Annonce de deux sessions du prochain Congrès Mondial de l’UISPP concernant la préhistoire américaine

readcontentsa

Dans le cadre de la commission de l’UISPP nouvellement crée : « Peuplements américains durant la préhistoire » nous organisons durant le prochain Congrès Mondial, à Burgos, du 1er au 7 septembre 2014  (http://www.burgos2014uispp.com) les deux sessions suivantes :

Session 1 – La contribution de l’anthropologie biologique à la compréhension des mouvements humains entre l’Asie et les Amériques.

Session 2 – Emergences et conséquences des innovations techniques en Amérique.

Nous serions heureux de vous accueillir pour participer à ces sessions.

Comité organisateur : Boëda Eric, Franco Nora et Viana Sibeli

Commission : peuplements américains durant la préhistoire

Dans le cadre de cette commission UISPP consacrée aux « Peuplements américains durant la préhistoire », nous voulons aborder deux thèmes de débats. L’un concerne l’anthropologie biologique et le second la culture matérielle. Ces sessions sont les premières dans le cadre de l’UISPP à être spécialement consacrées aux Amériques. Bien évidemment cette limitation géographique est artificielle et il est impossible de raisonner sans y intégrer ses marges actuellement immergées ainsi que ses autres territoires limitrophes asiatiques.

– Session 1

Le premier thème que nous voudrions voir aborder est du domaine de l’anthropologie biologique. Il a pour intitulé : La contribution de l’anthropologie biologique à la compréhension des mouvements humains entre l’Asie et les Amériques. Si durant de nombreuses années, les débats reposaient sur un minimum de données modélisées de part et d’autre de la Béringie, depuis une vingtaine d’années les découvertes de nombreux vestiges humains et l’avancée des données génétiques ont vu relancer cette thématique et enrichir le débat. La réalité, si nous pouvons l’aborder un tant soit peu, est, comme l’avaient déjà préconisé certains chercheurs, bien plus complexe que ce qui est classiquement proposé. Les peuplements ont très certainement été multiples avec un devenir pour chacun d’entre eux très certainement spécifique. Nous voudrions ainsi pouvoir envisager dans ce thème des communications, s’appuyant sur de nouvelles données et sur différents aspects de cette discipline anthropologique en donnant une dimension la plus heuristique possible débouchant sur de nouvelles hypothèses. Nous utilisons le mot hypothèse et non celui de modèle volontairement, car il nous semble que dans l’état actuel des données toute modélisation ne pourra que déboucher sur des confrontations. Toute la difficulté, réside aussi dans le fait de dissocier le biologique du culturel, qui ne peuvent se recouper. Une idée, pour diffuser, n’a pas forcément besoin d’être liée à un phénomène migratoire massif. Cela signifie que chacun de ses aspects fait appel à des dynamismes différents. Si, l’anthropologie biologique est la seule à pouvoir répondre à la question du QUI ?,  elle ne l’est pas sur les modalités de diffusion. En revanche, elle permet d’en apporter le constat. Ces quelques propos ont pour objectif de vouloir recentrer sur chaque discipline ce qu’elle peut apporter et ainsi l’enrichir.

– Session 2

Le second thème est tourné vers le fait culturel et a pour intitulé : Emergences et conséquences des innovations techniques en Amérique.  Le fait technique est marqueur d’une connaissance et d’un savoir-faire qui sont eux-mêmes les témoins d’une mémoire individuelle, partagée par un collectif. Mais un fait technique n’est jamais isolé. Il fait partie d’un système technique plus vaste, cohérent, dans lequel chaque groupe s’identifie. Percevoir ces faits, leur(s) lieu(x) d’émergence(s) –invention- et leur(s) ancrage(s) régional(aux) -innovation- peut nous amener à mieux cerner une réalité anthropologique complexe. D’une vision simplifiée attachée à un artefact unique nous devrions percevoir, par la prise en compte de l’ensemble des aspects techniques donnés par un ensemble archéologique, une altérité qui est le reflet de chaque devenir. Bien évidemment, ce thème doit être abordé à des échelles de perceptions différentes au risque d’une modélisation simplificatrice et donc réductrice. L’environnement en tant que facteur de résilience possible peut influencer sur le comportement humain par le biais d’une adaptation culturelle, et, ancrer ces changements dans l’espace. Il est alors un facteur de l’altérité. Mais là encore, nous devons manier des échelles d’analyses spatiales différentes en distinguant le local, le régional et le continental, ainsi que des échelles d’analyse temporelles distinguant le cours et le long terme. Cette notion temporelle est elle-même un élément essentiel dans la réflexion sur l’émergence des techniques et de leurs conséquences. Le temps court nous donne accès à l’histoire d’un groupe de par les connaissances qu’il utilise. Le temps long est quant à lui porteur d’une information marqueuse de tendances qui touche l’histoire des techniques transcendant ainsi chaque groupe. En résumé, nous voudrions que cette session s’enrichisse de propositions méthodologiques novatrices capables de mettre en lumière tout à la fois les spécificités spatiales et temporelles des Amériques et son appartenance à une histoire commune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *