Colloque « Des dieux civiques aux saints locaux dans le monde romain tardo-antique (IVe -VIIe siècle) »

du 3 au 5 avril 2013

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, bât. B, salle 015

Organisé par Jean-Pierre Caillet, Hervé Inglebert, Bruno Dumézil et Sylvain Destephen (Équipe ArScAn-THEMAM)

Programme

L’idée que le culte des saints aurait succédé au culte des dieux fut émise dès l’Antiquité tardive, fut reprise par la polémique religieuse protestante contre l’Église catholique au XVIe
siècle, et fut ensuite relayée du XVIIIe au XXe siècle par les anticléricaux. Si cette thèse pose de nombreux problèmes, on ne peut écarter a priori l’idée que certaines fonctions
des dieux aient pu être intégrées dans une nouvelle configuration religieuse chrétienne. Toutefois, une telle réflexion doit intégrer deux aspects essentiels.
Le premier est qu’une succession chronologique ne signifie pas une substitution fonctionnelle. En effet, les paradigmes religieux païen et chrétien sont si différents que même
des éléments apparemment similaires peuvent ne pas avoir la même signification à cause de la diversité des contextes. Il faut donc étudier avec la plus grande prudence les permanences, transformations, restructurations, disparitions et créations des fonctionnalités religieuses qui eurent lieu alors, et leurs interrelations qui forment à chaque époque une structure cohérente et un système signifiant.
Le deuxième est que le modèle païen était civique et qu’il distinguait ce qui relevait du public et du privé dans les relations avec le divin. Ce n’était pas le cas à l’origine pour le modèle chrétien, qui était celui de communautés religieuses minoritaires. Mais après que le christianisme a obtenu un statut privilégié à partir du début du IVe siècle, puis un statut égémonique à la fin du IVe siècle, les communautés chrétiennes locales sont peu à peu devenues équivalentes aux collectivités civiques. Le christianisme a alors pu assumer des dimensions collectives nouvelles à partir du Ve ou VIe siècle selon les régions.
Ce colloque privilégiera les aspects religieux collectifs dont les cités étaient le cadre, non la christianisation de l’espace urbain ou du territoire civique. On insistera sur les évolutions des fonctions religieuses locales communes aux deux systèmes religieux : la définition du corps social et la protection de la vie et de la prospérité des personnes. Cette réflexion doit intégrer le fait que les collectivités se sont transformées durant l’Antiquité tardive : la cité chrétienne de 600 n’est pas celle de 300 qui aurait été christianisée.


Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *