Clovis, « Courbe-toi, Sicambre ! » (3/4)

A découvrir 4 épisodes sur Clovis, rédigés par Bruno Dumézil, enseignant-chercheur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défenselaboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité.

 

Clovis, « Courbe-toi, Sicambre ! »

Au cours de son règne, Clovis abandonna le paganisme et se fit baptiser dans la religion catholique. Curieusement, le fait ne passionna pas ses contemporains. Il est vrai que Clovis n’était certainement pas le souverain le plus prestigieux de la scène occidentale ; en outre, les rois des petits peuples barbares avaient dès le Ve siècle l’habitude de changer fréquemment de religion, jusqu’à fatiguer l’attention des chroniqueurs. Les souverains suèves avaient modifié au moins cinq fois leur affichage confessionnel ! Dans ce cadre, aucun observateur ne nous laissa un compte-rendu du baptême de Clovis : la date, le lieu et les motivations demeurent objet de spéculation pour les historiens.

Si l’on a parfois avancé l’hypothèse d’une influence de l’épiscopat catholique, celle-ci fut sans doute secondaire. Les prélats gallo-romains luttaient alors contre l’hérésie plutôt que contre le paganisme. Plus importante fut sans doute l’influence de deux femmes proches de Clovis.

Sainte-Geneviève. Chapelle Sainte-Geneviève, église Saint-Germain-des-Prés. Photo : Clio20. Licence CC-BY https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/legalcode

Geneviève, d’abord, assurait la direction spirituelle et quelque peu politique de Paris. Depuis les années 470, elle était en relation d’amitié avec les rois des Francs et semble avoir contribué au passage pacifique de sa ville sous la domination de Clovis. Ce dernier eut assurément une forte dévotion envers la mémoire de Geneviève après que celle-ci soit morte en réputation de sainteté en 502. Sur sa tombe, le roi fit construire l’église des Saints-Apôtres et il installa sa capitale à Paris alors que la ville ne présentait aucun intérêt stratégique notable. Il demanda pour finir à être inhumé à côté de Geneviève.

La conversion du roi des Francs fut peut-être aussi obtenue par son épouse, Clotilde. Princesse catholique, elle avait obtenu que les enfants nés de son mariage avec Clovis soient baptisés à la naissance. Ceci n’engageait certes pas la dynastie. D’une épouse antérieure, Clovis conservait un fils, Thierry Ier, qui était son principal lieutenant et dont rien ne prouve qu’il soit devenu chrétien avant sa montée sur le trône en 511. En disposant d’une descendance pour partie catholique et pour partie païenne, le roi ménageait simplement l’avenir, laissant les options ouvertes.

Quant à la date du baptême de Clovis, elle a fait l’objet de violentes controverses historiographiques et demeure âprement discutée. Le seul document évoquant un peu précisément l’événement est une lettre très mal conservée de l’évêque Avit de Vienne. Récemment, ce texte a été daté après 500 et probablement après 502 sur la base d’éléments difficilement contestables. C’est donc dans la première décennie du VIe siècle qu’eut sans doute lieu le baptême. Tout laisse penser que la scène se déroula à Reims, même si le sacrement fut administré par plusieurs évêques et non par le seul Remi comme le voudrait la légende. Il reste possible que la phrase « Courbe doucement le cou, Sicambre ; brûle ce que tu as adoré, adore ce que tu as brûlé » ait été réellement prononcée, dans la mesure où l’on connaît des formules similaires chez les auteurs du début du VIe siècle.

Vers 590, le chroniqueur Grégoire de Tours fut le premier à magnifier le baptême de Clovis comme événement fondateur pour le royaume des Francs. Pour ce faire, il dressa un parallèle explicite avec la conversion de l’empereur Constantin, telle qu’elle était rapporté par Eusèbe de Césarée et par les Actes du pape Sylvestre. Pour appuyer son propos, Grégoire insista sur le lien entre baptême et victoire militaire, en affirmant que le succès contre les Alamans avait été obtenu par la promesse de conversion, et le triomphe sur les Wisigoths mérité par le baptême et la défense de l’orthodoxie. Dans son récit, il en découle une chronologie relative des événements dont le sens est surtout spirituel, mais à laquelle les historiens ont souvent accordé une confiance excessive.

Le Clovis historique resta d’ailleurs un chrétien discret. Il intervint certes pour choisir les nouveaux évêques de son royaume, mais il l’avait fait aussi aux temps où il était païen. Aucune fondation religieuse majeure ne lui est attribuée, sauf celle des Saints-Apôtres-de-Paris, dont la construction ne fut entreprise que très tardivement. Quelques mois avant sa mort, en 511, le roi réunit un concile national à Orléans, mais les canons qui y furent produits n’intéressaient que la discipline ecclésiastique et n’envisageaient pas une conversion générale des Gaules sous protection royale. En somme, la christianisation du royaume ne fut pas son œuvre, mais celle de ses fils, notamment Childebert Ier (511-558) qui émit le premier édit royal ordonnant la destruction des symboles païens.


Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *