Retour sur les 5e Journées Open Access (24-25 janvier, Paris)

Généraliser l’accès ouvert aux résultats de la recherche

Comment parvenir à 100 % d’accessibilité aux résultats de la recherche financée sur des fonds publics, dans les meilleurs délais ? Telle est la question que pose la Commission Européenne à tous les Etats membres de l’Union, invités à se positionner sur le déploiement généralisé de l’accès ouvert aux résultats de leur recherche, dans une recommandation de la Commission Européenne, le 17 juillet 2012 et dans la perspective du programme Horizon 2020. En s’appuyant sur cette recommandation, il s’est agi, lors de ces deux journées, de nourrir la réflexion afin de dégager les axes d’une politique volontariste de l’Open Acces en France, acceptable par tous pour garantir son succès. 
 

Le programme des journées

Les vidéos des interventions

 

L’Open Access (OA), c’est l’accès libre, gratuit, immédiat et permanent, en ligne, aux articles publiés dans des revues avec comité d’expertise. Le DOAJ (Directory of Open Access Journals) recense à l’heure actuelle 8 500 revues en OA.

Green / Gold : les deux modèles économiques de l’OA (et de nombreuses variantes)

  • La voie gold : les revues rendent leurs articles directement et immédiatement accessibles au public.
  • La voie green ou le libre accès par auto-archivage : les auteurs déposent leurs articles expertisés sur une archive ouverte type HAL
  • Une variante : le modèle freemium qui consiste à mettre en place un usage de base gratuit et un usage étendu payant (services premium tels que le téléchargement de l’article en pdf, la version epub)
  • Une autre variante fondée sur une perversion du modèle gold : les éditeurs privés demandent un paiement en amont à l’auteur (ou son institution), c’est le modèle de l’auteur-payeur. CECI N’EST PAS DE L’OA !

Les subventions attribuées aux éditeurs pourraient être utilisées pour favoriser l’OA.

L’obligation de dépôt : la condition du succès de l’OA

La voie verte est la plus économique et la plus naturelle. La bascule vers l’OA doit être soutenue par une politique claire et définie qui tendra vers le modèle gold. L’obligation de dépôt est la condition de réussite de l’OA pour envisager plus de 75 % de dépôt (sinon 10-20 % de dépôt). Pour favoriser le développement des archives ouvertes, il est nécessaire d’avoir une approche nationale pour une visibilité d’ensemble du pays.

Un modèle : la politique OA de l’université de Liège (voir l’intervention de B. Rentier, recteur-président de l’université de Liège)

L’exemple de l’université de Liège qui a mis en place une obligation de dépôt sur leur plateforme institutionnelle Orbi. Chaque auteur est responsable de son dépôt. Ainsi Orbi compte 60 % des notices déposées, enrichies du texte intégral de l’article et observe que le nombre de téléchargement est en hausse lorsque le dépôt est associé au texte. L’article est donc davantage lu. Ce dépôt institutionnel est aussi le moyen de rendre publique les publications de l’institution et permet de savoir combien son institution produit et ce qu’elle produit. En échange, le chercheur bénéficie, outre de la sauvegarde à long terme, de services/widgets disponibles pour intégration sur les pages de son laboratoire, pour par exemple générer des rapports dynamiques avec une présentation par discipline, des données statistiques… Pour l’auteur, ce dépôt lui offre un accroissement de son lectorat, une augmentation des citations, une visibilité institutionnelle.

L’OA pour assurer la conservation à long terme des documents

L’OA s’accompagne d’une charte de bonnes pratiques d’édition numérique scientifique : citabilité, interopérabilité, accessibilité, ouverture, durabilité. C’est ainsi le moyen d’assurer la conservation à long terme et l’archivage pérenne des documents.

Création de l’UMS HAL

Dans ce sens, courant mars, la plateforme HAL (Hyper Articles en Ligne) deviendra une Unité mixte de service sous tutelles Inria et PRES de Lyon. L’objectif est de libérer l’accès aux publications de la recherche.

Position de l’Union européenne

Pour favoriser les dépôts sur les plateformes d’archives ouvertes, les décideurs doivent se mobiliser et mettre en pratique des politiques de libre accès.

L’Union européenne affirme sa position sur l’OA : les informations scientifiques doivent être gratuites. L’OA favorise la recherche scientifique et augmente la qualité des résultats en stimulant les échanges. Il est important que les citoyens aient accès aux résultats de la recherche. L’OA peut accélérer l’innovation et l’accroissement économique. 85 % des chercheurs européens souhaitent rendre accessibles les résultats de la recherche aux citoyens et 90 % pensent que l’OA est un moyen. L’Union européenne souhaite la mise en place de politiques gouvernementales claires sur l’OA et les universités ont un rôle important à jouer dans cette initiative.

Position de la CPU

Les médias numériques peuvent révolutionner le paysage de la publication scientifique d’autant que les bibliothèques sont asphyxiées par l’augmentation des coûts liés aux éditeurs.

« Les scientifiques paient à toutes les étapes de cette chaîne : les droits d’auteur sont offerts aux éditeurs, qu’ils doivent racheter pour bénéficier de leur publication, puis payer de nouveau pour avoir accès aux archives. Il est temps de s’approprier son bien, le droit d’auteur, et de participer à la diffusion du savoir. » J.-L. Salzmann, président de la Conférence des Présidents d’Université.

En résumé, le chercheur paye pour publier, prend son temps pour évaluer et cède ses droits et doit payer via son unité/établissement pour accéder aux publications. Le coût est en constante augmentation. La situation est non équitable. Le web constitue une solution et une vision démocratique de la recherche.

Position de Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Geneviève Fioraso rappelle le principe de l’information scientifique disponible pour tous. Le numérique bouleverse le marché de l’édition scientifique : la bonne information au bon endroit au bon moment. La production scientifique impacte l’obtention des financements sur projets. Elle est nécessaire à l’évaluation des équipes. En parallèle, les marges des éditeurs atteignent un niveau considérable. Il n’y a pas de recette unique ni miracle pour l’OA, mais il est impératif de trouver une solution soutenable et qui combine différents outils adaptés aux sciences concernées.

La France soutient le libre accès et les archives ouvertes. Il faut renforcer le droit à l’auto-archivage et favoriser le modèle green. L’information scientifique est un bien commun qui doit être disponible.

Texte du discours de Geneviève Fioraso

L’OA, c’est aussi un acte citoyen

Le libre accès permet l’arrivée d’un lecteur inattendu sur la production scientifique mondiale. L’OA, c’est aussi la réconciliation avec le citoyen car il permet de donner un éclairage scientifique de la société. La puissance du libre accès se révèle notamment pour les pays à faible moyen, où les consultations sont supérieures à celles sur JSTOR.


Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *