« Le prince de la République » – Episode 3/4 : Auguste remodèle le monde

Tous les lundis, sur Les Carnets de la MAE, découvrez le portrait d’un personnage de l’histoire, en plusieurs épisodes. Pour lancer la série, et à l’occasion du bimillénaire de sa mort, nous retraçons la vie d’Auguste, en 4 parties :

Inspirés du dossier coordonné par Frédéric Hurlet dans le magazine L’Histoire (janvier 2014), ces billets, rédigés par Francine Ramelet, décrivent l’ascension d’Auguste (né Octave et devenu Octavien ou César le Jeune) jusqu’au sommet de l’Empire romain. Ils exposent comment il a pu se maintenir au pouvoir pendant 40 ans, transmettre celui-ci à des héritiers légitimés et, enfin, fonder et consolider un régime qui dura cinq siècles, le Principat (monarchie s’appuyant sur les institutions républicaines). Ils mettent plus particulièrement l’accent sur une intelligence stratégique exceptionnelle. D’abord un sens politique aigu qui conduit Auguste, à force d’alliances et contre-alliances, à éliminer ses rivaux, co-héritiers politiques de Jules César (Lépide et Antoine), à faire ratifier par le Sénat et le peuple le droit de cumuler des pouvoirs étendus (pouvoirs civil et militaire sur l’ensemble de l’Empire et à Rome) et à recourir aux membres d’une dynastie créée de toutes pièces pour garantir la stabilité et la continuité du régime sur plusieurs générations. Sont également soulignés le charisme et la communication politique sur lesquels Auguste s’est appuyé pour exercer son autorité (auctoritas) sur l’ensemble de ses contemporains, les membres du Sénat inclus, et se faire diviniser. L’orchestration de ses propres funérailles, qui l’élèvent au rang de dieu, est à ce titre un exemple éclairant. Il ne faut pas oublier qu’il utilise aussi la violence pour accéder au pouvoir et pacifier son empire, les alliances politiques et « familiales » pour  consolider le Principat et le pérenniser, le divin pour marquer l’Histoire.

Auguste remodèle le monde

Auguste et l’Orient

Après sa victoire sur Antoine, Auguste doit gérer son héritage politique avec subtilité pour garantir la pérennité de l’Orient au sein de l’Empire romain. Il s’agit là d’un enjeu sensible pour la tranquillité et l’approvisionnement en blé de  Rome. Mais la tâche est ardue car il ne dispose pas de réseaux personnels dans cette moitié de l’Empire. Quatre provinces sont administrées par un (pro) magistrat romain, les autres se trouvent sous l’administration de princes alliés de Rome, d’importance variable, pour faire face à la diversité géographique et religieuse des peuples (montagnards ou habitants de la Judée par exemple) et éviter le dispersement des hommes et moyens romains.

Auguste prend le parti de la patience et de la sagesse en ne remettant pas en cause l’organisation existante, fruit de la politique d’Antoine, Pompée et César. Il ne procède pas davantage à l’épuration des amis d’Antoine et ne tient pas rigueur aux princes locaux qui se sont battus aux côtés de son rival. Enfin, pour l’essentiel, il confirme les rois importants dans leurs fonctions. C’est ainsi qu’il peut conserver presque intégralement l’héritage d’Antoine en transférant sur lui-même leur loyauté, qu’il resserre par la suite grâce à plusieurs voyages. Par l’intégration des fidèles d’Antoine à son cercle d’amis, il constitue le réseau de relais nécessaire au gouvernement de l’Empire et par l’intermédiaire de ses amis philosophes grecs, il se rallie d’autres intellectuels (dont des rhéteurs, philosophes et poètes orientaux), auxquels il confie l’éducation de ses héritiers potentiels.

Grâce à son habileté, il parvient à recoudre deux moitiés d’Empire, de traditions très différentes. Il attend, en particulier, la mort des princes pour décider du devenir de leur État, les annexant ou les renforçant en cas de nécessité (en chassant aussi les brigands). Il se montre capable de réviser ses choix quand ceux-ci ne sont plus pertinents. Il sait également faire preuve de compréhension pour l’Orient, en prenant en compte la souffrance résultant des guerres civiles romaines qui ont ruiné plusieurs provinces locales. Par exemple, en cas de catastrophes naturelles, il suspend le prélèvement de tributs et contribue au redressement de la Cité. Il édicte encore des règles strictes en matière d’élections des magistrats civiques, d’emprunts publics ou de remboursement de dettes, afin d’éviter les erreurs du passé. Bien qu’il soit le premier à faire sortir des obélisques d’Egypte et à les transporter à Rome, il a aussi la générosité de restituer des œuvres d’art arrachées à leurs temples ou places publiques.

En matière de culte, il respecte les traditions grecques de célébration des souverains, malgré leur rejet à Rome. C’est ainsi qu’il accepte la célébration d’un culte en son honneur à Pergame (Asie) et à Nicomédie (Bithynie). Il exige toutefois que son nom soit associé à la déesse Roma dans les sanctuaires ainsi que la création parallèle, à Ephèse et à Nicée, de lieux de culte à destination des citoyens romains, pour la célébration de Roma et du divin Jules (César). Il fait donc des concessions aux populations pérégrines (ne possédant ni la citoyenneté romaine ni la citoyenneté latine), tout en préservant la spécificité romaine en vertu de laquelle un homme n’est jamais divinisé de son vivant. Cette initiative met en place l’une des institutions les plus symboliques du Principat : le culte impérial. Rapidement, le culte de Roma et Auguste se limitent au culte d’Auguste et le modèle se diffuse en Orient avant de gagner l’Occident.

À sa mort, malgré une nette tendance à accroître la part de l’administration directe des territoires par des gouverneurs romains, l’Orient reste largement partagée entre les princes-amis, auxquels il a majoritairement accordé la citoyenneté et, pour certains, leur intégration dans les ordres équestre et sénatorial, leur donnant de ce fait l’opportunité d’une carrière prestigieuse. Les provinces de Méditerranée orientale ont retrouvé une paix relative et les conditions d’un retour à la prospérité. Le processus d’intégration des élites provinciales d’Orient aux élites de l’Empire est entamé pour consolider l’ensemble impérial.

Copyright Andy Hay (licence CC-BY)

AUGUSTE ET UN MONDE REFAÇONNÉ

Non seulement Auguste fonde un nouveau régime, mais il remodèle aussi le monde à travers un nouvel ordre architectural généralisé dans les villes occidentales. Ces transformations ont pour finalité idéologique d’exalter le retour de l’âge d’or sous la royauté céleste d’Apollon (la bataille d’Actium et le suicide, l’année suivante, d’Antoine et Cléopâtre étant considérés comme l’achèvement de l’Histoire).

Un nouveau temple est édifié en l’honneur d’Apollon à Rome dès 28 avant J.-C. afin de symboliser l’avènement de la nouvelle ère. Il superpose l’image du dieu et du Prince, régnant sur un monde pacifié où la piété, la justice et la prospérité apportent le bonheur aux hommes. Cette prospérité est garantie par le développement des réseaux routiers, la tranquillité sur les mers et une sécurité assurée par les légions et les flottes.

À sa mort, les hommages au prince et aux membres de sa famille se multiplient sous diverses formes : inscriptions latines et grecques, lettres gravées en capitale (origine de nos majuscules d’imprimerie)… Rome est transformée : ses services de sécurité et de lutte contre les incendies sont rationnalisés par le développement des adductions d’eau courante et l’ouverture d’espaces publics (bains, places, édifices de spectacles).

Les dieux locaux des contrées annexées sont honorés sous des noms romains et représentés selon les normes gréco-romaines. Dans les théâtres, les manifestations de culte impérial se joignent aux divertissements et, sur les places publiques, la justice est rendue par des magistrats locaux ou des gouverneurs de province dans le cadre d’assises judiciaires.

Une profusion de gravures, sculptures ou monuments témoignent des concepts mis en œuvre par Auguste. L’autel de la paix, édifié à Rome le jour anniversaire de Livie (seconde épouse), commémore la pacification de la Gaule et de l’Espagne. Il symbolise le retour à  l’âge d’orLes villes occidentales sont dotées d’institutions politiques romaines et de temples qui, tout en respectant les normes indigènes, s’inspirent des modèles élaborés à Rome.

 

La poste romaine, un instrument de gouvernance

Inventée par Auguste, la poste ne transporte alors aucun courrier à destination des particuliers. Elle a un objectif militaire et politique : il s’agit d’être informé au plus vite des événements survenus dans les provinces parfois très éloignées, et de transmettre les directives émanant de Rome aux populations des territoires conquis ou annexés. Le service de transport mis en place ne concerne que les messagers (gouverneurs, sénateurs, ambassadeurs ou soldats) et ses biens. Il remplace l’usage antérieur par l’État d’esclaves (tabellarii ou porteurs de lettres), jugé incontrôlable et insuffisant. Il est autorisé exclusivement par Auguste. Ce nouveau service (uehiculatio, devenue plus tard cursus publicus) se caractérise par l’emploi de véhicules en complément des animaux, une organisation en relais et le recours à des réquisitions auprès des populations locales. Il constitue un instrument de gouvernement.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

POUR ALLER PLUS LOIN

En ce moment, à ne pas manquer :

l’exposition « Moi, Auguste, empereur de Rome » au Grand Palais jusqu’au 13 juillet 2014

 

La semaine prochaine, le 4e épisode : « Auguste ou l’aura du pacificateur »


Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *