Des outils en pierre taillée vieux de 3,3 millions d’années

La découverte, au Kenya, des plus vieux outils de pierre taillée connus à ce jour, dont la revue Nature s’est fait récemment l’écho, est le résultat du travail d’une équipe internationale co-dirigée par Sonia Harmand (CNRS-UMR Prétech 7055 et chercheur associé à l’université Stony Brook de New York), dans le cadre du West Turkana Archaeological Project (Mission Préhistorique au Kenya), financé par le Ministère Français des Affaires Etrangères.

Elle marque une étape capitale dans un programme de recherches qui a commencé il y a plus de vingt ans, d’abord sous la direction d’Hélène Roche (DR émérite, UMR Prétech 7055) puis repris par Sonia Harmand en 2011. Ce programme, qui explore les sites archéologiques de la rive occidentale du lac Turkana dans le nord du Kenya, a pour objectif de reconstituer l’évolution technique de la taille de la pierre au cours du temps, afin de mieux comprendre les capacités cognitives et motrices des premiers homininés.

general view Lomekwi area_2-01
Vue générale de Lomekwi – © 2014-MPK-WTAP

La zone d’étude est située dans la grande vallée du Rift, dont l’histoire géologique – des millions d’années d’activité tectonique, de sédimentation et d’érosion successives – a favorisé la préservation et la mise au jour des traces les plus anciennes de notre passé.

La région est en effet connue pour les restes d’homininés fossiles qui y ont été découverts, notamment, en 1984, le Nariokotome boy ou Turkana boy (Homo erectus), daté de 1,6 millions d’années, et plus récemment Kenyanthropus platyops, restes fossiles d’une autre espèce, daté entre 3,3 et 3,5 millions d’années. Elle est également connue pour deux découvertes archéologiques majeures faites par l’équipe du West Turkana Archaeological Project; celle d’un site de l’Oldowayen ancien (premiers outils de pierre taillée) daté de 2,3 millions d’années, et celle du plus vieux site acheuléen (époque de façonnage des outils), daté de 1,76 millions d’années.

view of excavation_1-04
Vue de la fouille de Lomekwi 3 – © MPK-WTAP

La découverte récente publiée dans Nature le 21 mai dernier invite à faire un nouveau bond spectaculaire dans le temps puisque les blocs de pierre taillée qui ont été dégagés du sol ont pu être datés de 3,3 millions d’années, grâce à deux techniques différentes de datation (téphrostratigraphie et paléomagnétisme), soit 700 000 ans avant les premiers outils taillés de l’Oldowayen (2,6 millions d’années, en Ethiopie), révélant ainsi une nouvelle industrie bien plus ancienne mais aussi techniquement plus rudimentaire, que l’équipe a proposé de nommer le « Lomekwien », d’après le nom du site de la découverte, Lomekwi 3.

tool in situ being unearthed at excavation_1-03
Nucléus in situ en cours de fouille – © MPK-WTAP

Ces outils devancent aussi  de 500 000 ans les premiers restes connus du genre Homo, remettant en question du même coup l’hypothèse admise jusque-là selon laquelle Homo habilis est le premier fabricant d’outils.

Ils apportent la preuve archéologique d’un saut cognitif qui se serait produit bien plus tôt que ce que l’on pensait et pourraient être l’œuvre d’homininés d’un genre différent comme par exemple Australopitheque afarensis (dont « Lucy » est une des représentantes), qui est contemporain des outils découverts et dont on sait, par une étude récente, que la morphologie de la main est compatible avec la fabrication d’outils. Un autre homininé majeur, Kenyanthropus platyops, dont les restes ont été découverts à quelques centaines de mètres du site archéologique de Lomekwi 3 et en association chrono-stratigraphique, pourrait être également un bon candidat pour la fabrication de ces outils.

tool in situ being unearthed at excavation_3-03
Eclat in situ en cours de fouille – © MPK-WTAP

A ce jour, l’équipe a réuni 149 artefacts – éclats, nucléus, enclumes, percuteurs – qui montrent clairement que l’intention des homininés était de produire des éclats et donc probablement d’utiliser leurs tranchants dans des activités de découpe (pour prélever de la viande sur les carcasses d’animaux ou couper de la matière organique par exemple).

Harmand unearthing tool-05
Sonia Harmand examinant un nucléus à la fouille – © MPK-WTAP

Ces éclats ont été produits soit par la technique dite « sur enclume » (le bloc est maintenu sur l’enclume par une main pendant que l’autre utilise le percuteur pour frapper et obtenir des éclats tranchants), soit par la technique dite « sur percuteur dormant » (le bloc à tailler est directement percuté sur l’enclume). Un travail expérimental est actuellement en cours pour tenter de déterminer la façon dont les outils trouvés sur le site de Lomekwi 3 ont été utilisés (Projet ANR ARCHOR 2013-2016).

***

Direction de l’équipe: Sonia Harmand, CNRS, Stony Brook University & Jason Lewis, Turkana Basin Institute, Stony Brook University, Stony Brook, New York 11794-4364, USA

Composition de l’équipe du West Turkana Archaeological Project : Sonia Harmand, Jason Lewis, Craig Feibel, Christopher Lepre, Sandrine Prat, Arnaud Lenoble, Xavier Boës, Rhonda Quinn, Nicholas Taylor, Sophie Clément, Jean-Philip Brugal, Sammy Lokorodi, Christopher Kirwa & Hélène Roche

team picture at excavation-06
L’équipe du WTAP sur le site de Lomekwi 3 © MPK-WTAP

Institutions partenaires du projet :

  • CNRS, UMR 7055, Préhistoire et Technologie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre Cedex, France
  • Turkana Basin Institute, Stony Brook University, Department of Anthropology, Stony Brook, New York 11794-4364, USA
  • Department of Anthropology and Center for Human Evolutionary Studies, Rutgers University, New Brunswick, New Jersey 08901, USA
  • Department of Earth and Planetary Sciences, Rutgers University, Piscataway, New Jersey 08854, USA
  • Lamont-Doherty Earth Observatory of Columbia University, Palisades, New York 10964, USA
  • CNRS, UPR 2147, Dynamique de l’Evolution Humaine, 44 rue de l’Amiral Mouchez, 75014 Paris, France
  • CNRS, UMR 5199 PACEA, Université de Bordeaux, 33615 Pessac, France
  • Department of Sociology, Anthropology and Social Work, Seton Hall University, South Orange, New Jersey 07079, USA
  • Inrap, Centre Mixte de Recherche Archéologique, Domaine de Campagne, 24620 Campagne, France
  • Inrap, 34-36 avenue Paul-Vaillant Couturier, 93120 La Courneuve, France
  • IPHEP, Institut de Paléoprimatologie, Paléontologie Humaine: Évolution et Paléoenvironnements, CNRS, UMR 7262, Université de Poitiers, Bât. B35 – TSA 51106, 6 rue Michel Brunet, 86073 Poitiers Cedex 9,
  • Aix-Marseille Université, CNRS, MCC, UMR 7269, LAMPEA, 13094 Aix-en-Provence Cedex 2, France
  • National Museums of Kenya, Department of Earth Sciences, Archaeology Section, P.O. Box 40658-00100 Ngara Rd, Nairobi, Kenya

Le West Turkana Archaeological Project reçoit le soutien annuel du Ministère Français des Affaires Etrangères, et a bénéficié également du soutien financier de la Fondation Fyssen, de l’ANR et d’institutions américaines comme la National Geographic Society. L’appui logistique est apporté par le Turkana Basin Institute au Kenya et par des fonds privés (Total Kenya et le groupe INTM Indigo).

Pour en savoir plus :

Abstract de l’article paru dans la revue Nature :

21.5_cover_final-nature-013.3-million-year-old stone tools from Lomekwi 3, West Turkana, Kenya. Sonia Harmand, Jason E. Lewis, Craig S. Feibel, Christopher J. Lepre, Sandrine Prat, Arnaud Lenoble, Xavier Boës, Rhonda L. Quinn, Michel Brenet, Adrian Arroyo, Nicholas Taylor, Sophie Clément, Guillaume Daver, Jean-Philip Brugal, Louise Leakey, Richard A. Mortlock, James D. Wright, Sammy Lokorodi, Christopher Kirwa, Dennis V. Kent,
and Hélène Roche.
Nature, 521, pp. 310–315 (21 May 2015), doi:10.1038/nature14464

Site du Turkana Basin Institute

Communiqués de presse du CNRS et de l’INRAP

Dans la presse : Le Monde, Sciences et Avenir

A écouter: France Culture, « Le Salon noir », émission du 2 juin 2015

Par ailleurs, les archives de la mission préhistorique au Kenya, avec en particulier les  photographies des campagnes 1987 à 2002, sont accessibles en ligne sur le site de la Maison Archéologie & Ethnologie.


Laurence Quinty

Chargée de partenariats et valorisation à la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *