Agriculture précolombienne dans les Guyanes (3/3)

Textes et photos : © S. Rostain (laboratoire Archéologie des Amériques) (sauf mention contraire).

Chaque vendredi, retrouvez cette série sur l’agriculture précolombienne dans les Guyanes en 3 épisodes :

 

Sur la trace des agriculteurs précolombiens

Malgré l’ampleur exceptionnelle de leurs réalisations, les terrassiers précolombiens sont mal connus. Aussi, des campagnes de fouilles archéologiques ont-elles été organisées sur le littoral occidental de Guyane. La première, en 2007, a concerné le site de Sable Blanc car il est unique par la combinaison de trois différentes fonctions : résidentielle, funéraire et agricole.

Le décapage du sommet du cordon sableux a révélé les restes de maisons, autrefois installées en hauteur à l’abri des inondations. Dans la partie sud-ouest du site, n’ont été retrouvées que de nombreuses sépultures secondaires, réunies en deux ensembles distincts d’urnes en céramique. L’existence de cinq différents types d’enterrements et d’offrandes laisse supposer une hiérarchie chez les défunts. Un talus artificiel protégeait le cimetière des inondations lorsque le niveau du marais méridional s’élevait en saison des pluies. Des ensembles de champs surélevés se trouvent dans les savanes un peu plus à l’ouest et au sud du site.

Le site arauquinoïde de Sable Blanc, fouillé en 2007, est localisé à l’embouchure du fleuve Iracoubo, à l’ouest de la Guyane française.
Sable Blanc est implanté au sommet d’un cordon sableux exondé, vestige d’une ancienne plage.
D’innombrables tessons jonchaient le sol du site de Sable Blanc.
L’équipe de fouilles comprenait des archéologues suisses et français, des écologues français, des pédologues allemands et des archéobotanistes anglais.
En l’absence de pelleteuse, le décapage de Sable Blanc a dû être fait manuellement.
Les trous de poteaux des maisons amérindiennes apparaissent en blanc sur le substrat marron.
Décapage à la pelle et fouille fine d’un foyer dans l’aire d’habitat de Sable Blanc.
Les foyers domestiques de Sable Blanc présentaient un excellent état de conservation, rare pour les sols acides amazoniens.
La prédominance de la culture du maïs a été mise en évidence par l’analyse des phytolithes des champs surélevés et des grains d’amidon des restes de plaques à cuire (dont la forme originelle est reconstituée par le cercle gris). A droite, cuisson d’une galette de manioc dans le haut Xingu, Brésil (photo Fuerst 1955)
Des récipients entiers ont été découverts alignés dans le dépotoir bordant l’aire d’habitat de Sable Blanc.
Urne funéraire brisée en place.
De petites céramiques peuvent être déposées avec les urnes funéraires.
Dépôt funéraire composé d’une petite jarre placée dans une jatte quadrangulaire.
Modelé céramique de style Barbakoeba du site de Sable Blanc représentant un être fantastique (photo Oboukhoff 2008).
Modelé céramique Barbakoeba d’un visage de Sable Blanc (photo Oboukhoff 2008).
Le déboisement au feu d’une parcelle au sud du site de Sable Blanc a révélé un complexe de planches agricoles créoles d’époque récente.
La photo infra-rouge prise d’ULM met en relief le quadrillage de planches agricoles, la végétation se détachant en rouge (photo Roux, L’avion jaune 2007).
La ville de Kourou pouvait ressembler à cela il y a 1 000 ans, lorsque qu’une communauté arauquinoïde habitait sur le cordon sableux et cultivait du maïs sur des champs surélevés.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

POUR ALLER PLUS LOIN

  • 2008. Rostain S. « Le littoral des Guyanes, héritage de l’agriculture précolombienne » Études rurales, Varia 181, éditions de l’EHESS, Paris: 9-38.
  •  2010. McKey D. & S. Rostain, « Les champs surélevés préhistoriques : histoire, sols et impact sur le fonctionnement actuel des savanes côtières de Guyane » Amazonie, une aventure scientifique et humaine, Alain Pavé & Gaëlle Fornet (éds.), éditions Galaade: 132-134.
  •  2010. McKey D., S. Rostain, J. Iriarte, B. Glaser, J. Birk, I. Holst & D. Renard, « Pre-Columbian agricultural landscapes, ecosystem engineers and self-organized patchiness in Amazonia » Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, 107(17), April 27 : 7823-7828.
  •  2012. Rostain S., D. McKey, J. Iriarte, B. Glaser, D. Renard, J. Birk & B. Roux, « Les savanes du littoral guyanais : des paysages héritiers d’une histoire oubliée » Guyane Océane, Daniel Guiral & Roger Le Guen (éds.), éditions Roger le Guen/IRD: 106-125.
  •  2012. Iriarte, J., M. Power, S. Rostain, F. Mayle, H. Jones, J. Watling, B. Whitney & D. McKey, « Fire-free land use in pre-1492 Amazonian savannas » Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, 109(17), April 24 : 6473-6478.
  • 2012. Rostain S. Islands in the rainforest. Landscape management in precolumbian Amazonia, serie « New Frontiers in Historical Ecology » W. Balée & C. Crumley (eds.), Left Coast Press, Walnut Creek, 277 p.
  •  2013. Rostain S. Amazonía aérea. Escultores precolombinos del paisaje, trilingue Espagnol/ Français/ Anglais, 3e EIAA/Repsol, Quito, 168 p.
  •  2014. Cazenave C. « Les agronomes oubliés d’Amazonie » Sciences et Avenir, bi-mensuel, hors-série, janvier-février : 75-77.

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *