Résultats de l’appel à projets 2015 de la MAE

RESULTATS DE L’APPEL A PROJETS 2015 DE LA MAE

Le deuxième appel à projets de recherche interdisciplinaires et inter-laboratoires de la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès (MAE) a été lancé en 2015 avec le soutien financier des universités Paris Ouest Nanterre La Défense et Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Affiche appel à projets 2014-2015A travers cet appel à projets, la MAE souhaite renforcer les collaborations scientifiques entre ses laboratoires, encourager des collaborations avec des laboratoires extérieurs, et permettre à des équipes de disposer de moyens pour mener une recherche exploratoire ou ponctuelle, porter à maturation un projet, ou encore valoriser les résultats d’un projet et améliorer ainsi sa visibilité.

L’appel à projets était orienté autour des trois axes thématiques de la MAEmigrations et mouvements de population, anthropologie funéraire et l’homme face à la mort, phénomènes de transition historique – avec une priorité donnée cette année aux projets mettant l’accent sur les phénomènes de transformation des sociétés humaines, présentes et passées, permettant ainsi de progresser dans la compréhension du concept de transition.

Le Conseil scientifique de la MAE, réuni le 28 mai dernier, a souhaité soutenir cette année les quatre projets qui ont répondu à l’appel:

TRANSE-AC – Transition sociale et environnementale : Alternatives et Communs

Projet exploratoire autour des formes d’ajustements sociaux, politiques et environnementaux qui émergent dans des contextes européens – nouvelles formes de mobilisations politiques recherchant l’émancipation sociale ou l’empowerment, initiatives citoyennes en milieu urbain ou rural, création de collectifs ou de « communs » – la plupart de ces dynamiques étant en relation avec les impératifs de la préservation et du bon usage des ressources et souvent renforcées par un contexte de crise généralisée en Europe. Les terrains d’étude sont situés en Espagne (la huerta de Valence et l’agriculture biologique espagnole, conflit entre populations et logiques de préservation dans un parc national) et au Portugal (les questions de circuits courts et de dynamiques de quartier à Lisbonne).

Le projet est coordonné par Fabienne Wateau (ethnologue, CNRS-LESC) et Marie-Hélène Bacqué (sociologue et urbaniste, Université Paris Ouest-LAVUE Mosaique), en partenariat avec  l’Institut de Sciences sociales de Lisbonne et l’Université de Valencia, en Espagne.

PREDICTION – Transitions et prédiction: Le changement à travers les générations dans les sociétés mayas aux périodes classique, coloniale et postcoloniale

Il s’agit d’une recherche comparative sur le rôle de l’anticipation et de la prédiction dans les actions collectives, à trois périodes différentes, dans trois organisations socioéconomiques et politiques différentes du monde maya : la crise du IXe siècle long au Classique terminal (780-920 apr. J.C.), et deux cas de rébellion aux époques coloniale et postcoloniale, chez les Mayas des basses terres et des hautes terres. Le projet consiste à identifier, rassembler et analyser les données archéologiques, ethno-historiques et ethnographiques, à partir des archives patrimoniales au Mexique, au Guatemala et au Belize, et comporte également une enquête de terrain.

A l’issue de ce travail, trois journées d’étude seront organisées à la MAE, l’une centrée sur la problématique de l’effondrement  / crise / transition du Classique terminal maya, l’autre sur les coordinations d’actions par rites et cérémonies, la dernière sur le rôle de l’anticipation et la prédiction dans la séquence décision-action.

Le projet est coordonné par Valentina Vapnarsky (anthropologue, CNRS-LESC) et Marie-Charlotte Arnauld (archéologue, CNRS-ARCHAM), en partenariat avec des chercheurs du centre EREA (Enseignement et recherche en ethnologie amérindienne) et du GERM (Groupe d’enseignement et de recherche maya) du LESC-UMR 7186.

TRANSIBER – Entre transition et brassage culturel. Processus d’interaction entre derniers chasseurs-cueilleurs et premiers agriculteurs en péninsule ibérique

Ce projet, qui s’appuie sur les résultats d’un travail de thèse relatif aux comportements mortuaires à l’aube du Néolithique en France et en Italie, porte sur l’étude des groupes humains de la fin du Mésolithique au début du Néolithique en Espagne. L’objectif de la recherche est de documenter les modalités d’apparition du Néolithique régional par le biais de l’étude de la sphère funéraire, en associant à l’examen détaillé du traitement des défunts et de l’espace sépulcral, celui des dépôts d’objets en matières osseuses et coquillages : outils, armes et parures. Il s’agira de mesurer le degré de continuité ou de rupture des comportements funéraires au cours de la transition entre les derniers chasseurs-cueilleurs et les premiers agriculteurs.

Le projet repose sur l’étude détaillée de 4 sites principaux à vocation funéraire comprenant ossements et objets en os et en coquille variés. Travaillant sur des documents inédits, l’approche consistera en une analyse archéothanatologique des dépôts funéraires, croisée à une analyse technologique, typologique et fonctionnelle des objets en matières osseuses et en coquille.

Le projet est coordonné par Aurélie Zemour, post-doctorante à l’UMR 7041 ARSCAN, en partenariat avec l’UMR 7055 PRETECH l’Université autonome de Barcelone et l’USR3225 de la MAE.

Prélèvement de crânes humains : une pratique vivante face à la mort au Néolithique proche-oriental

Le projet s’intéresse aux pratiques funéraires au Néolithique et en particulier à l’identification du contexte architectural et stratigraphique des dépôts de crânes prélevés et des squelettes sans crâne provenant de sites néolithiques au Proche-Orient, depuis le Natoufien jusqu’à la fin du Néolithique céramique récent.

Le projet a pour objectif de vérifier la notion de chaîne opératoire du prélèvement du crâne et de réaliser des analyses plus détaillées avec le soutien de plusieurs laboratoires en France (Ethnologie préhistorique et VEPMO) et à l’étranger (notamment avec Y.S. Erdal de l’Université Hacettepe, H. Gebel (Berlin), l’équipe de fouille de Tepecik/Çiftlik Köşk Höyük et de Körtik Tepe).

Le projet est coordonné par Ergul KODAS, post-doctorant à l’UMR 7041 ARSCAN, en partenariat avec les équipes « Ethnologie préhistorique » et VEPMO de l’UMR 7041 ARSCAN,et le département d’anthropologie biologique de l’Université Hacettepe d’Ankara, en Turquie.


Laurence Quinty

Chargée de partenariats et valorisation à la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *