Academia.edu et ResearchGate : quelles conditions d’utilisation?

3372054940_b8a02a073c_z« Pressés d’accéder aux PDF d’articles qu’une recherche sur Google a fait miroiter, on procède en quelques clics à l’inscription [à Academia et à ResearchGate] qui donne alors accès à une incroyable base de donnée constituée par les documents scientifiques déposés par les inscrits sur leur profil. Mais, lors de cette inscription simple et rapide, qui prête vraiment attention aux conditions générales d’utilisation que l’on s’empresse d’approuver en cochant la case requise ? « 

Telle est la question à laquelle l’archéologue Christophe Benech (UMR 5133-Archéorient) tente de répondre dans un article fort intéressant dont nous vous recommandons la lecture : « Protection et propriété des données sur Academia.edu et ResearchGate » (qui complète son précédent billet « Academia.edu : le réseau social scientifique préféré des SHS« ).

Dans le cadre d’une journée d’étude sur l’« Identité numérique et [la] visibilité du chercheur » organisée par nos collègues bibliothécaires de la MOM, il a décortiqué les conditions d’utilisation de ces deux sites de réseautage scientifique en plein essor.

On peut y apprendre notamment que :

« Academia n’est pas avare d’adjectifs et de verbes pour détailler ces droits que vous leur concédez : vous leur accordez donc une licence mondiale, irrévocable, perpétuelle, non exclusive, transférable et sans « royalties » avec le droit de donner licence, utiliser, voir, copier, adapter, modifier, distribuer, autoriser, vendre, transférer, diffuser publiquement, utiliser à des fins publicitaires, transmettre, ce que vous mettrez sur votre profil. Vous êtes par contre responsable de ce que vous mettez en ligne et Academia ne peut avoir à répondre de ce que vous auriez diffusé sans bénéficier de toutes les autorisations nécessaires. »

Notez qu’Academia.edu est géré par l’entreprise américaine Academia (régie par le droit américain) et Researchgate une société allemande (régie par le droit européen).
Academia.edu a prévu, selon son PDG Richard Price, de  générer des profits en vendant aux entreprises les tendances à suivre en R&D, tendances dégagées grâce à l’analyse des stockées dans Academia.edu (Source : Scientic American : « Interview with Richard Price, Academia.edu CEO » )

Pour en savoir plus sur le modèle économique de Researchgate, Academia.edu et Mendeley, voir l’article de Peters Helge : « A quick glance at business models of academic social networking services » .

Crédit photo : clocker. « Focal length of my 3.5 power loupe« . 20 mars 2009. Ressource en ligne. Flikr. 21 mars 2014. CC BY-NC-SA 2.0


Nathalie Le Tellier-Becquart

Responsable de ressources documentaires (SIDRA)

More Posts - Website

6 réflexions sur « Academia.edu et ResearchGate : quelles conditions d’utilisation? »

    1. Bonjour,

      Merci pour ce lien. Ces réflexions sont à mettre en relation avec les propositions de « La Quadrature du Net » (https://www.laquadrature.net/fr) pour la réforme du droit d’auteur suite au rejet d’ACTA :
      http://www.laquadrature.net/files/%C3%89l%C3%A9ments_pour_la_r%C3%A9forme_du_droit_d_auteur_et_des_politiques_culturelles_li%C3%A9es.pdf
      Voir également à ce sujet les billets de Lionel Maurel (conservateur de bibliothèque et juriste, administrateur de la Quadrature du Net), sur son site Silex http://scinfolex.com/tag/droit-dauteur/ et de manière plus large, sur les luttes au sujet du copyright, son tumblr « Copyright Madness » :http://copyrightmadness.tumblr.com/

  1. Bonjour,

    je vous remercie des précisions que vous apportez. Elles confirment cela dit que tout cela est bien compliqué. Pour HAL c’est certes un outil intéressant mais les chercheurs se plaignent de sa lourdeur : il faut proposer des systèmes légers et rapides de mise à disposition, si en effet il faut passer pour formater un document pour HAL presqu’autant de temps que pour une publication…. Par ailleurs il est devenu courant de ne trouver sur HAL que des titres sans aucun PDF attaché.
    Pour Gallia, bien sûr mais 6 ans d’écart c’est énorme et injustifié (il suffit de comparer avec les titres disponibles sur Revue.org) et une fois sur deux (ou une image sur deux) les illustrations sont ôtées (alors qu’elles ont bien été publiées et qu’il s’agit assez régulièrement de celles élaborées par l’auteur…). Littérature amputée dont l’utilisabilité est aléatoire. Donc Academia.Edu a de beaux jours devant elle/il. D’autant que les biblios des sites des UMR et Labos sont rarement à jour (Ah! quand il faut passer par un référent internet ou un administrateur réseau pour changer une page ou insérer un pdf que vous avez en stock…).
    Il nous faudrait 2 ou 3 instruments très simples où l’on puisse déposer aisément et télécharger des PDF. La hargne sur Academia.Edu vient de ce qu’ils ont fait ce que l’on a pas su faire. Je suis d’ailleurs « amusé » du fait que certaines autorités (publiques) refusent les liens ou la citation de ce site alors qu’il vous renvoient sur Facebook pour un oui ou un. Alors qu’on continue dans nombre de bibliothèques sans se poser de question à engraisser les fabricants de papier et les boîtes de photocopieurs qui tirent des rentes sans doute invraisemblables depuis 40 ans.
    La révolution du PDF librement circulant est en cours (et l’Europe doit très rapidement faire la preuve de son efficacité si elle existe). Pour ma part je suis très content de cette révolution : dans mon travail 70% de ma biblio m’arrive par mon ordinateur (et gratuit) via Revue.Org, Persée et (pour une large moitié) par Academia.Edu. Il m’est agréable de souligner que l’avantage du PDF c’est aussi que cela ne casse pas les livres des bibliothèques, que cela ne remplit pas votre maison de vieux papiers à bactéries et que vous pouvez en extraire des passages ou des illustrations, voire les retravailler, et bien sûr opérer des recherches par mot.
    Merci de votre aide.

    1. Bonjour,
      Il existe un outil simple où déposer et télécharger des pdf et qui permet aussi aux laboratoires de proposer une bibliographie à jour.

      L’outil gratuit et libre Zotero (https://www.zotero.org/) permet de créer un groupe et de partager une bibliographie collaborative. Par exemple, les membres de l’équipe Archéologies environnementales de l’UMR 7041 (ArScAn) utilisent cet outil pour proposer leur bibliographie, on y trouve le lien vers l’article en texte intégral chaque fois que cela est possible.
      https://www.zotero.org/groups/arscan_archologies_environnementales/items

      Si cette solution vous intéresse vous pouvez consulter notre tutoriel pour créer un groupe sur Zotero.
      http://fr.slideshare.net/Service-Sidra/fiche-zotero-crer-un-groupe

      Bien cordialement,
      Bénédicte MacGregor

  2. Bonjour,

    Il est difficile d’apporter une réponse à chacun des points que vous soulevez mais voici quelques éléments de réponse:

    L’objectif est d’utiliser les réseaux sociaux académiques de manière avisée (et non pas de « hurler Haro sur l’américain ») comme l’explique très bien le billet de Christophe Benech, qui propose d’utiliser HAL et Academia de manière complémentaire :
    « J’utilise donc toujours mes comptes en prenant soin désormais de déposer avant sur HAL les documents que je souhaite diffuser, puisqu’il est très facile ensuite de faire des liens depuis Academia ou ResearchGate vers HAL. Je concilie ainsi la construction d’un archivage pérenne avec une diffusion internationale que HAL ne permet pas pour le moment, ou du moins qui est plus limitée. Le dépôt sur HAL me prend plus temps, mais il s’agit surtout du temps passé à préparer une archive soignée qui, en particulier pour les images, apporte une qualité supérieure à celle des PDF de certaines revues. »
    Academia.edu ou ResearchGate, sont manifestement utiles aux chercheurs. Cependant, ces entreprises, qui disposent de moyens importants pour se développer (elles indiquent avoir levé respectivement 17.7 millions de dollars et 35 millions d’euros depuis leur création) reposent sur des modèles économiques qui méritent d’être examinés. La comparaison avec HAL, qui assure non seulement un accès aux publications mais prévoit également leur archivage pérenne (sans exploitation commerciale des métadonnées associées) dans le cadre de son partenariat avec le CINES avec des moyens probablement bien moins importants est donc délicate. Au sujet de la pérennité des documents numériques, voir ce billet du CCSD : « Vos fichiers lisibles dans 30 ans ? »
    http://blog.ccsd.cnrs.fr/2013/01/vos-fichiers-lisibles-dans-30-ans/
    Je vous renvoie également, pour des informations plus complètes sur les réseaux sociaux académiques à cet article de l’URFIST : « Pour une utilisation critique des réseaux académiques »
    http://urfistinfo.hypotheses.org/2596 ainsi qu’à la sélection de ressources documentaires réalisée par Odile Contat (sur le site du réseau des correspondants IST) : « Réseaux sociaux pour les chercheurs – A lire ou à relire »
    http://corist-shs.cnrs.fr/reseaux_sociaux_chercheurs

    Par ailleurs, l’augmentation des coûts des abonnements aux bouquets de revues couplée à la baisse des dotations budgétaires contraint les bibliothèques à renoncer à acquérir certaines ressources ce qui pénalise non seulement les chercheurs mais également les étudiants (voir à ce sujet l’enquête de l’ABDU sur l’évolution des budgets d’acquisition des bibliothèques universitaires :
    http://adbu.fr/wp-content/uploads/2014/03/Enqu%C3%AAte_ADBU_2014.pdf )

    Des référentiels tels que Sherpa-Romeo (http://www.sherpa.ac.uk/romeo/) et Heloïse (http://heloise.ccsd.cnrs.fr/ ) permettent aux auteurs de connaître les politiques des éditeurs en matière d’auto-archivage.

    Il leur est également possible, même si cela n’apparaît pas toujours simple, de modifier les contrats proposés par les éditeurs (cf propositions de Sylvie fayet, à partir de la diapo 14 : http://www.agropolis.fr/pdf/ist/jeoa2013/droit-d-auteur-Sylvie-Fayet-Agropolis-JEOA2013-17juin2013.pdf ).

    Sur le thème des droits d’auteurs et des archives ouvertes, je vous recommande cette présentation de Martin Dantant (DAJ, CNRS) : http://mistral.cnrs.fr/IMG/pdf/Droit_d_auteur_des_chercheurs_Logiciels_Bases_de_Donne_es_et_Archives_Ouvertes_-_Nice_-_Vssc.pdf

    Des politiques européennes et françaises (H2020, DARIAH, BSN, Huma-Num etc…) ont été mises en place pour permettre l’accès aux publications et données de la recherche. Les enjeux sont importants et l’écosystème complexe et cela pourrait faire l’objet d’un autre billet de blog.

    Enfin, Gallia est accessible du tome 1 (1943) au tome 64 (2007) sur Persee : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/revue/galia

    Bien cordialement,
    Nathalie Le Tellier-Becquart

  3. out cela me semble un peu court. « PDF que Google à fait miroiter »: je trouve ce genre d’expression méprisante. C’est méconnaitre 1/ que nous ne trouvons pas forcément nos titres sur Google 2/ l’extraordinaire problème d’accès posé par le système documentaire français 3/ les conditions des CGU restent exorbitantes du droit français ou européen et donc invalides (cf. la pauvrement isolée tentative actuelle des associations de consommateurs).

    Pas étonnant que les anglo-saxons nous grillent dans la recherche alors qu’ils n’ont ni le monopole du travail ni celui des idées. Persée et Revue.org sont très bien mais pourquoi ne pas suivre et généraliser cette voie? Pourquoi par exemple Gallia (recherche publique, payée par le contribuable et publiée par le public) est-elle toujours inaccessible (et vendue 60€ le n° !!). Nous sommes fatigués des problèmes d’accès documentaire et des multiples impedimenta à la circulation des données et des élaborations. D’ailleurs l’un des problèmes majeurs n’est pas le droit d’auteur mais bien les privilèges des éditeurs qui accaparent, textes et images, bloquent l’édition de versions traduites etc et vous vendent un PDF entre 8 et 41 € l’article.
    SVP cessons (à fortiori quand on a laissé avec complicité ou incurie Google Books tout numériser sauvagement et ne rien rendre accessible) de hurler Haro sur l’américain : c’est à l’Europe de protéger la publication scientifique (et le consommateur) ce n’est pas en notre pouvoir de petit lecteur ou auteur : modernisez-moi tout ça, à commencer par rendre accessible gratuitement en numérique tout ce qui a plus de 3 ans. C’est à l’Europe (et à la France qui se veut souvent leader…) d’inventer l’accessibilité numérique du XXIè s. (et de griller tous les impérialismes alimentant des dominances artificielles) par l’accessibilité et la gratuité.
    Et puis dites-moi, jette-t-on autant d’opprobre sur toutes les publications issues de la recherche publique qui (sans contrat d’édition ou alors tout à fait unilatéral) sont confiées (sans rémunération ou contrepartie) à des éditeurs US ou transnationaux tels que Elsiever par ex… Sans parler de CNRS éditions.
    Alain

Répondre à Bénédicte MacGregor Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *