Clovis, le roi de guerre (2/4)

A découvrir 4 épisodes sur Clovis, rédigés par Bruno Dumézil, enseignant-chercheur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défenselaboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité.

  • Clovis, le mythe du conquérant
  • Clovis, le roi de guerre 
  • Clovis, « Courbe-toi, Sicambre ! » (en ligne lundi 19 mai)
  • Clovis, le roman des origines (en ligne lundi 26 mai)

 

Clovis, le roi de guerre

Le Clovis des années 480 n’est encore qu’une quantité négligeable sur la scène européenne. Byzance lui préfère les Burgondes de la vallée du Rhône, dont les rois sont décorés du titre prestigieux de « maîtres de la milice ». En Aquitaine, règnent les Wisigoths, dont la cour de Toulouse est riche et prestigieuse. En Picardie, on trouve également un général romain résiduel, Syagrius, qui faute d’être reconnu par l’empereur en place à Byzance, s’est arrogé le titre étrange de « rois des Romains ». Et puis Clovis n’est pas le seul chef de son peuple, puisque les populations assez composites que les Romains appellent franques sont dirigées par plusieurs roitelets, lesquels tiennent chacun une microrégion : les rives du Rhin, les alentours de Cambrai, la région de Tournai… Seules les grandes opérations militaires parviennent à réunir toute la confédération franque.

Clovis roi des Francs (465-511) selon François-Louis Dejuinne (1786-1844). Peinture réalisée en 1835 conservée à Versailles, musée national du château et des Trianons. By François-Louis Dejuinne http://www.culture.gouv.fr/public (http://fr.academic.ru/dic.nsf/frwiki/180423) [Public domain], via Wikimedia Commons

Pour son bonheur, Clovis est doué pour la guerre. Il est surtout opportuniste, profitant du moment de faiblesse de ses voisins pour fondre sur eux, quitte à trahir ses alliances si l’ami peut devenir une proie. En quelques années, il s’empare du royaume de Syagrius, avance dans le Bassin parisien, bouscule ses voisins alamans en Rhénanie. Autour de 500, il tente également de profiter d’une guerre civile dans le royaume burgonde pour prendre le contrôle de la vallée du Rhône. L’affaire fait long feu, mais dans le cours de la négociation, il a obtenu la main d’une nièce du roi des Burgondes. Ce mariage, en lui-même prestigieux, lui permet de transmettre des espérances à ses enfants, qui pourront un jour revendiquer les terres méridionales au nom de leur mère.

Roi de guerre, Clovis sait toutefois se faire apprécier des élites gallo-romaines. Il protège le clergé catholique et ordonne la restitution des objets liturgiques pillés par ses troupes : tel est le cas du vase de Soissons, qui était en fin de compte un calice. Si l’on en croit le testament de saint Remi, l’objet appartenait à l’Église de Reims et il était en argent. Contrairement à la légende, personne n’a donc cassé le vase de Soissons ; au pire fut-il cabossé au cours de la querelle entre Clovis et son soldat. Remi de Reims ordonna d’ailleurs de le fondre pour en faire un encensoir.

Clovis Ier et le vase de Soissons. Grandes Chroniques de France, XIVe siècle. Bibliothèque nationale de France. By http://www.bnf.fr (http://www.bnf.fr) [Public domain], via Wikimedia Commons

À partir de 500, les Francs commencent à mener des raids fréquents vers l’Aquitaine, aux dépens du royaume wisigoth. Tout cela inquiète fort le roi d’Italie Théodoric le Grand, qui tente d’imposer une sorte de pax ostrogothica en Occident. Des ambassadeurs sont envoyés et Clovis se voit sommé de calmer ses ardeurs, sous peine d’un isolement diplomatique total. En 505-506, Théodoric négocie d’ailleurs des alliances de revers au cas où le roi des Francs ne serait pas fidèle à ses promesses de paix. De son côté, le roi wisigoth d’Aquitaine, Alaric II, tente de se rapprocher des aristocrates gallo-romains, de façon à bénéficier d’un soutien local si jamais les Francs envahissaient ses états.

En 507, Clovis surprend ses contemporains en parvenant à monter une alliance improbable avec les Burgondes et les Byzantins contre la coalition gothique. Pendant que la flotte impériale immobilise Théodoric en Italie, les forces franco-burgondes envahissent l’Aquitaine. Alaric II se porte à la rencontre de Clovis en Poitou, mais il perd la vie à la bataille de Vouillé. Les Francs en profitent pour s’avancer en Auvergne et dans la vallée de la Garonne. De leur côté, les Burgondes assiègent longuement la ville d’Arles, dans l’espoir de capturer la Provence. Au printemps 508, Théodoric le Grand réussit toutefois à envoyer une armée de secours. Le siège d’Arles est levé ; la Provence reste gothique, tout comme une bande côtière en Narbonnaise, la Septimanie.

Les dernières années du règne de Clovis semblent être occupées à des opérations intérieures. Par la force ou par la ruse, il parvient à éliminer tous les autres rois des Francs qui lui étaient plus ou moins apparentés. À terme, la famille royale se résume aux enfants nés de Clovis. Une dynastie est ainsi constituée. Au VIIe siècle, on lui donnera le nom de famille « mérovingienne », en référence à un ancêtre semi-mythique de Clovis, Mérovée.


Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *