Journée d’hommage à Michel Izard (1931-2012)

Vendredi 7 février 2014
Collège de France
52, rue du Cardinal Lemoine – 75005 PARIS
Salle Claude Lévi-Strauss
10h-18h

Matinée

INTRODUCTION : Dominique Casajus et Fabio Viti

TÉMOIGNAGES
Olivier Herrenschmidt : « Les commencements… et après »
Alfred Adler : « Nos premiers pas dans la recherche africaniste »
Charles-Henry Pradelles de Latour : « Souvenirs d’une heureuse collaboration au sein du Laboratoire d’anthropologie sociale »
Emmanuel Terray : « Michel Izard historien et philosophe »
Gérard Lenclud : « Une figure de l’anthropologie »
Dominique Casajus : « Michel Izard vu par un de ses cadets »
Fabio Viti : « D’égal à égal »

Après-midi

INTERVENTIONS – À PROPOS DE L’ŒUVRE
Jean-Bernard Ouedraogo : « Et l’un devint deux : Michel Izard enquête au Yatenga »
Benoit Beucher : « Les Mossi, une société politique à l’épreuve de l’Histoire »
Éric Jolly : « Errance et inscription spatiale du pouvoir »
Klaus Hamberger : « La maison voltaïque et ses transformations »
Paul Pandolfi : « Conquérants et autochtones dans les récits d’origine des Touaregs Kel-Ahaggar »
Émile Tsekenis : « Hiérarchie et pouvoir dans la constitution de la royauté mossi : une perspective dumontienne »

L’anthropologue Michel Izard, directeur de recherche honoraire au CNRS, s’est éteint le 1er février 2012. Il avait commencé ses recherches ethnographiques en 1957. Durant près de vingt ans, il a parcouru le Yatenga, l’un des royaumes Moose du Burkina-Faso – la Haute-Volta d’alors. Ses enquêtes ont porté principalement sur l’organisation politique de ces anciens royaumes. Il a détaillé comment les « Gens du pouvoir », conquérants venus du sud au XVIe siècle, se voyaient contraints de s’en remettre à leurs sujets autochtones, les « Gens de la terre », du soin de propitier une terre nourricière sur laquelle la conquête ne leur a donné aucun pouvoir. La mise au jour à jour de cette configuration politique et religieuse spécifiquement africaine est un apport majeur à l’anthropologie du politique. Ses travaux ont donné lieu à plusieurs ouvrages : en 1985, Gens du pouvoir, gens de la terre. Les institutions politiques de l’ancien royaume du Yatenga (Bassin de la Volta Blanche) et Le Yatenga précolonial. Un ancien royaume du Burkina ; en 1992, L’Odyssée du pouvoir. Un royaume africain : État, société, destin individuel ; en 2003, Moogo. L’émergence d’un espace étatique ouest-africain au XVIe siècle. Étude d’anthropologie historique.
Il a également dirigé ou codirigé une série d’ouvrages d’une portée plus générale : La Fonction symbolique. Essais d’anthropologie en 1979, avec Pierre Smith ; Antropologia delle tradizioni intellettuali : Francia e Italia en 2000, avec Fabio Viti ; en 1991, le Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, dont il fut le principal maître d’œuvre ; en 2004, un cahier de L’Herne consacré à Claude Lévi-Strauss. À quoi s’ajoutent toutes sortes d’articles, notes ou recensions qui ont porté aussi bien sur les sociétés africaines que sur la parenté bretonne, l’ethnologie nord-américaine, la figure de Volney ou le parcours de Walter Benjamin.
Il a animé plusieurs revues, dirigé et coordonné des séminaires à l’EHESS, à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense ou à l’Université de Ouagadougou. En particulier, le séminaire d’anthropologie générale qu’il a dirigé à l’EHESS du début des années 1980 au milieu des années 1990 a joué un rôle central dans la vie de la cité anthropologique. Il a aussi présidé de 1983 à 1986 la section 33 (« Anthropologie, ethnologie, préhistoire ») du Comité national de la recherche scientifique.

Lire aussi l’article du Monde « Michel Izard, anthropologue »

Pour aller plus loin : Conversation avec Michel Izard sur le structuralisme par Dominique Casajus  (source HAL-SHS http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00751259)


Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *