Du sel et des hommes : approches ethnoarchéologiques (2/3)

Textes et photos : © O. Weller, CNRS (laboratoire Trajectoires) – Look at Sciences (reproduction interdite)

A mi-chemin entre archéologie et ethnologie, ces photographies retracent le parcours d’un chercheur à la poursuite d’un objet de recherche éminemment soluble, le sel. Elles seront présentées en 3 épisodes, tous les vendredis :

Si le sel représente aujourd’hui un bien courant, une substance quasi inépuisable, aussi bien alimentaire qu’industrielle, il n’en a pas été de même dans de nombreuses sociétés préindustrielles. C’est au moins dès le Néolithique que les sociétés d’agriculteurs éleveurs en Europe ont cherché à l’extraire de ses divers supports naturels, soit dès le VIe millénaire avant J.-C. Actuellement, on associe plus volontiers l’exploitation du sel aux marais salants littoraux. Pourtant une grande majorité de la production a été et est encore réalisée par la chauffe artificielle d’une saumure ou bien par l’extraction de sel gemme.

Face à la disparité des salinités et des supports salés naturels (solide : roches, efflorescences, terres, sables, plantes ; liquide : eaux de mer, sources minérales, liquides physiologiques), les populations ont eu recours à une large gamme de techniques d’extraction. Toutefois, hormis l’exploitation du sel gemme, l’extraction du sel revient le plus souvent, parfois après lixiviation d’un produit salé, à traiter un liquide en le soumettant à une évaporation naturelle (sel solaire) ou bien artificielle (sel ignigène) jusqu’à cristallisation. Le sel en grain obtenu peut alors être utilisé tel quel ou bien emballé sous forme de pains durs de forme et de poids standardisés. Sous cette forme, il pourra être conservé et facilement transporté puis échangé sur de longues distances. La diversité de méthodes observables à travers le monde paraît alors intimement liée à celle des contextes environnementaux et au type de ressource salifère exploitée ; elle répond aussi à la qualité du produit recherché (type de sels, cendres salées, sel en grains ou blocs de sel) et aux spécificités de la demande et du contexte social.

En privilégiant une approche ethnoarchéologique autour d’un objet de recherche à jamais disparu, il a été possible à la fois de construire un référentiel général des techniques de fabrication du sel, mais également, directement sur le terrain ethnographique, de documenter des formes d’exploitation (et de déchets) insoupçonnées et ainsi rechercher, sur le terrain archéologique, de nouveaux témoins d’exploitation ou revenir sur la fonction de certains vestiges. Plus encore, cette approche nous a permis d’avancer de nouvelles hypothèses sur la place de cette substance irremplaçable aussi bien dans la sphère domestique, technique que socio-économique.

A travers deux terrains ethnographiques, l’un en Nouvelle-Guinée (Indonésie et Papouasie Nouvelle-Guinée, Océanie) et l’autre en Moldavie (Roumanie, Europe), le sel produit, utilisé et manipulé revêt des fonctions bien diverses depuis le pain de sel standardisé utilisé dans les paiements, les échanges cérémoniels, voire comme monnaie primitive, et capable de circuler sur de longues distances à côté d’autres biens fortement valorisés, à un bien domestique et technique abondant sur place (sous forme de saumure) intensément exploité aussi bien pour la conservation alimentaire, l’alimentation animale, les usages thérapeutiques ou symboliques et, il y a encore peu de temps, pour la production de sel en bloc destiné à l’échange. Dans les deux cas, l’observation participante de l’archéologue, voire la fouille de structure ethnographique, a permis de préciser les réalités ethnographiques, mais surtout de construire plusieurs modèles prédictifs qui ont été testés sur le terrain archéologique. Ces derniers, même s’ils demeurent limités, ont permis de mettre à jour des situations passées inattendues pour le Néolithique et de mieux caractériser les fonctionnements sociaux des groupes qui l’ont manipulé et des processus historiques qu’il a accompagnés. 

Remerciements
Ces recherches en Papouasie (Indonésie), Papouasie Nouvelle-Guinée et Roumanie ont été financées à travers plusieurs missions archéologiques du ministère des Affaires étrangères français (resp. P. Pétrequin, A. Coudart et O. Weller) ainsi qu’un projet CNRS-SHS (resp. O. Weller) et un projet roumain ID-CNCS (resp. M. Alexianu).

Textes et photos : © O. Weller, CNRS (laboratoire Trajectoires) – Look at Sciences (reproduction interdite)

 

La Nouvelle-Guinée – 2. Chez les Baruya (Papouasie Nouvelle-Guinée)

carte_nouvelleguinee_monde

Chez les Baruya, l’exploitation se fait sur place à partir des cendres d’une plante à croissance rapide repiquée dans des zones irriguées par des ruisseaux bordés de sources fortement minéralisées. C’est le travail d’un spécialiste qui, par ses pouvoirs magiques et son savoir-faire technique pour les opérations de lixiviation, d’évaporation et de cristallisation, est reconnu comme tel. Il est le seul capable de fabriquer, dans un long fourneau à tunnel, de longues barres de sel blanc.

Que ce soit chez les Dani de l’Ouest (Papua) ou les Baruya, l’exploitation du sel se fait sans utilisation de récipient, ni de terre cuite, et produit d’importantes accumulations cendro-charbonneuses qui ont été recherchées ailleurs, en Europe, aux abords de sources salées et identifiées au moyen de sondages profonds comme dans le Jura dès le Néolithique.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

POUR ALLER PLUS LOIN

Pétrequin A.-M. et Pétrequin P., en collaboration avec Weller O. 2006. Objets de pouvoir en Nouvelle-Guinée, catalogue de la donation Pétrequin au Musée des Antiquités Nationales, Saint-Germain-en-Laye, Paris : Réunion des Musées Nationaux, 552 p.

La semaine prochaine, le 3e épisode : « Roumanie »


Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *