Journée d’étude « Altepetl et quartiers »

« Altepetl et quartiers. La composition des capitales urbaines en Mésoamérique préhispanique »

Journée d’étude organisée par le laboratoire ArchAm, avec le Groupe d’enseignement et de recherche maya (GERM) et le GDRE « Past Crises in the Americas »

Mercredi 30 janvier, 9 h 30 – 17 h

MAE, salle du conseil, 4e étage
 

Voir le programme

A l’occasion de la parution de l’ouvrage collectif The Neighborhood as a Social and Spatial Unit in Mesoamerican Cities (M-C. Arnauld, L.R. Manzanilla et M.E. Smith eds., University of Arizona Press, Tucson), on se propose de réfléchir au modèle de l’altepetl (défini, entre autres chercheurs, par P. Carrasco, L. Reyes, H. Mártinez, J. Lockhart), qui articule en un lieu urbanisé des parties constituantes dont la nature et la dynamique complexes dépassent la notion de “quartiers”, eux-mêmes déjà si difficiles à repérer dans les sites par l’archéologie.

Historiens, anthropologues et archéologues, tentons de comprendre ensemble l’altepetl, dans sa théorie mésoaméricaine préhispanique plutôt que dans ses avatars de l’époque coloniale. En archéologie on tend à considérer que l’altepetl était l’unité politique de base, à la population dispersée sur un espace peu différencié à la fois urbain et rural, centré sur le palais du roi.

Les points de vue sur l’altepetl étant multiples, nous souhaitons adopter au mieux celui des Mésoaméricains. L’altepetl semble bien être une entité non territoriale, structurée par les liens entre personnes. Ce n’est pas un domaine foncier, même si des lignages dominants ont pu s’approprier gens et terres dans leur patrimoine, ni un terroir agraire, même si les dimensions écologiques qu’évoque le diphrasisme “eau-montagne” furent fondamentales dans la théorie et la pratique de l’altepetl. Produit peut-être par un Droit des statuts et des personnes (plus que de la terre), l’altepetl serait-il une configuration politique originale de parties constituantes sociales, “groupes”, “Maisons” (selon Lévi-Strauss) que ni la parenté, ni l’ethnie, ni la langue ne définissent vraiment ? Aurait-on là, alliant les Maisons, un dispositif politique bien différent de l’Etat centralisé? Structuré par emboîtements en abîme? Rythmé par un calendrier festif? Fondé sur une agriculture irriguée (ou d’autres formes d’intensification) et des marchés d’échanges?

Dans sa dimension urbaine, l’altepetl présente des traits originaux. Dont celui-ci peut-être: les villes mésoaméricaines, grandes et moyennes, se peuplaient et se dépeuplaient selon des cycles particulièrement courts. Quel rôle a joué l’altepetl dans ces ruptures, qui nous apparaissent comme de graves crises, voire même des collapses?

Programme

9h30 Introduction: altepetl, quartiers et urbanisation en Mésoamérique

M-Charlotte Arnauld (ArchAm, CNRS, Université de Paris 1 P-S)

En quoi l’ouvrage collectif The Neighborhood as a Social and Spatial Unit in Mesoamerican Cities (M-C. Arnauld, L.R. Manzanilla et M.E. Smith eds., University of Arizona Press, Tucson) conduit à dépasser la notion de quartiers et à s’intéresser au concept d’altepetl.

 9h45 – Altepetl, le lieu du pouvoir

Danièle Dehouve (LESC, CNRS, Nanterre)

Altepetl est un lieu, comme le montre le sens du difrasismo en nahuatl, composé de atl (eau) et tepetl (montagne), ces éléments qui permettent la culture du maïs et assurent donc la survie du groupe social. Mais une analyse des textes montre que ce qui définit altepetl est la présence d’un roi tecuhtli, de grands guerriers et de rituels, c’est-à-dire du pouvoir politico-religieux propre à la « royauté sacrée ». A partir de là se pose la question : Y a-t-il altepetl à chaque fois qu’il y a un tecuhtli ? L’échelle de subordination dans laquelle prennent place les personnages royaux se reflète-t-elle dans une échelle d’altepetl ? On interrogera à ce sujet divers documents en nahuatl du XVIe siècle, ainsi que des études contemporaines.

 10h15 – Image de l’altepetl

Anne Marie Wohrer

L’auteur se propose de présenter le glyphe de l’altepetl identifié dans des manuscrits pictographiques du XVIème siècle. Ces manuscrits, dont le thème est généralement cartographique, proviennent de la Vallée de Mexico ainsi que de l’aire culturelle Puebla-Tlaxcala. L’accent sera mis sur l’un des meilleurs exemples de ce glyphe, tel qu’il apparaît au centre et aux commandes de l’entité politico-administrative représentée dans la Mapa de Coatlichan. L’expression graphique des entités soumises subordonnées à des degrés divers à ce pouvoir central sera aussi présentée.

 10h45 – 11h: Pause

 11h00 – Tlalloc-Tlallocan, l’altepetl archétypique

José Contel (Université de Toulouse-Le Mirail)

Il y a plus d’un siècle, Georges Raynaud écrivait avec une extrême clairvoyance dans un opuscule consacré à Tlalloc « Mais de tous les dieux en rapport avec le Cipactli un seul se rattache comme lui à la terre et aux eaux, c’est le dieu que l’on pourrait qualifier lui aussi d’altepetl, Tlaloc. C’est donc lui qui empruntera à la terre primordiale, à la terre mêlée à l’eau, sa gueule caractéristique de dragon ». Sahagun va dans le même sens lorsqu’il décrit Tlallocan comme étant l’altepetl originel, dont tous les autres ne sont des répliques. Comme cela se sait, le culte de Tlalloc est intiment lié à celui des montagnes, et par voie de conséquence au culte de l’altepetl comme dans Tepeilhuitl ou Huey Tozoztli. Ce sont précisément ces liens multiples qui unissent le dieu de la pluie à l’altepetl que je propose d’étudier dans ce travail à partir des sources alphabétiques en nahuatl et en espagnol,  des manuscrits pictographiques et des résultats de l’archéologie.

 11h30 – Les altepetl préhispaniques de la vallée de Mexico : du mythe de fondation stéréotype aux schémas d’implantation variés et complexes du terrain.

Maëlle Sergheraert (ArchAm, Agence Nationale pour la Recherche)

L’étude diachronique de plusieurs altepetl de la vallée de Mexico permet de montrer qu’ils subissaient de profondes transformations entre le moment de leur fondation et la conquête espagnole. On observe en effet au départ un mode d’organisation plutôt simple où, suite à une étape migratoire, la population de l’altepetl sous l’autorité d’un même tlatoani, s’installait en secteurs séparés en fonction de ses affiliations diverses. Mais de multiples facteurs viennent complexifier la situation au fil du temps : accroissement de la population, arrivée de migrants, conquêtes régionales, spécialisation des activités professionnelles, disparité sociale, acquisition de propriétés privées… Dans cette mesure, l’organisation initiale est-elle préservée tout au long de l’évolution des altepetl ou se voit-elle remplacée par de nouvelles formes de regroupements (par catégorie sociales, professionnelles…) ? C’est cette question que je souhaite explorer à travers l’étude combinée des données écrites et archéologiques.

 12h: Discutant : Brigitte Faugère (Université de Paris 1, Panthéon-Sorbonne)

 Questions, débat, bilans.

 12h30: déjeuner – buffet sur place

14h00 – La seigneurie matlatzinca, une manière d’aborder l’altepetl

Nadine Béligand (Université Lumière Lyon 2 / CNRS UMR 5190 LARHRA)

Je propose de mener une réflexion sur la seigneurie matlatzinca et plus particulièrement l’altepetl de Toluca, entre la période mexica, la période aztèque et la période cortésienne. Les approches « ethno-historiques » ont mis en relief deux éléments qui à mon sens pourraient contribuer à cette évaluation de la notion d’altepetl. La discussion repose sur deux termes, celui de tlatocayotl (territoire où s’exerce le pouvoir) qui implique l’exercice du pouvoir par les « seigneurs naturels » avec son corollaire, le cacicazgo (complexe lui aussi dans sa nature duale, un compromis entre terres héréditaires et terres liées à la charge) et celui de « maison seigneuriale »  (lieu d’exercice du pouvoir). La « gestion » du territoire (la « juridiction » seigneuriale) est en grande partie indissociable du « statut des personnes ». Les vice-rois ont affronté là un régime inconnu et leurs décisions de faire des « mayeque » des paysans libres (de type macehuales) a mis fin aux maisons seigneuriales (affaiblies par le manque de main-d’œuvre servile), sauf dans la région de Oaxaca où l’emprise de l’encomienda et de la colonisation a été très restreinte (voir supra).

 14h30 – Altepetl Tezcocanos : les cas de Tezcoco et Coatlichan

Patrick Lesbre (Université de Toulouse-Le Mirail)

Si l’archéologie n’apporte pour l’instant pas grand-chose dans la connaissance des altepetl du Postclassique en zone acolhua, les manuscrits pictographiques sont en revanche riches en données. On peut ainsi, grâce au Codex Xolotl, comprendre la répartition en quartiers qui semble basée sur des aspects ethniques (incorporation de différentes migrations). Le Mapa de Coatlichan, quant à lui, permet de saisir l’incroyable complexité territoriale d’une ville certes importante culturellement mais qui avait cessé d’être capitale politique depuis plus d’un siècle.

 15h00 – Unidades sociales y administrativas en la composición de la ciudad maya clásica

Jesús Adánez, Andrés Ciudad, Alfonso Lacadena et Mª Josefa Iglesias

El análisis formal y espacial de los grupos de estructuras que rodean a los centros monumentales de las ciudades mayas clásicas permite discriminar sectores en áreas que, de otro modo, aparecen como una agregación indiferenciada de grupos domésticos. Se presentará y evaluará el resultado de la aplicación de ese tipo de análisis en algunos centros de las tierras bajas mayas, realizada sobre la base de dos supuestos principales: (1) la existencia de unidades sociales que se manifiestan a través de grupos caracterizados por un culto a los antepasados, y (2) la existencia de funcionarios menores –como el lakam, un título recientemente identificado– encargados de la administración de las unidades sociales anteriores, cuyas sedes se materializan en grupos elevados sobre plataformas basales.

 15h30 – Altepetl, quartiers et urbanisation en Mésoamérique

M-Charlotte Arnauld et Eva Lemonnier(ArchAm, CNRS, Université de Paris 1 P-S)

En tant que formation politique non-territoriale, inscrite dans un certain rapport de la société à l’environnement, l’altepetl va au-delà de la question de l’urbanisation. Cependant, l’archéologue ne peut plus aborder les processus d’agglomération urbaine en Mésoamérique sans tenir compte de l’altepetl: outre que la notion de quartier urbain est insuffisante, notre traditionnel contraste entre l’urbain et le rural est inadapté. On proposera un cas d’étude impliquant des formations politiques tardives dans les hautes terres mayas du Guatemala. On tentera de mettre en relief le caractère d’urbanisation composite qui permettrait peut-être de remonter jusqu’au cités mayas classiques

 16h00 – Discutant: Gilles Tarabout (directeur du LESC)

              Débat, bilan.


Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *