Agriculture précolombienne dans les Guyanes (2/3)

Textes et photos : © S. Rostain (laboratoire Archéologie des Amériques) (sauf mention contraire).

Chaque vendredi, retrouvez cette série sur l’agriculture précolombienne dans les Guyanes en 3 épisodes :

 

L’agriculture intensive sur le littoral guyanais

Les analyses de pollens, de phytolithes et de grains d’amidon ont mis en évidence la prédominance de la culture du maïs dans les champs surélevés guyanais. La présence, moins importante, de la patate douce, du manioc et de la courge, est également avérée. Contrairement à ce qui été inféré autrefois, les populations agricoles précolombiennes étaient beaucoup moins dépendantes du manioc que du maïs.

Cette agriculture intensive du maïs aurait conduit à une augmentation de la population. La capacité agricole et la superficie des champs surélevés laissent penser qu’il a pu y avoir entre 50 et 100 habitants au km2 sur la côte des Guyanes ou, du moins, dans certaines aires. Ces estimations remettent en cause la densité de 1 à 3 hab/km2 jusqu’alors communément admise pour la période précolombienne en Amazonie.

Il semble que la technique des champs surélevés commença à disparaître peu avant la conquête européenne, peut-être à cause de changements climatiques. Quoi qu’il en soit, les premiers explorateurs rencontrèrent des sociétés indigènes en mutation, déjà affectées par une baisse démographique.

Les énormes superficies couvertes par les champs surélevés témoignent de l’importance de l’agriculture précolombienne et d’une forte densité démographique.
Dans la savane Maillard, à l’ouest de Cayenne, des centaines de buttes entourent un affleurement rocheux localement dénommé « hippopotame de savane ».
Un complexe peut se limiter à quelques champs surélevés, comme ici près de Kourou.
Petit complexe de buttes correspondant probablement à la production d’une unité familiale.
La principale contrainte de la mise en culture de la plaine côtière de Guyane est la gestion de l’eau.
Lorsque les dépressions sont noyées en saison des pluies, la fonction des champs surélevés devient évidente.
Organisation hydrographique d’un complexe de champs surélevés à l’ouest de Kourou : les buttes rondes (en rouge) sont dans l’aire noyée toute l’année (en bleu) ; à mi-hauteur, les billons dans le sens de la pente (en orange) facilitent l’évacuation de l’eau excédentaire ; dans la partie la plus haute et sèche (en vert), les billons perpendiculaires à la pente (en jaune) retiennent l’eau (photo IGN 1987).
La dimension des buttes varie en fonction des conditions hydrographiques.
Cette pelle en bois dur, découverte dans un site arauquinoïde de l’ouest du Suriname, a été datée du 8e siècle de notre ère. De nos jours, les Floup du Sénégal utilisent des louchets similaires, renforcés de métal, pour édifier des champs surélevés dans l’argile (photo Montoroi 1996).
Traversant le centre du complexe de champs surélevés, un canal irrigue l’eau du marais.
Aujourd’hui, ces billons sont submergés en saison des pluies aussi ne pourraient-ils plus être fonctionnels en l’état.
Quelques buttes précolombiennes dans une dépression noyée côtoient des polders du 20e siècle.
Au bord du fleuve Organabo, un petit polder, probablement creusé au 19e siècle par des bagnards, se superpose aux champs surélevés précolombiens.
À l’époque coloniale, les Hollandais ont construit des milliers d’hectares de polders pour mettre en culture la basse plaine côtière à l’est du fleuve Suriname.
Dans le bas Mana, les récents polders de riziculture ont oblitéré presque toutes les structures précolombiennes, ne laissant que quelques fantômes des buttes.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

POUR ALLER PLUS LOIN

  • 2008. Rostain S. « Le littoral des Guyanes, héritage de l’agriculture précolombienne » Études rurales, Varia 181, éditions de l’EHESS, Paris: 9-38.
  •  2010. McKey D. & S. Rostain, « Les champs surélevés préhistoriques : histoire, sols et impact sur le fonctionnement actuel des savanes côtières de Guyane » Amazonie, une aventure scientifique et humaine, Alain Pavé & Gaëlle Fornet (éds.), éditions Galaade: 132-134.
  •  2010. McKey D., S. Rostain, J. Iriarte, B. Glaser, J. Birk, I. Holst & D. Renard, « Pre-Columbian agricultural landscapes, ecosystem engineers and self-organized patchiness in Amazonia » Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, 107(17), April 27 : 7823-7828.
  •  2012. Rostain S., D. McKey, J. Iriarte, B. Glaser, D. Renard, J. Birk & B. Roux, « Les savanes du littoral guyanais : des paysages héritiers d’une histoire oubliée » Guyane Océane, Daniel Guiral & Roger Le Guen (éds.), éditions Roger le Guen/IRD: 106-125.
  •  2012. Iriarte, J., M. Power, S. Rostain, F. Mayle, H. Jones, J. Watling, B. Whitney & D. McKey, « Fire-free land use in pre-1492 Amazonian savannas » Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, 109(17), April 24 : 6473-6478.
  • 2012. Rostain S. Islands in the rainforest. Landscape management in precolumbian Amazonia, serie « New Frontiers in Historical Ecology » W. Balée & C. Crumley (eds.), Left Coast Press, Walnut Creek, 277 p.
  •  2013. Rostain S. Amazonía aérea. Escultores precolombinos del paisaje, trilingue Espagnol/ Français/ Anglais, 3e EIAA/Repsol, Quito, 168 p.
  •  2014. Cazenave C. « Les agronomes oubliés d’Amazonie » Sciences et Avenir, bi-mensuel, hors-série, janvier-février : 75-77.

La semaine prochaine, le dernier épisode : « Sur la trace des agriculteurs précolombiens »


Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *