Clovis, le mythe du conquérant (1/4)

A découvrir 4 épisodes sur Clovis, rédigés par Bruno Dumézil, enseignant-chercheur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, laboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité.

  • Clovis, le mythe du conquérant
  • Clovis, le roi de guerre (en ligne lundi 12 mai)
  • Clovis, « Courbe-toi, Sicambre ! » (en ligne lundi 19 mai)
  • Clovis, le roman des origines (en ligne lundi 26 mai)

Clovis, le mythe du conquérant

« Souviens-toi du vase de Soissons ! » Entre les années 1880 et 1950, les livres scolaires associent systématiquement le nom de Clovis à la figure d’un roi barbare fracassant le crâne de l’un de ses guerriers. Si l’anecdote remonte bien au VIe siècle, elle n’est pas neutre pour un instituteur de la Troisième République ou de l’immédiat après-guerre. Une telle histoire constitue plutôt la preuve que les hommes venus d’Outre-Rhin ont toujours été des sauvages. D’où l’intérêt de faire commencer l’histoire nationale non avec Clovis, mais avec Vercingétorix : ce Gaulois issu du terroir auvergnat, peu suspect de cléricalisme et injustement vaincu par une puissance étrangère, offre un modèle de héros fondateur plus présentable pour la jeunesse française.

À vrai dire, que sait-on vraiment de Clovis ? Peu de choses. Vers 481, il succède à son père Childéric comme roi des Francs. Ce Childéric-là nous est assez bien connu, pas tant par les sources écrites, relativement rares, que par l’archéologie. En 1633, son tombeau fut découvert à Tournai et il s’en suivit une publication savante, sans doute l’un des premiers monuments de l’archéologie médiévale. De fait, la sépulture de Childéric était fort curieuse. D’un côté, l’homme avait été enterré selon un rite visiblement païen, entouré d’un fatras d’objet précieux, sous un tumulus cerné de fosses contenant des dizaines de chevaux sacrifiés. De l’autre, les parures et les insignes retrouvés étaient ceux d’un général romain et Chilpéric portait un anneau sigillaire avec son nom écrit en latin, signe d’une participation à des pratiques administratives. En effet, Childéric était un « fédéré », un Barbare au service de Rome, comme l’étaient les chefs francs depuis plus d’un siècle. Son fils hérita de ce statut qui faisait de lui à la fois un allié et un subordonné de l’empereur de Constantinople.

tombe-Childebert-Clovis
Tombe de Clovis I, d. 511 (gauche), et Childebert I, d. 558 (droite), Basilique Saint-Denis (France). Photo : Richard Mortel. Licence CC-BY https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/legalcode

La documentation écrite contemporaine du règne de Clovis est malheureusement rare. Elle se résume à moins d’une quinzaine de lettres, toutes très courtes et composées dans le style précieux et allusif qui était alors à la mode. Une seule de ces lettres a été rédigée au nom de Clovis lui-même ; elle fait moins de quinze lignes. La plupart de ces missives ne sont d’ailleurs connues que par des copies largement postérieures, pas toujours très fiables. Dès lors, les historiens ont pu largement spéculer sur la figure du fondateur de la dynastie mérovingienne.

Donnons un exemple. Lorsque Clovis monte sur le trône en 481, l’évêque de Reims Remi lui envoya une brève lettre de félicitations. Elle commençait par ces mots : « Un grand bruit est venu jusqu’à nous : vous avez hérité du gouvernement de la Belgique Seconde (Secundae Belgicae) ». Au IXe siècle, le moine carolingien qui recopia ce texte ne connaissait déjà plus la géographie des provinces de l’Empire tardif. À la place de Secundae Belgicae, il écrivit secundum bellice, quelque chose comme « selon le droit de la guerre ». La formule enflamma les érudits de l’époque moderne, tant ceux qui y virent la reconnaissance des droits absolus des conquérants germaniques que ceux qui voulurent en déduire une incapacité des Francs à penser la notion d’État territorial. En 1789, l’abbé Sieyès s’appuya sur cette citation pour expliquer que puisque les aristocrates francs avaient pris le pouvoir en Gaule par « droit de conquête », le Tiers État serait bien avisé de renvoyer ces Barbares chez eux, de façon tout aussi martiale s’il le fallait.

En absolu, rien ne prouve que Clovis ait été perçu comme un conquérant par ses premiers administrés. Son pouvoir était reconnu par Byzance, c’est-à-dire par l’Empire romain perpétué. Au cours de sa vie, le roi des Francs accumula les titres et les dignités romaines, jusqu’à recevoir le consulat honoraire en 508. On sait en outre que sa famille reçut régulièrement des cadeaux de Constantinople. La belle orfèvrerie de grenats cloisonnés que l’on a retrouvée dans la tombe de Childéric et que l’on voit portée par toutes les élites aux temps de Clovis n’a rien d’un usage barbare. Ce sont des objets copiant les modèles orientaux, c’est-à-dire imitant plus ou moins bien ce que l’on estimait être la bijouterie impériale. Quant aux pierres qui les ornaient, elles ne provenaient pas de Bohême comme on l’a longtemps cru, mais du Rajahstan et du Sri Lanka ; autant dire que Clovis et les siens continuaient de recourir aux circuits commerciaux romains.

La semaine prochaine, le 2e épisode : “Clovis, le roi de guerre”


Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *