« Le prince de la République » – Episode 2/4 : Prince et dieu

Tous les lundis, sur Les Carnets de la MAE, découvrez le portrait d’un personnage de l’histoire, en plusieurs épisodes. Pour lancer la série, et à l’occasion du bimillénaire de sa mort, nous retraçons la vie d’Auguste, en 4 parties :

Inspirés du dossier coordonné par Frédéric Hurlet dans le magazine L’Histoire (janvier 2014), ces billets, rédigés par Francine Ramelet, décrivent l’ascension d’Auguste (né Octave et devenu Octavien ou César le Jeune) jusqu’au sommet de l’Empire romain. Ils exposent comment il a pu se maintenir au pouvoir pendant 40 ans, transmettre celui-ci à des héritiers légitimés et, enfin, fonder et consolider un régime qui dura cinq siècles, le Principat (monarchie s’appuyant sur les institutions républicaines). Ils mettent plus particulièrement l’accent sur une intelligence stratégique exceptionnelle. D’abord un sens politique aigu qui conduit Auguste, à force d’alliances et contre-alliances, à éliminer ses rivaux, co-héritiers politiques de Jules César (Lépide et Antoine), à faire ratifier par le Sénat et le peuple le droit de cumuler des pouvoirs étendus (pouvoirs civil et militaire sur l’ensemble de l’Empire et à Rome) et à recourir aux membres d’une dynastie créée de toutes pièces pour garantir la stabilité et la continuité du régime sur plusieurs générations. Sont également soulignés le charisme et la communication politique sur lesquels Auguste s’est appuyé pour exercer son autorité (auctoritas) sur l’ensemble de ses contemporains, les membres du Sénat inclus, et se faire diviniser. L’orchestration de ses propres funérailles, qui l’élèvent au rang de dieu, est à ce titre un exemple éclairant. Il ne faut pas oublier qu’il utilise aussi la violence pour accéder au pouvoir et pacifier son empire, les alliances politiques et « familiales » pour  consolider le Principat et le pérenniser, le divin pour marquer l’Histoire.

 

Prince et dieu

 

Un nouveau régime : le Principat

Ce régime, où Auguste apparaît comme le princeps (premier des citoyens), est marqué par une reprise du fonctionnement des institutions républicaines. Auguste ne revendique pas les pouvoirs perpétuels et use avec parcimonie de son autorité. Il prend soin de faire voter par le Sénat et les comices (assemblée des citoyens) la prolongation de ses pouvoirs pour une durée limitée à cinq ou dix ans. Il fait présenter ses lois par des consuls régulièrement élus et intervient peu de manière formelle pour appuyer ses candidats dans les élections aux magistratures.

Copyright Jean-Louis Zimmermann. Licence CC-BY.

 Les réformes et le contrôle des institutions

Auguste accentue le caractère aristocratique de la société en introduisant des réformes donnant une importance accrue au vote des catégories supérieures. Il favorise également le développement d’une vie politique à l’échelon local. Tout en veillant à ne jamais en perdre le contrôle, il réactive les rouages de l’État et gouverne avec le Sénat, auquel il donne les moyens d’améliorer la gestion des affaires publiques. Il ouvre par ailleurs des possibilités de carrière politique aux chevaliers, devenu le deuxième ordre de Rome en fortune et notoriété.

Les évolutions intervenues dans les trois institutions républicaines (comices, magistrats et Sénat) renforcent son autorité : les candidats magistrats doivent être présentés par lui ; les nouvelles fonctions confiées aux sénateurs et chevaliers contrebalancent les pouvoirs des magistrats ; le Sénat, qu’il s’est allié par l’attribution de nouveaux pouvoirs judiciaires et le gouvernement de dix provinces, peut être convoqué à sa convenance et dans le respect de l’ordre du jour qu’il a lui-même établi. Ainsi affirme-t-il avec fierté, notamment dans les Res Gestae (son bilan politique), que s’il n’a pas plus de pouvoir que chacun de ses collègues, il l’emporte sur tous par son autorité (auctoritas).

Valeurs morales

Auguste s’attache à la restauration des valeurs traditionnelles de la République et à  la renaissance de la religion du passé. Il propose lui-même l’essentiel des lois réglementant la conduite privée des ordres supérieurs de la société et condamne l’étalage de luxe ou la vie dissolue. Il fait procéder à la restauration des édifices sacrés et de certains collèges religieux. C’est ainsi qu’il célèbre le début d’une ère nouvelle à l’occasion des jeux séculaires en 17 avant J.-C. Cette manifestation donnant lieu à des chants poétiques et des sacrifices, il rattache ainsi la renaissance de Rome à ses origines mythiques.

Il accepte encore, par respect des traditions locales, qu’un culte lui soit rendu dans les provinces orientales où sa famille est considérée comme descendante de Vénus. Cependant, il impose l’association du nom d’Auguste à celui de la déesse Rome et ne tolère aucune forme de culte à son égard dans toute l’Italie, où il convient d’honorer Rome. Auguste se présente comme le fondateur de la « meilleure forme de gouvernement ».

Du Principat à sa mort

En 14, à sa mort, le Principat est l’aboutissement d’une évolution amorcée avec l’extension des conquêtes romaines et une construction politique qui permet à Rome d’assurer sa domination sur un empire de taille mondiale. Auguste concentre entre ses mains le pouvoir militaire étendu à l’Empire et à Rome : il dispose de la puissance tribunicienne (pouvoir civil des tribuns de la plèbe qui permet de proposer des lois et de contrôler l’ordre du jour du Sénat). Il est également grand pontife, prêtre suprême de la religion. Sa famille ayant été très tôt associée au pouvoir, il garantit la pérennité de son régime par la désignation implicite de ses successeurs. Il laisse à la postérité la marque d’un homme visionnaire et d’une exceptionnelle intelligence politique qui, sous couvert des institutions républicaines, a su imposer la réalité d’un pouvoir personnel et dynastique.

La nature du régime politique d’Auguste

Auguste prend en compte la haine des Romains à l’égard de la royauté et il fonde sa légitimité sur la restauration des institutions. Toutefois, la République du Principat n’a plus beaucoup en commun avec celle de Cicéron. Les historiens s’accordent aujourd’hui à considérer qu’il s’agit d’un pouvoir monarchique et dynastique, dans la mesure où les principales décisions ont été prises par un seul homme et ses proches. De plus, les valeurs, images et rituels adoptés exaltaient la figure d’Auguste, premier des citoyens, comme un monarque ou une divinité. Enfin, son Principat contient les germes d’une évolution possible vers la monarchie que connaît Rome par la suite.

 

La scénarisation de sa mort pour servir son prestige

Auguste avait déjà utilisé la mort, à travers l’assassinat de César, pour se projeter sur le devant de la scène politique. Il avait déjà façonné l’image à transmettre à l’Histoire par de multiples formes de propagande, que ce soit par l’interprétation donnée à ses actions ou par ses liens avec un entourage intellectuel chantant ses louanges (Virgile, Properce, Ovide, etc.).

Copyright Mr Paille (licence CC-BY)

Pour sa propre mort, il consolide le portrait d’un homme d’exception de stature divine, à travers la diffusion de divers documents, dont son auto-bilan, mais aussi grâce à des funérailles savamment orchestrées, facilitant ainsi la transmission des pouvoirs à Tibère. La procession sur 200 km, entre Nole (près de Naples) et Rome, dura deux semaines. Elle prend des proportions inégalées, avec multiplication de ses effigies et des rituels funéraires extraordinaires, dont l’introduction de nouveaux visant à signifier que les hommages sont rendus non à un sénateur mais à un souverain en passe de devenir un dieu.

Puis, sur le forum, deux discours d’éloges sont prononcés par des membres de sa famille. La procession passe sous la porte triomphale afin que son corps quitte Rome par l’endroit où les triomphateurs entrent. Ensuite, le corps est incinéré par un rituel où les principaux groupes constitués de la société romaine sont amenés à faire le tour du bûcher. Enfin, ce n’est que cinq jours plus tard que Livie, son épouse, et les membres éminents de l’ordre équestre recueillent ses cendres pour les déposer dans le Mausolée. Pour orchestrer ses funérailles, il avait fait transmettre au Sénat un livre de consignes précises, dont celles d’y associer les principaux acteurs de la société romaine, afin de renforcer la dimension surhumaine de sa personne.

Copyright indy_catholic (licence CC-BY)

 

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

POUR ALLER PLUS LOIN

En ce moment, à ne pas manquer :

l’exposition « Moi, Auguste, empereur de Rome » au Grand Palais jusqu’au 13 juillet 2014

 

La semaine prochaine, le 3e épisode : « Auguste remodèle le monde »

 


Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *