Retour sur le colloque « Wool Economy in the Ancient Near East and the Aegean »

Les chercheurs participant au colloque testent différentes qualités de laines.

Par Cécile Michel, directrice de recherche au laboratoire ArScAn, équipe Histoire et Archéologie de l’Orient cunéiforme et Catherine Breniquet, Professeur à l’Université Blaise-Pascal Clermont-Ferrand 2.

 

Du 8 au 10 novembre 2012 s’est tenu à la MAE/salle des Conférences (UPO/bât. B), un colloque international dans le cadre des European Science Foundation Exploratory Workshops intitulé “Wool Economy in the Ancient Near East and the Aegean: From the Beginnings of Sheep Husbandry to Institutional Textile Industry”, organisé par Cécile Michel (DR CNRS, ArScAn) et Catherine Breniquet (PU Clermont-Ferrand II). Il a réuni 25 participants de 11 pays européens (France, Italie, Espagne, Allemagne, Autriche, Suisse, Danemark, Belgique, Grande-Bretagne, Pologne, République Tchèque) et des États-Unis.

Différentes qualités de laines (brebis, bélier, agneau) et de poils de chèvre (noirs ou blancs).

La Mésopotamie des IIIe et IImillénaires av. J.-C. fut désignée dans l’Antiquité comme le « pays de la laine ». Développements socio-économiques locaux, accroissement de la production, progrès techniques pour la production de fils et tissus en laine sont tant les causes que les conséquences de cette appellation. Dans cette région, de grandes manufactures ont en effet commencé très tôt à produire des textiles et des vêtements en quantités importantes. Une situation proche affecte également la Méditerranée égéenne.

Marie-Louise Nosch, directrice du Centre for Textile Research

Ce colloque avait pour but d’analyser de façon comparée l’impact de ces transformations qui ont radicalement modifié l’environnement naturel, le paysage politique et les réseaux d’échanges internationaux à travers le Proche-Orient et l’Est de la Méditerranée. L’accent a été mis sur les aspects économiques de la production de laine, via une approche interdisciplinaire. Les échanges entre archéologues, archéo-zoologues, archéologues expérimentaux, historiens et philologues furent extrêmement fructueux et se sont concrétisés dans une session expérimentale où chacun a pu apprécier la qualité de différentes laines et s’essayer au filage avec fuseau et fusaïole.

Résumé du contenu des interventions

Les premiers textiles étaient faits de fibres végétales, la mieux documentée étant le lin, cultivé depuis les débuts de l’agriculture (vers 9000 av. J.-C.). L’exploitation de la laine est une conséquence de la domestication et de la sélection des animaux d’élevage. Dans le Sud de la Mésopotamie, avec les débuts de l’urbanisme dès la fin des Ve et IVmillénaires av. J.-C., les restes archéo-zoologiques semblent indiquer un effacement de l’élevage des suidés et des bovins au profit de celui des chèvres et des ovins. Ce développement doit être compris dans le contexte de l’économie des chefferies obédiennes, dans lesquelles le mouton pourrait bien être l’animal de prestige. L’usage croissant des fibres de laine impliqua de nouvelles techniques : filer avec le fuseau, la fusaïole et la quenouille ; tisser en utilisant le métier vertical à poids ; fabriquer du feutre. De nouvelles formes de gestion virent le jour, comme les quotas de rendement et de production.

Reconstitution de fuseaux et fusaïoles employés dans l’Antiquité. Lot de fuseaux utilisés en Auvergne au XVIIIe siècle.

À la fin du IIIe millénaire av. J.-C., la laine devint le principal matériau de tissage et était distribuée aux travailleurs comme ration de subsistance. Selon la documentation cunéiforme, c’est à cette époque que débute la production textile à grande échelle. Bien sûr, la production domestique continue, sans doute féminine ; fusaïoles et fuseaux deviennent un marqueur du genre féminin parmi les objets déposés dans les tombes. Cette « révolution de la laine » eut moins d’impact en Égée à l’Âge du Bronze, où le lin a gardé son importance à côté de la laine, mais là aussi, la laine était produite en grandes quantités, comme le montrent les tablettes en linéaire A et B. Dans les institutions mésopotamiennes et les palais égéens, les scribes enregistrent les objectifs à atteindre pour la production de laine du palais mais aussi pour celle des fils et des textiles dans les manufactures. Des milliers de travailleurs spécialisés, principalement des femmes et des enfants, étaient encadrés et entretenus dans ces manufactures par les autorités centrales.

Peignes à carder. Le cardage n’est pas attesté dans le Proche-Orient ancien.
Cécile Michel, DR CNRS, et Brigitte Lion, PU Tours 

Au début du IIe millénaire, le commerce international des textiles se développe, dépendant de la qualité des toisons à partir desquelles les textiles étaient produits. Des analyses isotopiques permettent de suivre la progression de certains troupeaux, selon leur localisation ; elles permettent aussi de déceler la diversification des élevages de moutons à laine. Dans le Sud de la Mésopotamie, les palais employaient les marchands pour commercialiser la laine produite par leurs troupeaux ; des entrepreneurs privés étaient aussi engagés dans ce commerce à titre privé. Au Ier millénaire, la laine et les produits tinctoriaux représentaient des produits recherchés dans les réseaux d’échanges, et la laine servait à financer le commerce international.

Les participants au colloque
Les actes de ce colloque seront publiés en 2013 dans la collection Ancient Textiles (Oxbow Books, Oxford), du Centre for Textile Research (Copenhague, dir. M.-L. Nosch) qui partage le programme PICS TexOrMed avec ArScAn (coord. C. Michel).

 


Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Une réflexion sur « Retour sur le colloque « Wool Economy in the Ancient Near East and the Aegean » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *