Tous les articles par Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

Agriculture précolombienne dans les Guyanes (2/3)

Textes et photos : © S. Rostain (laboratoire Archéologie des Amériques) (sauf mention contraire).

Chaque vendredi, retrouvez cette série sur l’agriculture précolombienne dans les Guyanes en 3 épisodes :

 

L’agriculture intensive sur le littoral guyanais

Les analyses de pollens, de phytolithes et de grains d’amidon ont mis en évidence la prédominance de la culture du maïs dans les champs surélevés guyanais. La présence, moins importante, de la patate douce, du manioc et de la courge, est également avérée. Contrairement à ce qui été inféré autrefois, les populations agricoles précolombiennes étaient beaucoup moins dépendantes du manioc que du maïs.

Cette agriculture intensive du maïs aurait conduit à une augmentation de la population. La capacité agricole et la superficie des champs surélevés laissent penser qu’il a pu y avoir entre 50 et 100 habitants au km2 sur la côte des Guyanes ou, du moins, dans certaines aires. Ces estimations remettent en cause la densité de 1 à 3 hab/km2 jusqu’alors communément admise pour la période précolombienne en Amazonie.

Il semble que la technique des champs surélevés commença à disparaître peu avant la conquête européenne, peut-être à cause de changements climatiques. Quoi qu’il en soit, les premiers explorateurs rencontrèrent des sociétés indigènes en mutation, déjà affectées par une baisse démographique.

Les énormes superficies couvertes par les champs surélevés témoignent de l’importance de l’agriculture précolombienne et d’une forte densité démographique.
Dans la savane Maillard, à l’ouest de Cayenne, des centaines de buttes entourent un affleurement rocheux localement dénommé « hippopotame de savane ».
Un complexe peut se limiter à quelques champs surélevés, comme ici près de Kourou.
Petit complexe de buttes correspondant probablement à la production d’une unité familiale.
La principale contrainte de la mise en culture de la plaine côtière de Guyane est la gestion de l’eau.
Lorsque les dépressions sont noyées en saison des pluies, la fonction des champs surélevés devient évidente.
Organisation hydrographique d’un complexe de champs surélevés à l’ouest de Kourou : les buttes rondes (en rouge) sont dans l’aire noyée toute l’année (en bleu) ; à mi-hauteur, les billons dans le sens de la pente (en orange) facilitent l’évacuation de l’eau excédentaire ; dans la partie la plus haute et sèche (en vert), les billons perpendiculaires à la pente (en jaune) retiennent l’eau (photo IGN 1987).
La dimension des buttes varie en fonction des conditions hydrographiques.
Cette pelle en bois dur, découverte dans un site arauquinoïde de l’ouest du Suriname, a été datée du 8e siècle de notre ère. De nos jours, les Floup du Sénégal utilisent des louchets similaires, renforcés de métal, pour édifier des champs surélevés dans l’argile (photo Montoroi 1996).
Traversant le centre du complexe de champs surélevés, un canal irrigue l’eau du marais.
Aujourd’hui, ces billons sont submergés en saison des pluies aussi ne pourraient-ils plus être fonctionnels en l’état.
Quelques buttes précolombiennes dans une dépression noyée côtoient des polders du 20e siècle.
Au bord du fleuve Organabo, un petit polder, probablement creusé au 19e siècle par des bagnards, se superpose aux champs surélevés précolombiens.
À l’époque coloniale, les Hollandais ont construit des milliers d’hectares de polders pour mettre en culture la basse plaine côtière à l’est du fleuve Suriname.
Dans le bas Mana, les récents polders de riziculture ont oblitéré presque toutes les structures précolombiennes, ne laissant que quelques fantômes des buttes.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

POUR ALLER PLUS LOIN

  • 2008. Rostain S. « Le littoral des Guyanes, héritage de l’agriculture précolombienne » Études rurales, Varia 181, éditions de l’EHESS, Paris: 9-38.
  •  2010. McKey D. & S. Rostain, « Les champs surélevés préhistoriques : histoire, sols et impact sur le fonctionnement actuel des savanes côtières de Guyane » Amazonie, une aventure scientifique et humaine, Alain Pavé & Gaëlle Fornet (éds.), éditions Galaade: 132-134.
  •  2010. McKey D., S. Rostain, J. Iriarte, B. Glaser, J. Birk, I. Holst & D. Renard, « Pre-Columbian agricultural landscapes, ecosystem engineers and self-organized patchiness in Amazonia » Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, 107(17), April 27 : 7823-7828.
  •  2012. Rostain S., D. McKey, J. Iriarte, B. Glaser, D. Renard, J. Birk & B. Roux, « Les savanes du littoral guyanais : des paysages héritiers d’une histoire oubliée » Guyane Océane, Daniel Guiral & Roger Le Guen (éds.), éditions Roger le Guen/IRD: 106-125.
  •  2012. Iriarte, J., M. Power, S. Rostain, F. Mayle, H. Jones, J. Watling, B. Whitney & D. McKey, « Fire-free land use in pre-1492 Amazonian savannas » Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, 109(17), April 24 : 6473-6478.
  • 2012. Rostain S. Islands in the rainforest. Landscape management in precolumbian Amazonia, serie « New Frontiers in Historical Ecology » W. Balée & C. Crumley (eds.), Left Coast Press, Walnut Creek, 277 p.
  •  2013. Rostain S. Amazonía aérea. Escultores precolombinos del paisaje, trilingue Espagnol/ Français/ Anglais, 3e EIAA/Repsol, Quito, 168 p.
  •  2014. Cazenave C. « Les agronomes oubliés d’Amazonie » Sciences et Avenir, bi-mensuel, hors-série, janvier-février : 75-77.

La semaine prochaine, le dernier épisode : « Sur la trace des agriculteurs précolombiens »

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Clovis, le mythe du conquérant (1/4)

A découvrir 4 épisodes sur Clovis, rédigés par Bruno Dumézil, enseignant-chercheur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, laboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité.

  • Clovis, le mythe du conquérant
  • Clovis, le roi de guerre (en ligne lundi 12 mai)
  • Clovis, « Courbe-toi, Sicambre ! » (en ligne lundi 19 mai)
  • Clovis, le roman des origines (en ligne lundi 26 mai)

Clovis, le mythe du conquérant

« Souviens-toi du vase de Soissons ! » Entre les années 1880 et 1950, les livres scolaires associent systématiquement le nom de Clovis à la figure d’un roi barbare fracassant le crâne de l’un de ses guerriers. Si l’anecdote remonte bien au VIe siècle, elle n’est pas neutre pour un instituteur de la Troisième République ou de l’immédiat après-guerre. Une telle histoire constitue plutôt la preuve que les hommes venus d’Outre-Rhin ont toujours été des sauvages. D’où l’intérêt de faire commencer l’histoire nationale non avec Clovis, mais avec Vercingétorix : ce Gaulois issu du terroir auvergnat, peu suspect de cléricalisme et injustement vaincu par une puissance étrangère, offre un modèle de héros fondateur plus présentable pour la jeunesse française.

À vrai dire, que sait-on vraiment de Clovis ? Peu de choses. Vers 481, il succède à son père Childéric comme roi des Francs. Ce Childéric-là nous est assez bien connu, pas tant par les sources écrites, relativement rares, que par l’archéologie. En 1633, son tombeau fut découvert à Tournai et il s’en suivit une publication savante, sans doute l’un des premiers monuments de l’archéologie médiévale. De fait, la sépulture de Childéric était fort curieuse. D’un côté, l’homme avait été enterré selon un rite visiblement païen, entouré d’un fatras d’objet précieux, sous un tumulus cerné de fosses contenant des dizaines de chevaux sacrifiés. De l’autre, les parures et les insignes retrouvés étaient ceux d’un général romain et Chilpéric portait un anneau sigillaire avec son nom écrit en latin, signe d’une participation à des pratiques administratives. En effet, Childéric était un « fédéré », un Barbare au service de Rome, comme l’étaient les chefs francs depuis plus d’un siècle. Son fils hérita de ce statut qui faisait de lui à la fois un allié et un subordonné de l’empereur de Constantinople.

tombe-Childebert-Clovis
Tombe de Clovis I, d. 511 (gauche), et Childebert I, d. 558 (droite), Basilique Saint-Denis (France). Photo : Richard Mortel. Licence CC-BY https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/legalcode

La documentation écrite contemporaine du règne de Clovis est malheureusement rare. Elle se résume à moins d’une quinzaine de lettres, toutes très courtes et composées dans le style précieux et allusif qui était alors à la mode. Une seule de ces lettres a été rédigée au nom de Clovis lui-même ; elle fait moins de quinze lignes. La plupart de ces missives ne sont d’ailleurs connues que par des copies largement postérieures, pas toujours très fiables. Dès lors, les historiens ont pu largement spéculer sur la figure du fondateur de la dynastie mérovingienne.

Donnons un exemple. Lorsque Clovis monte sur le trône en 481, l’évêque de Reims Remi lui envoya une brève lettre de félicitations. Elle commençait par ces mots : « Un grand bruit est venu jusqu’à nous : vous avez hérité du gouvernement de la Belgique Seconde (Secundae Belgicae) ». Au IXe siècle, le moine carolingien qui recopia ce texte ne connaissait déjà plus la géographie des provinces de l’Empire tardif. À la place de Secundae Belgicae, il écrivit secundum bellice, quelque chose comme « selon le droit de la guerre ». La formule enflamma les érudits de l’époque moderne, tant ceux qui y virent la reconnaissance des droits absolus des conquérants germaniques que ceux qui voulurent en déduire une incapacité des Francs à penser la notion d’État territorial. En 1789, l’abbé Sieyès s’appuya sur cette citation pour expliquer que puisque les aristocrates francs avaient pris le pouvoir en Gaule par « droit de conquête », le Tiers État serait bien avisé de renvoyer ces Barbares chez eux, de façon tout aussi martiale s’il le fallait.

En absolu, rien ne prouve que Clovis ait été perçu comme un conquérant par ses premiers administrés. Son pouvoir était reconnu par Byzance, c’est-à-dire par l’Empire romain perpétué. Au cours de sa vie, le roi des Francs accumula les titres et les dignités romaines, jusqu’à recevoir le consulat honoraire en 508. On sait en outre que sa famille reçut régulièrement des cadeaux de Constantinople. La belle orfèvrerie de grenats cloisonnés que l’on a retrouvée dans la tombe de Childéric et que l’on voit portée par toutes les élites aux temps de Clovis n’a rien d’un usage barbare. Ce sont des objets copiant les modèles orientaux, c’est-à-dire imitant plus ou moins bien ce que l’on estimait être la bijouterie impériale. Quant aux pierres qui les ornaient, elles ne provenaient pas de Bohême comme on l’a longtemps cru, mais du Rajahstan et du Sri Lanka ; autant dire que Clovis et les siens continuaient de recourir aux circuits commerciaux romains.

La semaine prochaine, le 2e épisode : “Clovis, le roi de guerre”

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Agriculture précolombienne dans les Guyanes (1/3)

Textes et photos : © S. Rostain (laboratoire Archéologie des Amériques) (sauf mention contraire).

Carte des sites de champs surélevés d’Amérique du Sud. À partir du début de notre ère, des champs surélevés sont construits dans les terres basses amazoniennes et les vallées andines du Nord et l’Est du continent.
La forêt dense à l’aspect de « brocolis » couvre 90 % du territoire guyanais.

L’application, en 1988, de l’archéologie aérienne en Guyane française a permis la découverte de milliers de buttes de terre disposées régulièrement dans les savanes côtières occidentales. Leur répartition sur environ 600 km de littoral, du fleuve Berbice au Guyana oriental à l’île de Cayenne en Guyane française, correspond à la répartition des populations dites « arauquinoïdes » (650-1650 apr. J.-C.). Ces buttes, édifiées à des fins agricoles, sont en fait des champs surélevés (le mot « champ » étant pris dans son acceptation la plus commune : une parcelle de terre cultivée). Leur étude fait l’objet du projet interdisciplinaire « Archéologie et écologie des savanes côtières des Guyanes », mené de 2007 à 2011 dans le cadre du programme CNRS « Amazonie », qui conjugue les compétences d’archéologues, d’archéobotanistes, d’écologues, de pédologues et de biologues européens. Les photos présentées ici ont été réalisées en 1988-1991 et en 2005-2010.

Complexe de champs surélevés de Piliwa de l’embouchure du Mana, à l’extrême ouest de la Guyane française.
Les champs surélevés de l’Est du Suriname ont été construits par les mêmes communautés que celles du littoral de Guyane française.

Si l’Amazonie, la plus grande forêt tropicale du monde, a une histoire naturelle, elle a aussi une histoire culturelle. La question des champs surélevés en savanes inondables est au cœur du débat actuel sur le degré auquel les occupants précolombiens ont transformé les écosystèmes amazoniens.

La côte de Guyane est une basse plaine marécageuse traversée de longs cordons de sable, vestiges d’anciennes plages et lieux privilégiés d’implantations précolombiennes.
La plaine côtière de Guyane est parsemée d’immenses savanes inondables, transformées par les travaux agricoles précolombiens (photo L’avion jaune, 2007).
Le bord de mer de Guyane est recouvert de vases issues de l’Amazone, sur lesquelles s’est développée la mangrove.

Chaque vendredi, retrouvez cette série sur l’agriculture précolombienne dans les Guyanes en 3 épisodes :

  • L’anthropisation du paysage guyanais
  • L’agriculture intensive sur le littoral guyanais (en ligne vendredi 9 mai)
  • Sur la trace des agriculteurs précolombiens (en ligne vendredi 16 mai)

 

L’anthropisation du paysage guyanais

Il est enfin admis aujourd’hui que les paysages dans lesquels nous vivons sont autant le résultat d’anciennes activités humaines que celui de processus naturels. L’Amazonie, comme toute autre terre anciennement occupée par l’homme, a également évolué en fonction de leurs actions. Le littoral atlantique des Guyanes est une basse plaine marécageuse sillonnée d’étroits et longs cordons sableux. À l’époque précolombienne, les Amérindiens ont intensément modifié la physionomie de cet environnement en creusant des canaux, élevant des chemins et, surtout, en construisant d’innombrables buttes agricoles.

Ces champs surélevés sont de formes très variables : rondes, carrées, rectangulaires, ovales ou allongées. Leurs dimensions vont de 50 cm de diamètre à plusieurs dizaines de mètres de long, pour une hauteur de 30 à 100 cm. Ils sont disposés le long des barres sableuses, dans les talwegs, dans les dépressions inondées ou sur les savanes inondables, totalement sèches en août. La carte des terrassements précolombiens du littoral guyanais, aujourd’hui complète, indique que la plupart des aires inondables ont ainsi été profondément transformées par les Amérindiens.

Les prises de vue d’ULM ont été assemblées pour reconstituer cette immense savane entièrement recouverte de buttes artificielles précolombiennes (photo L’avion jaune 2007).
Dans certains sites, un énorme travail de terrassement a été fourni pour édifier les champs surélevés.
Les buttes sont parfois discrètes et peu nombreuses.
À l’extrême ouest de Guyane, les champs surélevés sont construits dans une dépression noyée, séparée du fleuve par un cordon sableux, tandis qu’un village amérindien actuel est implanté sur un autre cordon au sud, là où se trouvait probablement le bourg à l’époque précolombienne.
Les billons sont disposés selon un quadrillage parfait.
Les champs surélevés sont parfois disposés dans les talwegs.
Souvent, les champs surélevés sont distribués le long de la pente des barres et des cordons sableux.
Les champs surélevés précolombiens peuvent recouvrir totalement de grandes savanes.
Le complexe de champs surélevés de Diamant, près du pas de tir du Centre Spatial Guyanais, est le plus dense des environs de Kourou.
Au sol, les buttes sont beaucoup moins impressionnantes que vues du ciel.
Quand l’érosion a complètement aplati les billons, la différenciation des plantes (graminées et herbacées) permet encore de repérer les anciennes structures.
Les activités agricoles modernes sont un véritable danger car elles détruisent irrémédiablement les structures précolombiennes.
Des constructions modernes, comme ici un canal et un chemin surélevé, traversent parfois des complexes de champs surélevés.
Quand la forêt a repoussé sur les champs surélevés, ils ne sont repérables qu’à l’occasion de brûlis.
Les feux de savanes allumés en saison sèche par les paysans mettent en relief les buttes.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

POUR ALLER PLUS LOIN

  • 2008. Rostain S. « Le littoral des Guyanes, héritage de l’agriculture précolombienne » Études rurales, Varia 181, éditions de l’EHESS, Paris: 9-38.
  •  2010. McKey D. & S. Rostain, « Les champs surélevés préhistoriques : histoire, sols et impact sur le fonctionnement actuel des savanes côtières de Guyane » Amazonie, une aventure scientifique et humaine, Alain Pavé & Gaëlle Fornet (éds.), éditions Galaade: 132-134.
  •  2010. McKey D., S. Rostain, J. Iriarte, B. Glaser, J. Birk, I. Holst & D. Renard, « Pre-Columbian agricultural landscapes, ecosystem engineers and self-organized patchiness in Amazonia » Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, 107(17), April 27 : 7823-7828.
  •  2012. Rostain S., D. McKey, J. Iriarte, B. Glaser, D. Renard, J. Birk & B. Roux, « Les savanes du littoral guyanais : des paysages héritiers d’une histoire oubliée » Guyane Océane, Daniel Guiral & Roger Le Guen (éds.), éditions Roger le Guen/IRD: 106-125.
  •  2012. Iriarte, J., M. Power, S. Rostain, F. Mayle, H. Jones, J. Watling, B. Whitney & D. McKey, « Fire-free land use in pre-1492 Amazonian savannas » Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, 109(17), April 24 : 6473-6478.
  • 2012. Rostain S. Islands in the rainforest. Landscape management in precolumbian Amazonia, serie « New Frontiers in Historical Ecology » W. Balée & C. Crumley (eds.), Left Coast Press, Walnut Creek, 277 p.
  •  2013. Rostain S. Amazonía aérea. Escultores precolombinos del paisaje, trilingue Espagnol/ Français/ Anglais, 3e EIAA/Repsol, Quito, 168 p.
  •  2014. Cazenave C. « Les agronomes oubliés d’Amazonie » Sciences et Avenir, bi-mensuel, hors-série, janvier-février : 75-77.

La semaine prochaine, le 2e épisode : « L’agriculture intensive sur le littoral guyanais »

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Du sel et des hommes : approches ethnoarchéologiques (3/3)

Textes et photos : © O. Weller, CNRS (laboratoire Trajectoires) – Look at Sciences (reproduction interdite)

A mi-chemin entre archéologie et ethnologie, ces photographies retracent le parcours d’un chercheur à la poursuite d’un objet de recherche éminemment soluble, le sel. Elles seront présentées en 3 épisodes, tous les vendredis :

Si le sel représente aujourd’hui un bien courant, une substance quasi inépuisable, aussi bien alimentaire qu’industrielle, il n’en a pas été de même dans de nombreuses sociétés préindustrielles. C’est au moins dès le Néolithique que les sociétés d’agriculteurs éleveurs en Europe ont cherché à l’extraire de ses divers supports naturels, soit dès le VIe millénaire avant J.-C. Actuellement, on associe plus volontiers l’exploitation du sel aux marais salants littoraux. Pourtant une grande majorité de la production a été et est encore réalisée par la chauffe artificielle d’une saumure ou bien par l’extraction de sel gemme.

Face à la disparité des salinités et des supports salés naturels (solide : roches, efflorescences, terres, sables, plantes ; liquide : eaux de mer, sources minérales, liquides physiologiques), les populations ont eu recours à une large gamme de techniques d’extraction. Toutefois, hormis l’exploitation du sel gemme, l’extraction du sel revient le plus souvent, parfois après lixiviation d’un produit salé, à traiter un liquide en le soumettant à une évaporation naturelle (sel solaire) ou bien artificielle (sel ignigène) jusqu’à cristallisation. Le sel en grain obtenu peut alors être utilisé tel quel ou bien emballé sous forme de pains durs de forme et de poids standardisés. Sous cette forme, il pourra être conservé et facilement transporté puis échangé sur de longues distances. La diversité de méthodes observables à travers le monde paraît alors intimement liée à celle des contextes environnementaux et au type de ressource salifère exploitée ; elle répond aussi à la qualité du produit recherché (type de sels, cendres salées, sel en grains ou blocs de sel) et aux spécificités de la demande et du contexte social.

En privilégiant une approche ethnoarchéologique autour d’un objet de recherche à jamais disparu, il a été possible à la fois de construire un référentiel général des techniques de fabrication du sel, mais également, directement sur le terrain ethnographique, de documenter des formes d’exploitation (et de déchets) insoupçonnées et ainsi rechercher, sur le terrain archéologique, de nouveaux témoins d’exploitation ou revenir sur la fonction de certains vestiges. Plus encore, cette approche nous a permis d’avancer de nouvelles hypothèses sur la place de cette substance irremplaçable aussi bien dans la sphère domestique, technique que socio-économique.

A travers deux terrains ethnographiques, l’un en Nouvelle-Guinée (Indonésie et Papouasie Nouvelle-Guinée, Océanie) et l’autre en Moldavie (Roumanie, Europe), le sel produit, utilisé et manipulé revêt des fonctions bien diverses depuis le pain de sel standardisé utilisé dans les paiements, les échanges cérémoniels, voire comme monnaie primitive, et capable de circuler sur de longues distances à côté d’autres biens fortement valorisés, à un bien domestique et technique abondant sur place (sous forme de saumure) intensément exploité aussi bien pour la conservation alimentaire, l’alimentation animale, les usages thérapeutiques ou symboliques et, il y a encore peu de temps, pour la production de sel en bloc destiné à l’échange. Dans les deux cas, l’observation participante de l’archéologue, voire la fouille de structure ethnographique, a permis de préciser les réalités ethnographiques, mais surtout de construire plusieurs modèles prédictifs qui ont été testés sur le terrain archéologique. Ces derniers, même s’ils demeurent limités, ont permis de mettre à jour des situations passées inattendues pour le Néolithique et de mieux caractériser les fonctionnements sociaux des groupes qui l’ont manipulé et des processus historiques qu’il a accompagnés. 

Remerciements
Ces recherches en Papouasie (Indonésie), Papouasie Nouvelle-Guinée et Roumanie ont été financées à travers plusieurs missions archéologiques du ministère des Affaires étrangères français (resp. P. Pétrequin, A. Coudart et O. Weller) ainsi qu’un projet CNRS-SHS (resp. O. Weller) et un projet roumain ID-CNCS (resp. M. Alexianu).

Textes et photos : © O. Weller, CNRS (laboratoire Trajectoires) – Look at Sciences (reproduction interdite)

 

La Moldavie (Roumanie)

carte_roumanie_europe

Dans le Nord-Est de la Roumanie, au pied des Carpates orientales, on dénombre plus de 200 sources salées qui sont encore entretenues et utilisées de façon régulière, principalement sous forme liquide. Plusieurs d’entre elles présentent des vestiges archéologiques d’exploitation remontant au Chalcolithique (Ve et VIe millénaires av. J.-C.), mais également dès le tout premier Néolithique (milieu VIe millénaire). L’exploitation actuelle de ces sources salées, en dehors de toute mécanisation, organisation économique et réglementation juridique, offre l’occasion rare, sinon unique en Europe, de mener des recherches ethnoarchéologiques dans des conditions proches, pour certains aspects, des sociétés préindustrielles.

Depuis 2003, nous menons (mission du ministère des Affaires étrangères et projet ID-CNCS) une prospection systématique de ces ressources et une série d’enquêtes aussi bien sur les sources salées dans les villages que dans les bergeries. Ces informations ethnographiques de première main permettent aujourd’hui d’enrichir les hypothèses archéologiques autour des relations évidentes entretenues entre les émergences d’eau salée et les communautés sur divers aspects : chasse du gibier sauvage, modes d’approvisionnement, modes d’utilisation (alimentation humaine et animale, conservation des aliments et des fourrages, halothérapie, symbolique), organisation sociale des exploitations et des pratiques d’échange et de troc…

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

POUR ALLER PLUS LOIN

Pétrequin A.-M. et Pétrequin P., en collaboration avec Weller O. 2006. Objets de pouvoir en Nouvelle-Guinée, catalogue de la donation Pétrequin au Musée des Antiquités Nationales, Saint-Germain-en-Laye, Paris : Réunion des Musées Nationaux, 552 p.

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

« Le prince de la République » – Episode 4/4 : Auguste ou l’aura du pacificateur

Tous les lundis, sur Les Carnets de la MAE, découvrez le portrait d’un personnage de l’histoire, en plusieurs épisodes. Pour lancer la série, et à l’occasion du bimillénaire de sa mort, nous retraçons la vie d’Auguste, en 4 parties :

Inspirés du dossier coordonné par Frédéric Hurlet dans le magazine L’Histoire (janvier 2014), ces billets, rédigés par Francine Ramelet, décrivent l’ascension d’Auguste (né Octave et devenu Octavien ou César le Jeune) jusqu’au sommet de l’Empire romain. Ils exposent comment il a pu se maintenir au pouvoir pendant 40 ans, transmettre celui-ci à des héritiers légitimés et, enfin, fonder et consolider un régime qui dura cinq siècles, le Principat (monarchie s’appuyant sur les institutions républicaines). Ils mettent plus particulièrement l’accent sur une intelligence stratégique exceptionnelle. D’abord un sens politique aigu qui conduit Auguste, à force d’alliances et contre-alliances, à éliminer ses rivaux, co-héritiers politiques de Jules César (Lépide et Antoine), à faire ratifier par le Sénat et le peuple le droit de cumuler des pouvoirs étendus (pouvoirs civil et militaire sur l’ensemble de l’Empire et à Rome) et à recourir aux membres d’une dynastie créée de toutes pièces pour garantir la stabilité et la continuité du régime sur plusieurs générations. Sont également soulignés le charisme et la communication politique sur lesquels Auguste s’est appuyé pour exercer son autorité (auctoritas) sur l’ensemble de ses contemporains, les membres du Sénat inclus, et se faire diviniser. L’orchestration de ses propres funérailles, qui l’élèvent au rang de dieu, est à ce titre un exemple éclairant. Il ne faut pas oublier qu’il utilise aussi la violence pour accéder au pouvoir et pacifier son empire, les alliances politiques et « familiales » pour  consolider le Principat et le pérenniser, le divin pour marquer l’Histoire.

Auguste ou l’aura du pacificateur

By UnknownTill Niermann (Own work) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html), CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/) or CC-BY-SA-2.5 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.5)], via Wikimedia Commons

Auguste, pacificateur et modèle de clémence, mythe ou réalité ?

Auguste et la paix éternelle

Auguste dresse lui-même le bilan de son règne (les Res Gestae) où il évoque sa contribution à l’étendue de l’espace romain jusqu’aux confins du monde connu. Il y renvoie à ses conquêtes « sur terre et sur mer » ainsi qu’aux 44 peuples assujettis qu’il définit comme « pacifiés ». Il s’emploie à stabiliser les provinces conquises et entretient des relations diplomatiques à travers des ambassades ou par le biais d’explorateurs romains.

Auguste poursuit la confection de la carte du monde initiée par César. Un gros travail de balisage des quatre zones (Orient, Occident, Septentrion et Midi) est finalisé sous son Principat. Une époque exceptionnelle d’exploration débute alors : de hauts personnages et leurs armées partent à la découverte de nouvelles contrées telles que la Thébaïde (partie sud de la moyenne Egypte), le Yemen, le Soudan ou le Danemark. En cela, Auguste reste dans la ligne de la force expansive de Rome qui, en l’espace d’un siècle et demi, provoque la disparition de tous les grands royaumes hellénistiques.

Grâce au Principat, il recentre ce processus autour de sa personne « maître de la terre habitée ». Avec son gendre et bras droit, Agrippa, il réalise un nouvel « inventaire » du monde. Chaque nouvelle conquête, comme celle des provinces danubiennes, est considérée comme une pacification et célébrée comme telle. Ce sont des campagnes de communication à destination des Romains, de leurs alliés et des peuples soumis, dans le but de leur faire croire qu’une époque de paix suit. Pour autant, plusieurs régions (Germanie et Mésopotamie par exemple) se soulèvent régulièrement, infligeant des défaites aux troupes d’Auguste. L’Empire n’est donc pas sans contrepouvoir. Son expansion reste néanmoins majeure et à défaut d’apporter la paix au monde, Auguste en change le visage.

 

Auguste et la clémence

Même si de grands philosophes ont étudié l’impact de la clémence sur la Paix établie par Auguste, hormis les inscriptions portées sur le bouclier d’or offert par le Sénat (courage, clémence, justice et piété), les sources contemporaines de son Principat ne s’y réfèrent pas autant qu’elles le faisaient à propos de César, ce qui laisse penser qu’aucune disposition du Prince n’appelait cette réflexion.

Maarjaara [CC-BY-2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0)], via Wikimedia Commons

Les qualités répertoriées sur le bouclier n’ont en effet de sens que si elles cohabitent de manière indissociable au service du gouvernement de l’Empire. Il ne saurait donc y avoir de clémence érigée en vertu transcendante. Quand Auguste se venge des assassins de son père, il satisfait au devoir de piété et la clémence n’a pas sa place. De même, la justice impose de poursuivre un jugement jusqu’au châtiment.

Pierre Corneille [Public domain], via Wikimedia Commons

En conclusion, si l’histoire reconnaît l’usage régulier de la clémence par Jules César, elle ne la retient, pour Auguste, qu’à l’occasion de la conjuration de Cinna, à la suite de laquelle il pardonne à ce dernier.

 

Auguste et une aura qui traverse l’histoire

Auguste affiche une figure ambiguë : restaurateur de la paix civile, créateur d’un pouvoir durable, façonneur d’un nouveau monde, conquérant et maître d’un empire prospère « pacifié » par  les armes et, surtout, metteur en scène de sa propre aura.

Son rôle dans l’extension de Rome le fait apparaître comme un modèle à Mussolini qui s’identifie à lui jusqu’à calquer sa propagande sur la sienne et créer ainsi des analogies entre présent fasciste et passé antique par le biais de l’architecture et l’organisation de festivités. C’est dans une telle logique que le Duce anticipe d’une année l’organisation du bimillénaire de la naissance d’Auguste (datée de 63 avant Jésus-Christ) afin d’honorer la puissance conquérante et civilisatrice de Rome pourvoyeuse de prospérité et de paix. Il mêle ainsi sa propre image à celle d’Auguste.

Hitler suit la même voie, axant sa démarche sur une dictature de la vertu, rétablissant, comme Auguste, les mœurs ancestrales et assimilant sa lutte contre les forces orientales à celle du princeps. Il inscrit le Reich dans la grande lignée des empires occidentaux apparus depuis Rome.

En 2014, la France célèbre Auguste et ses créations au sens large du termeL’Italie, contrainte à la prudence, limite géographiquement cette commémoration et la centre sur les aspects scientifiques et, surtout, esthétiques.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

POUR ALLER PLUS LOIN

Bibliographie

En ce moment, à ne pas manquer :

l’exposition « Moi, Auguste, empereur de Rome » au Grand Palais jusqu’au 13 juillet 2014

 

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Du sel et des hommes : approches ethnoarchéologiques (2/3)

Textes et photos : © O. Weller, CNRS (laboratoire Trajectoires) – Look at Sciences (reproduction interdite)

A mi-chemin entre archéologie et ethnologie, ces photographies retracent le parcours d’un chercheur à la poursuite d’un objet de recherche éminemment soluble, le sel. Elles seront présentées en 3 épisodes, tous les vendredis :

Si le sel représente aujourd’hui un bien courant, une substance quasi inépuisable, aussi bien alimentaire qu’industrielle, il n’en a pas été de même dans de nombreuses sociétés préindustrielles. C’est au moins dès le Néolithique que les sociétés d’agriculteurs éleveurs en Europe ont cherché à l’extraire de ses divers supports naturels, soit dès le VIe millénaire avant J.-C. Actuellement, on associe plus volontiers l’exploitation du sel aux marais salants littoraux. Pourtant une grande majorité de la production a été et est encore réalisée par la chauffe artificielle d’une saumure ou bien par l’extraction de sel gemme.

Face à la disparité des salinités et des supports salés naturels (solide : roches, efflorescences, terres, sables, plantes ; liquide : eaux de mer, sources minérales, liquides physiologiques), les populations ont eu recours à une large gamme de techniques d’extraction. Toutefois, hormis l’exploitation du sel gemme, l’extraction du sel revient le plus souvent, parfois après lixiviation d’un produit salé, à traiter un liquide en le soumettant à une évaporation naturelle (sel solaire) ou bien artificielle (sel ignigène) jusqu’à cristallisation. Le sel en grain obtenu peut alors être utilisé tel quel ou bien emballé sous forme de pains durs de forme et de poids standardisés. Sous cette forme, il pourra être conservé et facilement transporté puis échangé sur de longues distances. La diversité de méthodes observables à travers le monde paraît alors intimement liée à celle des contextes environnementaux et au type de ressource salifère exploitée ; elle répond aussi à la qualité du produit recherché (type de sels, cendres salées, sel en grains ou blocs de sel) et aux spécificités de la demande et du contexte social.

En privilégiant une approche ethnoarchéologique autour d’un objet de recherche à jamais disparu, il a été possible à la fois de construire un référentiel général des techniques de fabrication du sel, mais également, directement sur le terrain ethnographique, de documenter des formes d’exploitation (et de déchets) insoupçonnées et ainsi rechercher, sur le terrain archéologique, de nouveaux témoins d’exploitation ou revenir sur la fonction de certains vestiges. Plus encore, cette approche nous a permis d’avancer de nouvelles hypothèses sur la place de cette substance irremplaçable aussi bien dans la sphère domestique, technique que socio-économique.

A travers deux terrains ethnographiques, l’un en Nouvelle-Guinée (Indonésie et Papouasie Nouvelle-Guinée, Océanie) et l’autre en Moldavie (Roumanie, Europe), le sel produit, utilisé et manipulé revêt des fonctions bien diverses depuis le pain de sel standardisé utilisé dans les paiements, les échanges cérémoniels, voire comme monnaie primitive, et capable de circuler sur de longues distances à côté d’autres biens fortement valorisés, à un bien domestique et technique abondant sur place (sous forme de saumure) intensément exploité aussi bien pour la conservation alimentaire, l’alimentation animale, les usages thérapeutiques ou symboliques et, il y a encore peu de temps, pour la production de sel en bloc destiné à l’échange. Dans les deux cas, l’observation participante de l’archéologue, voire la fouille de structure ethnographique, a permis de préciser les réalités ethnographiques, mais surtout de construire plusieurs modèles prédictifs qui ont été testés sur le terrain archéologique. Ces derniers, même s’ils demeurent limités, ont permis de mettre à jour des situations passées inattendues pour le Néolithique et de mieux caractériser les fonctionnements sociaux des groupes qui l’ont manipulé et des processus historiques qu’il a accompagnés. 

Remerciements
Ces recherches en Papouasie (Indonésie), Papouasie Nouvelle-Guinée et Roumanie ont été financées à travers plusieurs missions archéologiques du ministère des Affaires étrangères français (resp. P. Pétrequin, A. Coudart et O. Weller) ainsi qu’un projet CNRS-SHS (resp. O. Weller) et un projet roumain ID-CNCS (resp. M. Alexianu).

Textes et photos : © O. Weller, CNRS (laboratoire Trajectoires) – Look at Sciences (reproduction interdite)

 

La Nouvelle-Guinée – 2. Chez les Baruya (Papouasie Nouvelle-Guinée)

carte_nouvelleguinee_monde

Chez les Baruya, l’exploitation se fait sur place à partir des cendres d’une plante à croissance rapide repiquée dans des zones irriguées par des ruisseaux bordés de sources fortement minéralisées. C’est le travail d’un spécialiste qui, par ses pouvoirs magiques et son savoir-faire technique pour les opérations de lixiviation, d’évaporation et de cristallisation, est reconnu comme tel. Il est le seul capable de fabriquer, dans un long fourneau à tunnel, de longues barres de sel blanc.

Que ce soit chez les Dani de l’Ouest (Papua) ou les Baruya, l’exploitation du sel se fait sans utilisation de récipient, ni de terre cuite, et produit d’importantes accumulations cendro-charbonneuses qui ont été recherchées ailleurs, en Europe, aux abords de sources salées et identifiées au moyen de sondages profonds comme dans le Jura dès le Néolithique.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

POUR ALLER PLUS LOIN

Pétrequin A.-M. et Pétrequin P., en collaboration avec Weller O. 2006. Objets de pouvoir en Nouvelle-Guinée, catalogue de la donation Pétrequin au Musée des Antiquités Nationales, Saint-Germain-en-Laye, Paris : Réunion des Musées Nationaux, 552 p.

La semaine prochaine, le 3e épisode : « Roumanie »

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts