Les Mayas s’exposent au musée du quai Branly

Depuis octobre dernier et jusqu’au 8 février 2015 inclus, les Mayas s’exposent au musée du quai Branly, dans la galerie du rez-de-jardin, c’est-à-dire sur plus de 2 000 m2, dans une sobre et en général efficace scénographie de Jean-Michel Wilmotte. C’est une exposition importante à plusieurs titres.

affiche_mayas« Offerte » par le Mexique à la France, tout comme une exposition de céramiques grecques anciennes du Louvre (Keramiká) l’avait été juste avant par la France au Mexique, elle manifeste le rapprochement des deux pays après la brouille entre les présidents Sarkozy et Calderón qui avait débouché sur l’annulation de l’année du Mexique en France (2011). Où l’on voit, une fois de plus, la connivence entre l’archéologie — « extrapolitaine » au moins — et la politique — extérieure —, connivence que le ministère des Affaires étrangères ne devrait jamais oublier, même lorsqu’il ajoute, comme actuellement, à son intitulé « et du Développement international ».

 Mayas […] est une exposition importante pour d’autres raisons également. En 1998 avait eu lieu à Venise, dans le cadre somptueux du Palazzo Grassi, la plus riche exposition d’archéologie maya jamais organisée, avec plus de 500 pièces exposées et 10 pays prêteurs. Suivant un parcours très proche de l’exposition de Venise — ce qui n’a rien de surprenant puisque les deux événements ont eu une même commissaire —, celle du musée du quai Branly, quoique strictement « mexicaine » et comportant « seulement » un peu moins de 400 objets, a une même volonté d’éblouir par sa richesse, et elle y réussit pleinement. Mais il y a plus. L’exposition parisienne donne en effet à voir des objets parfois découverts après 1998, parfois aussi rarement exposés et, en tout cas, dispersés d’habitude dans près de vingt collections publiques mexicaines distinctes, ce qui rend leur regroupement tout à fait exceptionnel. Parmi les lieux d’origine des pièces, on a distingué — et ce n’est évidemment pas un hasard — des sites où des équipes françaises ont travaillé : Toniná, Xcalumkín et la zone puuc (dans le Nord-Ouest de la péninsule du Yucatán), Balamkú… Mais Palenque et sa région ainsi que Chichén Itzá figurent aussi parmi les grands pourvoyeurs des œuvres exposées.

Dans certaines sections, en outre, via des outils didactiques, le plus souvent de simples panneaux explicatifs, on peut mesurer quelques-unes des avancées « récentes » réalisées dans le domaine des études mayas. C’est ici principalement l’épigraphie qui est à l’honneur, et ce n’est que justice. Dans les quatre dernières décennies du xxe siècle, la lecture des inscriptions mayas a enregistré, de fait, des progrès spectaculaires. Longtemps centrées sur la sphère des événements historiques et des organisations politiques – ce dont traite, il est vrai, une majorité de textes classiques –, les lectures cherchent aujourd’hui à cerner des concepts plus abstraits ou à interroger des tournures lexicales ou grammaticales permettant d’approcher visions du monde, conceptions de l’homme et même processus cognitifs…

panneau_palenque
Panneau de l’autosacrifice, Palenque, Classique récent (600-900 après J.-C.), présenté à l’exposition « Mayas », musée du Quai Branly, Paris, 2014

L’exposition Mayas ne présente que des pièces de la période dite « classique » (250-950 apr. J.-C.), considérée depuis longtemps comme un âge d’or, auxquelles sont joints, sans vrai souci de différenciation chronologique, quelques objets des époques postclassiques (ancienne, 950-1250, ou récente, de 1250 à la Conquête). Oublions donc, en visitant cette exposition, le sous-titre qui lui a été attribué (« Révélation d’un temps sans fin ») et qui pourrait faire croire que le thème central montré est celui de la résilience d’un ensemble de peuples : ç’aurait été, certes, un beau sujet dans une institution si liée à la Fondation Jacques Chirac dont un des objectifs majeurs est justement la protection de la diversité culturelle. Cette résilience est effectivement impressionnante : non seulement les Mayas sont encore à ce jour environ 8 millions à parler leurs langues, mais ils continuent à avoir sur le monde des idées qui leur sont propres et ils vivent le temps présent à leur manière avec, parmi eux, de formidables créateurs d’objets et, peut-être plus encore, de paroles, essentielles souvent. Le musée du quai Branly, qui n’évite pas toujours l’ethnocentrisme (on n’expose que ce qui peut être du goût — supposé — de l’Occident), a choisi d’ignorer les Mayas d’aujourd’hui, et c’est dommage. Heureusement, le « catalogue » qui a été édité en accompagnement de l’exposition et auquel ont participé plusieurs spécialistes de la Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie traite, lui, du monde maya ancien autant que des mondes nouveaux qui ont vu le jour à partir de la conquête espagnole et qui ne cessent de se réinventer depuis lors.

L’exposition « Mayas, révélation d’un temps sans fin » se tient au musée du Quai Branly (Paris, 7ème) jusqu’au dimanche 8 février 2015. Le catalogue de l’exposition a été réalisé sous la direction de Dominique Michelet, avec les contributions de plusieurs chercheurs des laboratoires de la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès. 

****

Pour en savoir plus

Présentation du catalogue de l’exposition

Les études mayanistes à la Maison Archéologie & Ethnologie :

Le Groupe d’enseignement et de recherche sur les Mayas et la Mésoamérique (GERM), centre spécialisé du LESC (Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative, UMR 7186), en association étroite avec ArchAm (UMR 8096), fédère des chercheurs en sciences humaines provenant de différentes disciplines (archéologie, ethnologie, épigraphie, ethnohistoire, linguistique) autour de projets pour l’étude des Mayas et plus généralement de la Mésoamérique. À l’occasion de l’exposition, le GERM a organisé, avec le musée du quai Branly, un colloque international interdisciplinaire sur « Mesures et textures de temps chez les Mayas. Le dit, l’écrit et le vécu » qui s’est tenu du 8 au 10 octobre 2014.

– L’EREA est le Centre Enseignement et Recherche en Ethnologie Amérindienne du LESC (Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative, UMR 7186)

– L’Unité Mixte de Recherche « Archéologie des Amériques » (ArchAm-UMR 8096) s’intéresse à plusieurs ensembles géoculturels : la Mésoamérique, la Caraïbe, les Andes, l’Amazonie et l’Arctique. Elle a pour vocation d’en étudier les sociétés anciennes, depuis les premiers peuplements préhistoriques jusqu’aux contacts avec les Européens.

À écouter

France Culture, émission « Les regardeurs » du 20/09/2014 (Panneau de l’autosacrifice de Palenque)
France Musique, émission ‘Balade dans l’art » du 29/11/2014 (L’exposition « Mayas » au Quai Branly)
Europe1, émission « Au cœur de l’histoire » du 17/10/2014 (LE RÉCIT – Les Mayas)


Dominique Michelet

Directeur de recherche au CNRS, ArchAm-UMR 8096

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *