UNIGONG : un gamelan à l’université ou comment faire vibrer la cité

Le département d’anthropologie, le service de l’action culturelle de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense et l’association Pantcha Indra installent un gamelan javanais sur le campus et lancent le projet UNIGONG.

Voué à créer des liens, par la pratique musicale, entre l’université et son environnement, ce projet réunit au sein d’un atelier hebdomadaire des étudiants, des membres du personnel et des habitants de Nanterre.

PIC_2069

Pourquoi un gamelan javanais à l’université de Nanterre?

UNIGONG, c’est un gong qui fait rayonner l’université bien au-delà de son territoire et c’est en même temps un gong qui unit, qui rassemble : à la fois l’université et la ville, et des personnes de générations et de milieux très différents.

Gamelan

L’idée peut paraître excentrique, elle est certes exotique. Exotique en France, mais beaucoup moins aux Etats-Unis ou encore au Royaume-Uni où les plus grandes universités possèdent chacune leur gamelan depuis longtemps,1 comme élément de prestige -un objet d’art et une pratique d’excellence-, mais aussi comme outil pédagogique (au-delà de la musique) et comme moyen de fédérer des individus. La spécificité du présent projet est de réunir par une pratique musicale singulière des étudiants et salariés de l’université et des habitants de Nanterre.
Le gamelan est un ensemble d’instruments en provenance d’Indonésie composé principalement de gongs et de métallophones en bronze. On y trouve également d’autres types d’instruments : des tambours, une cithare, un rebab et des flûtes.
Pour pouvoir être apprécié et ressenti à sa juste valeur un gamelan doit être joué par douze à trente musiciens.
On retrouve des ensembles de gamelan à Bali, Java et Sunda selon des formes et esthétiques différentes. Bien qu’étant joué à l’origine dans les milieux de la Cour royale ou dans des temples hindous, sa pratique est depuis longtemps accessible et développée par toutes les strates sociales. On le retrouve dans des institutions diverses : associations, communautés villageoises, administrations, entreprises, universités.
En Indonésie, même si l’apparition de conservatoires de musique a entrainé un phénomène de professionnalisation de l’artiste, la musique est omniprésente dans le quotidien des indonésiens.

Tout le monde doit être capable de jouer du gamelan pour accompagner une cérémonie ou un rituel, pour le bien de la société.
Un ensemble de gamelan au sein d’une université française joue un rôle majeur, car il permet, à travers une pratique instrumentale savante, de tisser du lien social au sein de l’établissement et avec la ville qui l’entoure. En effet, l’atelier mêle différents acteurs de l’établissement (étudiants, personnel) et des habitants de Nanterre. En raison de son caractère collectif et indivisible, cet instrument a la capacité de créer de la cohésion sociale. Le caractère oral de cette tradition en fait un outil pédagogique très intéressant et une rencontre sensorielle avec l’altérité : l’occasion de découvrir petit à petit, par mais au-delà de sa musique, une autre culture, d’entrer de manière empirique dans un autre mode de pensée.2
L’université de Nanterre est ainsi pionnière dans cette expérience car elle est la première université en France à accueillir un gamelan au sein de son établissement et surtout à proposer des ateliers croisant les publics et rayonnant ainsi au-delà du campus. Pionnière également en initiant un projet expérimental associant recherche et pédagogie.

PIC_2072

Bonnes vibrations pour 2014 !

Projet porté conjointement par l’association Pantcha Indra et le service de l’Action Culturelle et de l’Animation du Campus de l’université Paris Ouest Nanterre, initié et coordonné par Nicolas Prévôt, Maître de conférences en ethnomusicologie, Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative.

Le dossier de presse


Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *