Colloque « Voués à Ishtar. Syrie, janvier 1934 : André Parrot découvre Mari »

Voués à Ishtar. Syrie, janvier 1934 : André Parrot découvre Mari

Samedi 22 février de 10h à 18h
Auditorium du Louvre
Entrée libre

 À l’occasion du 80e anniversaire de la découverte de Mari et de l’exposition qui le célèbre, ce colloque dressera le bilan de la recherche sur un des monuments les plus importants de cette métropole du IIIe millénaire (ca. 2500-2300), le temple d’Ishtar, déesse du pouvoir et de la guerre.

Sous la direction scientifique de Sophie Cluzan, département des Antiquités orientales, musée du Louvre.

En lien avec « Le Grand Palais Royal de Mari : orientations d’une recherche de 1934 à nos jours », présentation salle d’actualité des Antiquités orientales, 4 décembre 2013 – 26 mai 2014

En  lien avec l’exposition « Fouilles de Mari réalisées par André Parrot – 80ème anniversaire de Mari, Temple d’Ishtar », Institut du Monde Arabe,  22 janvier – 4 mai 2014

Arrivée au lieu-dit du tell Hariri en décembre 1933, l’équipe d’André Parrot décida le 15 janvier 1934 de porter ses efforts sur une des buttes de l’ouest de la colline. Le 22 janvier, une tête de statue masculine aux yeux incrustés de lapis-lazuli émerveilla le fouilleur. Le 23 janvier réapparurent le corps qui s’ajustait à cette tête exceptionnelle, une seconde statue masculine en habit royal, une troisième à l’austère visage. Toutes portaient une inscription, incisée dans le dos. Le roi offrit au fouilleur le nom de la ville ancienne qu’il découvrait, Mari. Les trois statues mentionnaient la propriétaire des lieux où ils s’étaient rassemblés, la déesse Ishtar.
Ce jour de janvier, Ishqi-Mari, Ebih-Il et Iddi-narum scellèrent le destin d’une mission française d’exception et qui ne connut d’interruptions que celles que lui imposèrent la seconde Guerre mondiale et les récents événements.
À l’occasion du 80e anniversaire de la découverte de Mari et de l’exposition qui le célèbre, ce colloque permettra de dresser le bilan de la recherche sur un des monuments les plus importants de cette métropole du IIIe millénaire (ca. 2500-2300), le temple de la déesse du pouvoir et de la guerre.
Issues de l’accord de partage après fouille, les collections du département des Antiquités orientales du Louvre, autrefois vouées dans ce sanctuaire, seront successivement interrogées.

Programme

10h00 : Ouverture par Béatrice André-Salvini, musée du Louvre

10h15 : Introduction par Pascal Butterlin, mission archéologique de Mari, Sophie Cluzan, musée du Louvre, Eric Delpont, Institut du Monde arabe, Jean-Claude Margueron, ancien directeur de la mission archéologique de Mari

10h45 :Temple d’Ishtar de Mari 1934-2014. Du modèle d’hier à la réalité présente, architecture et stratigraphie  par Jean-Claude Margueron, EPHE  IV, Paris

11h15 : Mari et le Système Monde sumérien, le cas de la vaisselle de chlorite par Pascal Butterlin, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne               

11h45 : Rites de fondation à Mari: des métaux pour la déesse Ishtar par Juan-Luis Montero Fenollós, Université de La Corogne                

15h: L’« Étendard de Mari » : les avatars d’un « panneau de la Guerre » par Béatrice Muller, CNRS                                                                         

15h30 : “Mari in the Bronze Age of Exchange” par Holy Pittman, Penn Museum, University of Pennsylvania

16h : À propos du temple d’Ishtar de Mari: questions de glyptique  par Dominique Beyer, Université de Strasbourg

16h30 : La place de la statuaire votive du temple d’Ishtar virile dans la sculpture de la ville II de Mari par Sophie Cluzan, musée du Louvre

17h : Les documents inscrits du temple d’Ishtar et l’histoire de Mari par Camille Lecompte, CNRS 


Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *