Agriculture précolombienne dans les Guyanes (1/3)

Textes et photos : © S. Rostain (laboratoire Archéologie des Amériques) (sauf mention contraire).

Carte des sites de champs surélevés d’Amérique du Sud. À partir du début de notre ère, des champs surélevés sont construits dans les terres basses amazoniennes et les vallées andines du Nord et l’Est du continent.
La forêt dense à l’aspect de « brocolis » couvre 90 % du territoire guyanais.

L’application, en 1988, de l’archéologie aérienne en Guyane française a permis la découverte de milliers de buttes de terre disposées régulièrement dans les savanes côtières occidentales. Leur répartition sur environ 600 km de littoral, du fleuve Berbice au Guyana oriental à l’île de Cayenne en Guyane française, correspond à la répartition des populations dites « arauquinoïdes » (650-1650 apr. J.-C.). Ces buttes, édifiées à des fins agricoles, sont en fait des champs surélevés (le mot « champ » étant pris dans son acceptation la plus commune : une parcelle de terre cultivée). Leur étude fait l’objet du projet interdisciplinaire « Archéologie et écologie des savanes côtières des Guyanes », mené de 2007 à 2011 dans le cadre du programme CNRS « Amazonie », qui conjugue les compétences d’archéologues, d’archéobotanistes, d’écologues, de pédologues et de biologues européens. Les photos présentées ici ont été réalisées en 1988-1991 et en 2005-2010.

Complexe de champs surélevés de Piliwa de l’embouchure du Mana, à l’extrême ouest de la Guyane française.
Les champs surélevés de l’Est du Suriname ont été construits par les mêmes communautés que celles du littoral de Guyane française.

Si l’Amazonie, la plus grande forêt tropicale du monde, a une histoire naturelle, elle a aussi une histoire culturelle. La question des champs surélevés en savanes inondables est au cœur du débat actuel sur le degré auquel les occupants précolombiens ont transformé les écosystèmes amazoniens.

La côte de Guyane est une basse plaine marécageuse traversée de longs cordons de sable, vestiges d’anciennes plages et lieux privilégiés d’implantations précolombiennes.
La plaine côtière de Guyane est parsemée d’immenses savanes inondables, transformées par les travaux agricoles précolombiens (photo L’avion jaune, 2007).
Le bord de mer de Guyane est recouvert de vases issues de l’Amazone, sur lesquelles s’est développée la mangrove.

Chaque vendredi, retrouvez cette série sur l’agriculture précolombienne dans les Guyanes en 3 épisodes :

  • L’anthropisation du paysage guyanais
  • L’agriculture intensive sur le littoral guyanais (en ligne vendredi 9 mai)
  • Sur la trace des agriculteurs précolombiens (en ligne vendredi 16 mai)

 

L’anthropisation du paysage guyanais

Il est enfin admis aujourd’hui que les paysages dans lesquels nous vivons sont autant le résultat d’anciennes activités humaines que celui de processus naturels. L’Amazonie, comme toute autre terre anciennement occupée par l’homme, a également évolué en fonction de leurs actions. Le littoral atlantique des Guyanes est une basse plaine marécageuse sillonnée d’étroits et longs cordons sableux. À l’époque précolombienne, les Amérindiens ont intensément modifié la physionomie de cet environnement en creusant des canaux, élevant des chemins et, surtout, en construisant d’innombrables buttes agricoles.

Ces champs surélevés sont de formes très variables : rondes, carrées, rectangulaires, ovales ou allongées. Leurs dimensions vont de 50 cm de diamètre à plusieurs dizaines de mètres de long, pour une hauteur de 30 à 100 cm. Ils sont disposés le long des barres sableuses, dans les talwegs, dans les dépressions inondées ou sur les savanes inondables, totalement sèches en août. La carte des terrassements précolombiens du littoral guyanais, aujourd’hui complète, indique que la plupart des aires inondables ont ainsi été profondément transformées par les Amérindiens.

Les prises de vue d’ULM ont été assemblées pour reconstituer cette immense savane entièrement recouverte de buttes artificielles précolombiennes (photo L’avion jaune 2007).
Dans certains sites, un énorme travail de terrassement a été fourni pour édifier les champs surélevés.
Les buttes sont parfois discrètes et peu nombreuses.
À l’extrême ouest de Guyane, les champs surélevés sont construits dans une dépression noyée, séparée du fleuve par un cordon sableux, tandis qu’un village amérindien actuel est implanté sur un autre cordon au sud, là où se trouvait probablement le bourg à l’époque précolombienne.
Les billons sont disposés selon un quadrillage parfait.
Les champs surélevés sont parfois disposés dans les talwegs.
Souvent, les champs surélevés sont distribués le long de la pente des barres et des cordons sableux.
Les champs surélevés précolombiens peuvent recouvrir totalement de grandes savanes.
Le complexe de champs surélevés de Diamant, près du pas de tir du Centre Spatial Guyanais, est le plus dense des environs de Kourou.
Au sol, les buttes sont beaucoup moins impressionnantes que vues du ciel.
Quand l’érosion a complètement aplati les billons, la différenciation des plantes (graminées et herbacées) permet encore de repérer les anciennes structures.
Les activités agricoles modernes sont un véritable danger car elles détruisent irrémédiablement les structures précolombiennes.
Des constructions modernes, comme ici un canal et un chemin surélevé, traversent parfois des complexes de champs surélevés.
Quand la forêt a repoussé sur les champs surélevés, ils ne sont repérables qu’à l’occasion de brûlis.
Les feux de savanes allumés en saison sèche par les paysans mettent en relief les buttes.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

POUR ALLER PLUS LOIN

  • 2008. Rostain S. « Le littoral des Guyanes, héritage de l’agriculture précolombienne » Études rurales, Varia 181, éditions de l’EHESS, Paris: 9-38.
  •  2010. McKey D. & S. Rostain, « Les champs surélevés préhistoriques : histoire, sols et impact sur le fonctionnement actuel des savanes côtières de Guyane » Amazonie, une aventure scientifique et humaine, Alain Pavé & Gaëlle Fornet (éds.), éditions Galaade: 132-134.
  •  2010. McKey D., S. Rostain, J. Iriarte, B. Glaser, J. Birk, I. Holst & D. Renard, « Pre-Columbian agricultural landscapes, ecosystem engineers and self-organized patchiness in Amazonia » Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, 107(17), April 27 : 7823-7828.
  •  2012. Rostain S., D. McKey, J. Iriarte, B. Glaser, D. Renard, J. Birk & B. Roux, « Les savanes du littoral guyanais : des paysages héritiers d’une histoire oubliée » Guyane Océane, Daniel Guiral & Roger Le Guen (éds.), éditions Roger le Guen/IRD: 106-125.
  •  2012. Iriarte, J., M. Power, S. Rostain, F. Mayle, H. Jones, J. Watling, B. Whitney & D. McKey, « Fire-free land use in pre-1492 Amazonian savannas » Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, 109(17), April 24 : 6473-6478.
  • 2012. Rostain S. Islands in the rainforest. Landscape management in precolumbian Amazonia, serie « New Frontiers in Historical Ecology » W. Balée & C. Crumley (eds.), Left Coast Press, Walnut Creek, 277 p.
  •  2013. Rostain S. Amazonía aérea. Escultores precolombinos del paisaje, trilingue Espagnol/ Français/ Anglais, 3e EIAA/Repsol, Quito, 168 p.
  •  2014. Cazenave C. « Les agronomes oubliés d’Amazonie » Sciences et Avenir, bi-mensuel, hors-série, janvier-février : 75-77.

La semaine prochaine, le 2e épisode : « L’agriculture intensive sur le littoral guyanais »


Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Une réflexion sur « Agriculture précolombienne dans les Guyanes (1/3) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *