Des peintures rupestres d’Afrique australe (3/4)

L’art rupestre, peintures, gravures et sculptures sur des parois rocheuses, est présent sur la presque totalité du continent africain. Nous avons choisi parmi cette grande diversité, quatre pays d’Afrique, au Sud de l’Equateur, pour présenter à travers une série de billets quelques images. Ces pays sont : Afrique du Sud, Angola, Botswana et Namibie. La création artistique africaine est ancienne et pour certains auteurs, il faudrait voir dans les bifaces et dans la taille de la pierre les premiers vestiges des capacités artistiques des hommes. Pour d’autres, des traces d’ocre trouvées dans des niveaux pré-acheuléens seraient une indication du goût pour les couleurs, voire de l’utilisation des pigments picturaux à des fins artistiques. Toutefois, la chronologie de l’art rupestre d’Afrique n’est pas encore définitive bien que des tentatives variées aient été entreprises pour placer cette création artistique dans le temps. Elles vont de la subjectivité, « très haute ancienneté », jusqu’à des mesures isotopiques des pigments picturaux en laboratoire. En ce qui concerne les motivations des artistes, les avis sont aussi variés que les auteurs qui cherchent à l’extérieur du continent les « influences », tandis que pour d’autres c’est du Nord, de l’Egypte, voire de Crête que l’influence se serait diffusée vers le sud du continent. Aujourd’hui, la plupart des chercheurs est néanmoins d’accord pour considérer l’art rupestre du continent comme une production locale. Par rapport aux interprétations, la diversité d’avis est aussi très grande, elle va de la magie de la chasse pour interpréter certaines scènes jusqu’à la pratique chamanique pour comprendre certains personnages hybrides. Pour cette dernière hypothèse, les influences se sont fait sentir jusqu’en Europe ! Enfin, la conservation et la mise en valeur des sites d’art rupestre est également très inégale sur l’ensemble du continent. Au nord par exemple, de vastes zones ont été classées Parc national et, dans certains cas, ils sont inscrits sur la liste du patrimoine de l’humanité de l’UNESCO. Dans d’autres cas, on constate un grand oubli des sites dont les dégradations sont importantes voire irréversibles. L’étude et la protection de ce patrimoine unique sont donc des priorités.

Chaque vendredi, retrouvez cette série sur les peintures rupestres d’Afrique australe en 4 épisodes : Afrique du Sud, Angola, Botswana et Namibie.

Botswana

Pays enclavé du centre de l’Afrique australe, le Botswana est surtout connu par l’existence des populations Khoi-San et par l’existence d’une île végétale au milieu du désert de Kalahari, le delta de l’Okavango.

Bien que d’une superficie relativement réduite par rapport à ses voisins, 582 000 km2, le pays compte de nombreux sites d’art rupestre dont certains ont été signalés dès le milieu des années 1800. Toutefois, il faut attendre les années 1980 pour voir apparaître des publications scientifiques concernant cet aspect de l’archéologie du pays.

Parmi les ensembles les plus remarquables, il faut signaler Tsodilo Hills au nord du pays. Quatre collines qui comptent de très nombreuses figures peintes, souvent exposées aux intempéries. Parmi les animaux peints, il est important de signaler la présence d’au moins deux cétacés et d’un palmipède marin. La distance qui sépare Tsodilo Hills de l’océan Indien et de l’océan Atlantique implique que ces mammifères n’ont jamais fréquenté la région. L’art rupestre n’est donc pas une illustration de la faune régionale, mais une activité créatrice humaine avant tout.

Textes et photos : Manuel GUTIERREZ, laboratoire Archéologies et sciences de l’Antiquité

(Hiver 2011-2012)


Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *