« Le prince de la République » – Episode 4/4 : Auguste ou l’aura du pacificateur

Tous les lundis, sur Les Carnets de la MAE, découvrez le portrait d’un personnage de l’histoire, en plusieurs épisodes. Pour lancer la série, et à l’occasion du bimillénaire de sa mort, nous retraçons la vie d’Auguste, en 4 parties :

Inspirés du dossier coordonné par Frédéric Hurlet dans le magazine L’Histoire (janvier 2014), ces billets, rédigés par Francine Ramelet, décrivent l’ascension d’Auguste (né Octave et devenu Octavien ou César le Jeune) jusqu’au sommet de l’Empire romain. Ils exposent comment il a pu se maintenir au pouvoir pendant 40 ans, transmettre celui-ci à des héritiers légitimés et, enfin, fonder et consolider un régime qui dura cinq siècles, le Principat (monarchie s’appuyant sur les institutions républicaines). Ils mettent plus particulièrement l’accent sur une intelligence stratégique exceptionnelle. D’abord un sens politique aigu qui conduit Auguste, à force d’alliances et contre-alliances, à éliminer ses rivaux, co-héritiers politiques de Jules César (Lépide et Antoine), à faire ratifier par le Sénat et le peuple le droit de cumuler des pouvoirs étendus (pouvoirs civil et militaire sur l’ensemble de l’Empire et à Rome) et à recourir aux membres d’une dynastie créée de toutes pièces pour garantir la stabilité et la continuité du régime sur plusieurs générations. Sont également soulignés le charisme et la communication politique sur lesquels Auguste s’est appuyé pour exercer son autorité (auctoritas) sur l’ensemble de ses contemporains, les membres du Sénat inclus, et se faire diviniser. L’orchestration de ses propres funérailles, qui l’élèvent au rang de dieu, est à ce titre un exemple éclairant. Il ne faut pas oublier qu’il utilise aussi la violence pour accéder au pouvoir et pacifier son empire, les alliances politiques et « familiales » pour  consolider le Principat et le pérenniser, le divin pour marquer l’Histoire.

Auguste ou l’aura du pacificateur

By UnknownTill Niermann (Own work) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html), CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/) or CC-BY-SA-2.5 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.5)], via Wikimedia Commons

Auguste, pacificateur et modèle de clémence, mythe ou réalité ?

Auguste et la paix éternelle

Auguste dresse lui-même le bilan de son règne (les Res Gestae) où il évoque sa contribution à l’étendue de l’espace romain jusqu’aux confins du monde connu. Il y renvoie à ses conquêtes « sur terre et sur mer » ainsi qu’aux 44 peuples assujettis qu’il définit comme « pacifiés ». Il s’emploie à stabiliser les provinces conquises et entretient des relations diplomatiques à travers des ambassades ou par le biais d’explorateurs romains.

Auguste poursuit la confection de la carte du monde initiée par César. Un gros travail de balisage des quatre zones (Orient, Occident, Septentrion et Midi) est finalisé sous son Principat. Une époque exceptionnelle d’exploration débute alors : de hauts personnages et leurs armées partent à la découverte de nouvelles contrées telles que la Thébaïde (partie sud de la moyenne Egypte), le Yemen, le Soudan ou le Danemark. En cela, Auguste reste dans la ligne de la force expansive de Rome qui, en l’espace d’un siècle et demi, provoque la disparition de tous les grands royaumes hellénistiques.

Grâce au Principat, il recentre ce processus autour de sa personne « maître de la terre habitée ». Avec son gendre et bras droit, Agrippa, il réalise un nouvel « inventaire » du monde. Chaque nouvelle conquête, comme celle des provinces danubiennes, est considérée comme une pacification et célébrée comme telle. Ce sont des campagnes de communication à destination des Romains, de leurs alliés et des peuples soumis, dans le but de leur faire croire qu’une époque de paix suit. Pour autant, plusieurs régions (Germanie et Mésopotamie par exemple) se soulèvent régulièrement, infligeant des défaites aux troupes d’Auguste. L’Empire n’est donc pas sans contrepouvoir. Son expansion reste néanmoins majeure et à défaut d’apporter la paix au monde, Auguste en change le visage.

 

Auguste et la clémence

Même si de grands philosophes ont étudié l’impact de la clémence sur la Paix établie par Auguste, hormis les inscriptions portées sur le bouclier d’or offert par le Sénat (courage, clémence, justice et piété), les sources contemporaines de son Principat ne s’y réfèrent pas autant qu’elles le faisaient à propos de César, ce qui laisse penser qu’aucune disposition du Prince n’appelait cette réflexion.

Maarjaara [CC-BY-2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0)], via Wikimedia Commons

Les qualités répertoriées sur le bouclier n’ont en effet de sens que si elles cohabitent de manière indissociable au service du gouvernement de l’Empire. Il ne saurait donc y avoir de clémence érigée en vertu transcendante. Quand Auguste se venge des assassins de son père, il satisfait au devoir de piété et la clémence n’a pas sa place. De même, la justice impose de poursuivre un jugement jusqu’au châtiment.

Pierre Corneille [Public domain], via Wikimedia Commons

En conclusion, si l’histoire reconnaît l’usage régulier de la clémence par Jules César, elle ne la retient, pour Auguste, qu’à l’occasion de la conjuration de Cinna, à la suite de laquelle il pardonne à ce dernier.

 

Auguste et une aura qui traverse l’histoire

Auguste affiche une figure ambiguë : restaurateur de la paix civile, créateur d’un pouvoir durable, façonneur d’un nouveau monde, conquérant et maître d’un empire prospère « pacifié » par  les armes et, surtout, metteur en scène de sa propre aura.

Son rôle dans l’extension de Rome le fait apparaître comme un modèle à Mussolini qui s’identifie à lui jusqu’à calquer sa propagande sur la sienne et créer ainsi des analogies entre présent fasciste et passé antique par le biais de l’architecture et l’organisation de festivités. C’est dans une telle logique que le Duce anticipe d’une année l’organisation du bimillénaire de la naissance d’Auguste (datée de 63 avant Jésus-Christ) afin d’honorer la puissance conquérante et civilisatrice de Rome pourvoyeuse de prospérité et de paix. Il mêle ainsi sa propre image à celle d’Auguste.

Hitler suit la même voie, axant sa démarche sur une dictature de la vertu, rétablissant, comme Auguste, les mœurs ancestrales et assimilant sa lutte contre les forces orientales à celle du princeps. Il inscrit le Reich dans la grande lignée des empires occidentaux apparus depuis Rome.

En 2014, la France célèbre Auguste et ses créations au sens large du termeL’Italie, contrainte à la prudence, limite géographiquement cette commémoration et la centre sur les aspects scientifiques et, surtout, esthétiques.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

POUR ALLER PLUS LOIN

Bibliographie

En ce moment, à ne pas manquer :

l’exposition « Moi, Auguste, empereur de Rome » au Grand Palais jusqu’au 13 juillet 2014

 


Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *