en 4 parties :

  • Episode 1/4 : Auguste sort de l’ombre : une jeunesse violente (63-30 av. J.-C.)
  • Episode 2/4 : Prince et dieu
  • Episode 3/4 : Auguste remodèle le monde (en ligne lundi 14 avril)
  • Episode 4/4 : Auguste ou l’aura du pacificateur (en ligne lundi 21 avril)

Inspirés du dossier coordonné par Frédéric Hurlet dans le magazine L’Histoire (janvier 2014), ces billets, rédigés par Francine Ramelet, décrivent l’ascension d’Auguste (né Octave et devenu Octavien ou César le Jeune) jusqu’au sommet de l’Empire romain. Ils exposent comment il a pu se maintenir au pouvoir pendant 40 ans, transmettre celui-ci à des héritiers légitimés et, enfin, fonder et consolider un régime qui dura cinq siècles, le Principat (monarchie s’appuyant sur les institutions républicaines). Ils mettent plus particulièrement l’accent sur une intelligence stratégique exceptionnelle. D’abord un sens politique aigu qui conduit Auguste, à force d’alliances et contre-alliances, à éliminer ses rivaux, co-héritiers politiques de Jules César (Lépide et Antoine), à faire ratifier par le Sénat et le peuple le droit de cumuler des pouvoirs étendus (pouvoirs civil et militaire sur l’ensemble de l’Empire et à Rome) et à recourir aux membres d’une dynastie créée de toutes pièces pour garantir la stabilité et la continuité du régime sur plusieurs générations. Sont également soulignés le charisme et la communication politique sur lesquels Auguste s’est appuyé pour exercer son autorité (auctoritas) sur l’ensemble de ses contemporains, les membres du Sénat inclus, et se faire diviniser. L’orchestration de ses propres funérailles, qui l’élèvent au rang de dieu, est à ce titre un exemple éclairant. Il ne faut pas oublier qu’il utilise aussi la violence pour accéder au pouvoir et pacifier son empire, les alliances politiques et « familiales » pour  consolider le Principat et le pérenniser, le divin pour marquer l’Histoire.

Auguste sort de l’ombre :

une jeunesse violente (63-30 av. J.-C.)

 

Copyright Jacqueline Poggi.
Licence CC-BY https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/legalcode

Auguste (alors Octave) naît à Rome en 63 avant J.-C., d’un père ayant gravi les échelons du cursus honorum (la carrière des honneurs politiques) et d’une mère ayant noué des liens forts avec plusieurs membres de l’aristocratie romaine, dont Pompée et Jules CésarIl fait sa première apparition publique à Rome en 51 avant J.-C. en prononçant l’éloge funèbre de sa grand-mère. Il est témoin de la montée de violence et de la guerre civile opposant Pompée à César, auprès duquel il se range.

L’assassinat de César et l’amorce d’un destin

En 44 avant J.-C., alors qu’il est en Grèce, il apprend la mort de Jules César ainsi que sa désignation à titre posthume comme fils adoptif de ce dernier. Héritier de trois quarts de ses biens, il monte illégalement une armée pour venger la mort de son père adoptif et est victorieux des assassins de celui-ci à la bataille de Philippes (42). Il fait rapidement son entrée au Sénat grâce au soutien de Cicéron (représentant l’autorité de la République). Les sénateurs lui confient aussitôt, dès 43, un imperium (pouvoir civil et militaire le plus élevé). Il est ensuite élu consul le 19 août 43, alors même qu’il n’a encore jamais exercé d’autres magistratures. Enfin le peuple romain lui confie la charge de triumvir constituant (membre d’un collège de trois hommes détenant les pleins pouvoirs) aux côtés de Lépide et Antoine, ce qui lui permet d’éliminer ses ennemis politiques à travers les proscriptions (procédure d’épuration politique). Il s’agit donc d’un pouvoir acquis par la force, qu’il partage encore avec Antoine.

En 32 avant J.-C., il mène des guerres contre Antoine et Cléopâtre, reine de l’Egypte, et revendique sa légitimité en s’appuyant sur un consensus universorum (accord de tous) pour mettre fin aux guerres civiles À la suite de sa victoire à la bataille d’Actium en 31 avant J.-C., Antoine est éliminé et l’Egypte, dernier royaume hellénistique, est conquise. Cette étape marque un tournant vers une recherche de la légalité, qui devient l’un des moteurs de son action politique. Néanmoins, cette « avancée » doit s’effectuer sans compromettre le maintien de sa prééminence.

En l’an 28 avant J.-C., il restaure les assemblées du peuple et met fin par édit aux mesures illégales prises pendant le triumvirat avec Lépide et  Antoine. Il « rend » ainsi au peuple romain ses lois et ses pouvoirs. L’année suivante, en 27 avant J-C, il reçoit un imperium pour dix ans, ainsi que le surnom d’Auguste.

Du bon usage d’une dynastie « fabriquée » 

L’une des premières préoccupations d’Auguste fut d’assurer la continuité de son nouveau régime à travers ses successeurs. Or il n’a qu’une seule fille, Julie, qu’il place au centre d’unions matrimoniales propres à mettre au monde des successeurs de sexe masculin. Le rassemblement des membres de ces alliances successives au sein de la domus Augusta (maison d’Auguste) correspond à une dynastie élargie. Elle intègre aussi bien les proches portant son nom (agnats) que des parents plus éloignés (cognats) et les parents par alliance (affins).

Des cinq enfants nés de l’union de Julie avec Agrippa (fidèle second du régime), Auguste adopte les deux fils aînés (Caius et Lucius) et les associe progressivement aux pouvoirs impériaux. Ceux-ci décédés (en 2 et 4 ap. J.-C.) et sa fille écartée par nécessité (en 2 av. J.-C.), il recentre sa politique dynastique autour de sa seconde épouse, Livie, en adoptant le fils de celle-ci, Tibère, qu’il contraint d’adopter à son tour son neveu Germanicus, par ailleurs mari d’Agrippine l’Ancienne (petite-fille d’Auguste). Il les associe aux pouvoirs impériaux et c’est ainsi qu’il assure la continuité du régime sur plusieurs générations, notamment à travers Tibère, puis son arrière-petit-fils Caligula et enfin Néron.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

POUR ALLER PLUS LOIN

En ce moment, à ne pas manquer :

l’exposition « Moi, Auguste, empereur de Rome » au Grand Palais jusqu’au 13 juillet 2014

 

La semaine prochaine, le 2e épisode : « Prince et dieu »

 

 

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts