« Le prince de la République » – Episode 1/4 : Auguste sort de l’ombre : une jeunesse violente (63-30 av. J.-C.)

Tous les lundis, sur Les Carnets de la MAE, découvrez le portrait d’un personnage de l’histoire, en plusieurs épisodes. Pour lancer la série, et à l’occasion du bimillénaire de sa mort, nous retraçons la vie d’Auguste, en 4 parties :

  • Episode 1/4 : Auguste sort de l’ombre : une jeunesse violente (63-30 av. J.-C.)
  • Episode 2/4 : Prince et dieu
  • Episode 3/4 : Auguste remodèle le monde (en ligne lundi 14 avril)
  • Episode 4/4 : Auguste ou l’aura du pacificateur (en ligne lundi 21 avril)

Inspirés du dossier coordonné par Frédéric Hurlet dans le magazine L’Histoire (janvier 2014), ces billets, rédigés par Francine Ramelet, décrivent l’ascension d’Auguste (né Octave et devenu Octavien ou César le Jeune) jusqu’au sommet de l’Empire romain. Ils exposent comment il a pu se maintenir au pouvoir pendant 40 ans, transmettre celui-ci à des héritiers légitimés et, enfin, fonder et consolider un régime qui dura cinq siècles, le Principat (monarchie s’appuyant sur les institutions républicaines). Ils mettent plus particulièrement l’accent sur une intelligence stratégique exceptionnelle. D’abord un sens politique aigu qui conduit Auguste, à force d’alliances et contre-alliances, à éliminer ses rivaux, co-héritiers politiques de Jules César (Lépide et Antoine), à faire ratifier par le Sénat et le peuple le droit de cumuler des pouvoirs étendus (pouvoirs civil et militaire sur l’ensemble de l’Empire et à Rome) et à recourir aux membres d’une dynastie créée de toutes pièces pour garantir la stabilité et la continuité du régime sur plusieurs générations. Sont également soulignés le charisme et la communication politique sur lesquels Auguste s’est appuyé pour exercer son autorité (auctoritas) sur l’ensemble de ses contemporains, les membres du Sénat inclus, et se faire diviniser. L’orchestration de ses propres funérailles, qui l’élèvent au rang de dieu, est à ce titre un exemple éclairant. Il ne faut pas oublier qu’il utilise aussi la violence pour accéder au pouvoir et pacifier son empire, les alliances politiques et « familiales » pour  consolider le Principat et le pérenniser, le divin pour marquer l’Histoire.

Auguste sort de l’ombre :

une jeunesse violente (63-30 av. J.-C.)

 

Copyright Jacqueline Poggi.
Licence CC-BY https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/legalcode

Auguste (alors Octave) naît à Rome en 63 avant J.-C., d’un père ayant gravi les échelons du cursus honorum (la carrière des honneurs politiques) et d’une mère ayant noué des liens forts avec plusieurs membres de l’aristocratie romaine, dont Pompée et Jules CésarIl fait sa première apparition publique à Rome en 51 avant J.-C. en prononçant l’éloge funèbre de sa grand-mère. Il est témoin de la montée de violence et de la guerre civile opposant Pompée à César, auprès duquel il se range.

L’assassinat de César et l’amorce d’un destin

En 44 avant J.-C., alors qu’il est en Grèce, il apprend la mort de Jules César ainsi que sa désignation à titre posthume comme fils adoptif de ce dernier. Héritier de trois quarts de ses biens, il monte illégalement une armée pour venger la mort de son père adoptif et est victorieux des assassins de celui-ci à la bataille de Philippes (42). Il fait rapidement son entrée au Sénat grâce au soutien de Cicéron (représentant l’autorité de la République). Les sénateurs lui confient aussitôt, dès 43, un imperium (pouvoir civil et militaire le plus élevé). Il est ensuite élu consul le 19 août 43, alors même qu’il n’a encore jamais exercé d’autres magistratures. Enfin le peuple romain lui confie la charge de triumvir constituant (membre d’un collège de trois hommes détenant les pleins pouvoirs) aux côtés de Lépide et Antoine, ce qui lui permet d’éliminer ses ennemis politiques à travers les proscriptions (procédure d’épuration politique). Il s’agit donc d’un pouvoir acquis par la force, qu’il partage encore avec Antoine.

En 32 avant J.-C., il mène des guerres contre Antoine et Cléopâtre, reine de l’Egypte, et revendique sa légitimité en s’appuyant sur un consensus universorum (accord de tous) pour mettre fin aux guerres civiles À la suite de sa victoire à la bataille d’Actium en 31 avant J.-C., Antoine est éliminé et l’Egypte, dernier royaume hellénistique, est conquise. Cette étape marque un tournant vers une recherche de la légalité, qui devient l’un des moteurs de son action politique. Néanmoins, cette « avancée » doit s’effectuer sans compromettre le maintien de sa prééminence.

En l’an 28 avant J.-C., il restaure les assemblées du peuple et met fin par édit aux mesures illégales prises pendant le triumvirat avec Lépide et  Antoine. Il « rend » ainsi au peuple romain ses lois et ses pouvoirs. L’année suivante, en 27 avant J-C, il reçoit un imperium pour dix ans, ainsi que le surnom d’Auguste.

Du bon usage d’une dynastie « fabriquée » 

L’une des premières préoccupations d’Auguste fut d’assurer la continuité de son nouveau régime à travers ses successeurs. Or il n’a qu’une seule fille, Julie, qu’il place au centre d’unions matrimoniales propres à mettre au monde des successeurs de sexe masculin. Le rassemblement des membres de ces alliances successives au sein de la domus Augusta (maison d’Auguste) correspond à une dynastie élargie. Elle intègre aussi bien les proches portant son nom (agnats) que des parents plus éloignés (cognats) et les parents par alliance (affins).

Des cinq enfants nés de l’union de Julie avec Agrippa (fidèle second du régime), Auguste adopte les deux fils aînés (Caius et Lucius) et les associe progressivement aux pouvoirs impériaux. Ceux-ci décédés (en 2 et 4 ap. J.-C.) et sa fille écartée par nécessité (en 2 av. J.-C.), il recentre sa politique dynastique autour de sa seconde épouse, Livie, en adoptant le fils de celle-ci, Tibère, qu’il contraint d’adopter à son tour son neveu Germanicus, par ailleurs mari d’Agrippine l’Ancienne (petite-fille d’Auguste). Il les associe aux pouvoirs impériaux et c’est ainsi qu’il assure la continuité du régime sur plusieurs générations, notamment à travers Tibère, puis son arrière-petit-fils Caligula et enfin Néron.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

POUR ALLER PLUS LOIN

En ce moment, à ne pas manquer :

l’exposition « Moi, Auguste, empereur de Rome » au Grand Palais jusqu’au 13 juillet 2014

 

La semaine prochaine, le 2e épisode : « Prince et dieu »

 

 


Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

2 réflexions sur « « Le prince de la République » – Episode 1/4 : Auguste sort de l’ombre : une jeunesse violente (63-30 av. J.-C.) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *