Cycle de conférences « La MAE reçoit » – Sylvie Beaud nous parle de ses MASQUES EN PARADE

Lauréate du prix de thèse 2014 de la Maison Archéologie &  Ethnologie – René Ginouvès, Sylvie Beaud, Docteur en Ethnologie de l’Université Paris-Ouest Nanterre la Défense a été formée au sein du Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative. Elle a présenté son travail sur la région du Yunnan en Chine lors d’une conférence qui s’est tenu mercredi 4 mars 2015 à la MAE et qu’elle a intitulée : « Jouer Guan Suo pour s’affirmer Han de Yangzong (Yunnan, Chine) : Enjeux de pouvoir et d’ethnicité dans le rituel ».

sylvie beaud
Sylvie Beaud, docteur en ethnologie de l’université Paris-Ouest, Prix de thèse de la MAE 2014

Sylvie Beaud a rappelé l’histoire de sa recherche, dont le projet initial était d’étudier l’identité par le biais du tissage. Le Yunnan est de toutes les provinces de Chine, rappelle-t-elle, celle qui est la plus connue pour ses minorités ethniques (shaoshu minzu). Cette catégorie d’ethnicité a été définie par l’État de Mao, comme les 55 (puis 56) groupes ethniques formant la nation chinoise. Être une minorité ethnique supposait dès lors de faire valoir une culture, des rituels, des pratiques spécifiques, quand bien même celles-ci avaient disparu. Cette représentation de « minorité traditionnelle, arriérée » permettait en effet par contraste de faire apparaître les Hans, les « Chinois ethniques », comme la majorité moderne, habillée à l’occidentale. On comprend l’intérêt de Sylvie Beaud qui rencontre dans le centre du Yunnan des Hans qui portent des costumes « ethniques » et pratiquent chants et danses, marqueurs qui les situent dès lors dans le champ des « minorités ».

Elle a donc entrepris à partir de 2002 d’aller étudier ces costumes autour d’un projet d’étude du tissage… mais comme souvent, le projet ethnographique initial doit être reconsidéré dans son objet pour en garder l’intuition et c’est vers le théâtre de masques de Guan Suo que ses interlocuteurs poussent notre ethnographe s’intéressant à l’identité de ces Hans bien particuliers.

Qu’est-ce donc que ce théâtre de Guan Suo, érigé en référent identitaire essentiel pour ceux qui le jouent et y participent, et en « fossile vivant », gage de la patrimonialisation culturelle de la conquête Han, pour le discours politique ? Pourtant, comme beaucoup de rituels, le théâtre de masques a été interdit pendant la période de la révolution culturelle, la troupe dissoute et le théâtre a cessé d’être représenté. La troupe est reformée en 1979 et le nouveau pouvoir politique a assigné aux autorités locales la tâche de réhabiliter le théâtre de masse. Fonctionnaires du bureau culture, universitaires chinois et étrangers se réunissent régulièrement dans les années 1990 pour étudier ce théâtre de masse et recueillir les connaissances de ceux qui en ont gardé la mémoire – selon un processus de folklorisation bien étudié désormais. Cette période est marquée par la production de concepts pour l’étudier. Notamment, la notion de théâtre nuo, qui vient de nuoxi : exorcisme-théâtre. Il s’agit d’un rite de passage qui consistait à chasser les mauvaises énergies de l’année et, par extension, tous les théâtres de masse joués au Nouvel An se sont vus dénommés nuo, terme devenu catégorie générique. On est ainsi parvenu à conférer une extraordinaire continuité historique au rituel, l’interruption de la révolution culturelle devenant dès lors négligeable.

Le livre que Sylvie Beaud publiera prochainement aux Éditions de la MAE /Presses Universitaires de Paris-Ouest dans la collection « Sociétés Humaines dans l’Histoire » décrira également toutes ces processions du théâtre Guan Suo, cette marche continue qui relie les lieux, les hommes et les dieux et permet aux villageois de se ressouder autour d’une communauté de culte chaque année. Les acteurs du théâtre de Guan Suo rappellent qu’autrefois, ils allaient dans tous les villages du bourg. Ils faisaient un parcours circulaire. Par cette action, le théâtre de Guan Suo officiaient non seulement pour le bon fonctionnement de chaque village, mais unifiaient également tous les villages de la région. Le cortège processionnel dans son ensemble est appelé dragon, qui incarne le territoire au sens littéral. Dans ce cadre, le rôle tenu par théâtre Guan Suo est fondamental, car le cortège ne peut démarrer si sa troupe n’est pas à la tête du dragon.

Acteurs du Théâtre de Guan Suo. Le personnage de Guan Suo est à droite, avec le visage presque entièrement rouge.
Acteurs du Théâtre de Guan Suo. Le personnage de Guan Suo est à droite, avec le visage presque entièrement rouge.

Le Théâtre de Guan Suo apparait donc comme la dimension centrale d’une structure sociologique marquée par l’alliance entre villages. Au terme de la présentation de Sylvie Beaud, on comprend bien la manière dont les habitants s’inscrivent dans le territoire et la force du lien au sol en Chine. Et l’État ne s’y est pas trompé, car le théâtre porte une histoire et une légitimité qui vont au-delà du cadre local.

Pour en savoir plus sur Sylvie Beaud :
http://www.mae.u-paris10.fr/lesc/spip.php?article118


isabelle rivoal

Anthropologue au LESC (CNRS)
Directrice scientifique adjointe de la MAE

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *