Hommage à François Sigaut par Sophie A. de Beaune

François Sigaut faisant une démonstration à la faux. XVe congrès de l’AIMA en Serbie, septembre 2008. © Michelle Dondo-Tardiff

François Sigaut (10 nov. 1940 – 2 nov. 2012)

François Sigaut est décédé le 2 novembre 2012, à presque 72 ans, foudroyé par une maladie qui l’a emporté en quelques semaines.

Après une courte carrière comme ingénieur agronome, François Sigaut se tourna vers l’ethnologie et soutint une thèse sous la direction de Lucien Bernot en 1975 à l’EPHE VIe section – la future EHESS – sur l’agriculture et le feu, thèse qui fut publiée la même année (1975). Elle portait sur les techniques d’emploi du feu dans la préparation des champs (essartarge, écobuage, etc.). Après la préparation des sols, François Sigaut s’est consacré à l’analyse détaillée de certains aspects des techniques de labour à l’araire et à la charrue en Europe, puis il a élargi ses recherches aux techniques de récolte, moisson des céréales et fenaison, pour finir par aborder l’ensemble des opérations techniques jusqu’au stockage, à la préparation des produits et à leur consommation. Il était capable de brosser en quelques instants un tableau général des techniques de labour dans le monde (voir l’interview ci-dessous).

Parmi les nombreuses manifestations qu’il a co-organisées sur ce thème, citons l’un des derniers colloques qui s’est tenu en 2006 à Nantes-Nozay-Châteaubriant sur les techniques de travail du sol (Bourrigaud et Sigaut, 2007). À l’origine de ce colloque se trouve la constatation que le labour en sillons, technique bien attestée au XIXe siècle, avait survécu sous deux formes différentes dans deux régions de Loire-Atlantique jusque dans les années 1960. Il illustre bien l’idée que défendait F. Sigaut selon laquelle on ne peut comprendre certaines techniques actuelles sans les resituer dans le temps long.

Sur l’histoire de l’alimentation, il s’est penché tout particulièrement sur l’identification des techniques de préparation des céréales. Les trois colloques sur la conservation des grains ont donné lieu à quatre volumes devenues des références (Gast et Sigaut, 1975, Sigaut et al., 1981 ; Gast et al., 1985). Le colloque sur les meules à grains, organisé à la Ferté-sous Jouarre, ancienne capitale de l’industrie meulière, en 2002 a été publié l’année suivante (Barboff et al., 2003) tandis que celui qui portait sur les préparations céréalières autres que le pain, à Montpellier en 2000, a été publié récemment (Franconie et al., 2010).

Mais François Sigaut n’était pas seulement spécialiste de l’histoire des techniques agricoles et alimentaires et de l’agronomie, il a aussi développé une réflexion plus théorique dans laquelle il défendait une vision de la technologie comme science humaine. Ses réflexions l’ont porté à étudier l’histoire de la notion de technologie et sa contribution possible à l’élaboration d’une culture technique véritable. Sur ce sujet, citons sa préface au recueil d’articles Technologie, science humaine de André-Georges Haudricourt (1987) ou encore son article « La formule de Mauss » (2003). Il s’est toujours insurgé sur le relatif désintérêt des historiens, des géographes et des anthropologues pour les techniques (1981 et 2010). Pour lui, cette indifférence est d’autant plus regrettable que l’action outillée est probablement ce qui fait la spécificité de l’homme car elle est liée au développement de capacités mentales propres aux humains comme le partage de l’expérience, l’attention conjointe et le plaisir de la réussite. C’est en tout cas l’hypothèse séduisante qu’il défend dans l’essai paru quelques jours avant son décès (Comment Homo devint faber, 2012).

François Sigaut était connu pour son plaisir à bousculer les idées reçues et a souvent suscité le débat sur des questions pourtant a priori consensuelles. Un des meilleurs exemples est le terme de « jachère » qui désigne aujourd’hui une végétation spontanée que les agriculteurs n’ont pas le droit de détruire alors qu’autrefois elle signifiait exactement son contraire : une suite de labours de printemps et d’été qui visait à nettoyer le sol des mauvaises herbes et à préparer le semis d’automne. L’histoire de cette curieuse dérive a fait l’objet d’un ouvrage récent (Sigaut et Morlon, 2008). Il reflète bien l’attention aux mots et aux détails qui caractérisait François Sigaut. Un autre terme le troublait, celui de « révolution », trop galvaudée dans l’histoire des techniques. Outre la notion de révolution industrielle, c’est aussi celle de « révolution néolithique » qu’il questionna lors de son intervention au congrès organisé par l’INRAP en 2009 précisément sur ce thème.

François Sigaut a fait toute sa carrière à l’EHESS qu’il a intégrée en 1976 comme chargé de conférences. Il avait pris sa retraite de directeur d’études en 2009 mais continuait à animer un séminaire à l’EHESS avec quelques proches. À sa demande, le séminaire se poursuit cette année sans lui. Et c’est d’un commun accord que les organisateurs du colloque ont décidé de consacrer certaines séances à son œuvre. Programme du séminaire « Des outils aux ateliers ».

Il a eu de nombreuses responsabilités au sein de plusieurs associations, comités et groupes de recherche : son implication dans l’Association internationale des Musées d’Agriculture (AIMA) dès 1976, puis comme secrétaire à partir de 1981 lui fournit l’occasion de participer à de nombreuses missions à l’étranger. Il en avait été élu président en septembre 2011. Il œuvra à la création de la section française de cette association – l’Association française des Musées d’Agriculture (AFMA) dont il fut secrétaire dès l’origine, en 1982, et président de 1989 à 1997. Il était aussi membre de l’Académie d’Agriculture de France et présidait, depuis 2011, l’Association pour l’Étude de l’Histoire de l’Agriculture (AEHA). Il insistait sur le caractère scientifique de toutes les manifestations organisées par ces associations bien que le public n’y fût pas universitaire.

Il faut encore mentionner son rôle dans la commission « Dynamique des systèmes agraires » au ministère de la Recherche et de la Technologie (1983-1987), au Conseil du Patrimoine ethnologique du ministère de la Culture (1984-1989), au Comité international permanent du Secrétariat international pour la recherche sur l’histoire des instruments agricoles, à Copenhague, ou encore au Comité des Travaux historiques et scientifiques, dans la section d’histoire des sciences et des techniques. Il était également membre du Conseil scientifique de la Fondation Fyssen. Il faisait partie des comités de rédaction ou des comités scientifiques de plusieurs revues dont le Journal d’Agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, Techniques & Culture et History and Technology.

François Sigaut était un authentique érudit et cultivait une véritable passion pour les écrivains du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Sa curiosité le portait bien au-delà de l’histoire des techniques comme en témoigne un de ses articles qui, à partir du thème des personnages de fiction plus « techniciens » que les autres – le trickster, le savant fou et Robinson Crusoé – nous invite à une promenade d’Icare au Pont de la rivière Kwaï (Sigaut, 2004). Il adorait chiner dans les brocantes et les marchés aux livres anciens et avait l’art de dénicher des écrivains oubliés qu’il aimait faire découvrir à ses amis. Il a ainsi contribué à la redécouverte de certains auteurs délaissés, tel Augustus Lane Pitt-Rivers (Sigaut, 1990), et en a même réédité quelques-uns, comme Charles-Georges Leroy (2006 [1768]) et Paul Lacombe (2009 [1889]).

Tel fut cet homme de science, cet érudit, qui vient de nous quitter. Mais pour beaucoup de ceux qui ont côtoyé François Sigaut, il était d’abord un ami. Nous l’admirions, nous l’aimions et aujourd’hui nous l’avons perdu.

Par Sophie A. de Beaune, laboratoire ArScAn, équipe Ethnologie préhistorique

Équipe

UMR 7041 ArScAn

Références citées


Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

2 réflexions sur « Hommage à François Sigaut par Sophie A. de Beaune »

  1. Cet article sur François est tout simplement remarquable. Il met en valeur et actualise le rôle fondamental de ce chercheur. Je remercie Sophie de Beaune d’avoir pris le soin de faire ce travail et de le communiquer

    1. À la suite de Madame Laubenheimer, en vous remerciant, permettez-moi d’indiquer que le numéro 206 de la revue L’Homme publie sous la plume de Marie-Claude Mahias, un très instructif et également bel hommage à François Sigaut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *