Clovis, le roman des origines (4/4)

A découvrir 4 épisodes sur Clovis, rédigés par Bruno Dumézil, enseignant-chercheur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défenselaboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité.

 

Clovis, le roman des origines

Clovis_1er
Gisant de Clovis Ier à Saint-Denis. Photo : Arnaud 25.

Clovis semble avoir été assez peu apprécié de ses contemporains. L’évêque Avit de Vienne, pourtant enthousiaste à la nouvelle de son baptême, écrivit au roi des Francs qu’il serait bon de mener ses affaires par l’entremise d’ambassadeurs, plutôt que de faire la guerre. De même, Théodoric le Grand ne semble accorder aucune confiance à son homologue franc, alors qu’il est pourtant son beau-frère. Au moment de lui faire un cadeau, le roi des Ostrogoths lui envoie un joueur de cithare. Le sous-entendu est clair : la musique adoucit les mœurs… Même les clercs gaulois restent circonspects. Pour eux, Clovis est un roi « très victorieux » (ce qui est indiscutable) ou « très astucieux » (ce qui est tout aussi vrai, mais n’est que rarement vu comme une qualité dans les sources du temps).

Quant aux Francs, ils ne semblent pas avoir eu un amour particulier pour leur souverain. Dans les mémoires, les bons rois restent plutôt Childebert Ier (511-558) le vieux lion généreux, ou Théodebert Ier (534-548) le conquérant sublime. Seul Grégoire de Tours, à la fin du VIe siècle, entend établir Clovis comme une figure majeure de l’histoire des Gaules, ce qui lui permet d’associer la réception du baptême avec la naissance de la dynastie. Et encore l’évêque de Tours est-il assez gêné face à la duplicité et à la violence de son héros. Il s’en tire en l’assimilant aux rois de l’Ancien Testament : lorsqu’il s’agit de faire avancer le cours de l’Histoire, Dieu a recours à des hommes terribles, symboles de la toute-puissance divine que l’on ne saurait juger selon les standards de la morale habituelle.

Le règne de Clovis n’occupait qu’une courte partie du livre II dans cette chronique universelle qu’étaient les Histoires de Grégoire de Tours. Toutefois, dès le VIIe siècle, les copistes eurent tendance à amputer les Histoires de leur premier volume, ce qui contribua à faire de Clovis le roi des origines. Paradoxalement, ce choix contribua à faire rechercher — ou à inventer — des ancêtres prestigieux à ce fondateur. Dès les années 660, le chroniqueur Frédégaire développe ainsi la légende de l’origine troyenne des Francs, ce qui leur permet aux Mérovingiens d’apparaître comme les héritiers des héros de la mythologie grecque. L’important semble alors de démontrer que chaque porteur du sang de Clovis est, comme l’empereur romain, un lointain descendant de Priam, digne de la même admiration, promis à la même puissance.

Clovis_recevant_la_fleur_de_lys_-_XVe_siècle
Clovis recevant la fleur de lys (XVe siècle). Crédits : British Library

Peu à peu, l’histoire par trop sèche du règne de Clovis s’enrichit d’anecdotes destinées à répondre aux exigences du public médiéval. Au VIIIe siècle, le mariage avec Clotilde fait l’objet de développements permettant d’expliquer comment un païen a pu épouser une catholique sans que les règles canoniques aient été enfreintes. Au IXe siècle, on commence à raconter qu’une colombe serait venue apporter une fiole d’huile pour le baptême du roi ; connu sous le nom de Sainte Ampoule, ce mystérieux contenant commence à servir pour le sacre des rois de France à partir du XIIe siècle. Dans un même temps, certains monastères composent de faux diplômes attribuant leur fondation ou leur dotation foncière à Clovis ou à ses fils. Au XIVe siècle se développe enfin la légende selon laquelle Clovis aurait été le premier roi à arborer les armes de France (les lys sur fond d’azur) pour remplacer le blason orné de crapauds verts qu’il portait quand il était encore païen.

Au cours des siècles, les souverains successifs se montrent généralement attentifs à inscrire leur règne à la suite du fondateur et la figure originelle sert notamment à lisser la trame dynastique. Charlemagne, fils de l’usurpateur qui a renversé les Mérovingiens, donne à son fils de le nom de Hlodoueus, c’est-à-dire « Clovis », même si l’on a tendance à franciser ce nom en « Louis ». C’est ce même nom que les Capétiens vont utiliser régulièrement, arguant qu’il n’y a qu’une seule race royale et qu’ils sont donc les descendants à la fois des Carolingiens et des Mérovingiens. Quant à Napoléon, il arbore sur son manteau les abeilles d’or trouvées dans la tombe du père de Clovis, et qu’il prend pour un symbole mérovingien. En 1996, la célébration du prétendu quinzième centenaire du baptême suscite encore la polémique, tant on soupçonne des tentatives de récupération des uns ou des autres.

Dans cette affaire, les restes de Clovis sont curieusement oubliés. Le corps, qui avait été déposé aux Saints-Apôtres, ne fut pas transféré à Saint-Denis lors des grands réagencements de l’époque de Saint Louis. La localisation de la tombe semble d’ailleurs être devenue incertaine. Fouillés sommairement en 1807 au moment de leur destruction, les Saints-Apôtres n’ont livré aucune trace d’une sépulture royale. Certains archéologues pensent qu’elle se trouvait dans une annexe liturgique du sanctuaire, le sacrarium. Clovis dort donc peut-être encore aujourd’hui sous la rue Clovis, à deux pas du Panthéon.


Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *