Lancement d’une recherche sur les pratiques cynégétiques préhistoriques dans les Alpes françaises

La Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès (MAE) a lancé fin 2013 son premier appel à projets autour de trois axes thématiques – migrations et mouvements de population, phénomènes de transition historique, anthropologie funéraire et l’homme face à la mort – pour soutenir une recherche renforçant les collaborations scientifiques entre les laboratoires de la MAE et permettant à des équipes de disposer de moyens d’action pour, soit poser les bases d’une nouvelle recherche, soit porter un projet à maturation en vue de répondre à un appel d’offres de niveau national ou international.

Image-Projet-GOMEZ-COUTOULY
© B. C. Tørrissen 2011

A l’issue du processus d’évaluation, le Conseil scientifique de la MAE a distingué le projet intitulé : «  Des rennes dans les névés, des armes de chasse dans la glace : des pratiques cynégétiques préhistoriques dévoilées par la fonte des neiges » présenté par Yan Axel Gómez Coutouly (Préhistoire et Technologie-UMR 7055), « pour son caractère exploratoire, son inscription dans un champ de recherche actuellement en pleine redéfinition – l’étude dans le temps long de l’occupation de la haute montagne – et très dynamique sur les plans national et international, sa faisabilité et ses développements potentiels« .

Le projet s’intéresse aux pratiques cynégétiques de la fin du Paléolithique et, en particulier, à l’investissement des zones de névé alpines par les chasseurs nomades.

Les névés offrent un contexte de conservation exceptionnelle des vestiges organiques (bois végétal, bois de cervidés, écorce, tendons, plumes, os, etc.) et donnent la possibilité de reconstituer les pratiques de chasse en haute montagne pour ces périodes très anciennes.

L’originalité de ce projet réside dans la mise en œuvre de méthodes élaborées en Amérique du Nord dans des contextes environnementaux similaires.

Leur application dans le contexte des Alpes françaises constitue un projet pilote susceptible d’ouvrir des perspectives totalement nouvelles sur la mobilité des groupes paléolithiques et leurs territoires d’exploitation.

Des travaux de terrain (prospection) et d’analyse des objets sont programmés en 2014 et en 2015, conduits par des spécialistes issus de quatre institutions dont trois UMR de la MAE (Préhistoire et Technologie-UMR 7055, Archam-UMR 8096, ArScAn-Ethnologie préhistorique-UMR 7041) et  l’INSTAAR (Institute of Arctic and Alpine Research) de l’université du Colorado aux États-Unis.

Vidéo de présentation du projet:


Laurence Quinty

Chargée de partenariats et valorisation à la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *